RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher

PS, UMP, FN : la question de l’identité des indiscernables

La chronique interminable des succès anticipés du Front National lors des prochains scrutins n’en finit pas de régaler les media dominants. Une fois de plus d’ailleurs, la presse aura joué un rôle plus qu’ambigu dans les résultats, si leurs "prévisions" sont avérées. Ce rôle, pour ne pas dire cette fonction des media dominants fait désormais partie du paysage politique de très nombreux pays de l’ouest européen. Ne s’agit-il pas de transformer le désarroi provoqué par le fiasco politique, social et économique de l’UE en "montée des nationalismes" ?

Le principe de « l’identité des indiscernables » a été développé par le philosophe allemand Gottfried Leibniz (1646-1716). Dans sa version triviale, mais fort utile en politique, il pose que si deux entités sont distinctes, elles doivent différer en quelque chose... Je ne ferai donc pas l’insulte au Parti socialiste de l’identifier indûment au Front National. Ce genre d’amalgame polémique est le plus souvent stérile. En revanche, le jeu que mène le parti de François Hollande à travers la personne de Manuel Valls, par exemple – car il n’est pas seul – nous conduit à nous poser des questions qui ont à voir avec la notion d’identité des indiscernables. Souvenons-nous des déclarations de l’hyper-ministre sur l’immigration en général. Le FN a bien saisi la menace, qui appelle à voter « pour l’original plutôt que pour sa copie ». Encore une fois, « identité » et « indiscernables » sont des termes dont la radicalité doit être récusée par souci de précision.

La nécessaire "discipline républicaine" devient difficilement supportable

Mais il reste quelque chose de véritablement crapuleux, et je pèse mes mots, surgi dès juin 1984, lorsque Pierre Bérégovoy aurait déclaré (on a peine à le croire mais c’est un fait avéré) : « On a tout intérêt à pousser le Front National. Il rend la droite inéligible. Plus il sera fort, plus on sera imbattables. C’est la chance historique des socialistes. » (entretien avec Frank-Olivier Giesbert, 21 juin 1984). » Ce quelque chose de crapuleux, c’est le caractère moralement impérieux de ce qu’il est convenu d’appeler la "discipline républicaine".

Ainsi, au deuxième tour de tout scrutin, il convient de voter pour le candidat du parti qui se retrouve face au Front National, même quand se pose la question de l’identité des indiscernables, et même quand le parti bénéficiant des reports n’a cessé depuis trente ans de tourner le dos à ses engagements les plus solennels en matière d’emploi, d’indépendance nationale, de progrès sociaux, de politique étrangère et d’intégrité des élus. On comprend que cette question des reports « pour battre la droite, l’extrême-droite, le FN, etc. » soit désormais perçue comme un piège par des citoyens régulièrement floués par ceux auxquels il avaient fait confiance. Il serait même possible que la discipline en question rassemble de moins en moins. Du même coup, les partis jusqu’à présent bénéficiaires de cette tradition républicaine (l’UMP n’est pas en reste en ce domaine) enverront leurs représentants bêler sur les plateaux de télévision et les stations de radio « qu’ils ont péché par défaut de pédagogie », alors qu’ils ont comme à leur habitude méprisé les pauvres et les désespérés de la politique.

La proportionnelle intégrale contre tout chantage moralisateur

Il existe une solution à ce problème brûlant. Elle est connue. Cela s’appelle "la proportionnelle intégrale" : chaque voix compte dans les pourcentages de chaque parti. Le nombre des élus de ces partis dépend directement des pourcentages atteints. Il n’y a qu’un seul tour, donc pas de reports.

Deux objections sont ordinairement avancées contre cette solution qui, au passsage, rendrait leur intérêt d’origine aux débats parlementaires. La première est irrecevable car anti-démocratique : les « petits partis » pourraient être représentés, ce qui risquerait d’affaiblir les majorités puissantes ! On voit mal pourquoi la participation à l’exercice de la souveraineté nationale devrait exclure les pensées minoritaires, et pourquoi les majoritaires devraient être écrasantes. La seconde, également anti-démocratique, porte sur le fait que la proportionnelle intégrale ferait entrer beaucoup de députés du Front National à l’Assemblée nationale. Certes, mais quoi qu’il en soit, c’est ce qui va se passer au cours des prochaines années si l’on n’y prend garde. D’ailleurs, cela a même été dit par Laurent Fabius, depuis quand combat-on des idées par des modes de scrutin ? Parce qu’il s’agit bien d’idées dès lors que seuls les partis démocratiquement autorisés participent aux processus électoraux. Beaucoup,dans les années 1980, ont préconisé l’interdiction du FN au motif que l’incitation à la haine raciale n’est pas une opinion mais un délit, voire un crime. J’étais parmi eux. Cela fut refusé : à cette époque, le FN rendait beaucoup de services électoraux. Il est désormais trop tard. Je suis tenté de dire aujourd’hui que c’est moins malsain. Mais les Français pourraient, à terme, le payer cher. Souhaitons qu’ils n’aient pas la mémoire courte. Cela dépend en grande partie des communistes restés debout dans ce pays.

