RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibeseBuzz
 

Afghanistan : des «  escadrons de la mort » US posent pour des photos auprès de civils assassinés (The Guardian)

Les Commandants en Afghanistan se préparent à d’éventuelles émeutes et une colère publique déclenchées par la publication de photos «  trophées » prises par des soldats américains qui posent auprès des cadavres de civils sans défense qu’ils ont tués.

De hauts officiels à la Force d’Assistance à la Sécurité Internationale de l’OTAN à Kaboul ont comparé ces images publiées par l’hebdomadaire allemand Der Speigel aux images de soldats en train de maltraiter les prisonniers d’Abu Ghraib en Irak, photos qui avaient déclenché des protestations anti-américaines dans le monde entier.

Ils craignent que ces nouvelles images ne provoquent encore plus de dégâts. Ces images montrent les suites du meurtre délibéré de civils afghans l’année dernière par une unité blindée US dans la province du sud, à Kandahar.

Certaines des activités de cet auto-proclamé «  escadron de la mort » sont connues, car 12 hommes sont en attente de leur procès à Seattle pour l’assassinat de trois civils.

Cinq de ces soldats sont mis en examen pour meurtre avec préméditation après qu’ils aient mis en scène des cadavres pour faire croire qu’ils s’étaient défendus d’une attaque de Talibans.

D’autres accusations portent sur la mutilation de corps, de possession d’images de victimes humaines et d’usage de stupéfiants.

Tous les soldats ont plaidé non coupable et risquent la peine de port ou la prison à vie.

L’affaire a déjà provoqué un choc à travers le monde, particulièrement avec les révélations que les soldats auraient découpé des «  trophées » des cadavres de leurs victimes.

Une enquête du magazine allemand Der Spiegel a découvert environ 4000 photos et vidéos prises par les soldats.

Le magazine, qui prévoit de ne publier que 3 images, a dit que les soldats ont été inculpés non seulement pour leurs crimes mais aussi pour «  des collections entières de photos de leurs victimes que certains des accusés gardaient sur eux. »

L’armée US a tenté d’empêcher la publication de ces images par crainte d’une réaction au moment où l’antiaméricanisme en Afghanistan est au plus haut.

Dans une déclaration, l’armée US a présenté ses excuses pour l’émotion provoquée par ces photos «  qui décrivent des actions répugnantes aux yeux de tout être humain et qui sont contraires aux valeurs et aux pratiques des Etats-Unis ».

Le long article du Spiegel qui accompagne les images comporte de nouvelles révélations sur le degré de sadisme des soldats.

Lors d’un incident au mois de Mai (2010), selon l’article, au cours d’une patrouille, l’équipe a arrêté un mollah qui se tenait au bord de la route et l’ont emmené dans un fossé où ils l’ont obligé à s’agenouiller.

Le chef du groupe, le Sergent Calvin Gibbs, aurait ensuite lancé une grenade vers l’homme tandis qu’ordre était donné de lui tirer dessus.

Gibbs a été ensuite décrit en train de trancher un doigt de la victime et de lui arracher une dent.

La patrouille a ensuite affirmé à ses supérieurs que le mollah l’avait menacée avec une grenade et qu’elle a été obligée de l’abattre.

Dans la nuit de dimanche, de nombreuses organisations qui emploient du personnel étranger, y compris les Nations Unies, ont imposé un «  couvre-feu » à leurs employés en leur interdisant tout mouvement dans Kaboul et en leur demandant de rester barricadés dans leurs quartiers.

En plus des menaces d’une attaque à la suite de la publication de ces photos, la sécurité a été renforcée par crainte d’une tentative par les talibans de perturber les célébrations du nouvel an perse.

D’autres attaques pourraient avoir lieu lors du discours prévu par le président Afghan, Hamid Karzai, qui doit annoncer quelles sont les régions d’Afghanistan actuellement sous contrôle international qui passeront sous contrôle afghan.

Un responsable de sécurité pour la société américaine DynCorp (*) a envoyé un courrier électronique à ses clients pour les prévenir que la publication de ces images allait probablement «  agiter la population locale » car «  les images de l’incident sont extrêmement choquantes »

Jon Boone

http://www.guardian.co.uk/world/2011/mar/21/us-army-kill-team-afghanis...

