Quantcast
RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher

13 

Sur l’quai de Nantes, un bal y est donné….

Ouest France, 24 juin 2019 : « Quatorze personnes qui participaient à une soirée électro, dans la nuit du vendredi 21 au samedi 22 juin, ont chuté en Loire après l’intervention des forces de l’ordre lors de la Fête de la musique à Nantes. Mais un jeune homme est toujours porté disparu. Des recherches sont en cours ».

Notez que les baigneurs nocturnes ont « chuté » (maladroits, imprudents, avinés…) et que les cops n’y sont pour rien car cela s’est produit « après » l’attaque policière.

Castaner a annoncé une enquête de l’Inspection générale de la Police nationale (IGPN) dont la cheffe vient de dire qu’il n’y a pas eu de violence policière contre les Gilets Jaunes, passants ou vieille dame à sa fenêtre.

Circulez (dans la Loire, ou au fond) y a rien à voir.

Voici un reportage (presque vrai) de BFMTV : «  Eh bien, je me trouve sur le quai de Nantes où un bal eh bien y était donné et où des jeunes obstinés eh bien sont venus danser et où le quai s’est écroulé et où eh bien 14 jeunes gens, à l’approche de la police se sont jetés dans les flots noirs de la Seine. Ceux qui ont cru à une arrivée de voyous ont continué à boire tranquillement eh bien leur bière et sont restés secs. L’identité des baigneurs nocturnes eh bien a été relevée et une amende de 135 euros leur a été eh bien infligée en application eh bien de l’arrêté signé par le maire de, heu, de Nantes qui interdit les burkinis dans la Garonne. Un baigneur s’est débrouillé pour ne pas payer. Il est activement recherché par les sapeurs-pompiers, les hommes-grenouilles et les femmes -crapaud qui fouillent le Rhône ».
« Merci Anne-Sophie Bécassine. Retour dans le studio pour notre débat : Faut-il écouter de la musique au bord du Rhin quand on sait que la police risque d’arriver ? Si oui, faut-il rendre obligatoire les gilets, non pas jaunes, mais de sauvetage ? Pour en parler, etc… ».

Théophraste R. Auteur du calembour policier : « Pousse-toi de là que je t’humecte » et de la nouvelle noire (inachevée) : « Chef, ils ont des tronches de Gilets Jaunes mais pas de lunettes de piscine, je les jette à l’eau ? Ben oui, t’as peur de quoi ? De l’IGPN ? Il est con, çui-là ! A croire qu’il est de la BAC ».

URL de cette brève 6227
https://www.legrandsoir.info/sur-l-quai-de-nantes-un-bal-y-est-donne.html
Imprimer version PDF
pas de commentaires
no comment
reagir
Commentaires
25/06/2019 à 11:00 par Maxime Vivas
#160504 
25/06/2019 à 14:28 par olivier Rubens

Bonjour,
J’apprécie à moitié l’humour de ce billet car les questions de violence
sont par essence graves. La société où nous vivons génère de la violence
par toutes ses pores et, loin de canaliser celle-ci, les forces de l’appareil d’Etat
exacerbent le phénomène. On peut toujours exorciser la dimension politique de
cette question en faisant référence au "sociétal", néologisme qui lave plus blanc....
Reste à savoir si c’est à partir des réflexions de Hobbes, Engels, Sorel ou René Girard qu’il faut construire
les outils permettant de comprendre ce phénomène et de savoir d’où sort ce thanatos néo-dyonisiaque...

