Quantcast
RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher

43 

Mots et maux de l’enfumage dans un paysage politico-médiatique affligeant

Voici un échantillon de mots utilisés par la droite, la fausse gauche et la gauche molle pour masquer leurs intentions.

« Il faut se parler, se respecter, dialoguer sereinement, échanger, discuter, être à l’écoute, ne pas s’enfermer, s’asseoir autour de la table, se mettre au travail, étudier des solutions, analyser, élaborer un programme, réfléchir ensemble, ouvrir des perspectives, innover, s’unir, fédérer, rejeter le dogmatisme, être pragmatiques, répondre aux défis du XXIè siècle, accepter des compromis, être cohérents, éviter les clivages, se garder d’être « le bruit et la fureur »(1), bannir le ressentiment, tabler sur l’espérance, présenter un projet ambitieux pour demain, s’ouvrir sur la société, répondre aux attentes et aux espérances, établir une stratégie, rassembler… ».

Ces belles paroles, prononcées par des bons apôtres qui ont des années, voire des décennies de métier, appellent la question : « Que ne l’avez-vous pas fait avant ? ».

A ceux qui balancent entre la droiche et la gaute, on rappellera ce mot d’Elsa Triolet : « Les barricades n’ont que deux côtés ». Faites-le savoir à Clémentine Autain, SVP.

Et à ceux qui ont lu Warren Buffet(2) et (comme lui) Karl Marx, je conseille d’adopter ; avant toute sortie, la mode « ceinture et bretelle » sous une armure résistante aux coups (bas) et inoxydable (à cause du fiel qui rouille l’acier).

Théophraste R. (lecteur de « Les animaux malades de la peste »).

Notes :
(1) Le Bruit et la Fureur (The Sound and the Fury) est le titre d’un roman de William Faulkner. Il est emprunté à un vers de Shakespeare (Macbeth) : « La vie […] : une fable/Racontée par un idiot, pleine de bruit et de fureur/Et qui ne signifie rien ». Les médias français attribuent l’expression à un homme politique « clivant ».

(2) Warren Buffett, un des hommes les plus riches du monde, a dit sur CNN en 2005 : «  Il y a une guerre des classes, c’est un fait. Mais c’est ma classe, la classe des riches, qui mène cette guerre et qui est en train de la gagner.  »

URL de cette brève 6213
https://www.legrandsoir.info/mots-et-maux-de-l-enfumage-dans-un-paysage-politico-mediatique-affligeant.html
Imprimer version PDF
pas de commentaires
no comment
reagir
Commentaires
05/06/2019 à 10:48 par Assimbonanga

Avertissement : baissez le son de votre ordinateur avant d’ouvrir cette brève vidéo (2 mn) : https://www.youtube.com/watch?v=31vN7X-OjkM Oh la la, ces rustres du populo qui ne font que crier ! Le comité des mémères bien élevées va-t-il lui adresser un blâme ?
Faut-il, pour gagner des élections, se mettre à parler comme Benjamin Grivaux et FX Belamy ? Les gros sourires par devant et les grosses vacheries par derrière ? C’est ça qu’elles veulent ? Ce qui fait gagner les élections, c’est simple : c’est les mensonges. RN et RM ne font que ça et les gens adorent les croire.( RM : 22,4% . RN : 23,3% ) Faut-il en arriver là ?

#159961 
05/06/2019 à 14:22 legrandsoir

https://www.youtube.com/watch?v=31vN7X-OjkM Il est bien évident que quand JLM adopte ce ton pour répondre aux journalistes, ces derniers crient au scandale, au pétage de plombs, aux éructations.
Cela arrivera demain à Ruffin si JLM n’est plus là et si Ruffin est premier de cordée. Cela arrivera aussi à Quatennens, le cas échéant, et la moitié de ceux qui me lisent conviendront qu’ils pètent les plombs et éructent, qu’ils sont clivants avec leur "égo surdimensionné".
MV

#159975 
05/06/2019 à 12:00 par AUBERT

Tellement vrai...et cela fait des années qu’ils et elle remuent du popotin pour tenter de chier droit...

#159967 
05/06/2019 à 12:50 par Ellilou

Beaucoup d’observateurs "avisés" du monde politique prévoyaient que le problème viendrait de François Ruffin mais il vient (sans surprises pour ma part tant je ne lui accorde aucune confiance au vu de ses balbutiements face aux laquais médiatiques...) de la tiède, de la molle, de l’inoffensive Clémentine Autain.

#159968 
05/06/2019 à 13:48 par irae

Incarnation plus que parfaite de la boboïtude parisienne par son milieu familial et sa zone de vie, dame autain ne connaît le peuple que par ses lectures ou oui-dire.
Définitivement à l’abri du besoin par sa naissance, élevée politiquement à l’ombre des projecteurs de plateaux télévisés la passonaria ni de gauche ni de gauche semble avoir mal programmé le gps et s’être égarée bien trop loin de son habitat naturel.
Se vantant de n’avoir jamais été encartée nulle part elle cumule ses activités par une collaboration à regards qui désormais détourne le sien de sa droite pour consacrer toute son énergie (martelli et tricot en tête) à critiquer assidument et Mélenchon et la france insoumise bien plus goulûment que ne le feraient le figaro ou valeurs actuelles.
Et d’ailleurs tribune lui esr offerte ce midi par le non moins tiède jacquemain.
Après son consternant mépris assumé des gilets jaunes s’il est une personne qui devait être virée c’est bien elle.

