Quantcast
RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher


Plainte contre les banques (pétition)

Nous appelons les Etats à porter plainte contre les banques pour prise illégitime d’intérêts sur la monnaie.

Une loi doit garantir le contrôle public des banques, pour une monnaie sans intérêts.

Autrefois, toute monnaie papier correspondait à une quantité équivalente d’or dans les banques.

Pour ce service de gardiennage de l’or, les clients donnaient des intérêts au banquier.

La monnaie n’est plus convertible en or ET POURTANT, les banquiers prennent encore des intérêts.

Ce faux monnayage provoque des crises mondiales d’endettement.

Endettés, les Etats réduisent les services publics, les entreprises font faillite

« Par essence, la création monétaire ex nihilo que pratiquent les banques est semblable, je n’hésite pas à le dire pour que les gens comprennent bien ce qui est en jeu ici, à la fabrication de monnaie par des faux-monnayeurs, si justement réprimée par la loi. Concrètement elle aboutit aux mêmes résultats. La seule différence est que ceux qui en profitent sont différents. » Maurice Allais, prix Nobel d’économie.

On ne met pas de timbre sur un courrier électronique, MAIS ALORS…

Pourquoi payer des intérêts sur la monnaie électronique ?

Quelque soit le support, la monnaie revêt des chiffres et des lettres réglementant les échanges « acheteurs-vendeurs. »

Supports et transports virtuels rendent gratuits monnaies et courriers dématérialisés. Or et papier deviennent inutiles.

La monnaie électronique est une grande invention. Sans elle, nos échanges seraient très difficiles. Pourquoi ?

Parce que l’or des banques ne correspond qu’à 1 % des biens et services circulant sur la planète sur une année !

Les banques privées créent 92% de la monnaie en circulation…sur ordinateur

Cette monnaie est électronique, des chiffres et des lettres créés sur écran, ex nihilo (sans équivalent or).

Les billets en papier, les pièces en métal vulgaire ne représentent que 8% de la monnaie en circulation.

Les intérêts ? Un péage illégitime sur les échanges, ce qui élimine massivement les petits producteurs.

Les banquiers facilitent les crédits pour des gadgets ou des armes très rentables pour leurs actionnaires.

Mais répondant à des besoins vitaux, des petites productions disparaissent par refus de crédit bancaire.

En moyenne, 33% d’un prix payé par le consommateur correspond aux intérêts répercutés par les investisseurs.

En moyenne, nous travaillons, le tiers de notre temps pour des lignes d’écritures sur ordinateur.

Ce qui coûte cher, c’est le temps perdu à travailler gratuitement pour les banquiers et les financiers.

D’un côté, on doit travailler pour payer les intérêts, de l’autre, les machines nous libèrent du travail.

Cette contradiction reflète une crise de civilisation qui exige l’abolition des intérêts sur l’argent.

Pareils à des fonctionnaires interdits d’enrichissement personnel, les banquiers devraient servir l’intérêt général.

Ils ne seraient plus payés en fonction d’un pourcentage pris sur les richesses produites par les clients

Les babquiers seraient payés en fonction de leur travail : création monétaire, ouverture et suivi des dossiers.

Aux USA, de 1861 à 1865, Lincoln fit chuter la pauvreté en imposant la monnaie sans intérêts.

Libérées du poids des intérêts (la dette), des régions sortiront de la misère, des productions locales renaîtront

L’endettement des particuliers, des entreprises et des Etats disparaîtra.

Les services publics se développeront en fonction du remplacement des hommes par les machines.

Cette loi pour la fin de l’endettement par les intérêts est une première étape d’une absolue nécessité.

C’est le point de départ de la construction d’une économie respectueuse des êtres humains et de la planète.

Libérons La Monnaie (Nantes-Le Pellerin) liberonslamonnaie.blogspot.com

PREMIERS SIGNATAIRES

Alain Vidal (enseignant retraité), Ernest Barreau (retraité du bâtiment), Rémy Drouet, (ajusteur retraité) Annie Mothes (enseignante), Isabelle Antoine (enseignante), Annette Hamon (éducatrice spécialisée), Claude Ravaud (Auteur compositeur interprète). 23/02/09

PETITION

Je soussigné(e), appelle les Etats à porter plainte contre les banques pour prise illégitime d’intérêts sur la monnaie. Une loi doit garantir le contrôle public des banques pour une monnaie sans intérêts, une monnaie d’intérêt général.

Signature, cliquez sur le lien ci-dessous :

www.petitionduweb.com/PLAINTE_CONTRE_LES_BANQUES__-3283.html

URL de cet article 8487
   
AGENDA

RIEN A SIGNALER

Le calme règne en ce moment
sur le front du Grand Soir.

Pour créer une agitation
CLIQUEZ-ICI
Désobéir : le petit manuel, de Xavier Renou
"Celui qui n’essaie pas, et celui-là seul, a déjà perdu." On a tous déjà manifesté des dizaines de fois. On a tous signé des centaines de pétitions. Mais combien sommes-nous à nous être demandés, lucidement, sans faux-semblant, ce qu’il en était de l’efficacité, et donc, de la pertinence, de nos moyens d’actions traditionnels ? Combien sommes-nous à nous réfugier dans une espèce de pensée magique chaque fois que nous sommes en colère, en nous habituant à considérer nos modes de protestation non plus comme (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

Je n’ai aucune idée à quoi pourrait ressembler une information de masse et de qualité, plus ou moins objective, plus ou moins professionnelle, plus ou moins intelligente. Je n’en ai jamais connue, sinon à de très faibles doses. D’ailleurs, je pense que nous en avons tellement perdu l’habitude que nous réagirions comme un aveugle qui retrouverait soudainement la vue : notre premier réflexe serait probablement de fermer les yeux de douleur, tant cela nous paraîtrait insupportable.

Viktor Dedaj


Retour sur l’étrange et persistante désinformation autour de « l’affaire » Julian Assange (le Fake News dans toute sa splendeur)
On ne le répétera jamais assez : pratiquement tout ce que les grands médias répètent à l’envi autour de « l’affaire » Julian Assange est incorrect. Et on a beau l’expliquer aux journalistes - lorsque l’occasion se présente - et ils ont beau hocher de la tête, rien n’y fait : ils persistent et signent, mus par une sorte d’incapacité à accepter le moindre écart d’une narrative pré-établie et apparemment immuable, même lorsqu’elle se révèle fausse. Il suffit pourtant d’un minimum de recherches, pas beaucoup, pour (...)
10 
Lorsque les psychopathes prennent le contrôle de la société
NdT - Quelques extraits (en vrac) traitant des psychopathes et de leur emprise sur les sociétés modernes où ils s’épanouissent à merveille jusqu’au point de devenir une minorité dirigeante. Des passages paraîtront étrangement familiers et feront probablement penser à des situations et/ou des personnages existants ou ayant existé. Tu me dis "psychopathe" et soudain je pense à pas mal d’hommes et de femmes politiques. (attention : ce texte comporte une traduction non professionnelle d’un jargon (...)
43 
Comment Cuba révèle toute la médiocrité de l’Occident
Il y a des sujets qui sont aux journalistes ce que les récifs sont aux marins : à éviter. Une fois repérés et cartographiés, les routes de l’information les contourneront systématiquement et sans se poser de questions. Et si d’aventure un voyageur imprudent se décidait à entrer dans une de ces zones en ignorant les panneaux avec des têtes de mort, et en revenait indemne, on dira qu’il a simplement eu de la chance ou qu’il est fou - ou les deux à la fois. Pour ce voyageur-là, il n’y aura pas de défilé (...)
40 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.