Traduction "Echange deux bouts d’Afghan contre un futur bout de Libyen" par VD pour le Grand Soir avec probablement les fautes et coquilles habituelles.

(*) DynCorp WikiLeaks : Texas Company Helped Pimp Little Boys To Stoned Afghan Cops
http://blogs.houstonpress.com/hairballs/2010/12/wikileaks_texas_compan...

(Wikileaks révèle que la société DynCorp a organisé la prostitution de jeunes garçons pour des policiers afghans drogués)

JPEG - 36.2 ko
JPEG - 33 ko
JPEG - 23.1 ko
URL de cet article 13163
Même Auteur
Un nouvel art de militer
DIVERS

Ils sont le visage de la contestation des années 2000. Jeudi Noir, Déboulonneurs, Brigade activiste des clowns, Désobéissants, Anonymous... au-delà des formes traditionnelles que sont la grève ou la manifestation, une nouvelle génération de militants est apparue dans l’espace médiatique et agite régulièrement le cours de l’actualité. Chez eux, pas de chef, pas de violence, pas de longs discours théoriques, mais un goût prononcé pour l’humour et les mises en scènes spectaculaires, et un sens manifeste de (...)

Agrandir | voir bibliographie

 

Depuis 1974 en France, à l’époque du serpent monétaire européen, l’État - et c’est pareil dans les autres pays européens - s’est interdit à lui-même d’emprunter auprès de sa banque centrale et il s’est donc lui-même privé de la création monétaire. Donc, l’État (c’est-à -dire nous tous !) s’oblige à emprunter auprès d’acteurs privés, à qui il doit donc payer des intérêts, et cela rend évidemment tout beaucoup plus cher.

On ne l’a dit pas clairement : on a dit qu’il y avait désormais interdiction d’emprunter à la Banque centrale, ce qui n’est pas honnête, pas clair, et ne permet pas aux gens de comprendre. Si l’article 104, disait « Les États ne peuvent plus créer la monnaie, maintenant ils doivent l’emprunter auprès des acteurs privés en leur payant un intérêt ruineux qui rend tous les investissements publics hors de prix mais qui fait aussi le grand bonheur des riches rentiers », il y aurait eu une révolution.

Ce hold-up scandaleux coûte à la France environ 80 milliards par an et nous ruine année après année. Ce sujet devrait être au coeur de tout. Au lieu de cela, personne n’en parle.

Etienne Chouard

Lorsque les psychopathes prennent le contrôle de la société
NdT - Quelques extraits (en vrac) traitant des psychopathes et de leur emprise sur les sociétés modernes où il s’épanouissent à merveille jusqu’au point de devenir une minorité dirigeante. Des passages paraîtront étrangement familiers et feront probablement penser à des situations et/ou des personnages existants ou ayant existé. Tu me dis "psychopathe" et soudain je pense à pas mal d’hommes et de femmes politiques. (attention : ce texte comporte une traduction non professionnelle d’un jargon (...)
32 
Médias et Information : il est temps de tourner la page.
« La réalité est ce que nous prenons pour être vrai. Ce que nous prenons pour être vrai est ce que nous croyons. Ce que nous croyons est fondé sur nos perceptions. Ce que nous percevons dépend de ce que nous recherchons. Ce que nous recherchons dépend de ce que nous pensons. Ce que nous pensons dépend de ce que nous percevons. Ce que nous percevons détermine ce que nous croyons. Ce que nous croyons détermine ce que nous prenons pour être vrai. Ce que nous prenons pour être vrai est notre réalité. » (...)
46 
Ces villes gérées par l’extrême-droite.
(L’article est suivi d’un « Complément » : « Le FN et les droits des travailleurs » avec une belle photo du beau château des Le Pen). LGS Des électeurs : « On va voter Front National. Ce sont les seuls qu’on n’a jamais essayés ». Faux ! Sans aller chercher dans un passé lointain, voyons comment le FN a géré les villes que les électeurs français lui ont confiées ces dernières années pour en faire ce qu’il appelait fièrement « des laboratoires du FN ». Arrêtons-nous à ce qu’il advint à Vitrolles, (...)
25 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.