RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibeseBuzz
Thème : Syrie
A semer des monstres, on finit par récolter l’horreur. Nous y sommes !

Si l’on n’avait pas Daech, il faudrait l’inventer

Jean ORTIZ

Le capitalisme fabrique des monstres (hier Ben Laden, aujourd’hui Daech), qui lui servent ensuite à étendre sa domination, à s’accaparer les richesses mondiales, à dicter son « ordre » (devenu chaotique), à diviser et exploiter les peuples jusqu’à la dernière goutte de sang et de sueur, à prôner « l’union sacrée »...

Ces Janus sans vergogne nous jouent aujourd’hui la rengaine de la compassion, de la pitié, après avoir eux-mêmes provoqué l’effondrement de l’Etat en Afghanistan, en Syrie, en Irak, en Lybie, et la catastrophe humanitaire. Il fallait prétendument « libérer » ces pays à forte odeur de pétrole. Les satrapes qui gouvernaient ont été longtemps soutenus par la France, en sous-main ou ouvertement, en vendant à ces « imprésentables » des armes à gogo... tout en entraînant, finançant et armant également leurs oppositions, tout aussi « imprésentables ». Assez de double jeu ! A semer des monstres, on finit par récolter l’horreur. Nous y sommes ! Il a fallu le traumatisme, déclencheur médiatique et humain à la fois, une photo insupportable, pour qu’ils fassent semblant d’être sensibles à la misère du monde, et qu’ils acceptent d’entrebâiller la porte cadenassée d’une Europe Bunker. Mais où étaient-ils avant la terrible photo, malheureusement si ordinaire et révélatrice de leur monde « mondialisé » ? Ils s’en contrebalançaient (...) Lire la suite »

Fabius : La France est prête à bombarder la Syrie "en légitime défense"

RT

La France dit qu’elle pourrait effectuer des frappes aériennes contre des cibles de l’Etat islamique en Syrie en légitime défense. La semaine dernière des avions français ont commencé à effectuer des missions de reconnaissance au-dessus de la Syrie.

Lundi, le président français François Hollande a dit que les sorties militaires françaises en Syrie seraient bientôt élargies pour inclure des frappes aériennes contre l'Etat islamique (IS, anciennement ISIS / ISIL). « Nous faisons partie de la coalition en Irak [contre ISIS] », a déclaré Hollande lors d'une conférence de presse avec son homologue nigérian Muhammadu Buhari. « Nous avons commencé des vols de reconnaissance [en Syrie] pour voir si nous pouvions envisager des frappes aériennes si elles étaient nécessaires, et elles seront nécessaires, en Syrie ». Le ministre français des Affaires étrangères Laurent Fabius a dit que l'utilisation d’armes sur le territoire syrien était justifiée en raison d'une série d'attaques islamistes en Europe. « Nous avons reçu des renseignements précis indiquant que les récentes attaques terroristes contre la France et d'autres nations européennes ont été organisées par Daesh [terme péjoratif arabe pour l’EI] en Syrie. En raison de cette menace, nous avons décidé de (...) Lire la suite »

Danse autour du cadavre de la Syrie !

Karim MOHSEN

Les photos du corps du petit syrien Aylan (3 ans) sur une plage de Turquie ont ému le monde, singulièrement en Europe. Or, cet Occident, qui fait couler des larmes de crocodile sur la disparition tragique de cet enfant, est oublieux des origines de cette tragédie.

Une tragédie que sa participation aux événements qui déchirent la Syrie a fortement envenimée. Les milliers de réfugiés syriens qui déferlent sur l'Europe sont l'effet direct des ingérences étrangères au pays de Cham. L'enfant Aylan n'est que la face visible du drame vécu par les Syriens depuis 2011. En fait, la mort cruelle de cet enfant a mis à nu l'ignominie de certains pays et médias. En France, des médias sont allés jusqu'à polémiquer sur la diffusion des images dramatiques du petit enfant entre ceux qui l'ont publié et ceux qui s'en sont abstenus. Depuis quatre ans, les médias français, en particulier, avaient couvert les faits en Syrie de manière caricaturale, peu en rapport avec la réalité du terrain, érigeant même la rébellion en « héros » libérateurs. Le même parti pris se retrouvait en Occident et dans les monarchies du Golfe. Dès le début, la rébellion a été encouragée, l'Occident n'a pas fait un seul geste pour amener les belligérants à s'asseoir autour d'une table. D'une manière générale, la (...) Lire la suite »

Devant le refus des Etats-Unis de lutter contre l’État islamique, la Russie déploie des troupes en Syrie