Pascal ACOT

»» http://www.actioncommuniste.fr/article-ps-ump-fn-la-question-de-l-iden...
URL de cet article 23186
  
Communication aux lecteurs
JULIAN ASSANGE : Le documentaire "Hacking Justice" à Paris

Le 17 novembre à 20h
au cinéma Espace St Michel
7 Pl St Michel, Paris 75005

Les Amis du Monde Diplo & Les Mutins de Pangée organisent une projection du film "Hacking Justice Julian Assange" de Clara Lopez Rubio et Juan Pancorbo suivie d’un débat avec la réalisatrice.

https://lesmutins.org/hacking-justice

à partir du 17 novembre, le film sera suivi de débats aux séances de 20h les lundi, mercredi, Vendredi. Calendrier : https://lesmutins.org/hacking-justice?tab=projections

Même Thème
Le « populisme du FN » un dangereux contresens, d’Annie Collovald et Guerre aux chômeurs ou guerre au chômage, d’Emmanuel Pierru
DIVERS
Récemment apparues, les éditions du Croquant, issues d’une dissidence des héritiers de Pierre Bourdieu, publient des ouvrages riches, au coeur des problèmes sociaux actuels et offrant un regard juste et pertinent. Deux d’entre eux ont particulièrement retenu notre attention : Le « populisme du FN » un dangereux contresens A travers cet ouvrage, Annie Collovald a voulu déconstruire et remettre en cause le terme de « populisme » qui sert aujourd’hui d’explication au succès électoral du Front national. (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

Ceux qui croient connaître le monde à travers les médias connaissent en réalité un monde qui n’existe pas. D’où la difficulté de communiquer avec eux.

Viktor Dedaj

Analyse de la culture du mensonge et de la manipulation "à la Marie-Anne Boutoleau/Ornella Guyet" sur un site alter.
Question : Est-il possible de rédiger un article accusateur qui fait un buzz sur internet en fournissant des "sources" et des "documents" qui, une fois vérifiés, prouvent... le contraire de ce qui est affirmé ? Réponse : Oui, c’est possible. Question : Qui peut tomber dans un tel panneau ? Réponse : tout le monde - vous, par exemple. Question : Qui peut faire ça et comment font-ils ? Réponse : Marie-Anne Boutoleau, Article XI et CQFD, en comptant sur un phénomène connu : "l’inertie des (...)
93 
« SIN EMBARGO » - Paroles cubaines sur le blocus (et le reste aussi) - Préambule - 1/13
PREAMBULE « Un microphone ? Hum... » Ca y’est, deux jours à la Havane et je commence à me sentir comme un fucking Chevalier de la Table Ronde à la recherche du Graal. Oui, j’ai besoin d’un microphone, avec une petite prise, pour le brancher là. « Tu veux acheter un microphone ? » Ben oui, à peine arrivé, le mien est tombé en panne, alors j’ai besoin d’un microphone. « Oui, oui, je comprends. Un microphone... ». Je suis dans un centre culturel. Un grand centre culturel. J’ai l’impression de voir des (...)
Hier, j’ai surpris France Télécom semant des graines de suicide.
Didier Lombard, ex-PDG de FT, a été mis en examen pour harcèlement moral dans l’enquête sur la vague de suicides dans son entreprise. C’est le moment de republier sur le sujet un article du Grand Soir datant de 2009 et toujours d’actualité. Les suicides à France Télécom ne sont pas une mode qui déferle, mais une éclosion de graines empoisonnées, semées depuis des décennies. Dans les années 80/90, j’étais ergonome dans une grande direction de France Télécom délocalisée de Paris à Blagnac, près de Toulouse. (...)
69 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.