#159969 
05/06/2019 à 14:23 par Assimbonanga

Les gentils Glucksman et Hamon n’ont eu d’autre rôle que de dévier vers eux les adeptes des petites voix douces et polies.
Les gens de la bonne société préfèrent voter pour des produits aseptisés et proprets genre EELV, Place Publique et Génération esse...
Ainsi va le monde. Clémentine (Autain) et Elsa (Focillon) sont des mamans qui ne veulent pas dire des gros mots devant les enfants... C’est limité !

La soit-disant guerre des chefs entre Ruffin et Mélenchon n’était que la projection mentale des journaleux des médias dominants qui n’ont pas d’autre horizon que le formatage façon RPR-UMP-LR. Ils ont tenté de nous foutre ça dans la tête. Ils ne raisonnent que selon leurs us et coutumes et leur idéologie de guerre des chefs.

#159976 
05/06/2019 à 14:50 par Autrement

Derrière la fumée des formules, il y a les matraques, les grenades et les LBD.
En avant de la fumée, il y a aussi les Commémorations.
On est comblés cette semaine, l’Histoire elle-même est En marche : triple ration du massacre de Tiananmen, triple ration du débarquement de Good Brother.
Comme c’est bizarre, comme c’est étrange et quelle coïncidence !

#159977 
05/06/2019 à 15:15 par HUGO

J’ai le sentiment de réentendre les mots d’ordres des « cadres du parti » lors du 38 ème congrès du PCF ! Ce n’est qu’un début continuons le combat…..…à côté de nos « pompes » ! Sans doute que le meilleur est à venir avec « l’humain d’abord » qui combattra (de l’intérieur bien évidemment) et sans armes idéologiques acquises, la BCE, les technocrates bruxellois intronisés par le capital transnational (ouvertement piloté par Washington et ses laquais).

Florilèges à minima du 38 ème congrès qui confirme que le PCF ne se redressera jamais de l’intérieur sans séparer le bon grain de l’ivraie :

Fabien Roussel :
« Les communistes ont beaucoup parlé de contenu, le texte a été largement amendé sans être dénaturé. Tous les éléments de crispation ont été levés. On a réussi le double salto : rassembler, se retrouver et respecter les choix majoritaires qui sont d’un parti plus visible, plus dans l’action. »

Pierre Laurent :
« le PCF est un des acteurs politiques mais n’est plus un parti d’avant-garde, cette conception est dépassée. »

Et pour terminer, l’inénarrable Olivier Dartigolles :
« Nous avons longtemps adopté, avec tous les partis communistes, la conception léniniste de la révolution, elle n’est plus la nôtre, nous en avons une autre ».

#159979 
05/06/2019 à 17:41 par Palamède Singouin

@ LGS

Cela arrivera demain à Ruffin si JLM n’est plus là et si Ruffin est premier de cordée. Cela arrivera aussi à Quatennens

Il me semble que cela leur arrive déjà, non ?

#159982 
05/06/2019 à 18:27 par act

@autrement :
yep, les chinois débarquant en Normandie pour achever, une fois encore, la bête immonde
et les chars US réprimant les étudiants socialistes...c’est pour bientôt.

#159983 
05/06/2019 à 18:36 par leon

sa tangue au ps new look

#159984 
05/06/2019 à 20:56 par irae

Et pour terminer, l’inénarrable Olivier Dartigolles


Rappelons-nous que ce triste sire fit allégence à macron entre les 2 tours avec braousec.

#159985 
05/06/2019 à 21:56 par Feufollet

Y a t-il encore quelqu’un pour croire en Clém. Autain ?
C’est vrai que notre monde ne manque pas de naïfs hautins
Et de paroissiens crédules en recherche de sens
Non mais, Clém. Autain, faut vraiment être idiot irréductible
Pour trouver du sens à cette personne et à son discours
Son site pourri regards.fr à défendu la guerre contre la Syrie
C’est tout dire de son obédience

#159986 
05/06/2019 à 22:13 par François de Marseille

Meme pas une personne ici pour defendre autain. Pourtant on en a deja entendu des vertes et des pas mures. Meme israel a pu avoir ses avocats. Mais personne pour autain. Si on lance une consultation des insoumis sur son sort, ca va lui faire tres drole. Elle va descendre de son nuage. Conservera t-elle le calme qu’elle reproche a JLM de ne pas afficher en toutes circonstances ?
En tout cas elle s’est deja tiré un chargeur complet dans chaque pied, plus possible qu’on garde un boulet pareil.

#159987 
06/06/2019 à 09:27 par Assimbonanga

Ce n’est que parce qu’il est lui-même journaliste que François Ruffin peut se permettre d’engueuler des journalistes. Il est le seul à pouvoir le faire sans qu’on l’accuse de haine contre les journalistes.
D’autre part, ça fait longtemps que la droite (LRem) ne se gêne pas pour traiter François Ruffin de tout. Il n’est pas épargné. Y compris par Nathalie St-Cricq.
A lire les commentaires, Clémentine Autain fait l’unanimité : contre elle. Son attitude est déloyale. Quand ça va mal, ce qu’il faut c’est se serrer les coudes, pas chier dans la colle ! Tout le monde l’a bien compris.
J’ai toujours fait confiance à François Ruffin, mens sana in corpore sano. J’ai quand même eu un peur après la journée pot-au-feu où des tensions avaient eu lieu, surtout parce que Jean-Luc en avait un peu trop fait, en haut de son autobus de champion du monde. A écouter les fans bourgeois de François, on aurait pu craindre une scission mais François a eu plus d’intelligence que ça et il a compris où se trouvait l’important. Dans l’entente, pas dans le désaccord. François est une belle âme et cela ne se dément pas.
Mais Clémentine... Elle eut mieux fait de tourner sept fois sa langue dans sa bouche avant de l’ouvrir. Et d’attendre que ça décante avant d’étaler ses doutes sur la place publique.
Aujourd’hui, en principe, Jean-Luc doit revenir et nous donner ses impressions... Suspense !

