RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibeseBuzz
 

Et si les incroyants c’étaient nous ?

Voilà une question pour le moins inappropriée, me diront plusieurs croyants, d’autant plus qu’elle surgit au moment même où le Vatican lance à Paris le « parvis des Gentils », structure de rencontre entre catholiques et non-croyants. Mais n’est-ce pas justement le bon moment de nous interroger sur la nature de la foi que nous témoignons à travers notre profession de foi, nos rites et nos liturgies ? Vivons-nous une « foi de culture » ou une « foi, don de Dieu et d’engagement » ? Le dialogue va-t-il porter sur une foi « culturelle » ou une foi « d’engagement » ?

Est-il possible que notre foi ne réponde finalement qu’à l’enveloppe culturelle à l’intérieure de laquelle elle s’est développée sans pour autant répondre à cette foi, « don de Dieu et d’engagement de vie » ? Est-il possible que cette dernière puisse s’exprimer en dehors des formes culturelles et cultuelles traditionnelles ? Dans ce contexte de la double expression de la foi, la question soulevée demeure légitime et plus que jamais pertinente. Un véritable dialogue entre croyants et non croyants devrait reposer tant pour les uns et que pour les autres sur les fondements de leurs engagements au service d’une humanité en quête de justice, de vérité, de vie.

Supposons un instant que Caïphe, le grand-prêtre de la foi religieuse hébraïque du temps de Jésus, ait voulu ouvrir un dialogue entre croyants et non croyants. Dans quel camp Jésus de Nazareth aurait-il pu se faire reconnaître ? Du point de vue de Caïphe il ne pouvait pas être du nombre des croyants. Il a d’ailleurs été lui-même à la tête de la mobilisation pour le faire arrêter et condamner à mort. Pourtant qui des deux était le véritable croyant ?

Beaucoup de croyants et de non croyants remémorent cette année le 30ième anniversaire de l’assassinat de Mgr Oscar Romero alors qu’il célébrait l’eucharistie dans une chapelle à San Salvador. Il avait été, à plusieurs reprises, la cible de menaces de mort, mais elles n’ont jamais affecté sa foi ni son engagement au service de la justice et des plus déshérités de son peuple. Le 4 décembre 1977 il disait ceci :

« Une religion de messes dominicales, mais de semaines injustes ne plaît pas au Seigneur. Une religion de beaucoup de prières, mais au coeur gonflé d’hypocrisies n’est pas chrétienne. Une Église qui ne chercherait que son bien-être, qui n’aurait d’intérêt que pour ramasser de l’argent, s’assurer beaucoup de commodité, mais qui oublierait de dénoncer les injustices, ne serait pas la vraie Église de notre Divin Rédempteur. »

Le 15 décembre 1978, il a ces paroles :

« Lorsque quelqu’un donne du pain à celui qui a faim on le considère comme un saint, mais si quelqu’un demande quelles sont les causes qui font que le peuple a faim, il sera aussitôt identifié au communisme et à l’athéisme. Il y a toutefois un athéisme plus près et plus dangereux pour l’Église : l’athéisme du CAPITALISME qui s’impose lorsque les biens matériels sont érigés en idoles et se substituent à Dieu. »

Ces quelques exemples illustrent bien le fait que la foi n’a pas la même évidence pour tous et toutes. L’apôtre Jacques ne dit-il pas : « Toi, tu crois qu’il y a un seul Dieu ? Tu fais bien. Les démons le croient aussi, et ils tremblent. » (Jc. 2,19)

En somme le regard du croyant à l’endroit de lui-même doit être très critique alors qu’à l’endroit du non croyant il doit être très ouvert. J’espère que ce sera ce regard qui inspirera le cardinal Ravasi, chargé d’organiser ce dialogue entre croyants et non-croyants.

