RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher


Quelle est la différence entre un référendum ?

Les dernières nouvelles de Crimée indiquent que 95,5 % des électeurs se sont prononcés en faveur du rattachement de la Crimée à la Russie, avec un taux de participation de 81%.

Le résultat (prévisible et prévu) démontre qu’une majorité écrasante de la population locale ne sait pas répondre - elle non plus - correctement à une question pourtant simple.

On comprend donc la réaction de Laurent Fabius (ministre des affaires étrangères par intérim lorsque BHL est occupé pour une séance photos) qui avait préventivement déclaré que "le référendum (en Crimée) est illégal".

"Illégal" est un terme employé en diplomatie lorsqu’une majorité se prononce contre un passage en force (par exemple, un coup d’état ou un traité constitutionnel).

La réponse à la question en titre est donc "aucune, à part la démocratie".

Théophraste R.
Chargé de la rubrique Rébus du Grand Soir

URL de cette brève 4024
https://www.legrandsoir.info/quelle-est-la-difference-entre-un-referendum.html
Imprimer version PDF
pas de commentaires
no comment
reagir
Commentaires
17/03/2014 à 11:38 par Aldamir

Le peuple étant le seul véritable maître de sa souveraineté, sa consultation par referendum est essentielle pour toutes les questions importantes hypothéquant l’avenir de son pays. On a assisté dans certains membres de l’UE voir ses dirigeants refuser de respecter ce principe fondamental qui l’emporte sur toute autre considération. Le cas de la France en est un exemple frappant lorsque les français consulté par referendum à la Constitution de l’UE ont voté non et les députés oui, et que cette décision n’a non seulement pas été respecté par les dirigeants en place, mais détourné par le traité de Lisbonne monté de toute pièces. Les dénonciation s par l’évocation d’illégitimité et non respect des Lois et chartes internationales, du referendum de la Crimée par les pays membres de l’OTAN qui ont oeuvré au démembrement par la force de la Yougoslavie ,de la Tchécoslovaquie, du Soudan et dont le comble est la Palestine doivent adopter un profil bas et avoir un peu de décence et de honte vis à vis de l’humanité. En Palestine , ces pays ont envoyés leurs colons pour déposséder ,voler et massacrer tout un peuple dans son pays et qui subit un génocide latent depuis 70 ans avec leur bénédiction, leur appui et leur soutien. Et tout cela au mépris et de la violation de la Charte de l’ONU et de toutes les lois et Conventions internationales des droits des peuples.

#104764 
17/03/2014 à 21:06 par Feufollet

A la radio RSR1
J’entendais l’autre jour, Luc Ferry(re) défendre la démocratie représentative (à la française)
Contre la démocratie directe (à la suisse)
J’el comprends, le peuple ne serait pas souvent d’accord avec lui
C’est dommage qu’il ne vote pas plus souvent, le peuple, en France
Pays réputé démocratique
Où les aspirations démocratiques sont très limitées dans leurs expressions
Et se résument à choisir entre un(e) pestiféré(e) ou un(e) cholérafié(e)
Enfin Fabius aussi, a encore trouvé le moyen de ridiculiser la France entière
Avec des propos qui n’auront plus cours demain.

#104768 
17/03/2014 à 21:26 par Dwaabala

Une question à Théophraste R. : quelle est le nom de la belle figure de style du titre ?
Ce n’est pas une anacoluthe alors... quoi ?
Merci.

#104770 
17/03/2014 à 21:52 par Dwaabala

à Théophraste R. : je viens de poser la question à Google, qui me renvoie à votre article !
Pour faire du genre, j’aurais d’ailleurs pu me contenter de vous écrire : Je viens de poser.

#104774 
18/03/2014 à 18:43 par vm

Cher Dwaabala (si tu permets), je vais "poser" moi aussi pour la bonne cause, c’est-à-dire pour un usage du langage comme arme de combat, qui permet de remettre le sens sur ses pieds, quand généralement il marche sur la tête, comme c’est le cas dans le langage actuellement dominant. On peut tout apprendre (ou presque) sur les "figures", dans un petit livre très savant, et très pittoresque par ses exemples, intitulé "Rhétorique générale" dont l’auteur est le collectif dit "Groupe μ" (plutôt des logiciens que des stylistes, mais ça va ensemble). Les figures y sont analysées par catégories de modifications affectant, soit la forme et la phonétique des mots (métaplasmes), soit l’ordre des mots (métataxes), soit la signification usuelle (métasémèmes), soit encore le rapport de l’énoncé à la personne de l’énonciateur ou à une situation extérieure (métalogismes). C’est de cette dernière catégorie que me semble relever le titre hardiment lancé par Théophraste. En effet il utilise un adverbe de disjonction ("entre"), mais apparemment il n’y a pas de second terme, et du point de vue de la logique du langage, la phrase n’a pas de sens. En réalité bien sûr, il y a une disjonction entre "un referendum et un autre" ; et justement parce qu’elle reste implicite, il devient encore plus clair que Théophraste n’en pense pas moins : il force ainsi le lecteur à remettre lui-même en question l’objet réel dont il s’agit. Au lieu de travailler sur le sens de mots, nous dit le logicien, "le rhétoriqueur peut faire appel à l’objectivité de la réalité, pour franchement s’en séparer et tirer effet de cette distanciation". L’effet recherché est clairement visible dans le dernier échantillon de la rubrique "Humour et politique" (Laurent Fabius) : c’est la mise en image du rébus, lequel en dit plus qu’une longue explication ! L’ironie aussi fait partie des figures par métalogisme. Mais puisqu’il me semble avoir lu de toi quelque part ici une réflexion sur Thucydide et la démocratie antique, j’ajoute que toute la rhétorique d’Aristote, qui passe en revue les lieux et les figures de l’argumentation, donne pour objet à cette étude (très pittoresque elle aussi) de déjouer les sophismes, les mensonges et les subterfuges de ceux qui, pour servir leurs intérêts, sont devenus experts en "communication", c’est-à-dire fabriquent de faux discours sur le réel , qu’ils s’efforcent d’accréditer à coups d’éthos et de pathos !

