Quantcast
RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes


Morandini, Balkany et les autres

Si l’on en croit les Inrocks, pour obtenir un rôle dans la websérie Les Faucons, produite par Jean-Marc Morandini, les jeunes hommes devaient penser à envoyer des photos d’eux nus, de face, voire se masturbant. Et éventuellement ne pas rechigner à sucer le maître.

Choqués ? Bah, il faut surtout voir dans ce scandale le niveau de décrépitude de nos médias, principalement de notre télé et de ses variétés. Thierry Ardisson est royaliste. Jean-Luc Delarue, qui fut chef d’une émission sirupeuse et putassière, provoqua un scandale en giflant un steward et en tripotant les seins d’une hôtesse.

Passons du coke à l’âne avec Cyril Hanouna qui fit verser un bol de nouilles dans le slip d’un de ses chroniqueurs et qui, en coulisse, a déféqué dans la chaussure d’un autre (ha ! ha, on se marre !). Laurent Ruquier, qui n’est pas le pire, a fabriqué Eric Zemmour qui lui doit tout. Antoine de Caunes a baissé son froc pour nous montrer un tatouage sur son derrière et il s’est prêté à un jeu où son nez se plantait plusieurs fois dans la raie des fesses d’une stripteaseuse.

Et Arthur, et Castaldi, et Nagui, et Dechavanne et Maïtena Biraben... Pouah !

Sans l’invention de la radio et de la télé, ces guignols creux, dont l’unique talent est le bagout, vendraient des cravates dans des parapluies retournés aux coins des rues. Ou de la vaisselle ou des matelas dans les foires. Ou des cartons de vins et des batteries de casseroles à des vieux, démarchés à domicile.

Faussaires surpayés, enrichis plus vite que les Balkany, ils truquent leurs émissions par des déferlements de rires intempestifs au moindre mot d’esprit, du genre : « Tu l’as vu ? Quoi ? Mon cul ! ha, ha ! » (1). Regardez-les rire et rire encore, et fort, et longtemps pour déguiser en humour leur vide neuronal.

Ah ! que vienne un Robespierre pour nettoyer les écuries d’un Paf qui nous dit, hilare : « Autant on sait parfois être vachards avec les politiques, autant on est épris de nous-mêmes et flagorneurs envers les comédiens, les cinéastes, les écrivains venus en promo ». Bizness…

Que disparaissent tous ces Narcisse enivrés de leur reflet dans le petit écran et on s’apercevra qu’ils ne manquent à personne et que leur nom s’oublie.

Théophraste R.

(1) Authentique, hélas ! C’est sur D8, « Touche pas à mon poste » : j’ai entendu s’y exercer Christophe Carrière, par ailleurs journaliste à L’Express.

Et voir : http://www.legrandsoir.info/un-enfumage-mediatique-demontre-en-cinq-etapes.html

URL de cette brève 5136
https://www.legrandsoir.info/morandini-balkany-et-les-autres.html
Imprimer version PDF
pas de commentaires
no comment
reagir
Commentaires
30/07/2016 à 09:15 par J.J.

"Que disparaissent tous ces Narcisse enivrés de leur reflet dans le petit écran ....."

Des Narcisse ? Peut-être, mais pour ces histrions qui s’épanouissent dans la scatologie, c’est un paradoxe de les qualifier de Narcisse, nom qui évoque la sottise certes, mais pas la laideur qu’ils affichent.

#126129 
30/07/2016 à 16:20 par calamejulia

Quel panorama !
Et qui serait largement justifié par le fameux marché printanier annuel "mer-scato"

#126131 
30/07/2016 à 16:47 par morvandiaux

je ne regarde pas la télé depuis des années devant l’appauvrissement général ! il semble aujourd’hui que cela soit pire...la question est : si tant de gens s’en régalent, se vautrent avec eux dans la merde c’est aussi l’objectif atteint des patrons de presse, des pouvoirs politiques ?? eux, au moins, ont une "conscience de classe" ...

#126132 
31/07/2016 à 13:08 par ozerfil

Une seule réserve, sur Thierry Ardisson, certes royaliste et, à ce titre, heureux de mettre le doigt où ça fait mal à la République mais, au moins, il le fait avec talent, sans ménager personne ni reculer devant l’expression d’une idée politiquement incorrecte, et il sait donner la parole à tout le monde.