#160510 
25/06/2019 à 16:07 par Jean-jacques Renoir

@Olivier Rubens

"J’apprécie à moitié l’humour de ce billet car les questions de violence sont par essence graves"

Moi aussi, tiens et j’ai horreur de l’humour sur la maladie, la guerre, la mort, la faim, les nazis, les militaires, les gendarmes, les juges, les politiciens, les patrons, le pape...
Par contre, l’humour sur la famille qui n’arrive pas à tuer le canard, https://www.youtube.com/watch?v=lL3VPcJu5cE,
sur le mec qui a peur en avion, la chasse d’eau qui fuit, la chauve-souris qui mord, les manchots, le mariage de ma belle-soeur, le train de jour avec couchettes obligatoires, la programmation d’un répondeur, les gros, les maigres, les borgnes, les chauves, les impuissants, les éjaculateurs précoces, les blondes, les administrateurs du GS, les profs, la boulangère qui a de belles miches, le gars qui tombe de vélo ou glisse sur une peau de banane, l’épouse qui s’écrie "Ciel mon mari !", Toto qui dit bonjour madame au curé en soutane, bébé qui dit caca-boudin, allons-y librement.
LI-BRE-MENT !
Plus sérieusement : l’humour, "politesse du désespoir" est attaqué jusque dans les colonnes du GS, on dirai. Et sous la rubrique humour, en plus.

#160512 
25/06/2019 à 19:31 par PAB

Suite à cet événement aux conséquences vraisemblablement dramatiques, un responsable d’un syndicat de policiers était Interviewé lundi soir par une chaîne télévisée de grande écoute (France 3, je crois). A propos des participants à cette fête dispersés manu militari par ses collègues nantais, il a parlé de “belligérants” ! Écouter de la musique tard dans la nuit de la fête qui lui est officiellement consacrée, c’est donc, selon lui, “porter la guerre”. Ces gens-là se rendent-ils vraiment compte de la gravité de leurs propos… et de leurs actes ?

#160513 
25/06/2019 à 20:20 par mandrin

il faut prendre la mesure du message de cette violence d’état qui est dans sa logique de démonstration force...ils ont pris leur marque avec les gilets jaunes et maintenant c’est la règle d’usage.
Sa charge sa matraque sa gaz sa tire et si par malheur vous vous retrouvez seul entre leur main vous risquez de ne pas pourvoir vous relever, et ils on des volontaires pour ça, prime a la clé.
Voilà ou en ont en est.

#160514 
25/06/2019 à 21:52 par irae

Je me suis demandée sur le coup, mais qui a envoyé ces cons qui n’ont ni besoin d’être avinés ou sous l’emprise de stupéfiants pour faire n’importe quoi charger des jeunes teufeurs ? Equation maintien inutile de l’ordre + chefs débiles x éxecutants sans cervelle = 1 noyé et 14 risques de noyade.
Circuler sur la voie publique devient sévèrement dangereux depuis le roi hollande.

#160515 
25/06/2019 à 22:20 par irae

Pour ce qui est de l’humour, cher Renoir sa puissance est telle que son usage nuit gravement à la santé de ceux qui le pratiquent sous tous les totalitarismes.
Sa force lui vient de ce que contraîrement aux propagandes et manipulations en tous genres il requiert du recul sur les situations. Je ne suis pas sûre que dans les sectes après un bon lavage de cerveau les adeptes passent leur temps à se livrer à la jubilation humoristique.
D’ailleurs aurez-vous remarqué l’incapacité de l’actuel président à l’humour ? Chacune de ses tentatives (kwassa kwassa ou mafia bretonne) fait un bide. Demandez-vous pourquoi seuls ses obligés grimacent péniblement à ses saillies sans esprit.

#160516 
26/06/2019 à 07:06 par pierreauguste

Le maire de Béziers en rêve:Tout le monde chez soi ,bien sagement ou alors dehors mais organisés comme des zombies,encadrés dans des manifestations "sages,polies,pleines d’allégeance à la norme Macrono- Castanerienne". Un monde propre,entouré, voir startupisé..Comme à Béziers.Qui a parlé du monde des extrêmes qui se rejoindrait !!! N’est ce pas plutôt comme le souligne fort justement un article du dernier"diplo",la rencontre,une fois de plus du nationalo-libéralisme.....

