Quantcast
RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher


Shanty Hotel : le luxe de vivre comme un pauvre

Capitale de la province sud-africaine de l’État libre, Bloemfontein était à l’origine un fort britannique et un bourg rural. C’est aujourd’hui la capitale judiciaire du pays. Ville emblématique de la culture afrikaner, Bloemfontein a connu une ségrégation extrême : développement d’un centre-ville et de banlieues résidentielles blanches de très faible densité et très bien équipées, interdiction d’installation pour les Sud-africains d’origine indienne et relégation des populations noires dans des townships selon leur origine ethnique (Sotho, Tswana et Xhosa).

Bloemfontein a bien évidemment ses bidonvilles. L’un d’entre eux est pourtant très particulier, bien qu’à première vue, rien ne pourrait le distinguer des autres : cabanes en tôle ondulée, toilettes extérieures, lampe à pétrole, pneus servant de chaises, amas de poubelles et sculptures de boîtes de conserve... Sauf que tout est factice.

En effet, chaque nuit dans cet hôtel de luxe vous coûtera 850 rands, soit l’équivalent d’une soixantaine d’euros. Le tarif ouvre droit au chauffage au sol ainsi qu’à une connexion Wi-Fi. Et nul risque d’y faire une mauvaise rencontre : le complexe se trouve à l’intérieur d’une réserve naturelle privée. Le convive peut aussi bénéficier, moyennant un modique supplément, d’un petit-déjeuner et bénéficier d’un spectacle musical aux couleurs locales.

Ce type de « tourisme », qui consiste à vivre et séjourner dans des régions pauvres, a paraît-il le vent en poupe. Pour l’entrepreneur Buks Westraad, propriétaire de ce complexe hôtelier comprenant également un centre de conférence et un spa, le touriste peut de cette manière devenir un Africain pauvre.

Le Shanty Hotel a vu le jour il y a déjà plusieurs mois. L’information a pour le moment été très peu relayée en Europe. Aux États-Unis, le célèbre animateur de télévision, humoriste et satiriste Stephen Colbert, a raillé ce concept pour le moins saugrenu dans son émission « The Colbert Report ». Pour lui, ce qu’a fait Buks Westraad peut soit laisser indifférent, soit être vu comme de la « pornographie de la pauvreté ». Sauf qu’il est plus facile de louer la pauvreté que de la supporter...

»» http://www.resistance-politique.fr/article-shanty-hotel-le-luxe-de-viv...
URL de cet article 27477
   
Même Thème
Missions en conflit
Piero GLEIJESES
Cet ouvrage présente un récit haletant de la politique cubaine en Afrique de 1959 à 1976 et de son conflit croissant avec les États-Unis. L’auteur conduit le lecteur des premiers pas de Cuba pour aider les rebelles algériens combattant la France en 1961, à la guerre secrète entre La Havane et Washington au Zaïre en 1964-65 — où 100 Cubains menés par le Che Guevara ont affronté 1 000 mercenaires contrôlés par la CIA — et, finalement, à l’envoi héroïque de 30 000 Cubains en Angola en 1975-76, qui a stoppé (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

« Je pense que l’un des grands défis des Occidentaux, c’est d’être capables de mettre le curseur sur des forces politiques que l’on va considérer comme fréquentables, ou dont on va accepter qu’elles font partie de ce lot de forces politiques parmi lesquelles les Syriennes et les Syriens choisiront, le jour venu. Et je pense que oui, l’ex-Front al-Nosra [Al-Qaeda en Syrie - NDR] devrait faire partie des forces politiques considérées comme fréquentables »

François Burgat sur RFI le 9 août 2016.


Le fascisme reviendra sous couvert d’antifascisme - ou de Charlie Hebdo, ça dépend.
Le 8 août 2012, nous avons eu la surprise de découvrir dans Charlie Hebdo, sous la signature d’un de ses journalistes réguliers traitant de l’international, un article signalé en « une » sous le titre « Cette extrême droite qui soutient Damas », dans lequel (page 11) Le Grand Soir et deux de ses administrateurs sont qualifiés de « bruns » et « rouges bruns ». Pour qui connaît l’histoire des sinistres SA hitlériennes (« les chemises brunes »), c’est une accusation de nazisme et d’antisémitisme qui est ainsi (...)
120 
Reporters Sans Frontières, la liberté de la presse et mon hamster à moi.
Sur le site du magazine états-unien The Nation on trouve l’information suivante : Le 27 juillet 2004, lors de la convention du Parti Démocrate qui se tenait à Boston, les trois principales chaînes de télévision hertziennes des Etats-Unis - ABC, NBC et CBS - n’ont diffusé AUCUNE information sur le déroulement de la convention ce jour-là . Pas une image, pas un seul commentaire sur un événement politique majeur à quelques mois des élections présidentielles aux Etats-Unis. Pour la première fois de (...)
21 
Médias et Information : il est temps de tourner la page.
« La réalité est ce que nous prenons pour être vrai. Ce que nous prenons pour être vrai est ce que nous croyons. Ce que nous croyons est fondé sur nos perceptions. Ce que nous percevons dépend de ce que nous recherchons. Ce que nous recherchons dépend de ce que nous pensons. Ce que nous pensons dépend de ce que nous percevons. Ce que nous percevons détermine ce que nous croyons. Ce que nous croyons détermine ce que nous prenons pour être vrai. Ce que nous prenons pour être vrai est notre réalité. » (...)
54 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.