RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibeseBuzz
 
19 
La Shoah, « bouclier humain » du sionisme

Il n’est jamais trop tard pour apprendre

Yad VaShem Musée du Holocaust à Jérusalem

Nous sommes en janvier 2009 et :

J’ai découvert qu’on pouvait appeler « guerre » une ratonnade géante à ciel ouvert menée par des cinglés racistes rongés par un spleen identitaire et existentiel.

J’ai découvert qu’une population civile assassinée ne s’appelait plus « dommage collatéral » mais « bouclier humain ».

J’ai découvert qu’on pouvait emprisonner Gaza et ensuite lancer des tracts pour gentiment « prévenir » la population carcérale que les matons (prononcez Tsahal) allaient jouer avec eux à ballon prisonnier avec des bombes au phosphore.

J’ai découvert qu’un sioniste pouvait prendre son pied devant le spectacle et faire semblant de s’offusquer que l’on puisse mettre en doute son état de « légitime défense ».

J’ai découvert par la même occasion qu’on pouvait lui foutre un poing sur la gueule et que ça ne faisait finalement pas plus mal que sur un autre. J’ai découvert aussi que lorsqu’ils ne sont pas à dix contre un, les sionistes perdent leurs super pouvoirs de « peuple élu ».

J’ai découvert lors d’une émission sur TF1 qu’un porte-parole du régime israélien (encore un ?) pouvait brandir une photo pour appuyer ses dires sur Gaza sans que personne ne lui fasse remarquer qu’Israël interdisait l’accès à Gaza aux photographes.

J’ai découvert que brûler une voiture vide était plus grave que de tirer sur une ambulance occupée.

J’ai découvert que les dirigeants des organisations sionistes n’étaient pas encore en prison. J’ai découvert par la même occasion que l’apologie de crime de guerre n’était pas illégale en France.

J’ai découvert que « interventionnisme humanitaire », « couloirs humanitaires » et « devoir d’ingérence » ont soudainement disparu du vocabulaire de Bernard Kouchner & consorts.

J’ai découvert que l’OTAN n’intervenait plus, ne bombardait plus, ne faisaient plus rien pour sauver une population en danger.

J’ai découvert que des élus français étaient gênés de participer aux manifestations et de se retrouver sur la photo en « mauvaise compagnie ».

J’ai découvert ainsi que le risque, sinon l’assurance, de se faire traiter de salaud par des sionistes était finalement moins grave que la certitude d’en être un en se taisant.

Et c’est là que j’ai enfin compris comment les sionistes avaient transformé cette horreur de la Shoah en « bouclier humain » du sionisme.

Viktor Dedaj
« il n’est jamais trop tard pour apprendre »
janvier 2009

URL de cet article 7859
Même Auteur
Cuba est une île
Danielle BLEITRACH, Jacques-François BONALDI, Viktor DEDAJ

Présentation de l’éditeur " Cuba est une île. Comment l’aborder ? S’agit-il de procéder à des sondages dans ses eaux alentours de La Havane, là où gisent toujours les épaves des galions naufragés ? Ou encore, aux côtés de l’apôtre José Marti, tirerons-nous une barque sur la petite plage d’Oriente, et de là le suivrons -nous dans la guerre d’indépendance ? Alors, est-ce qu’il l’a gagnée ? C’est compliqué ! L’écriture hésite, se veut pédagogique pour exposer les conséquences de la nomenclature sucrière. L’épopée (...)

Agrandir | voir bibliographie

 

"Au Salvador, les escadrons de la mort ne tuent pas simplement les gens. On les décapite, on place leurs têtes sur des piques et on garnit ainsi le paysage. La police salvadorienne ne tuait pas seulement les hommes, elle coupait leurs parties génitales et les fourrait dans leurs bouches. Non seulement la Garde nationale violait les femmes salvadoriennes, mais elle arrachait leur utérus et leur en recouvrait le visage. Il ne suffisait pas d’assassiner leurs enfants, on les accrochait à des barbelés jusqu’à ce que la chair se sépare des os, et les parents étaient forcés de garder."

Daniel Santiago,prêtre salvadorien
cité dans "What Uncle Sam Really Wants", Noam Chomsky, 1993

Commandos supervisés par Steve Casteel, ancien fonctionnaire de la DEA qui fut ensuite envoyé en Irak pour recommencer le travail.

Cette épuisante sensation de courir dans l’eau (plaidoyer pour rompre définitivement avec le PS)
Vous avez déjà essayé de courir dans l’eau ? Epuisant n’est-ce pas ? Au bout de quelques pas, je me dis que j’irai plus vite en marchant. Alors je marche. Comme je n’ai jamais pris la peine de me chronométrer, je ne sais ce qu’il en est réellement, mais la sensation d’aller plus vite et plus loin est bien là. Et quoi de plus subjectif que le temps ? Préambule défoulant : Socialistes, j’ai un aveu à vous faire :je ne vous supporte plus. Ni vos tronches, ni vos discours, ni vos écrits, ni vos déclarations, (...)
51 
Lorsque les psychopathes prennent le contrôle de la société
NdT - Quelques extraits (en vrac) traitant des psychopathes et de leur emprise sur les sociétés modernes où il s’épanouissent à merveille jusqu’au point de devenir une minorité dirigeante. Des passages paraîtront étrangement familiers et feront probablement penser à des situations et/ou des personnages existants ou ayant existé. Tu me dis "psychopathe" et soudain je pense à pas mal d’hommes et de femmes politiques. (attention : ce texte comporte une traduction non professionnelle d’un jargon (...)
33 
Colombie : Le poids des maux, le choc des photos.
Vous avez oublié les photos (bidons) du faux charnier de Timisoara en Roumanie ? En décembre 1989, elles démontrèrent au monde entier la férocité du régime communiste roumain. La presse avança le chiffre d’une dizaine de milliers de morts. Ceausescu renversé et exécuté, on a appris que les cadavres (moins de 200) avaient été sortis de la morgue d’un hôpital pour une mise en scène politico-macabre que les médias avalèrent illico et propagèrent urbi et orbi sans chercher à vérifier. Et voici que nous en (...)
12 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.