#159989 
06/06/2019 à 09:31 par ozerfil

Une authentique figure de mode pour représenter le Peuple, il y a un hiatus qui ne peut conduire qu’à la compromission...

C. Autain me fait penser à ces resplendissantes stars d’Hollywood dans leurs palaces, sensées représenter l’Américaine moyenne... qui est à mille lieues de leur image, et à tous les égards !!

Elle est divinement belle et... c’est son défaut car la façon forcément positive dont elle est perçue déforme la vision qu’elle peut avoir du vrai Monde, impitoyable et cruel avec les gens "banals" et "normaux" - dit sans aucun mépris : j’en suis !

Il faut une force et une volonté immenses pour s’extraire de sa condition.

#159990 
06/06/2019 à 09:51 par Assimbonanga

Je ne vois nulle part Clémentine Autain dans les meetings avec Manon Aubry (sur le blog à Mélenchon) : https://melenchon.fr/categorie/videos/
Ai-je la berlue ? Je regarde mal ? Peut-être a-t-elle participé à des meetings sans Jean-Luc ? Où en trouver trace ?
Ou alors, elle n’a participé à aucun meeting de la campagne pour les élections européennes ?

#159991 
06/06/2019 à 10:34 par mediacideur

En UNE de L’Huma, photo à l’appui, la Titine... Avec cette légende : "Gauche (c’est le titre, en rouge...) "Nous avons besoin d’un nouvel imaginaire" (citation de Titine, en exergue) Entretien avec Clementine Autain, députée FI-Ensemble !, qui craint un repli des insoumis et appelle à un sursaut citoyen. P.10 (publicité pour le produit en question)

Et la donc P.10 :

« Inventons de nouvelles façons de faire cause commune » (Titre, en énorme)

Après la déroute des européennes, Clémentine Autain a pris l’initiative d’un appel (voir encadré) pour un « big bang » de la gauche. Stratégie de la FI, clivage gauche-droite, projet politique... la députée insoumise met tout sur la table. (Sous-titre, et je vous jure que tout ça et ce qui suit est du simple copié/collé de L’Huma, nouveau Telerama, et pas du plagiat du plagiat de Théophraste...)

Vous êtes à l’origine du texte collectif publié aujourd’hui dans les colonnes du Monde,qui appelle la gauche à un « big bang ». Quel en est l’objectif et à qui s’adresse-t-il ?
CLÉMENTINE AUTAIN Les élections européennes doivent constituer un choc. Pour l’instant, ce n’est pas tout à fait le cas. Ce qui rassemble les signataires de l’appel, c’est l’idée qu’on ne peut pas se résigner au couple infernal néofascisme versus néolibéralisme. Les résul-tats des européennes sont alarmants de ce point de vue car on ne voit pas se dessiner une alternative sociale et écologiste qui pour-rait damer le pion à ce scénario désastreux. Si nous avons pris cette initiative, notamment avec Elsa Faucillon, il appartient à toutes celles et ceux qui l’ont signé, dans leur diver-sité. Tout le monde n’y a pas mis les mêmes enjeux mais nous nourrissons une aspiration commune à construire et à bâtir des passe-relles. Pour cela, il faut se parler, s’écouter, se respecter, créer des ponts entre différents secteurs. Car la solution ne réside pas uni-quement dans le champ politique tel qu’il est constitué aujourd’hui. Syndicalistes, militants associatifs, intellectuels, artistes... doivent se mettre en mouvement pour bous-culer la situation. Un simple cartel électoral ne répondra pas au défi qui est devant nous. Même en additionnant les partis, le compte n’y serait pas. Il faut donc ouvrir les portes et les fenêtres sur la société, sur le monde de celles et ceux qui luttent et qui créent.

Comment analysez-vous ce décalage entre ce qui se passe dans la société, les mobilisa-tions sociales, l’urgence climatique... et leur traduction dans les urnes ? Est-ce juste un problème de « structures », d’incarnation, ou s’agit-il d’un problème politique plus grave encore, celui de la crédibilité des projets alter-natifs au capitalisme ?
CLÉMENTINE AUTAIN Ce qui rend crédible un projet politique, c’est le nombre de personnes qui le portent. Ce fut le cas en 1936, par exemple, avec les congés payés. Mais nous avons en effet à travailler plus sérieusement sur le projet. Notre façon de penser et d’énon-cer notre visée émancipatrice n’est pas suf-fisamment aiguisée pour répondre aux défis de notre temps. La lutte contre le produc-tivisme impose, par exemple, de renouveler le logiciel du mouvement ouvrier. Avant, on s’attachait à savoir comment partager ce que l’on produit. Il nous faut maintenant répondre à une nouvelle question : qui décide de ce que l’on produit ? Laisse-t-on le consu-mérisme gangréner nos imaginaires, en détruisant l’écosystème et en abîmant nos réalités quotidiennes comme nos désirs ? On s’intéresse aussi beaucoup aux questions de statuts et de droits, il faut aussi parler du contenu du travail, son sens et ses conditions d’exercice. De la même façon, l’égalité était autrefois pensée essentiellement comme une question sociale, elle s’impose désormais comme un enjeu également territorial. Au fond, les gilets jaunes ont mis la question du droit à la ville sur le devant de la scène. Autre terrain, la révolution numérique, qui invite à repenser les conditions de la liberté. Dans le cadre du capitalisme mondialisé, les ré-ponses doivent être suffisamment fortes pour apparaître tangibles. Nous avons aussi besoin de victoires, c’est pourquoi la bataille contre la privatisation d’ADP peut constituer un premier levier. Et ce dont nous avons peut-être plus fondamentalement besoin, c’est d’un nouvel imaginaire. En un mot : une espérance.

