RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher

Un Collard Protéiforme entre à l’Assemblée Nationale.

Retour sur un parcours politique et électoral singulier et plutôt laborieux celui de Maître Gilbert Collard...

Ses débuts en politique se font au sein du parti Socialiste où il a milité dès sa jeunesse après avoir adhéré "complètement » aux idées de Mai 68. Il fera partie de son premier comité de soutien, celui de François Mitterrand aux présidentielles de 1981. Infidèle Maître Collard sur l’arbre perché du Parti Socialiste il soutiendra une autre gauche, celle de Pierre Boussel-Lambert qui fut l’un des dirigeants les plus importants du mouvement Trotskyste international et diamétralement opposé aux thèses du FN. Le Maître du grand écart soutiendra donc aux présidentielles de 1988 le candidat Lambert du Mouvement pour un parti des travailleurs qui est aussi le futur dirigeant de la reproclamation de la IV Internationale… A cette époque il fait parti du MRAP (mouvement contre le racisme et pour l’amitié entre les peuples) d’où il sera exclu tout en démissionnant en 1990 pour avoir défendu Bernard Notin qui était membre du conseil scientifique du FN et surtout accusé de négationnisme. Ce négationniste qu’a défendu le roi de la gymnastique a par exemple écrit ceci :

« Le réel passe alors en jugement devant l’irréel. Le thème, historique, des chambres à gaz homicides, est très révélateur de ce procès. Les preuves proposées pour en démontrer l’existence évoluent au gré des circonstances et des époques mais s’extraient d’une boîte à malices comprenant trois tiroirs. Tout en bas : la visite des locaux (peu crédibles). Au milieu l’affirmation des vainqueurs (elles ont existé). En haut : les on-dit (histoire de l’homme qui a vu l’homme qui a vu l’homme qui…). Au total on en postule l’existence, et qu’importe la réalité de cette réalité. On reconnaîtra là le fondement de toute tyrannie. »

En matière d’amitié entre les peuples on fait mieux n’est-il pas ?

C’est ainsi qu’il en finira avec la partie gauche de sa force, désormais il explorera la partie droite de sa conscience en commençant par quitter le Parti Socialiste en 1992 pour soutenir le RPR en 93 par l’intermédiaire du comité de soutien au candidat à la dixième circonscription Hervé Fabre Aubrespy dont il sera le président et qui a fortiori est un excellent moyen de changer de chemise sauf que là , c’est pour un perdant... Il saute la case du Centre sur l’échiquier politique. Hop. Jusqu’en 2001 Où il tente pour la première fois de décrocher la timbale en se déclarant candidat à la mairie de Vichy sous une nouvelle étiquette, Démocratie Libérale dont il serait investi ! Un comble puisque le maire en place est lui-même membre de la direction nationale de ce parti… Pas un souci pour un Collard, deux jours plus tard après un petit coup de baguette, il devient le candidat du Parti Radical (PR) qui était une composante de l’UDF à l’époque tout en menant une campagne très sécuritaire. Je le cite : « L’insécurité gagne Vichy. Pour s’en convaincre, il suffit d’aller demander aux deux bijoutiers braqués, aux femmes violées, à la famille des deux personnes assassinées, aux vieilles dames aux sacs arrachés ce qu’ils en pensent. » (Évident n’est-ce pas, c’est Chicago la bas ! DLR). Le Maire de Vichy, candidat sortant était pourtant sous l’étiquette DL/RPR/UDF et…PR ! C’est technique la politique mais là ... Il rétorquera à celui qui veut bien l’entendre « qu’il se fout de la position des politiciens parisiens. Ce qui compte, c’est le soutien des militants » ! S’il le dit… Il sera battu malgré le soutien de c’qui compte, mais élu au Conseil Municipal d’où il ne siégea jamais.