Moon of Alabama
1 mai 2006 - Biden : Diviser l’Irak en 3 régions différentes Le démocrate le plus influent du Comité des relations étrangères du Sénat a proposé, lundi, que l'Irak soit divisé en trois régions distinctes - kurde, chiite et sunnite - avec un gouvernement central à Bagdad. Dans un article d’opinion paru, lundi, dans le New York Times, Joseph Biden, sénateur du Delaware, a écrit que l'idée "est de maintenir un Irak uni, mais en le décentralisant, en donnant à chaque groupe ethno-religieux ... de la place pour gérer ses propres affaires, tout en laissant le gouvernement central en charge des intérêts communs." Un document de 2012 de la Defense Intelligence Agency : L’occident facilitera la montée de l'État islamique "afin d'isoler le régime syrien" IL EST POSSIBLE D’ETABLIR UNE PRINCIPAUTE SALAFISTE OFFICIELLE OU NON A L’EST DE LA SYRIE (HASAKA ET DER ZOR), CE QUI EST EXACTEMENT CE QUE VEULENT LES FORCES QUI SOUTIENNENT L’OPPOSITION. ... ISI POURRAIT AUSSI DECLARER UN ETAT ISLAMIQUE EN S’UNISSANT A D'AUTRES (...) Lire la suite »

Syrie / ONU : Les contrevérités d’un euphémisme meurtrier

Bachar al-Jaafari
Samedi 19 septembre 2015 Le 16 septembre 2015 s’est tenue une séance du Conseil de sécurité consacrée à la situation humanitaire au Moyen-Orient et à l’examen des résolutions 2139, 2165 et 2191, adoptées en 2014. Le Secrétaire général adjoint aux affaires humanitaires, M. Stephen O’Brien, a lu le rapport sur la situation humanitaire en Syrie [1][2]. Voici la réponse de Dr Bachar al-Jaafari, Délégué permanent de la Syrie auprès des Nations Unies. Monsieur le Président, J’aimerais remercier M. O'Brien pour son important exposé d’aujourd'hui [1], mais permettez que je vous donne mon avis sur certains points de son discours. M. O'Brien a eu raison de souligner la nécessité de traiter les causes profondes de la crise syrienne, lesquelles causes sont à l’évidence politiques et non humanitaires. Un premier point, sur lequel je m’expliquerai en partant des propos, certes très importants, que le Secrétaire général adjoint vient de tenir, non pour le critiquer ou critiquer le rapport du Secrétaire général, mais (...) Lire la suite »

A propos de la Syrie

Moon of Alabama
Le président Assad a donné une interview à un groupe de médias russes : la vidéo de l’interview (en français) et la transcription officielle. « Qui est ISIS ? Et qui sont ces groupes ? Ce sont tout simplement les produits extrémistes de l'Occident. » McClatchy rapporte que le commandant militaire de l’État islamique est un ancien soldat géorgien tchétchène des forces spéciales. Il a été entraîné par l'armée des Etats-Unis. La plupart des autres membres de la direction de l’État islamique ont séjourné, à un moment ou un autre, dans les prisons étasuniennes en Irak. Un général étasunien a déclaré au Congrès que seulement 4 ou 5 des Syriens formés par le Pentagone se battent contre ISIS. Il n'a pas dit que les 10 000 Syriens formés par la CIA se battent avec ISIS. On ne lui a pas posé de question à leur sujet. Hier 38 Syriens à Alep, dont 14 enfants, ont été tués par des roquettes lancées par des insurgés soutenus par les Etats-Unis. La société britannique ORB international a réalisé un sondage (peut-être) (...) Lire la suite »

Georges Corm : « Du côté sud de la Méditerranée, nous pourrions donner des leçons à l’Europe »

Georges CORM

Ancien ministre des Finances du Liban, sociologue et professeur à l’université Saint-Joseph de Beyrouth, Georges Corm (1) revient dans l’Humanité Dimanche sur l’afflux des migrants en Europe. Il rappelle les antécédents que sont la colonisation, le besoin de main-d’œuvre et les conséquences régionales des guerres déclenchées par les dirigeants européens et étasuniens.