Vous avez été l’une des premières à vous inquiéter de la stratégie dite « populiste » de la France insoumise (FI), qui explique, selon vous, son échec aux européennes. Êtes-vous la seule à dresser ce constat au sein de la FI ?
CLÉMENTINE AUTAIN Non, je ne le crois pas. Je ne suis pas la seule à penser que ce qui a fait la force de ce mouvement en 2017, c’est un profil rassembleur sur un contenu de gauche radical et cohérent. Jean-Luc Mélenchon, comme Emmanuel Macron d’ailleurs, a eu alors la juste intuition que le monde politique était à bout de souffle. Il a su articuler cette aspiration au renouvellement à un profil fédérateur pour un peuple de gauche en déshérence après l’ère Hollande. Ce qui a conduit à la déroute actuelle, c’est une suc-cession de partis pris qui se sont appuyés davantage sur le ressentiment que sur l’espé-rance, qui ont installé un « eux » et un « nous », avec une logique de clash perma-nent et cette idée que, par une somme de colères captée par un leader, on peut gagner. Et la séquence des perquisitions a évidem-ment pesé. En deux ans, le capital politique né de la présidentielle s’est ainsi érodé.

Ces désaccords sur la stratégie politique de la FI sont-ils réconciliables ? En clair, la FI est-elle au bord de l’implosion ?
Je pense plutôt à un risque de repli qu’à une implosion. Je partage la grande tristesse des militants face au résultat des européennes. Maintenant, la question est de savoir comment et où vont avoir lieu les débats qui permettront à l’ensemble des militants de rebondir et de retrouver le chemin de la réussite.

Ce débat est-il engagé aujourd’hui au sein de la FI ?
Je ne sais pas où il peut se mener et comment il peut se trancher au vu du fonctionnement actuel de la France insoumise, mouvement gazeux qui revendique de ne pas avoir de direc-tion. Le lieu auquel je participe est le groupe parlementaire. Mais les militants, comment vont-ils pouvoir s’approprier ce débat et peser sur la stratégie politique ? Je plaide pour une avancée démocratique dans la FI.

L’efficience du clivage gauche-droite est éga-lement au cœur des désaccords. Êtes-vous pour l’abandonner ?
CLÉMENTINE AUTAIN Non. Je ne crois pas à un revival de l’Union de la gauche, et je suis convaincue qu’agiter le mot gauche comme un étendard ne sert à rien. En revanche, je crois qu’il faut fédérer sur la base d’un projet qui remplisse le mot gauche, sacrément abîmé par l’ère Hol-lande, et vise la transformation sociale et écologiste. Prendre trop de distances avec la gauche amène parfois à un discours qui ressemble surtout à celui de la droite qui, elle, sait bien où elle habite.

Quelques jours avant les élections, Jean-Luc Mélenchon avait appelé à la formation d’une « fédération populaire ». Au vu de l’échec des européennes, la FI peut-elle encore se prévaloir d’être le pilier autour duquel peut se recons-truire quelque chose ?
LÉMENTINE AUTAIN Je n’aime pas les attitudes hégémoniques en règle générale. Nous ne pouvons reprendre la main qu’à la condi-tion, précisément, d’accepter la diversité, le pluralisme. C’est le sens de cette « fédé-ration », ce nouveau « front » que j’appelle de mes vœux.

« Le pire serait de continuer comme avant », expliquez-vous. Que proposez-vous concrè-tement de nouveau pour rassembler autour d’« une dynamique propulsive » ?
IN La réponse, il faut la construire collectivement. Ce qui se cherche, c’est un lieu de débats, d’éla-boration et d’action qui permette de fédé-rer des citoyen.ne.s et des courants politiques, syndicaux, associatifs, cultu-rels. C’est d’un bouillonnement de ce type que nous avons vraiment besoin. Cette coopération sera décisive. Trop souvent, ces derniers temps, j’ai vu des murs s’éri-ger. Je sais les rancœurs et les difficultés, tout ce qu’il faut soulever pour panser les fractures. J’espère que, après la déroute des européennes et au regard de l’urgence politique, nous serons mûrs pour inventer de nouvelles façons de faire cause com-mune. C’est le sens de notre appel et de notre rendez-vous le 30 juin au cirque Romanès, à Paris. ENTRETIEN RÉALISÉ PAR MAUD VERGNOL

#159992 
06/06/2019 à 12:50 par ozerfil

J’aurais dû ajouter qu’il faut aussi beaucoup de lucidité...

#159995 
06/06/2019 à 12:54 par L. A.

