Quantcast
RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes


Risque de fusion des bureaux de votes avec les banques le dimanche 23 avril 2017

Le mois d’avril verra le peuple de France se diviser en deux blocs principaux :

- d’un côté, grouilleront les moutons qui préfèrent le boucher au berger, glouglouteront les dindes qui réclament un Noël par semaine, se pâmeront les sans-dents et les sans-logis devant le blanc sourire du banquier, devant le manoir de Fillon et celui des Le Pen.

- de l’autre se dresseront ceux qui savent avec William Shakespeare que « Tout esclave a en main le pouvoir de briser sa servitude », avec Malcom X que les médias peuvent vous « faire aimer l’oppresseur et détester l’opprimé », avec George Orwell que « Le langage politique est destiné à rendre vraisemblables les mensonges, respectables les meurtres et à donner l’apparence de la solidité, à ce qui n’est que du vent. » Ah ! Il connaissait Macron ?(1).

La question est de savoir quel bloc l’emportera, combien d’électeurs sont disposés à avaler un nouveau « discours du Bourget » en attendant de donner encore et toujours « Du sang, du labeur, des larmes et de la sueur », ou bien si nous serons assez nombreux pour renverser la table.

Théophraste R. (billettiste citationniste).

(1) Deux « macronnades » : « « Je ne suis l’héritier de rien, je suis l’héritier de vous, je suis l’héritier de notre avenir ». « Ce que nous allons faire, dans le quinquennat qui vient, c’est sortir du passé qui ne veut pas passer… ». Moi, j’aurais ajouté : « et rentrer dans le présent qui ne se présente pas » ou « avancer vers le futur qui sera là demain ».

URL de cette brève 5388
https://www.legrandsoir.info/risque-de-fusion-des-bureaux-de-votes-avec-les-banques-le-dimanche-23-avril-2017.html
Imprimer version PDF
pas de commentaires
no comment
reagir
Commentaires
04/04/2017 à 09:54 par franck-y

Ooooh ! France d’en bas, la route est droite mais la pente est forte.
C’était quand même autre chose les raffarinades.

#134302 
04/04/2017 à 14:47 par Roger

Le vent souffle, et l’habite et ne le renverse pas, comme le roseau pensant de Pascal, mais transformé en pipeau !
A force de faire de la comm et du marketing, Macron apparaît pour ce qu’il est : un "presque rien" et un "je ne sais quoi" (Avec mes excuses à V.Jankelevitch, pour abuser des titres de ses beaux essais philossophique).
D’ailleurs, un autre éminent penseur (C.Castoriadis) nous avait prévenu de cette irrépressible "montée de l’insignifiance" jusqu’au sommet de l’Etat...Mais là, c’est un pic, un mont...un sommet de l’Everest.
Même les spécialistes de la com en sont tout ébahi :
https://www.youtube.com/watch?v=Nitji_7sRss

#134308 
04/04/2017 à 16:01 par Mingalon

Dans le même thème que la citation d’Orwell : le titre du livre de Tchakotine (doutes sur l’orthographie du nom) "Le viol des foules par la propagande politique"
Amitiés d’un fidèle lecteur.