Oscar Fortin

Québec, le 25 mars 2011

http://humanisme.blogspot.com

URL de cet article 13226
Michel Boujut : Le jour où Gary Cooper est mort.
Bernard GENSANE

Le jour de la mort de Gary Cooper, Michel Boujut est entré en insoumission comme il est entré dans les films, en devenant un cinéphile authentique, juste avant que naisse sa vocation de critique de cinéma. Chez qui d’autre que lui ces deux états ont-ils pu à ce point s’interpénétrer, se modeler de concert ? Cinéma et dissidence furent, dès lors, à jamais inséparables pour lui. Il s’abreuva d’images « libératrices », alors qu’on sait bien qu’aujourd’hui les images auraient plutôt tendance à nous « cerner ». (...)

Agrandir | voir bibliographie

 

Que ce soit bien clair : nous avons commis des erreurs, évidemment. Et nous en commettrons d’autres. Mais je peux te dire une chose : jamais nous n’abandonnerons le combat pour un monde meilleur, jamais nous ne baisserons la garde devant l’Empire, jamais nous ne sacrifierons le peuple au profit d’une minorité. Tout ce que nous avons fait, nous l’avons fait non seulement pour nous, mais aussi pour l’Amérique latine, l’Afrique, l’Asie, les générations futures. Nous avons fait tout ce que nous avons pu, et parfois plus, sans rien demander en échange. Rien. Jamais. Alors tu peux dire à tes amis "de gauche" en Europe que leurs critiques ne nous concernent pas, ne nous touchent pas, ne nous impressionnent pas. Nous, nous avons fait une révolution. C’est quoi leur légitimité à ces gens-là, tu peux me le dire ? Qu’ils fassent une révolution chez eux pour commencer. Oh, pas forcément une grande, tout le monde n’a pas les mêmes capacités. Disons une petite, juste assez pour pouvoir prétendre qu’ils savent de quoi ils parlent. Et là, lorsque l’ennemi se déchaînera, lorsque le toit leur tombera sur la tête, ils viendront me voir. Je les attendrai avec une bouteille de rhum.

Ibrahim
Cuba, un soir lors d’une conversation inoubliable.

Lorsque les psychopathes prennent le contrôle de la société
NdT - Quelques extraits (en vrac) traitant des psychopathes et de leur emprise sur les sociétés modernes où il s’épanouissent à merveille jusqu’au point de devenir une minorité dirigeante. Des passages paraîtront étrangement familiers et feront probablement penser à des situations et/ou des personnages existants ou ayant existé. Tu me dis "psychopathe" et soudain je pense à pas mal d’hommes et de femmes politiques. (attention : ce texte comporte une traduction non professionnelle d’un jargon (...)
32 
Analyse de la culture du mensonge et de la manipulation "à la Marie-Anne Boutoleau/Ornella Guyet" sur un site alter.
Question : Est-il possible de rédiger un article accusateur qui fait un buzz sur internet en fournissant des "sources" et des "documents" qui, une fois vérifiés, prouvent... le contraire de ce qui est affirmé ? Réponse : Oui, c’est possible. Question : Qui peut tomber dans un tel panneau ? Réponse : tout le monde - vous, par exemple. Question : Qui peut faire ça et comment font-ils ? Réponse : Marie-Anne Boutoleau, Article XI et CQFD, en comptant sur un phénomène connu : "l’inertie des (...)
87 
Médias et Information : il est temps de tourner la page.
« La réalité est ce que nous prenons pour être vrai. Ce que nous prenons pour être vrai est ce que nous croyons. Ce que nous croyons est fondé sur nos perceptions. Ce que nous percevons dépend de ce que nous recherchons. Ce que nous recherchons dépend de ce que nous pensons. Ce que nous pensons dépend de ce que nous percevons. Ce que nous percevons détermine ce que nous croyons. Ce que nous croyons détermine ce que nous prenons pour être vrai. Ce que nous prenons pour être vrai est notre réalité. » (...)
46 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.