Quantcast
RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes

Un gouvernement qui irait de Montebourg, du PS, à Philippot du FN ?

Où va Nicolas Dupont-Aignan ?

Souvent en rupture avec l’UMP, sa famille d’origine, Nicolas Dupont-Aignan a fréquemment pris des positions courageuses : pour la renationalisation à 100% de l’EDF, contre le tout-anglais, contre la constitution européenne, pour la souveraineté nationale... En même temps, son discours sur la sécurité et sur l’immigration le rapproche de la droite dure et il a soutenu les contre-réformes Fillon sur les retraites.

Force est en outre de constater que, dès lors qu’il s’agit de dessiner une perspective politique d’ensemble, le chef de file de "Debout la République" semble incapable d’un choix REPUBLICAIN : ainsi NDA vient-il encore d’appeler sur France-Info à mettre en place un "gouvernement d’union nationale" qui irait de Montebourg, de la prétendue "aile gauche" du PS, à Philippot, une étoile montante du FN.

Le fait que NDA ajoute aussitôt qu’il s’agirait d’un gouvernement républicain qui travaillerait sur la ligne de NDA et non sur celle du FN n’a rien de rassurant. D’une part, les rapports de forces entre "Debout la République" et le FN sont tellement déséquilibrés que l’on voit très clairement QUI, en réalité, fait mouvement vers qui.

D’autre part, ce n’est pas d’un gouvernement d’ "union nationale" mêlant des fédéralistes "de gôôôche" comme Montebourg à de francs xénophobes issus du FN que notre pays a besoin pour rompre avec l’UE sur des bases progressistes, c’est d’un FRONT POPULAIRE, PATRIOTIQUE et PROGRESSISTE calé sur les principes de la Résistance ANTIFASCISTE : sans un tel front, impossible de briser la tenaille qui broie notre peuple entre, d’une part, l’UMPS austéritaire, patronale et supranationaliste, et d’autre part l’UM’Pen en gestation sur des bases xénophobes, homophobes et ultra-réactionnaires.

En réalité la proposition faussement "consensuelle" de NDA contribue purement et simplement, non pas à ouvrir une perspective, mais à BANALISER le FN. Elle vise aussi à écarter les vrais communistes - et à travers eux, l’avant-garde consciente de la classe ouvrière - de l’alternative politique.

En réalité, le FN fait partie du dispositif politique verrouillé qui paralyse notre pays et qui détruit l’héritage national démocratique issu des Lumières, de la Révolution française, de la Commune, des lois de 1905, du Front populaire et du CNR.

L’avenir n’est nullement à une "union nationale" confusionniste et porteuse d’illusions suicidaires. L’avenir est au combat de classe résolu contre l’euro-austérité patronale et gouvernementale, à l’engagement antifasciste contre la nébuleuse bleue marine ralliée pas à pas par l’UMP, au regroupement des républicains patriotes, progressistes, antiracistes et antifascistes sur un programme actualisant les orientations de principe du Conseil National de la Résistance. Un programme inspiré par les communistes Jacques Duclos et Pierre Villon qui, pour mieux regrouper tous les patriotes véritables, excluait à la fois les Kollabos de l’Occupant allemand et les fascistes "français" qui déjà, considéraient les chambres à gaz comme un "point de détail" de l’histoire.

Pour que reviennent "Les Jours heureux", il revient donc aux progressistes républicains, antifascistes et patriotes de poser ensemble le "socle commun" d’une alternative révolutionnaire franchement anti-UE et anti-FN. A chacun ensuite sur ce socle d’airain, de choisir son camp, comme ce fut le cas, dans des circonstances combien plus sanglantes, il y a tout juste soixante-dix ans.

LE SECRETARIAT POLITIQUE DU POLE DE RENAISSANCE COMMUNISTE EN FRANCE,
le 18 mai 2013.

URL de cet article 20626
   
Même Thème
Les caisses noires du patronat
Gérard FILOCHE
A quoi servent les 600 millions d’euros des caisses noires du patronat, et où vont les 2 millions d’euros distribués chaque année en liquide par l’UIMM et le Medef ? Gérard Filoche dénonce ce scandale du siècle au coeur du patronat français. Il soulève toutes les questions posées par ce trafic d’argent liquide qui circule depuis si longtemps au Medef et montre comment le patronat se servait de cette caisse anti-grève pour briser la fameuse concurrence libre et non faussée. Denis Gautier-Sauvagnac, (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

Il semblerait que la nature de l’ultime révolution à laquelle nous avons à faire face est précisément celle-ci : nous sommes en train de développer toute une série de techniques qui permettront aux oligarchies aux commandes - qui ont toujours existé et qui probablement existeront toujours - d’amener les gens à aimer leur servitude.

Aldous Huxley


Revolucionarios : "On ne nait pas révolutionnaire... on le devient."
Chères lectrices, cher lecteurs du Grand Soir Nous vous proposons à la diffusion un documentaire intitulé « Revolucionarios ». Durée 57 Min – Version VOSTFR. Ce film, le premier d’une série, c’est la révolution cubaine racontée par celles et ceux, souvent anonymes, qui y ont participé d’une manière ou d’une autre. Des témoignages qui permettront de comprendre la réalité de ce que vivait le peuple cubain avant l’insurrection, de découvrir les raisons de cet engagement dans la lutte et de voir comment chacun (...)
19 
La crise européenne et l’Empire du Capital : leçons à partir de l’expérience latinoaméricaine
Je vous transmets le bonjour très affectueux de plus de 15 millions d’Équatoriennes et d’Équatoriens et une accolade aussi chaleureuse que la lumière du soleil équinoxial dont les rayons nous inondent là où nous vivons, à la Moitié du monde. Nos liens avec la France sont historiques et étroits : depuis les grandes idées libertaires qui se sont propagées à travers le monde portant en elles des fruits décisifs, jusqu’aux accords signés aujourd’hui par le Gouvernement de la Révolution Citoyenne d’Équateur (...)
« SIN EMBARGO » - Paroles cubaines sur le blocus (et le reste aussi) - Préambule - 1/13
PREAMBULE « Un microphone ? Hum... » Ca y’est, deux jours à la Havane et je commence à me sentir comme un fucking Chevalier de la Table Ronde à la recherche du Graal. Oui, j’ai besoin d’un microphone, avec une petite prise, pour le brancher là. « Tu veux acheter un microphone ? » Ben oui, à peine arrivé, le mien est tombé en panne, alors j’ai besoin d’un microphone. « Oui, oui, je comprends. Un microphone... ». Je suis dans un centre culturel. Un grand centre culturel. J’ai l’impression de voir des (...)
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.