#134310 
04/04/2017 à 19:29 par Gabriel Péri

. "Du sang, du labeur, des larmes et de la sueur", en effet, car les possédants par la voix de leur fondé de pouvoir, se préparent avec pour méthode d’action le blitzkrieg -guerre éclair-, défendu par Monsieur Fillon devant des chefs d’entreprise Medef. L’appropriation par ce dernier de ce terme de l’état-major de l’armée, sous commandement d’ Adolf, pour appliquer sa politique est significative de la brutalité de son projet. En vérité cette méthode, le blitzkrieg, est en phase avec la régression sociale, culturelle, etc, que les forces qu’il représente comptent appliquer.
Mais la question que tout citoyen doit se poser, c’est : mais pourquoi appliquer un blitzkrieg, de sinistre mémoire, au peuple français. C’est là la manière civilisée, qu’ils ont trouvé pour diriger-corriger le peuple : guerre économique, sociale, culturelle. Il y a du versaillais dans tout cela !
Pour ces puissants, arrogants et pétris de vénalité, le peuple français ne mérite pas mieux qu’une méthode puisée dans l’arsenal guerrier du général Guderian et ses chars d’assaut, les Panzergruppe de la Wehrmacht, lors de l’invasion de la France en 1940 et de l’URSS en 1941.
Voici à toutes fins utiles un extrait de son propos :
« Moi, c’que j’veux c’est qu’le 1er juillet (2017 ) les deux ou trois ministres chargés des réformes : l’Economie et les Finances, le Travail pour l’essentiel … arrivent avec des textes prêts …, et dans une forme de Blitzkrieg, … fassent passer devant le Parlement en utilisant d’ailleurs tous les moyens que donne la Constitution de la Vème République : les ordonnances, les votes bloqués, et le 49,3, tout ce qui est nécessaire, fassent passer en l’espace de deux mois, sans interruption estivale, les six ou sept réformes fondamentales qui vont changer le climat de l’économie et le climat du travail dans not’pays. C’est évidemment pour moi l’abrogation des 35 heures et la suppression de la durée légale du travail et le renvoi à la négociation dans les entreprises sans contrainte, c’est le nouveau code du travail,… c’est la réforme de la fiscalité du capital, fondamentale pour relancer l’activité économique dans not’ pays…. ».

#134314 
RSS RSS Commentaires
   
Bernard Klein. Les expressions qui ont fait l’histoire. Paris, E.J.L. 2008
Bernard GENSANE
Ce qu’il y a d’intéressant avec les phrases historiques, c’est que, souvent, elles n’ont pas été prononcées par les personnes à qui on en a attribué la paternité. Prenez la soutière (je sais, le mot "soutier" n’a pas de féminin, mais ça ira quand même) du capitalisme américain qui siège au gouvernement français, Christine Lagarde. Elle a effectivement, lors de la flambée du prix des carburants, conseillé au bon peuple d’utiliser le vélo plutôt que la voiture. Mais la reine Marie-Antoinette, qui a tant fait (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

« Nous préférons croire au mythe selon lequel la société humaine, après des milliers d’années d’évolution, a finalement créé un système économique idéal, plutôt que de reconnaître qu’il s’agit simplement d’une idée fausse érigée en parole d’évangile. »

« Les Confessions d’un assassin financier », John Perkins, éd. Editions Alterre, 2005, p. 247


La crise européenne et l’Empire du Capital : leçons à partir de l’expérience latinoaméricaine
Je vous transmets le bonjour très affectueux de plus de 15 millions d’Équatoriennes et d’Équatoriens et une accolade aussi chaleureuse que la lumière du soleil équinoxial dont les rayons nous inondent là où nous vivons, à la Moitié du monde. Nos liens avec la France sont historiques et étroits : depuis les grandes idées libertaires qui se sont propagées à travers le monde portant en elles des fruits décisifs, jusqu’aux accords signés aujourd’hui par le Gouvernement de la Révolution Citoyenne d’Équateur (...)
Médias et Information : il est temps de tourner la page.
« La réalité est ce que nous prenons pour être vrai. Ce que nous prenons pour être vrai est ce que nous croyons. Ce que nous croyons est fondé sur nos perceptions. Ce que nous percevons dépend de ce que nous recherchons. Ce que nous recherchons dépend de ce que nous pensons. Ce que nous pensons dépend de ce que nous percevons. Ce que nous percevons détermine ce que nous croyons. Ce que nous croyons détermine ce que nous prenons pour être vrai. Ce que nous prenons pour être vrai est notre réalité. » (...)
L’UNESCO et le «  symposium international sur la liberté d’expression » : entre instrumentalisation et nouvelle croisade (il fallait le voir pour le croire)
Le 26 janvier 2011, la presse Cubaine a annoncé l’homologation du premier vaccin thérapeutique au monde contre les stades avancés du cancer du poumon. Vous n’en avez pas entendu parler. Soit la presse cubaine ment, soit notre presse, jouissant de sa liberté d’expression légendaire, a décidé de ne pas vous en parler. (1) Le même jour, à l’initiative de la délégation suédoise à l’UNESCO, s’est tenu au siège de l’organisation à Paris un colloque international intitulé « Symposium international sur la liberté (...)
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.