#104784 
18/03/2014 à 23:33 par Dwaabala

à vm, merci ! C’est un soulagement...
Bon sang ! mais c’est... bien sûr une figure de pensée plutôt que de style : un métalogisme.
Je piétinais car je cherchais dans le paralogisme, donc à côté puisqu’il n’y a rien de faux dans cette remarquable tournure du titre de Théophraste R. dans laquelle il s’est mis tout entier.
D’ailleurs, le préfixe méta peut renvoyer aussi à l’idée de profondeur : profonde logique, c’est bien cela.
Dans sa concision... extrême et par sa suspension tortue, elle en dit bien plus que de longs discours sur l’état de dégénérescence de ceux qui nous dirigent et sur l’érudition de ceux qui la lisent.
En tous cas les uns comme les autres la méritent bien et c’est ainsi que je l’ai reçue.
C’est encore plus pur que le vol d’espadrilles sur le Pays basque.
Donc, merci aussi à son auteur.

#104786 
19/03/2014 à 22:19 par Bruno

Il est grand temps que les USA rendent à qui de droit le Texas, la Californie, Le Nouveau-Mexique,l’ Arizona, Le Nevada, l’Utah, le Colorado, une partie du Wyoming, les îles Hawaï, l’archipel de Samoa, et j’en passe....

#104798 
20/03/2014 à 09:02 par Beyer Michel

Rappelons quand même pour mémoire que Laurent Fabius, supplétif de BHL, avait appelé à voter NON en 2005.

#104805 
RSS RSS Commentaires
   
Communication aux lecteurs
JULIAN ASSANGE : Le documentaire "Hacking Justice" à Paris

Le 17 novembre à 20h
au cinéma Espace St Michel
7 Pl St Michel, Paris 75005

Les Amis du Monde Diplo & Les Mutins de Pangée organisent une projection du film "Hacking Justice Julian Assange" de Clara Lopez Rubio et Juan Pancorbo suivie d’un débat avec la réalisatrice.

https://lesmutins.org/hacking-justice

à partir du 17 novembre, le film sera suivi de débats aux séances de 20h les lundi, mercredi, Vendredi. Calendrier : https://lesmutins.org/hacking-justice?tab=projections

"L’Industrie du mensonge - Relations publiques, lobbying & démocratie"
Sheldon Rampton, John Stauber
En examinant le monde des lobbyistes, ce livre dévoile l’ampleur des manipulations pour transformer l’« opinion publique » et conforter les intérêts des grands groupes industriels. Des espions aux journalistes opportunistes, en passant par des scientifiques peu regardants et de faux manifestants, l’industrie des relations publiques utilise tous les canaux possibles pour que seule puisse être diffusée l’information qui arrange ses clients - gouvernements et multinationales, producteurs d’énergie (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

« Nous préférons croire au mythe selon lequel la société humaine, après des milliers d’années d’évolution, a finalement créé un système économique idéal, plutôt que de reconnaître qu’il s’agit simplement d’une idée fausse érigée en parole d’évangile. »

« Les Confessions d’un assassin financier », John Perkins, éd. Editions Alterre, 2005, p. 247

Médias et Information : il est temps de tourner la page.
« La réalité est ce que nous prenons pour être vrai. Ce que nous prenons pour être vrai est ce que nous croyons. Ce que nous croyons est fondé sur nos perceptions. Ce que nous percevons dépend de ce que nous recherchons. Ce que nous recherchons dépend de ce que nous pensons. Ce que nous pensons dépend de ce que nous percevons. Ce que nous percevons détermine ce que nous croyons. Ce que nous croyons détermine ce que nous prenons pour être vrai. Ce que nous prenons pour être vrai est notre réalité. » (...)
Comment Cuba révèle toute la médiocrité de l’Occident
Il y a des sujets qui sont aux journalistes ce que les récifs sont aux marins : à éviter. Une fois repérés et cartographiés, les routes de l’information les contourneront systématiquement et sans se poser de questions. Et si d’aventure un voyageur imprudent se décidait à entrer dans une de ces zones en ignorant les panneaux avec des têtes de mort, et en revenait indemne, on dira qu’il a simplement eu de la chance ou qu’il est fou - ou les deux à la fois. Pour ce voyageur-là, il n’y aura pas de défilé (...)
Revolucionarios : "On ne nait pas révolutionnaire... on le devient."
Chères lectrices, cher lecteurs du Grand Soir Nous vous proposons à la diffusion un documentaire intitulé « Revolucionarios ». Durée 57 Min – Version VOSTFR. Ce film, le premier d’une série, c’est la révolution cubaine racontée par celles et ceux, souvent anonymes, qui y ont participé d’une manière ou d’une autre. Des témoignages qui permettront de comprendre la réalité de ce que vivait le peuple cubain avant l’insurrection, de découvrir les raisons de cet engagement dans la lutte et de voir comment chacun (...)
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.