#160521 
26/06/2019 à 12:00 par Mazig

Castaner serait tout à fait digne d’occuper des fonctions auprès de certains dictateurs du tiers monde. Je résumerais sa vision des choses à travers un vieil adage qui dit : "Sois le premier à sévir et le premier à gémir". Castaner et ses acolytes ne cessent de frapper , de mutiler , d’éborgner ( j’ajouterai même de noyer maintenant ) et sont les seuls qu’on voit passer en boucle sur les médias se plaignant d’être maltraités ,mal vus et pas aimés. Comme dirait ma grand-mère , il ne peut y avoir de fumée sans feu ....

#160523 
26/06/2019 à 12:02 par Assimbonanga

L’humour est affaire de connivence et c’est d’avoir en même temps le même sentiment sur la chose. Pour ma part, ce billet d’humour a collé exactement avec ce que je pense. Ce n’est pas toujours le cas !
Je trouve que les flics depuis quelques temps se croient de + en + tout permis. Sur la route, ils ne respectent pas la limitation de vitesse. Bien souvent ils ne respectent pas les règles élémentaire de prudence et du code de la route. Je viens d’en voir un au volant de son fourgon reculer sur une route nationale en dépassant sur l’autre file où je venais en sens inverse. Je me demande si c’est pas moi qui risque un PV vu le regard qu’il m’a jeté !!!
Je veux bien qu’on nous parle de violence d’Etat, mais c’est un peu facile car qui indemnisera les mutilés lorsque les procès auront abouti ( dans 10 ou 20 ans !!) ? Les contribuables, nous.
Or, ce sont nos gouvernements qui débloquent depuis pas mal d’années, je dirais depuis Sarko grosso-modo. Un esprit de vieille droite autoritaire flotte sur le pays, la sanction, la punition, la représailles, la répression : il n’y en a jamais assez.

Et pas qu’avec les Gilets-Jaunes.
Les opposants cop21
En banlieue
Sur les manifestants contre les lois travail
Sur Jérôme Laronze, paysan tué de dos par un pandore.
Gazage de maires ceints de l’écharpe tricolore à Gueret
Gazage d’une députée écolo (j’ai oublié où)
Sur Bastien Lachaud
Sur les zadistes de NDDL
Sur les zadistes de Bure
Matraquage de gens aux terrasses à Nantes, de serveurs de bistrot...
En fait la liste est tellement longue. Il faudrait être plusieurs pour ne pas en oublier.

#160524 
27/06/2019 à 15:25 par Assimbonanga

Il y a une grande probabilité que ce jeune gars ne soit pas retrouvé vivant. Du coup, la légèreté à écrire mon petit commentaire me gêne mais il y a plein de choses à dire encore sur les actes policiers et judiciaires dans ce pays.
Ici, les suites de l’affaire Zineb Redouane sont occultées et rien n’est clair. Les circonstances semblent avoir été dissimulées, des éléments subtilisés. https://www.youtube.com/watch?v=Ny2g1Y3CjFM
Pour des actions purement symboliques et un préjudice nul, on saisit le bureau de lutte anti-terroriste, on met en place 64 gardes à vue, 50 perquisitions, 10 procès : https://decrochons-macron.fr/decrochages/

#160534 
27/06/2019 à 16:14 par Yannis

"Reste à savoir si c’est à partir des réflexions de Hobbes, Engels, Sorel ou René Girard qu’il faut construire
les outils permettant de comprendre ce phénomène et de savoir d’où sort ce thanatos néo-dyonisiaque..."
Ben c’est pas une partie de rire que vous nous avancez, mais vous pouvez toujours développer, par ici on sait aussi phosphorer.

Sinon Dionysos, la fête de la musique, les gardes chiournes, l’ordre, les chiens, la provocation, la peur, l’intimidation, la violence, l’eau et la noyade. Ce sentiment que tout fout le camps et que la société française se déchire toujours un peu plus. On pourrait plagier feu Hara Kiri avec : « Bal tragique à Nantes, un mort », mais cela ne fera pas rire tout le monde, ici non plus...