Étonnant que certains puissent encore être étonnés par les propos d’Autain. Elle n’en est pourtant pas à son premier dénigrement, voir reniement. Nous sommes nombreux à trouver, contrairement à elle, que « le bruit et la fureur » nous conviennent parfaitement.
Pour ma part, c’est précisémént ce discours du 21 novembre 2010 qui me fit m’intéresser à celui qui le prononçait. Et c’est même cette citation du bruit et de la fureur qui m’avait accroché, et je peux dire emballé. Enfin autre chose que les mièvreries politicardes à la sauce langue de bois. Et toutes les croyances personnelles, naïvetés diplomatiques (fausses ? pas toujours…), et approximations du bonhomme n’ont pas su m’en détourner pour l’instant. Bien que, sans me connaître, donc un peu à la légère, il m’ait avec beaucoup d’autres (et à tort) relégué publiquement parmi les pisse-vinaigre, je persiste à penser qu’il est le catalyseur de la vraie gauche, qu’il peut mettre le pied dans l’entrebâillement de la porte et nous permettre d’accéder à la salle du pouvoir : Mélenchon est notre pince-monseigneur et nos députés sont des rossignols ! Merci à eux, merci à elles.
Alors qu’est-ce qui lui prend à celle-là ? Son bouquin ne se vendrait-il pas assez à son goût ? Ce petit esclandre lui assurera d’être invitée sur les plateaux médiatiques, où l’on finira bien par rappeler qu’elle a, aussi (…), un livre à vendre.
L. A. (toujours fermement opposé aux religions décérébrantes y compris celle du foot [mais aucunement à sa pratique comme sport].)

#159996 
06/06/2019 à 13:12 par Suzanne

Divinement belle, Clémentine Autain, j’ai bien lu ??? Divinement bourgeoise fondue dans les fausses relations des réseaux sociaux, divinement à l’aise financièrement, divinement factice, divinement sans intérêt sauf quand elle trahit. Vous m’excuserez, je préfère l’adorable, maladroit, modeste, intelligent, cultivé visage avec rides de sourire de Monique Pinçon-Charlot, 73 ans (si elle vit jusque là Autain aura aussi 73 ans un jour), qui a certes elle aussi mené une vie privilégiée (une vie de recherche en compagnie de l’homme qu’on aime, my, my sublime !!) mais qui a retourné ce privilège au service des plus pauvres, incessamment, avec ses livres, et qui a l’incroyable grâce de se demander quand même si elle en a fait assez... Quelle leçon. L’écouter sur Thinkerview :
https://www.youtube.com/watch?v=DnHUyRfY3Wc

#159997 
06/06/2019 à 13:37 par Xiao Pignouf

Elle est divinement belle

Oula, c’est pas un peu excessif, ça ? J’aurais plutôt dit "divinement conne", mais bon, je dis ça, je dis rien.

#159998 
06/06/2019 à 14:32 par Yannis

Tout ce qui peut détruire la FI de l’extérieur comme de l’intérieur étant bon à prendre pour Plenel, ses résaux, ses disciples et ses moutons, Clémentine Autain est un excellent cheval de Troie. Mediapart l’a bien compris, qui la met systématiquement en avant au moment opportun dans ses colonnes. Dans le Club, de préférence car cela fait "plus proche du peuple" et ami des lecteurs. On a déjà pu mesurer la taille de ses canines rayant le plancher de toute estrade politique : C. A. est un serpent d’eau politique ondulant plutôt "à gauche", et surtout dans toute organisation qui lui donnera plus de visibilité. Cette charmante et innocente personne n’en sera pas à sa première trahison, sous prétexte de "reformer" la FI (terme définitivement passé dans le giron de la gauche cocue et droite décomplexée) et faire la peau à ce mâle dominant de JLM. Mais elle pense certainement très secrètement que sa personne est aussi "sacrée" de JLM. Ce qui est possiblement son unique point de convergence avec feu un mentor qu’elle qualifiait de leader ( "Notre leader a choisi de parler « cru et dru ») dans un article daté de 2013 : https://blogs.mediapart.fr/edition/alpternatives/article/110913/de-lal...

Je me souviens d’un scandale déclenché il y a qq ans aussi par la dame : son staff avait syphoné les contacts mail des abonnés qui avait signé une de ces nombreuses pétitions inutiles sur ce journal en ligne - juste utile pour faire des statistiques, identifier les affects et manipuler les élections - initiée par l’égérie blonde. Elle en est sortie blanche comme neige, car qui a de la mémoire aujourd’hui ?

Si quelqu’un/une s’en rappelle par ici, et aurait gardé une trace virtuelle de cette manipulation politico-médiatique très locale, merci pour le lien !

#159999 
06/06/2019 à 21:15 par irae

Video sous référencée et démonétisée par youtube à faire abondamment circuler :
https://www.les-crises.fr/gilets-jaunes-une-repression-detat-par-street-press/

#160004 
06/06/2019 à 22:25 par Feufollet

Non. C. Autain n’est pas belle
C’est juste un modèle de beauté stéréotypé
Ceux qui sont sensible à la beauté et à l’élégance féminine
Trouveront dans les rues, à l’occasion, des expression de beauté féminine
Carrément plus surprenantes et suggestives de diverses sensualités
Mais là n’est pas la question principale
Cette personne est une louve dans la bergerie de gauche
Elle deviendrait ministre de Macron que ça ne m’étonnerait pas

#160006 
07/06/2019 à 01:18 par François de Marseille

Le sort de autain semble scellé au niveau de la base, je n’entends absolument personne la défendre.
Faut pas que les autres tardent trop à la virer parce que là, faudra déjà souquer ferme pour revenir à 19/20 ℅ en partant de 6℅ !

#160008 
07/06/2019 à 10:49 par Assimbonanga

On la trouvait plutôt jolie, Titine... Mais voilà, ce sera bientôt au passé et ce qu’il lui faudrait c’est d’abord montrer l’exemple d’une belle attitude. La beauté physique va disparaître, il faut faire preuve de beauté morale. Elle n’en prend pas le chemin. Pourquoi n’a-t-elle pas attendu d’en avoir d’abord parlé avec les 16 autres députés ? Hier, en principe, ils prenaient le train tous ensemble. C’était l’occasion. Ce déballage public est d’une grande laideur. Elle est perturbée cette nana, ou quoi ?

