RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher

Pourquoi les révolutionnaires ne se reconnaissent pas dans le programme du Front de Gauche ?

Lorsque le Front de Gauche parle d’insurrection ou revendique la Commune de Paris, en réalité, de quoi parle-t-il ? Qu’est-ce qu’il y a derrière ce discours qui se veut radical ? Si on fait attention à son programme et à ce qu’il dit, on voit bien qu’il rejette totalement le point de vue révolutionnaire car la « révolution » de Mélenchon est électorale, c’est-à -dire que le seul message qu’il veut faire passer avec ce discours radical est d’aller voter pour lui. En fin de compte, il cherche à orienter toutes les forces sociales et de lutte dans le cadre des institutions, c’est-à -dire qu’il cherche à canaliser le mécontentement social qui existe chez les travailleurs à travers les élections.

Jean-Luc Mélenchon ne fait qu’entretenir les illusions sur les institutions bourgeoises soi-disant démocratiques, et fait croire que le changement social peut passer par le biais des élections. Il célèbre et se revendique de la prise de la Bastille et de la révolution française de 1789, pas pour mettre en avant leur côté insurrectionnel (et donc opposé à sa démarche électoraliste) mais pour entretenir un discours nationaliste. Le projet du Front de Gauche est construit sur une pseudo-critique du capitalisme qui vise en fait à mettre en avant la nation. Il ne fait ainsi qu’être utile aux intérêts impérialistes de la France et nuisible pour les travailleurs du monde entier.

Le programme du Front de Gauche n’est pas au service des travailleurs et de la jeunesse exploitée, mais il vise à enfermer le prolétariat dans une idéologie sociale-chauvine qui a été tant de fois, dans l’histoire de notre pays et du monde entier, l’une des armes principales de la contre-révolution. Cette idéologie est d’autant plus dangereuse aujourd’hui que la crise capitaliste crée un terrain favorable pour que les capitalistes essaient de convaincre les travailleurs que les responsables de leur souffrance sont… d’autres travailleurs !

Aucune critique en profondeur de la société capitaliste française, ni de la classe exploiteuse qui est à sa tête. Le programme économique du Front de Gauche propose un projet de modernisation de l’industrie française. Il dénonce une oligarchie qui représente la finance et qui, en quelque sorte, corromprait la « république française ». Il avance ainsi l’idée qu’il y aurait une « gentille bourgeoisie industrielle » avec laquelle les travailleurs partageraient les mêmes intérêts, en prenant comme modèle la période d’accumulation de l’après-guerre, âge d’or de l’impérialisme français où régnait productivité et paix sociale, grâce aux monopoles d’État et à l’intégration des syndicats au service des patrons.

Les travailleurs n’ont pas besoin du projet social-chauvin et de conciliation de classes du Front de Gauche ! Ils ont besoin d’un changement radical de la société, d’en finir avec la domination des capitalistes, c’est-à -dire d’une révolution sociale.

Pour lutter et gagner face à l’Etat bourgeois et ses institutions, les travailleurs doivent acquérir une conscience de classe, c’est-à -dire que la classe ouvrière doit prendre confiance dans sa capacité à organiser la société de manière solidaire, sans se soumettre aux capitalistes.

Pour stopper la gangrène du capitalisme, pensons lutte des classes, construisons une organisation révolutionnaire qui se dote d’un programme politique avec une perspective internationaliste, afin de développer l’unification des travailleurs et de la jeunesse exploitée de tous les pays contre la classe dominante. Cette organisation révolutionnaire, ce programme politique et cette unité des travailleurs et de la jeunesse doivent être au service de la lutte contre ce système d’exploitation et de la mise en place d’une nouvelle société, sans oppresseurs ni opprimés. C’est dans cette perspective que nous nous battons, avec mes camarades du Courant Communiste Révolutionnaire, au sein du NPA et dans la lutte de classe.

Manu Georget *

Source : http://www.ccr4.org/Pourquoi-les-revolutionnaires-ne

* Ancien dirigeant de la CGT dissidente de Philips Dreux ayant lutté contre la fermeture du site en 2010 et militant du CCR.

URL de cet article 16371
  

Chicharra et les vautours
Maxime VIVAS
Le nouveau roman de Maxime Vivas Ce livre est la simple histoire d’une idole internationale (proche d’un Manu Chao) dont on exploite l’image et de jeunes ambitieux qui cherchent fortune sans penser à mal. Mais en rapprochant l’art et l’argent, ce roman intègre en filigrane l’ombre de Michael Jackson et de bien d’autres idoles qui furent cernées par des profiteurs avides jusqu’à se moquer de la vie de la poule aux oeufs d’or. Pierre souffre de solitude dans sa grange transformée en habitation, à (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

Je ne pense plus que les journalistes devraient bénéficier d’une immunité particulière lorsqu’ils se trompent à ce point, à chaque fois, et que des gens meurent dans le processus. Je préfère les appeler "combattants des médias" et je pense que c’est une description juste et précise du rôle qu’ils jouent dans les guerres aujourd’hui.

Sharmine Narwani

Le DECODEX Alternatif (méfiez-vous des imitations)
(mise à jour le 19/02/2017) Le Grand Soir, toujours à l’écoute de ses lecteurs (réguliers, occasionnels ou accidentels) vous offre le DECODEX ALTERNATIF, un vrai DECODEX rédigé par de vrais gens dotés d’une véritable expérience. Ces analyses ne sont basées ni sur une vague impression après un survol rapide, ni sur un coup de fil à « Conspiracywatch », mais sur l’expérience de militants/bénévoles chevronnés de « l’information alternative ». Contrairement à d’autres DECODEX de bas de gamme qui circulent sur le (...)
103 
Analyse de la culture du mensonge et de la manipulation "à la Marie-Anne Boutoleau/Ornella Guyet" sur un site alter.
Question : Est-il possible de rédiger un article accusateur qui fait un buzz sur internet en fournissant des "sources" et des "documents" qui, une fois vérifiés, prouvent... le contraire de ce qui est affirmé ? Réponse : Oui, c’est possible. Question : Qui peut tomber dans un tel panneau ? Réponse : tout le monde - vous, par exemple. Question : Qui peut faire ça et comment font-ils ? Réponse : Marie-Anne Boutoleau, Article XI et CQFD, en comptant sur un phénomène connu : "l’inertie des (...)
93 
Hier, j’ai surpris France Télécom semant des graines de suicide.
Didier Lombard, ex-PDG de FT, a été mis en examen pour harcèlement moral dans l’enquête sur la vague de suicides dans son entreprise. C’est le moment de republier sur le sujet un article du Grand Soir datant de 2009 et toujours d’actualité. Les suicides à France Télécom ne sont pas une mode qui déferle, mais une éclosion de graines empoisonnées, semées depuis des décennies. Dans les années 80/90, j’étais ergonome dans une grande direction de France Télécom délocalisée de Paris à Blagnac, près de Toulouse. (...)
69 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.