L’humour est le pire ennemi des dictatures. L’impossibilité de se moquer de tant de sujets actuellement (religions, genre, environnement, sionisme etc.) définit le niveau de totalitarisme et d’interdits tacitement accepté par la majorité de nos concitoyens bellant et suivant le rythme, à défaut de pouvoir partir d’un bon éclat de rire.

#160535 
29/06/2019 à 18:49 par Assimbonanga

Les "forces de l’ordre" perdent complètement la mesure et la proportionnalité des interventions. On est en plein en délire. Ici, les photos sont parlantes : https://reporterre.net/Du-gaz-lacrymogene-dans-les-yeux-la-reponse-de-...
Certains flics gazent les gens (et les passants) comme s’ils désinsectisaient un appartement ! C’est l’inhumanité en marche (pendant que le chef de l’Etat fait son cacou à l’étranger et sur les scène internationales).

Extrait : « Mais non, on avait dit pas dans leurs visages, les gars ! », a tenté de raisonner l’un de leurs collègues, lui-même en larmes. « Dégagez ou on recommence », s’est emporté un autre, dégoulinant de sueur. Quelques secondes plus tard, faisant fi des consignes, l’homme en uniforme a aspergé un même groupe d’activistes pendant une dizaine de secondes, jusqu’à ce que sa bombe soit totalement vide. L’air est devenu irrespirable sur le pont, et les yeux des présents se sont boursouflés.

#160571 
RSS RSS Commentaires
   
Ainsi parle Chávez
Hugo Chávez, figure du Venezuela et de l’Amérique latine contemporaine, si critiqué et diffamé dans la plupart des médias, était indéniablement le président métisse, issu d’une famille pauvre, avec lequel les classes populaires pouvaient s’identifier. Pendant 13 ans, chaque dimanche, il s’est adressé à son peuple dans une émission appelée « Allô président », fréquemment enregistrée sur le terrain et en public. Ce livre recueille certaines de ses allocutions. Tour à tour professeur, historien, blagueur, (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

L’emprise des multinationales sur l’opinion publique des Etats-Unis est une des choses incroyables du monde occidental. Aucun pays développé n’a réussi à éliminer des média, et avec autant d’efficacité, toute forme d’objectivité - sans même parler de dissidence.

Gore Vidal


Comment Cuba révèle toute la médiocrité de l’Occident
Il y a des sujets qui sont aux journalistes ce que les récifs sont aux marins : à éviter. Une fois repérés et cartographiés, les routes de l’information les contourneront systématiquement et sans se poser de questions. Et si d’aventure un voyageur imprudent se décidait à entrer dans une de ces zones en ignorant les panneaux avec des têtes de mort, et en revenait indemne, on dira qu’il a simplement eu de la chance ou qu’il est fou - ou les deux à la fois. Pour ce voyageur-là, il n’y aura pas de défilé (...)
Le fascisme reviendra sous couvert d’antifascisme - ou de Charlie Hebdo, ça dépend.
Le 8 août 2012, nous avons eu la surprise de découvrir dans Charlie Hebdo, sous la signature d’un de ses journalistes réguliers traitant de l’international, un article signalé en « une » sous le titre « Cette extrême droite qui soutient Damas », dans lequel (page 11) Le Grand Soir et deux de ses administrateurs sont qualifiés de « bruns » et « rouges bruns ». Pour qui connaît l’histoire des sinistres SA hitlériennes (« les chemises brunes »), c’est une accusation de nazisme et d’antisémitisme qui est ainsi (...)
Lorsque les psychopathes prennent le contrôle de la société
NdT - Quelques extraits (en vrac) traitant des psychopathes et de leur emprise sur les sociétés modernes où ils s’épanouissent à merveille jusqu’au point de devenir une minorité dirigeante. Des passages paraîtront étrangement familiers et feront probablement penser à des situations et/ou des personnages existants ou ayant existé. Tu me dis "psychopathe" et soudain je pense à pas mal d’hommes et de femmes politiques. (attention : ce texte comporte une traduction non professionnelle d’un jargon (...)
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.