Par rapport au front-de-gauche, il manque le PC, évidemment. Les voix de Ian Brossat sont perdues et c’est bien dommage. Mais on ne refera pas le film.

Je trouve également assez laid d’imputer à Jean-Luc le traquenard de la perquisition. Jean-Luc se fait épingler sur une question d’image, seulement d’image, car sur le fond, il n’est coupable de rien. On le voit, l’image joue un grand rôle dans la stratégie électorale qui repose sur du faux-semblant et des engouements passagers, des modes. Jadot en est l’exemple type. Du vent, un soufflé.

Nous avons perdu une bataille et Clémentine réagit comme si on avait perdu la guerre. Mais ce n’est qu’un résultat d’une compétition ! Et ce résultat n’était-il pas prévisible ? L’erreur ne fut-elle pas un excès d’optimisme ? Clémentine se rend-elle compte du traitement médiatique fait à notre mouvement ? L’opinion publique n’est pas équivalente au public des meetings. Le dernier débat télévisé sur France Info a vu Glucksman et Hamon siphonner nos thèmes et arguments, et couper l’herbe sous les pieds de Manon Aubry qui pourtant n’a pas démérité. La difficulté est d’atteindre l’opinion publique pas juste de convaincre les convaincus. Or, avec cette attitude négative, Clémentine peut être sure que les médias vont se mettre en quatre pour que ça se sache : tout ce qui nous dévalorise est bon à prendre ! Et elle nous fait encore baisser dans l’image.

Clémentine DIXIT " Le lieu auquel je participe est le groupe parlementaire. Mais les militants, comment vont-ils pouvoir s’approprier ce débat et peser sur la stratégie politique ? Je plaide pour une avancée démocratique dans la FI."
Hé bien, Clémentine, au lieu de te faire du souci pour nous, tu ferais mieux de te conformer d’abord à ton collectif, celui du groupe parlementaire. Nous, on a la patience d’attendre une semaine ou quinze jours !

Réécouter Michelle Tironne à 9 mn du début : https://www.youtube.com/watch?v=2MoGELauV9U

#160013 
07/06/2019 à 11:17 par Autrement

Les politologues distingués font assaut d’ingéniosité pour expliquer le mauvais score de la France insoumise à l’élection présidentielle.

C’est pourtant bien simple : lors du grand meeting de Mélenchon au Mont St-Michel, tout le monde a pu observer le vol de trois corbeaux se dirigeant vers la gauche, et Manon Aubry a vu passer un chat noir.

#160014 
07/06/2019 à 13:50 par ozerfil

On ne va pas se battre sur le physique de C. Autain !!

D’autant que je dis seulement que son côté avantageux (si, si, reconnaissons-le, même si elle est assez froide...) est pour elle un sauf-conduit qui lui altère forcément le jugement : elle aurait un physique moins angélique et plus ingrat, elle serait moins épargnée et plus égratignée par les médias et le Système, qu’elle verrait d’un autre œil...

Je n’ai pas dit que c’était normal mais c’est ainsi !

Elle fait cependant, citée par Médiacideur, un constat très juste "on ne peut pas se résigner au couple infernal néofascisme versus néolibéralisme."

Ses réponses pour en sortir laissent par contre pantois et mettre cette bérézina aux européennes sur le dos de JL Mélenchon et de la France Insoumise est de la pure caricature...

#160018 
07/06/2019 à 15:32 par ozerfil

Oui, Feu Follet, le pire est bien cela : "elle deviendrait ministre de Macron que ça ne m’étonnerait pas"...

Son discours tend à le penser : elle doit vite se reprendre pour rester... crédible... à Gauche !!

#160020 
07/06/2019 à 20:15 par hf

Hé ben dites donc , c’est du lourd et du très lourd dans cette rubrique. personnellement je dirais que la beauté <féminine s’appelle Simmonet et que Autain ne mérite pas ces reproches mais plutôt ceux propre à une opportunisme qui indique q<ue le navire insoumis prend l’eau de toutes parts. Le prochain ce sera Ruffin. Vive Ian Brossat, son élégance et son intelligence. c’est toujours utile dans ce monde de brutes.

#160026 
08/06/2019 à 09:00 par François de Marseille

Pertinent et rigolo : https://youtu.be/WoI8UGrFhHk

#160037 
08/06/2019 à 09:54 par Assimbonanga

@hf, tu te bases sur des informations sérieuses concernant Ruffin ou si c’est juste ton sentiment personnel qui te suggère cette triste issue ?

#160039 
08/06/2019 à 13:14 par HUGO

« Vive Ian Brossat, son élégance et son intelligence, c’est toujours utile dans ce monde de brutes ».

Mais c’est bien sûr ! « Ian Brossat, communiste new-look » présenté ni plus ni moins dans les médias comme un militant qui « prend la lumière au PCF comme personne depuis G.Marchais », « à l’allure plus bobo que prolo », Ian Brossat « réussissant sa campagne sur le terrain et dans les médias » pour franchir la barre des… 3% afin d’obtenir le remboursement des frais de campagne.

