RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher


Sélection naturelle. Un roman capitaliste.

John, Yan et Jean ont des quotidiens et des parcours professionnels très différents, mais ils arrivent tous les trois à un moment clef de leur vie.

John est un avocat d’affaires sur le point de devenir associé monde dans un
grand cabinet. Yan, un petit dealer toujours dans les embrouilles et les galères. Jean, enfin, est un retraité qui vient d’apprendre que ses jours sont comptés. Malgré leurs différences, ces trois antihéros se débattent dans les contradictions de la société de consommation, seuls face à un choix qui met leur conscience et leur intégrité à rude épreuve : écraser les autres ou se laisser écraser.

Sélection naturelle, un roman capitaliste est le récit de leurs destins et de leurs aventures entremêlés, de leurs états d’âme, leurs hésitations, leurs lâchetés et leur humanité. Il les place devant leurs paradoxes, leur égoïsme, leurs espoirs aussi, et pose les deux seules questions qui importent. Peuvent-ils arrêter la machine bien ordonnée qui les broie ? Jusqu’où accepter la compromission dans ce système devenu fou ?

Sélection naturelle, un roman capitaliste est un roman à l’image de notre société : noir, jouissif, amoral.

Note de l’éditeur

Après avoir questionné les dérives de la foi et l’athéisme dans son premier roman (Pangée), plongé dans les milieux underground et psychédéliques des années 90 dans un road trip musical et halluciné avec son second roman (Génération H), Alexandre Grondeau nous revient cette année avec une charge littéraire anti-capitaliste sans concession : Sélection naturelle, un roman capitaliste. La théorie de Darwin selon laquelle « les espèces qui survivent ne sont pas les espèces les plus fortes, ni les plus intelligentes, mais celles qui s’adaptent le mieux aux changements », s’applique-t-elle à l’espèce humaine ? Est-ce le système capitaliste, son rythme effréné et l’oppression exercée par la société de consommation qui ne nous laissent le choix qu’entre se faire écraser, et écraser les autres ? Ou bien ce choix est-il simplement inhérent à la nature humaine ? Telles sont les questions posées par ce récit mêlant trois destins dans un roman noir, jouissif, et amoral.

Le lecteur remarquera par ailleurs que la musique est encore et toujours présente dans l’œuvre de l’auteur. Ainsi une bande son est de nouveau proposée à la fin du roman, permettant d’accompagner sa lecture par les morceaux écoutés par les personnages du livre. Un clip vidéo illustrant l’univers du livre grâce à une création musicale originale de Renegade Sid (ex Spiral Tribes) accompagne également la sortie du roman. Et comme à son habitude Alexandre Grondeau a produit une compilation regroupant une trentaine d’artistes autour du thème de son livre, qui sera offerte à tous les lecteurs de son troisième roman. Plus qu’un roman et comme il est maintenant de coutume avec Alexandre Grondeau, Sélection naturelle, un roman capitaliste est une œuvre artistique interdisciplinaire à la croisée de la littérature et de la musique. Une aventure dont personne ne sortira indemne !

L’AUTEUR

Maître de Conférences à l’Université Aix-Marseille, globe-trotter, écrivain inspiré par Jim Harrison, Philip K. Dick, Louis-Ferdinand Céline, José Saramago ou encore Georges Orwell, Alexandre Grondeau est passionné par les mouvements underground et par la contre-culture. Depuis plus de 15 ans, il est par ailleurs critique musical, spécialiste des musiques jamaïcaines et producteur de musique. Pangée, son premier roman paru en 2012, était une fable philosophique, un roman initiatique, qui interrogeait autant la foi que l’athéisme dans un paradis qui se détraquait. Génération H , son second roman sorti en 2013, était un road trip halluciné traversant les milieux alternatifs dans la France des années 90. Adepte des sujets brûlants et polémiques, il présente cette année Sélection naturelle, un roman capitaliste, une charge littéraire contre la société de consommation.

 

1er megamix de la compilation Bella Ciao 100% engagée, 100% enragée (produit par Zigo des Dub Inc) qui est offerte avec le nouveau roman d’Alexandre Grondeau : sélection Naturelle un roman capitaliste !!!

34 artistes se sont mobilisés pour montrer que l’on peut encore penser différemment et le dire haut et fort !

»» http://selectionnaturelle-lelivre.com/
URL de cet article 26041
   

Même Thème
LA FIN DU CAPITAL - Pour une société d’émancipation humaine
André Prone
Le capitalisme fait subir aux peuples sa crise mondiale. Mais derrière les terribles épreuves de ses ruses alternatives pour en sortir et malgré l’échec douloureux des pseudo-socialismes laissant place à un entredeux mondes, se construit pas à pas une nouvelle conscience sociale qui apprend, dans la révolte parfois désespérée ou la révolution, à combattre la corruption et les dérives mafieuses d’un système profondément gangrené. Les deux conflits mondiaux au nom de l’Empire et de la Barbarie, (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

« Avant, il y avait la tomate. Puis, ils ont fabriqué la tomate de merde. Et au lieu d’appeler la tomate de merde “tomate de merde”, ils l’ont appelée “tomate”, tandis que la tomate, celle qui avait un goût de tomate et qui était cultivée en tant que telle, est devenue “tomate bio”. À partir de là, c’était foutu. »

Inconnu

La crise européenne et l’Empire du Capital : leçons à partir de l’expérience latinoaméricaine
Je vous transmets le bonjour très affectueux de plus de 15 millions d’Équatoriennes et d’Équatoriens et une accolade aussi chaleureuse que la lumière du soleil équinoxial dont les rayons nous inondent là où nous vivons, à la Moitié du monde. Nos liens avec la France sont historiques et étroits : depuis les grandes idées libertaires qui se sont propagées à travers le monde portant en elles des fruits décisifs, jusqu’aux accords signés aujourd’hui par le Gouvernement de la Révolution Citoyenne d’Équateur (...)
Comment Cuba révèle toute la médiocrité de l’Occident
Il y a des sujets qui sont aux journalistes ce que les récifs sont aux marins : à éviter. Une fois repérés et cartographiés, les routes de l’information les contourneront systématiquement et sans se poser de questions. Et si d’aventure un voyageur imprudent se décidait à entrer dans une de ces zones en ignorant les panneaux avec des têtes de mort, et en revenait indemne, on dira qu’il a simplement eu de la chance ou qu’il est fou - ou les deux à la fois. Pour ce voyageur-là, il n’y aura pas de défilé (...)
43 
L’UNESCO et le «  symposium international sur la liberté d’expression » : entre instrumentalisation et nouvelle croisade (il fallait le voir pour le croire)
Le 26 janvier 2011, la presse Cubaine a annoncé l’homologation du premier vaccin thérapeutique au monde contre les stades avancés du cancer du poumon. Vous n’en avez pas entendu parler. Soit la presse cubaine ment, soit notre presse, jouissant de sa liberté d’expression légendaire, a décidé de ne pas vous en parler. (1) Le même jour, à l’initiative de la délégation suédoise à l’UNESCO, s’est tenu au siège de l’organisation à Paris un colloque international intitulé « Symposium international sur la liberté (...)
18 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.