Quantcast
RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher


Miss Bala, "la plus belle du cartel" ?

Ainsi présentée par E. Neuhoff, critique au Figaro, Miss Bala entre dans la catégorie "cinéma poudre aux yeux" : à la manière hollywoodienne, Gerardo Naranjo s’empare d’un sujet grave, ici le narco-trafic au Mexique, pour se légitimer et donner bonne conscience aux critiques et au public, et le traite en jouant du pathos (l’héroïne a un petit frère et un vieux père), d’une avalanche de scènes violentes et d’un rythme échevelé, tout en prenant soin de rester toujours en surface.

Il est vrai que la passivité de Lau, l’héroïne, peut se justifier : elle reflète l’état de prostration des Mexicains, face à une violence omniprésente : depuis 6 ans, ils sont pris dans une véritable guerre, entre l’armée et les trafiquants, pour le contrôle du marché de la drogue. Mais Naranjo ne fait rien pour aider le spectateur à dépasser cet état d’esprit et lui donner des pistes pour comprendre.

Naranjo ne voulait pas, dit-il, faire un film sur la drogue à partir du point de vue du trafiquant (il pensait sans doute à Biutiful, de son compatriote Inarritu, où A. Banderas incarne un trafiquant christique, porté par l’amour de ses enfants et des immigrés qu’il exploite !). Il a donc choisi le point de vue de la victime : est-ce plus pertinent ? Ce point de vue caractérise le thriller, genre de prédilection des auteurs de polars anglo-saxons (l’âge d’or du roman noir américain, celui de R. Chandler, est bien loin) ; par contre, le modèle du roman policier latin (celui des Italiens Sciascia et Camilleri, ou de l’Espagnol Vazquez Montalban), est sociologique. Le premier exploite des émotions primaires (peur ou excitation sexuelle), le second vise à informer et expliquer (chaque roman est l’occasion d’explorer un lieu et un milieu précis). Le premier se centre généralement sur une héroïne vulnérable, menacée de toutes sortes de sévices (l’image emblématique pourrait en être la scène de la douche dans Psychose, de Hitchcock, qui montre bien ce que le genre a de malsain, ou encore une femme coupée en morceaux, retrouvée dans une poubelle), et aboutit à la dénonciation des instincts bestiaux d’un individu. Le second se contente généralement de victimes masculines et dénonce les dysfonctionnements de la société, pointant le crime organisé avec la complicité des pouvoirs politiques ou économiques.

Miss Bala présente ces deux caractères du thriller : Naranjo a choisi pour actrice un ancien mannequin, Stéphanie Sigman, qu’il se contente de placer devant la caméra, dans toutes les attitudes sado-maso possibles (elle passe une bonne partie du film recroquevillée ou allongée par terre, essayant d’échapper aux regards d’un agresseur). Mais le type de scène que préfère Naranjo est celle de l’habillage et du déshabillage ( préliminaires qui retardent à plaisir la scène du viol prévue et attendue) : Miss Sigman, sorte de poupée Barbie d’1,85 m, ne cesse de changer de vêtements, passant, pour la séquence du Concours de beauté, du bikini à la robe de
princesse, ou se faisant emmailloter de bandes de scotch par le truand pour cacher les liasses de billets - le tout sans que son regard vide transmette la moindre émotion. Face à elle, il y a bien sûr la brute libidineuse, un petit moustachu façon Pancho Villa, boiteux de surcroît (Montaigne déjà voyait dans la boiterie un élément d’excitation sexuelle !).