HD. Quelles sont les causes historiques et politiques de l’afflux massif de réfugiés en Europe ces derniers mois ? Georges Corm. Le phénomène n’est pas nouveau. Cela fait des années qu’un certain nombre de migrants qui ne peuvent pas obtenir de visa légalement prennent le risque de traverser la Méditerranée dans des conditions épouvantables. Aujourd’hui, les chiffres ont explosé. Mais il ne faut pas oublier les causes historiques, qui s’étalent sur plusieurs périodes et ont déclenché trois grandes vagues successives d’immigration depuis 1945. Les premiers déracinements ont été provoqués par la colonisation. En Algérie, les meilleures terres agricoles ont été accaparées par les colons. Ce qui a abouti à des déracinements et à la création d’un sous-prolétariat prêt à s’expatrier. D’où une première vague migratoire sous l’effet de la demande de main-d’œuvre à bon marché pour la reconstruction de la France et de l’Europe. À l’indépendance en 1962, une fois épuisées les possibilités d’élargissement de l’emploi dans le (...) Lire la suite »

Dans le New York Times, Kristof exploite la crise des réfugiés pour une intensification de la guerre en Syrie

Barry GREY

Des millions de personnes à travers le monde, horrifiées par le calvaire subi par les réfugiés venus du Moyen-Orient et cherchant asile en Europe, ont réagi par un élan de solidarité pour les victimes.

Les professions de sollicitude des propagandistes de l’impérialisme américain dans les médias par contre, sont pleines de cynisme et de tromperie. Nombreux sont ceux qui versent des larmes de crocodile sur ceux qui fuient la Libye, l’Irak, la Syrie, l’Afghanistan ou d’autres pays dévastés par la violence impérialiste pour mieux plaider en faveur d’une escalade de la politique criminelle a l’origine de la catastrophe. Nicholas Kristof du New York Times (NYT) en est un bel exemple. Il est le propagandiste attitré du NYT pour l’impérialisme des « droits de l’homme ». C’est un libéral dont la sensibilité humanitaire est toujours à l’unisson de l’ordre du jour de la Central Intelligence Agency. Partisan enthousiaste de l’invasion américaine de l’Afghanistan, de l’Irak et des guerres de changement de régime de Washington en Libye et en Syrie, il monte en ligne pour prôner, au nom des millions de gens tués, mutilés ou sans foyer du fait de ces crimes de guerre, une escalade de la l’intervention américaine contre (...) Lire la suite »

Syrie : de la Responsabilité de protéger…

Dr Bachar al-Jaafari

À l’occasion d’une réunion informelle de l’Assemblée générale des Nations Unies, le 8 septembre 2015, deux hauts responsables de l’Organisation ont appelé les États à traduire la reconnaissance de leur responsabilité de protéger (R2P) les populations contre les crimes internationaux les plus graves en actions concrètes, nous dit le Centre d’actualités de l’ONU, version française [1].

Voici la réponse du Délégué permanent de la Syrie auprès des Nations unies, le Docteur Bachar al-Jaafari.

La délégation syrienne déplore que certains des États membres ayant approuvé la « Responsabilité de protéger », telle qu’elle a été définie au Sommet mondial de 2005 [2][3], l’aient transformée en un nouvel instrument pouvant justifier leur ingérence dans les affaires d’autres pays pour servir leurs intérêts étriqués et égoïstes, ce qui l’a décrédibilisée comme tant d’autres idées innovantes censées servir la morale et l’humanité. Avec la délégation de mon pays, nous insistons sur les points suivants : Premièrement : la responsabilité de protéger les populations contre les crimes internationaux les plus graves, incombe au premier chef à l’État concerné.Deuxièmement : son but est de renforcer la souveraineté nationale, non de la saper ; l’idée même de cette « Responsabilité de protéger » n’ayant pas été proposée pour autoriser quiconque, au niveau international, à imposer ses exigences et ses solutions à d’autres états membres afin de modifier leurs régimes de gouvernance par invasion militaire, occupation territoriale, (...) Lire la suite »

Sous couvert de lutter contre ISIS, "l’Occident" se prépare à attaquer ouvertement la Syrie

Moon of Alabama
Mise à jour ci-dessous La chancelière allemande Angela Merkel a déclenché une avalanche de migrants en annonçant que l'Allemagne était ouverte, et en rompant l'accord de Dublin sur les demandeurs d'asile en Europe. Une campagne médiatique a suivi et des milliers de migrants en provenance de Syrie sont désormais accompagnés à travers l'Europe par des dizaines de journalistes qui rapportent chacun de leurs mouvements aux nouvelles du soir – y compris à l’aide de photos truquées (en allemand). Personne ne demande aux migrants pourquoi ils quittent la Turquie, où la plupart se trouvait tous ces derniers mois ou années, ni qui leur a donné de l'argent. Je me suis demandé quel pouvait être le but de cette campagne médiatique. Il semble maintenant clair qu’il s’agit de préparer le public européen à une guerre ouverte contre la Syrie, son gouvernement et son peuple. Les éditeurs du Guardian s’appuient sur la crise migratoire fabriquée de toutes pièces pour dire qu’il faut faire "quelque chose". Comme ils n’ont (...) Lire la suite »
afficher la suite 0 | 10 | 20 | 30 | 40 | 50 | 60 | 70 | 80 | ... | 190