Quelques années plus tard il dira entre autres qu’il est « Radical et Chiraquien et qu’il rejette les extrêmes ! »

En 2008 il se représenta une nouvelle fois pour finalement faire partie du parti des perdants. Il fera campagne avec ce genre d’arguments « J’ai vu une scène qui m’a bouleversé, un couple de personnes âgées qui se promenait a été contraint de rebrousser chemin devant des jeunes, flanqués de chiens sans laisse ni muselière, et dont la seule occupation entre deux bouteilles était de faire peur aux passants paisibles et inoffensifs. »

Finalement, le roi de la métaphore agressive et équivoque, bien grasse et indigeste qui ne voulait rien à voir avec l’extrême droite, après de multiples facéties, moultes transformations et numéros de magie démagogique, le nouveau président de son énième comité de soutien, celui de Marine Lepen, le king du grand écart qui en passant est aussi l’ancien défenseur de Pierrette Lepen dans le cadre de son divorce houleux avec Jean Marie Lepen viens de réussir au petit bonheur de la dissidente PS à entrer par la plus petite porte à l’Assemblée Nationale, celle de la Haine de l’autre…

Sources :

http://www.zundelsite.org/french/rhr/notin.pdf

http://www.marseille.maville.com/actu/actudet_-Gilbert-Collard-avocat-...

http://www.liberation.fr/politiques/0101365908-a-vichy-gilbert-collard...

http://fr.wikipedia.org/wiki/Gilbert_Collard

http://www.francesoir.fr/actualite/politique/fn-gilbert-collard-defie-...

http://www.midilibre.fr/2012/06/18/avec-collard-la-camargue-valide-ses-penchants-d-extreme-droite,519178.php

URL de cet article 17031
  

Même Thème
Le « populisme du FN » un dangereux contresens, d’Annie Collovald et Guerre aux chômeurs ou guerre au chômage, d’Emmanuel Pierru
DIVERS
Récemment apparues, les éditions du Croquant, issues d’une dissidence des héritiers de Pierre Bourdieu, publient des ouvrages riches, au coeur des problèmes sociaux actuels et offrant un regard juste et pertinent. Deux d’entre eux ont particulièrement retenu notre attention : Le « populisme du FN » un dangereux contresens A travers cet ouvrage, Annie Collovald a voulu déconstruire et remettre en cause le terme de « populisme » qui sert aujourd’hui d’explication au succès électoral du Front national. (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

Toute classe qui aspire à la domination doit conquérir d’abord le pouvoir politique pour représenter à son tour son intérêt propre comme étant l’intérêt général.

Karl Marx

"Un système meurtrier est en train de se créer sous nos yeux" (Republik)
Une allégation de viol inventée et des preuves fabriquées en Suède, la pression du Royaume-Uni pour ne pas abandonner l’affaire, un juge partial, la détention dans une prison de sécurité maximale, la torture psychologique - et bientôt l’extradition vers les États-Unis, où il pourrait être condamné à 175 ans de prison pour avoir dénoncé des crimes de guerre. Pour la première fois, le rapporteur spécial des Nations unies sur la torture, Nils Melzer, parle en détail des conclusions explosives de son enquête sur (...)
11 
Lorsque les psychopathes prennent le contrôle de la société
NdT - Quelques extraits (en vrac) traitant des psychopathes et de leur emprise sur les sociétés modernes où ils s’épanouissent à merveille jusqu’au point de devenir une minorité dirigeante. Des passages paraîtront étrangement familiers et feront probablement penser à des situations et/ou des personnages existants ou ayant existé. Tu me dis "psychopathe" et soudain je pense à pas mal d’hommes et de femmes politiques. (attention : ce texte comporte une traduction non professionnelle d’un jargon (...)
46 
Analyse de la culture du mensonge et de la manipulation "à la Marie-Anne Boutoleau/Ornella Guyet" sur un site alter.
Question : Est-il possible de rédiger un article accusateur qui fait un buzz sur internet en fournissant des "sources" et des "documents" qui, une fois vérifiés, prouvent... le contraire de ce qui est affirmé ? Réponse : Oui, c’est possible. Question : Qui peut tomber dans un tel panneau ? Réponse : tout le monde - vous, par exemple. Question : Qui peut faire ça et comment font-ils ? Réponse : Marie-Anne Boutoleau, Article XI et CQFD, en comptant sur un phénomène connu : "l’inertie des (...)
93 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.