RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibeseBuzz
 
19 
La Shoah, « bouclier humain » du sionisme

Il n’est jamais trop tard pour apprendre

Yad VaShem Musée du Holocaust à Jérusalem

Nous sommes en janvier 2009 et :

J’ai découvert qu’on pouvait appeler « guerre » une ratonnade géante à ciel ouvert menée par des cinglés racistes rongés par un spleen identitaire et existentiel.

J’ai découvert qu’une population civile assassinée ne s’appelait plus « dommage collatéral » mais « bouclier humain ».

J’ai découvert qu’on pouvait emprisonner Gaza et ensuite lancer des tracts pour gentiment « prévenir » la population carcérale que les matons (prononcez Tsahal) allaient jouer avec eux à ballon prisonnier avec des bombes au phosphore.

J’ai découvert qu’un sioniste pouvait prendre son pied devant le spectacle et faire semblant de s’offusquer que l’on puisse mettre en doute son état de « légitime défense ».

J’ai découvert par la même occasion qu’on pouvait lui foutre un poing sur la gueule et que ça ne faisait finalement pas plus mal que sur un autre. J’ai découvert aussi que lorsqu’ils ne sont pas à dix contre un, les sionistes perdent leurs super pouvoirs de « peuple élu ».

J’ai découvert lors d’une émission sur TF1 qu’un porte-parole du régime israélien (encore un ?) pouvait brandir une photo pour appuyer ses dires sur Gaza sans que personne ne lui fasse remarquer qu’Israël interdisait l’accès à Gaza aux photographes.

J’ai découvert que brûler une voiture vide était plus grave que de tirer sur une ambulance occupée.

J’ai découvert que les dirigeants des organisations sionistes n’étaient pas encore en prison. J’ai découvert par la même occasion que l’apologie de crime de guerre n’était pas illégale en France.

J’ai découvert que « interventionnisme humanitaire », « couloirs humanitaires » et « devoir d’ingérence » ont soudainement disparu du vocabulaire de Bernard Kouchner & consorts.

J’ai découvert que l’OTAN n’intervenait plus, ne bombardait plus, ne faisaient plus rien pour sauver une population en danger.

J’ai découvert que des élus français étaient gênés de participer aux manifestations et de se retrouver sur la photo en « mauvaise compagnie ».

J’ai découvert ainsi que le risque, sinon l’assurance, de se faire traiter de salaud par des sionistes était finalement moins grave que la certitude d’en être un en se taisant.

Et c’est là que j’ai enfin compris comment les sionistes avaient transformé cette horreur de la Shoah en « bouclier humain » du sionisme.

Viktor Dedaj
« il n’est jamais trop tard pour apprendre »
janvier 2009

URL de cet article 7859
Même Auteur
Cuba est une île
Danielle BLEITRACH, Jacques-François BONALDI, Viktor DEDAJ

Présentation de l’éditeur " Cuba est une île. Comment l’aborder ? S’agit-il de procéder à des sondages dans ses eaux alentours de La Havane, là où gisent toujours les épaves des galions naufragés ? Ou encore, aux côtés de l’apôtre José Marti, tirerons-nous une barque sur la petite plage d’Oriente, et de là le suivrons -nous dans la guerre d’indépendance ? Alors, est-ce qu’il l’a gagnée ? C’est compliqué ! L’écriture hésite, se veut pédagogique pour exposer les conséquences de la nomenclature sucrière. L’épopée (...)

Agrandir | voir bibliographie

 

Un écrivain doit désormais être un homme d’action... Un homme qui a consacré un an de sa vie aux grèves dans la métallurgie, ou aux chômeurs, ou aux problèmes du racisme, ou qui n’a pas perdu son temps. Un homme qui sait où est sa place. Si vous survivez à une telle expérience, ce que vous raconterez ensuite sera la vérité, la nécessité et la réalité, et perdurera.

Martha Gellhorn, 1935

Médias et Information : il est temps de tourner la page.
« La réalité est ce que nous prenons pour être vrai. Ce que nous prenons pour être vrai est ce que nous croyons. Ce que nous croyons est fondé sur nos perceptions. Ce que nous percevons dépend de ce que nous recherchons. Ce que nous recherchons dépend de ce que nous pensons. Ce que nous pensons dépend de ce que nous percevons. Ce que nous percevons détermine ce que nous croyons. Ce que nous croyons détermine ce que nous prenons pour être vrai. Ce que nous prenons pour être vrai est notre réalité. » (...)
46 
La vérité éclate : un accès de franchise de la Banque d’Angleterre démolit les bases théoriques de l’austérité. (The Guardian)
On dit que dans les années 1930, Henry Ford aurait fait remarquer que c’était une bonne chose que la plupart des Américains ne savent pas comment fonctionne réellement le système bancaire, parce que s’ils le savaient, « il y aurait une révolution avant demain matin ». La semaine dernière, il s’est passé quelque chose de remarquable. La Banque d’Angleterre a vendu la mèche. Dans un document intitulé « La création de l’argent dans l’économie moderne », co-écrit par trois économistes de la Direction de (...)
17 
L’UNESCO et le «  symposium international sur la liberté d’expression » : entre instrumentalisation et nouvelle croisade (il fallait le voir pour le croire)
Le 26 janvier 2011, la presse Cubaine a annoncé l’homologation du premier vaccin thérapeutique au monde contre les stades avancés du cancer du poumon. Vous n’en avez pas entendu parler. Soit la presse cubaine ment, soit notre presse, jouissant de sa liberté d’expression légendaire, a décidé de ne pas vous en parler. (1) Le même jour, à l’initiative de la délégation suédoise à l’UNESCO, s’est tenu au siège de l’organisation à Paris un colloque international intitulé « Symposium international sur la liberté (...)
17 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.