Par contre, il n’y a aucune tentative d’éclairer la situation mexicaine : ça tire dans tous les sens, sans laisser la moindre pause pour la réflexion. Il y a même une volonté de mystification : le seul personnage positif qui émerge est un agent de la DEA, (l’agence anti-drogue américaine), sensible, honnête et qui meurt en héros, soutenu par la conviction que ses loyaux collaborateurs poursuivront la lutte contre la corruption ! S’il renvoie dos à dos trafiquants et
militaires mexicains, le film met donc hors de cause les Etats-Unis.
La dernière image aurait pu fournir une piste de réflexion : Lau est larguée aux abords d’une usine qui pourrait être une de ces maquiladoras de la frontière états-unienne, zones de non-droit où toutes les sortes d’exploitation s’exacerbent (c’est là que, depuis plus de 10 ans, se produisent des milliers de meurtres de femmes). Mais l’image est si floue qu’on pourrait aussi bien se croire dans un épisode du Prisonnier.

Comme sans doute d’autres réalisateurs de sa génération, Naranjo a fait ses études cinématographiques à Los Angeles et est actuellement en pourparlers avec Hollywood ; du reste, le générique de Miss Bala s’ouvre déjà sur l’emblème de la 20th Century Fox.

URL de cet article 16737
   
Du bon usage de la laïcité
sous la direction de Marc Jacquemain et Nadine Rosa-Rosso. Depuis quelques années, une frange de la mouvance laïque, qui se baptise elle-même « laïcité de combat », développe un prosélytisme anti-religieux qui vise essentiellement l’islam et, très accessoirement, les autres religions. Cela nous paraît un très mauvais combat pour la laïcité. Cette logique va-t-en-guerre est d’autant plus malvenue qu’elle se développe dans un contexte marqué, dans le monde, par l’unilatéralisme militaire américain, et, chez (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

« Je pense que l’un des grands défis des Occidentaux, c’est d’être capables de mettre le curseur sur des forces politiques que l’on va considérer comme fréquentables, ou dont on va accepter qu’elles font partie de ce lot de forces politiques parmi lesquelles les Syriennes et les Syriens choisiront, le jour venu. Et je pense que oui, l’ex-Front al-Nosra [Al-Qaeda en Syrie - NDR] devrait faire partie des forces politiques considérées comme fréquentables »

François Burgat sur RFI le 9 août 2016.


Retour sur l’étrange et persistante désinformation autour de « l’affaire » Julian Assange (le Fake News dans toute sa splendeur)
On ne le répétera jamais assez : pratiquement tout ce que les grands médias répètent à l’envi autour de « l’affaire » Julian Assange est incorrect. Et on a beau l’expliquer aux journalistes - lorsque l’occasion se présente - et ils ont beau hocher de la tête, rien n’y fait : ils persistent et signent, mus par une sorte d’incapacité à accepter le moindre écart d’une narrative pré-établie et apparemment immuable, même lorsqu’elle se révèle fausse. Il suffit pourtant d’un minimum de recherches, pas beaucoup, pour (...)
10 
Comment Cuba révèle toute la médiocrité de l’Occident
Il y a des sujets qui sont aux journalistes ce que les récifs sont aux marins : à éviter. Une fois repérés et cartographiés, les routes de l’information les contourneront systématiquement et sans se poser de questions. Et si d’aventure un voyageur imprudent se décidait à entrer dans une de ces zones en ignorant les panneaux avec des têtes de mort, et en revenait indemne, on dira qu’il a simplement eu de la chance ou qu’il est fou - ou les deux à la fois. Pour ce voyageur-là, il n’y aura pas de défilé (...)
40 
La crise européenne et l’Empire du Capital : leçons à partir de l’expérience latinoaméricaine
Je vous transmets le bonjour très affectueux de plus de 15 millions d’Équatoriennes et d’Équatoriens et une accolade aussi chaleureuse que la lumière du soleil équinoxial dont les rayons nous inondent là où nous vivons, à la Moitié du monde. Nos liens avec la France sont historiques et étroits : depuis les grandes idées libertaires qui se sont propagées à travers le monde portant en elles des fruits décisifs, jusqu’aux accords signés aujourd’hui par le Gouvernement de la Révolution Citoyenne d’Équateur (...)
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.