Et qu’importe que Brossat soit critiqué par S. Peu, député communiste du 93 peu adepte de la « Brossat touch » et estimant que « Brossat incarne une génération plus communicante qu’idéologue », et par Alexis Corbière, qui rappelle que Brossat « a été porte-parole d’Anne Hidalgo et reste son soutien. Il participe à Paris à un exécutif avec des soutiens de Macron », tout en recevant les louanges de… Pierre-Yves Bournazel, « député centriste et conseiller de Paris ». Certainement l’effet « communisme new-look » …

Mais ce nouveau tour de passe-passe ne saurait cacher l’extrême fragilité, pour ne pas dire la totale inconsistance, du positionnement politique et idéologique de Brossat, comme l’a révélé son passage sur France Culture le 29 avril dernier. Confronté aux questions – pour une fois fort pertinentes – des animateurs de « La Matinale », Ian Brossat se lance dans un grand plaidoyer pour une « Europe de la justice sociale » et ainsi sauver « notre Europe » (sic). Soyons rassurés : il faut défendre « l’harmonisation sociale », « un SMIC européen à 60% du salaire moyen », etc. ; et de rassurer les journalistes – à trois reprises : « pour ce qui concerne les communistes, nous ne sommes pas favorables à une sortie de l’Union européenne ». Pas de souci, les communistes critiques, et ceux bien plus nombreux en dehors du PCF, l’ont bien compris : rester dans l’UE pour proposer une « Europe de la justice sociale », voilà la solution !

Mais Ian Brossat est-il simplement informé que la révision de l’architecture européenne ne peut avoir lieu qu’après accord unanime des états puis des parlements nationaux (soit 54 accords !) ? Est-il avisé qu’en 1978, François Mitterrand proclamait : « L’Europe sera socialiste ou ne sera pas. » ? Et sait-il que ce même Mitterrand avouera cinq ans plus tard (1983) qu’il est « face à un dilemme : la construction européenne ou la justice sociale » ?

#160044 
08/06/2019 à 16:13 par Renard

Il avait raison Gramsci : c’est l’hégémonie culturelle qui fait tout. À notre époque le combat pour l’hégémonie culturelle se passe entre les bobos et les beaufs, la droite catholique est sorti du jeu.

À partir du moment où la gauche et l’extrême-gauche ne sont plus représentés que par des bobos et que les beaufs ont été évincés c’est de la victoire totale de la bourgeoisie. Autain en est l’incantation la plus parfaite.

Reste à construire une gauche faite par les beaufs pour les beaufs.

#160048 
08/06/2019 à 16:20 par ozerfil

Il ne faut plus se fier aux étiquettes politiques mais aux comportements humains et aux sous-entendus : Ian Brossat est l’exact pendant BCBG de Clémentine Autain - la communication et l’apparence avant les idées et la forme avant le fond.

Opportunisme en vue...

Ah, c’est certain JL Mélenchon n’est pas un jeune tourtereau plein d’ambitions douteuses et ne met pas les formes dans ses réactions : il est fidèle à lui-même et à ses idées, envers et contre tout !!

Les médias s’occupent de bien le souligner...

Il n’en reste pas moins électoralement largement devant ces gens de plus en plus politiquement corrects, à la fois si proches dans les constats alarmants et de plus en plus loin de lui dans les solutions proposées pour les résoudre !

L’échiquier politique français se déplace inexorablement vers la Droite.

#160049 
08/06/2019 à 19:54 par François de Marseille

@hf : "Vive Ian Brossat, son élégance et son intelligence, c’est toujours utile dans ce monde de brutes".

Comment quelqu’un qui se prétend communiste peut-il trouver un argument aussi pitoyable. On touche à ce point le fond au pcf ? L’envie à tout prix d’un mandat electoral, aussi inutile soit t-il, rend décidément fou !

#160053 
08/06/2019 à 23:50 par gilbert chabian

J"ai lu les 37 commentaires. Leur tendance sexiste/masuliniste pour caractériser Autain y est remarquable, mais ce n’est pas la question. La question est : 1/ le score de LFI aux élections européennes est-il un signal à prendre en compte ? 2/ La stratégie de clivage peuple/élite de LFI contre tout clivage de type gauche/droite est elle confirmée comme plus efficace ? Je n’ai lu de réactions contre l’opération de Clémentine Autain que celle de la communicante Raquel Garrido et celle d’une militante que je n’ai plus retrouvée après 48 heures. Au moins elles restent décentes même avec un peu de perfidie. Mais je suis frappé combien les réponses sont du type "sectaire". Ceux qui critiquent sont contre nous, ils s’excluent, c’est une reaction qui tue tout débat.
Au delà de celà, la critique interne telle que publiée par le Monde me parait importante. Une structure démocratique n’existe pas à LFI, on a un groupe de copains dont les répartitions ne sont pas claires : seule la cohésion de groupe autour du chef compte. J’estime que tous les sympathisants de LFI ont droit à des comptes à ce sujet, même s’ils n’attendent rien des autres offres politiques.
Je pense que l’opération "présidentielles" de 2017 était un succès inespéré et qu’elle doit beaucoup au positionnement de Melenchon. Mais je crois aussi qu’on ne peut repasser les plats comme cela : il faut construire maintenant, et la réponse qui dit que le programme est génial depuis 2016 et qu’il n’y a rien à débattre est de courte vue. On a eu les Gilets jaunes et les mouvements électoraux qui déconsidèrent l’opération PP-PS (et ses deux composantes), déconsidèrent Hamon, et valorisent les Verts. Il faut une stratégie qui tient compte de cela et y répond et construit au cours de la longue séquence électorale qui vient : municipales, régionales, présidentielles en trois ans.
Faire des commentaires pour démolir l’opération Autain, c’est rester collé à la vitre comme le papillon de nuit. Réveillez-vous, ouvrons les yeux !