Les autres sont effectivement de lamentables bouffons - zélés serviteurs de l’ordre établi sous des airs de comiques libres - à qui il y a bien longtemps que je ne fais plus l’honneur d’accorder ma modeste écoute...

Leurs rares invités hors normes se retrouvent toujours devant une meute d’implacables procureurs acharnés qui ne leur laissent que peu de latitude pour s’exprimer, ce qui n’est pas le cas avec T. Ardisson.

#126138 
01/08/2016 à 21:07 par Palamède Singouin

que vienne un Robespierre pour nettoyer les écuries d’un Paf qui nous dit, hilare

Je pense que Robespierre aurait commencé par nettoyer le PPF (paysage politique français) des Hollande, Valls, Sarkozy, Estrosi, Ciotti, Le Pen, Wauquiez, Cazeneuve...et tant d’autres...

#126149 
RSS RSS Commentaires
   
La Guerre d’Espagne - Révolution et contre-révolution (1934-1939)
Burnett Bolloten
« La révolution espagnole fut la plus singulière des révolutions collectivistes du XXe siècle. C’est la seule révolution radicale et violente qui se soit produite dans un pays d’Europe de l’Ouest et la seule qui ait été, malgré l’hégémonie communiste croissante, véritablement pluraliste, animée par une multitude de forces, souvent concurrentes et hostiles. Incapable de s’opposer ouvertement à la révolution, la bourgeoisie s’adapta au nouveau régime dans l’espoir que le cours des événements changerait. (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

Il n’y a pas de moyen plus violent de coercition des employeurs et des gouvernements contre les salariés que le chômage. Aucune répression physique, aucune troupe qui matraque, qui lance des grenades lacrymogènes ou ce que vous voulez. Rien n’est aussi puissant comme moyen contre la volonté tout simplement d’affirmer une dignité, d’affirmer la possibilité d’être considéré comme un être humain. C’est ça la réalité des choses.

Henri Krazucki
ancien secrétaire général de la CGT
Extrait sonore du documentaire de Gilles Balbastre "Le chômage a une histoire",


Revolucionarios : "On ne nait pas révolutionnaire... on le devient."
Chères lectrices, cher lecteurs du Grand Soir Nous vous proposons à la diffusion un documentaire intitulé « Revolucionarios ». Durée 57 Min – Version VOSTFR. Ce film, le premier d’une série, c’est la révolution cubaine racontée par celles et ceux, souvent anonymes, qui y ont participé d’une manière ou d’une autre. Des témoignages qui permettront de comprendre la réalité de ce que vivait le peuple cubain avant l’insurrection, de découvrir les raisons de cet engagement dans la lutte et de voir comment chacun (...)
Cette épuisante sensation de courir dans l’eau (plaidoyer pour rompre définitivement avec le PS)
Vous avez déjà essayé de courir dans l’eau ? Epuisant n’est-ce pas ? Au bout de quelques pas, je me dis que j’irai plus vite en marchant. Alors je marche. Comme je n’ai jamais pris la peine de me chronométrer, je ne sais ce qu’il en est réellement, mais la sensation d’aller plus vite et plus loin est bien là. Et quoi de plus subjectif que le temps ? Préambule défoulant : Socialistes, j’ai un aveu à vous faire : je ne vous supporte plus. Ni vos tronches, ni vos discours, ni vos écrits, ni vos (...)
Cuba - Tchernobyl : Lettre à Maria.
24 août 2006. Chère Maria, Je ne sais pas si mon nom vous dira quelque chose. A vrai dire, je ne crois pas vous avoir laissé un souvenir impérissable. C’est pourtant vous qui m’avez donné, au détour d’une seule phrase, une des plus belles leçons d’humanité qu’un homme puisse recevoir. Il y a déjà quelques années de cela mais, comme vous pouvez le constater, je n’ai pas oublié. Vous souvenez-vous, Maria, de cet occidental en visite sur votre île qui voulait vous poser quelques questions ? En réalité, et (...)
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.