Quantcast
RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes


RADIO CAMPUS - vie et mort du Che - hdm

CE MERCREDI 18 OCTOBRE 2017

A 18H30

C’EST « L’HEURE DE L’METTRE »

Sur RADIO CAMPUS Lille 106,6

En direct et en archives sur www.campuslille.com

La figure du Che, reproduite à l’infini, c’est celle du mythe, Prométhée revisité, Christ ressuscité, le Romantique enteeshirté…

Et le récit se conclue sur le tragique de la condition humaine. La volonté de transformation du monde tel qu’il est finit fatalement clouée au rocher ou à la croix. Le vrai révolutionnaire c’est le révolutionnaire mort.

Comme cette figure est admirable, il se peut toutefois que les masses s’en saisissent – et pas uniquement pour rêver. Il se peut que le Che réel dépasse le Che fantasmé. Il se peut qu’on suive sa voie, celle de la révolution, de la lutte de classe, du combat anti-impérialiste conséquent.

Dès lors, le microcosme bourgeois lui-même tend à sortir le Che du mythe, pour le dépeindre comme un sauvage assoiffé de sang, un apprenti dictateur, un communiste. Il s’agit là de faire œuvre iconoclaste, littéralement.

Autre biais de la propagande, il s’agit de démontrer qu’en fait, le compagnon de lutte de Fidel, a été trahi par lui. Qu’ils ne prirent pas le même chemin. Et d’opposer la révolution vaincue à La Higuera à celle, réussie, de La Havane. Pour finalement dégager deux conceptions de la révolution : l’une, fondée sur l’idéalisme, et qui fatalement échoue, l’autre, fondée sur le fait, et qui fatalement sera l’objet d’un combat acharné pour la défaire.

La figure du Che peut alors être utilisée pour amener les masses à préférer la stérilité romantique au travail ardu de l’ensemencement révolutionnaire.

Or, il va de soi, à la lecture de l’Histoire comme des écrits d’Ernesto Guevara, que notre camarade était à l’opposé de ce portrait inopérant. Et que si Fidel lui a survécu (en dépit de centaines de tentatives d’assassinat), si la Révolution lui a survécu (en dépit d’un travail contre-révolutionnaire incessant), ce n’est pas contre le Che, mais avec lui.

A l’occasion du cinquantième anniversaire de l’assassinat du Che par l’ennemi, nous reviendrons sur la vie de ce camarade, dans son temps et dans sa réalité, proposant notre propre récit.

Et ce dans la perspective du rendez-vous suivant et avec ceux qui l’organisent :

http://www.francecuba.org/le-comite-de-lille-rend-hommage-au-che/

URL de cette brève 5580
https://www.legrandsoir.info/radio-campus-vie-et-mort-du-che-hdm.html
Imprimer version PDF
pas de commentaires
no comment
reagir
RSS RSS Commentaires
   
Un futur présent, l’après-capitalisme, de Jean Sève
Michel PEYRET
Une façon de dépasser le capitalisme Le livre de référence L’essai de l’historien Jean Sève intitulé Un futur présent, l’après-capitalisme (La Dispute, 2006). Ce livre propose une interprétation du mouvement historique actuel dans le sens du dépassement possible du capitalisme. Il énonce ce qu’il envisage comme des preuves de l’existence actuelle de « futurs présents » qui seraient autant de moyens de ce dépassement du capitalisme déjà à l’oeuvre dans le réel. Sur la question économique, la gauche est (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

(CUBA) "Tant qu’il y aura l’impérialisme, nous ne pouvons nous permettre le luxe du pluri-partisme. Nous ne pourrions jamais concurrencer l’argent et la propagande que les Etats-Unis déverseraient ici. Nous perdrions non seulement le socialisme, mais notre souveraineté nationale aussi"

Eugenio Balari
in Medea Benjamin, "Soul Searching," NACLA Report on the Americas 24, 2 (August 1990) : 23-31.


Médias et Information : il est temps de tourner la page.
« La réalité est ce que nous prenons pour être vrai. Ce que nous prenons pour être vrai est ce que nous croyons. Ce que nous croyons est fondé sur nos perceptions. Ce que nous percevons dépend de ce que nous recherchons. Ce que nous recherchons dépend de ce que nous pensons. Ce que nous pensons dépend de ce que nous percevons. Ce que nous percevons détermine ce que nous croyons. Ce que nous croyons détermine ce que nous prenons pour être vrai. Ce que nous prenons pour être vrai est notre réalité. » (...)
Cette épuisante sensation de courir dans l’eau (plaidoyer pour rompre définitivement avec le PS)
Vous avez déjà essayé de courir dans l’eau ? Epuisant n’est-ce pas ? Au bout de quelques pas, je me dis que j’irai plus vite en marchant. Alors je marche. Comme je n’ai jamais pris la peine de me chronométrer, je ne sais ce qu’il en est réellement, mais la sensation d’aller plus vite et plus loin est bien là. Et quoi de plus subjectif que le temps ? Préambule défoulant : Socialistes, j’ai un aveu à vous faire : je ne vous supporte plus. Ni vos tronches, ni vos discours, ni vos écrits, ni vos (...)
Cuba - Tchernobyl : Lettre à Maria.
24 août 2006. Chère Maria, Je ne sais pas si mon nom vous dira quelque chose. A vrai dire, je ne crois pas vous avoir laissé un souvenir impérissable. C’est pourtant vous qui m’avez donné, au détour d’une seule phrase, une des plus belles leçons d’humanité qu’un homme puisse recevoir. Il y a déjà quelques années de cela mais, comme vous pouvez le constater, je n’ai pas oublié. Vous souvenez-vous, Maria, de cet occidental en visite sur votre île qui voulait vous poser quelques questions ? En réalité, et (...)
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.