#160056 
09/06/2019 à 22:36 par Feufollet

Le débat reste intéressant
Gilbert Chabian envoie une balle, il faut la renvoyer dans son camp :
Si la parole se porte sur l’esthétique de l’image d’une personne
On entre forcément sur le domaine de genre sexisme/masculiniste/féministe
Est-ce un mal ?
Si vous n’êtes pas pour la différenciation des genres
N’en dégoûtez pas les autres
La signification de l’image genrée du personnel politique et médiatique
N’est pas plus obscène dans les commentaires du GS
Que dans la communication système en générale
Pour le reste et la stratégie Autin dans la FI
Je vous laisse à vos compréhensions peut compréhensibles

#160079 
09/06/2019 à 23:03 par mediacideur

D’un autre tonneau, et autrement dérangeante est la position de Charlotte Girard : elle quitte le mouvement et s’en explique ici via Manon Le Bretton

Après la note interne signée par une 50aine d’Insoumis force est de constater qu’il y a décidément de l’eau dans le gaz(eux)...

#160080 
10/06/2019 à 01:12 par Assimbonanga

Difficile de rester optimiste après le départ de Charlotte Girard. Profonde tristesse.

#160083 
10/06/2019 à 10:37 par Assimbonanga

Pour moi l’échec électoral n’est pas le problème. Je suis sans doute d’une autre époque mais je trouve que le linge sale se lave en famille, pas sur la place publique. Il n’est pas reproché à Clémentine de dire des choses mais de les donner en pâture à nos ennemis.
Désormais, il y a pire. On avait déjà eu le problème Thomas Guénolé mais c’est maintenant Charlotte Girard qui quitte le navire. Ça fait beaucoup. Que va-t-il rester de notre construction ?
Que va nous dire Jean-Luc Mélenchon ? Comment se ramasser après une telle débandade ?
Nous passons pour des totalitaires et des non démocratiques alors que c’est par soucis de clarté, débat, citoyenneté que nos représentants jettent l’éponge. C’est le caractère paradoxal de la France insoumise. Les autres partis ne s’embarrasseraient pas de tels scrupules.
Je me pose une question. Que se serait-il passé avec ces mêmes personnes si nous avions fait 15% ? Les mêmes désistements auraient-ils eu lieu ?
J’ai regardé la vidéo de notre groupe parlementaire national en déplacement à Bruxelles pour l’intronisation des députés européens. On nous dit qu’ils sont 17 députés à faire le déplacement. Toutefois pas sur la photo et la moitié des fauteuils reste vide quand la porte se referme sur la réunion. Là, le doute s’insinue dans ma foi de charbonnier...

#160092 
12/06/2019 à 13:13 par François de Marseille

Ah, on l’a finalement notre défenseur d’autain,
Tenir compte du succès de tel ou tel parti pour adapter un programme, ça a plusieurs nom :
Dans la novlangue politique : construire.
Dans le dictionnaire : démagogie.
A la FI : tambouille politique font plus personne ne veut.
Que ceux qui recherchent ça se rassurent, ils trouverong chaussure à leur pied ailleurs. Mais ailleurs !

#160168 
RSS RSS Commentaires
   
Leur Grande Trouille - journal intime de mes "pulsions protectionnistes"
François RUFFIN
GoodYear, Continental, Whirlpool, Parisot-Sièges... Depuis dix ans, à travers la Picardie d’abord, la France ensuite, j’ai visité des usines de robinets, de pistons, de cacao, de lave-linge, de canapés, de chips ; de yaourts, avec toujours, au bout, la défaite. Ca m’a lassé de pleurnicher. Mieux valait préparer la contre-offensive. C’est quoi, leur grande trouille, en face ? Leur peur bleue ? Il suffit de parcourir le site du MEDEF. Ou de lire leurs journaux, Le Monde, La Tibune, Les Echos : (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

Nous devons employer la force parce que nous sommes l’Amérique. Nous sommes la nation indispensable.

Madeleine Allbright
Secrétaire d’Etat des Etats-Unis


Retour sur l’étrange et persistante désinformation autour de « l’affaire » Julian Assange (le Fake News dans toute sa splendeur)
On ne le répétera jamais assez : pratiquement tout ce que les grands médias répètent à l’envi autour de « l’affaire » Julian Assange est incorrect. Et on a beau l’expliquer aux journalistes - lorsque l’occasion se présente - et ils ont beau hocher de la tête, rien n’y fait : ils persistent et signent, mus par une sorte d’incapacité à accepter le moindre écart d’une narrative pré-établie et apparemment immuable, même lorsqu’elle se révèle fausse. Il suffit pourtant d’un minimum de recherches, pas beaucoup, pour (...)
CUBA : modèle de résistance ou résistance d’un modèle ? (conférence/débat audio)
Conférence de Viktor Dedaj, animateur du site "Le Grand Soir", sur le Libre Teamspeak le 4 Décembre 2011. Notre conférencier nous explique enfin la vérité sur Cuba, sur son régime, et démonte minutieusement toute la propagande des États-Unis contre Cuba. Une conférence aussi excellente qu’indispensable. L’exposé initial de Viktor Dedaj dure une quarantaine de minutes et est suivi de deux heures de questions/débat avec les auditeurs. - http://lelibrets.blogspot.com/ Le compte Youtube ayant (...)
Analyse de la culture du mensonge et de la manipulation "à la Marie-Anne Boutoleau/Ornella Guyet" sur un site alter.
Question : Est-il possible de rédiger un article accusateur qui fait un buzz sur internet en fournissant des "sources" et des "documents" qui, une fois vérifiés, prouvent... le contraire de ce qui est affirmé ? Réponse : Oui, c’est possible. Question : Qui peut tomber dans un tel panneau ? Réponse : tout le monde - vous, par exemple. Question : Qui peut faire ça et comment font-ils ? Réponse : Marie-Anne Boutoleau, Article XI et CQFD, en comptant sur un phénomène connu : "l’inertie des (...)
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.