RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibeseBuzz
 

Saisies immobilières et SDF aux USA

La descente aux enfers des USA se poursuit. Le 29 décembre 2010 l’Office of the Comptroller of the Currency, l’organisme gouvernemental de tutelle des banques aux USA a publié son rapport sur la situation des crédits immobiliers au troisième trimestre 2010.
Source : http://www.occ.treas.gov/publications/publications-by-type/other-publi...

Ce rapport concerne 33,3 millions de prêts immobiliers (non commerciaux) totalisant 5907 milliards de dollars. Il nous éclaire en particulier sur les saisies immobilières et contrairement à ce que l’on martèle quotidiennement, la situation économique s’aggrave de jours en jours dans une Amérique qui sombre dans le chaos.

Les procédures de saisies immobilières ont ainsi progressées de 4,5 % depuis le début de l’année 2010, passant de 1 149 461 à 1 201 622 (page 9/65 du rapport) et les saisies effectives ont explosé avec 57,5% d’augmentation par rapport à 2009 (page 42/65 et 45/65 du rapport).

Le cap des 13 000 procédures de saisies par jour a été franchi !
Plus grave encore, les catégories les moins risquées de ces prêts (prime) sont sévèrement touchées avec 67,7% d’augmentation par rapport à 2009 (page 45/65).

Heureusement que la crise est terminée !

En effet, 12,6% des prêts immobiliers ne sont pas remboursés (les prêts commerciaux sont dans la même situation) représentant une ardoise brute de 744 milliards de dollars.

Vous comprenez mieux pourquoi Austan Goolsbee, le conseiller économique de Barack Obama, a déclaré que ne pas augmenter le plafond de la dette serait "catastrophique" et aurait pour conséquence un défaut de paiement des USA !

Source : http://gillesbonafi.skyrock.com/2966212795-USA-apres-les-dettes-les-dettes.html

En effet, une grande partie des CDS (Credit default Swaps) représentant 216 987 milliards de dollars sont adossés à des crédits immobiliers (privés et commerciaux).

Or, les CDS sont des contrats d’assurance côtés sur le marché et surtout hors bilan, c’est-à -dire qu’ils n’apparaissent pas dans les livres de compte de la société, des actifs fantômes !

En effet, en plaçant ces produits hors bilan, les organismes financiers évitent de constituer des réserves garantissant ces polices d’assurance. Ces produits dérivés sont adossés à des dettes et surtout à l’assurance contre le non remboursement de ces dernières et c’est là que le problème se pose car, en cas de défaillance d’un des acteurs, tous ces produits doivent apparaître sur les comptes des établissements financiers.

Source : http://gillesbonafi.skyrock.com/2956978603-Crise-systemique-l-heure-de...

La conséquence logique des saisies est donc l’explosion du nombre de sans-abri aux USA, les victimes oubliées de la crise.
Le nombre de SDF dans l’état de New York (le plus riche des USA) est ainsi passé de 36 073 (janvier 2009) à 37 100 (janvier 2011) dont 14 915 enfants, et, la situation ne cesse de s’aggraver.

Source : Daily report http://www.nyc.gov/html/dhs/html/statistics/statistics.shtml

Des milliers « d’oubliés de la crise » vivent désormais sous terre dans des conditions de vie abominables, fuyant les rues qui deviennent de plus en plus dangereuses car le nombre de meurtres de SDF ne cesse d’augmenter aux USA.

Sources : http://gillesbonafi.skyrock.com/2967969491-Les-damnes-de-l-Amerique.html

http://www.nationalhomeless.org/publications/hatecrimes/hatecrimes2009.pdf

Nous assistons à la chute de l’empire américain et à la fin de notre système économique basé sur la loi du plus fort (loi de Pareto) qui a pour corollaire l’explosion de la misère, car, comme le résume Percy Kemp, « l’appauvrissement n’est pas dû à une diminution des richesses, mais uniquement à une augmentation de l’avidité. »

URL de cet article 12488
Même Thème
Une histoire populaire des États-Unis - De 1492 à nos jours
Howard ZINN

Cette histoire des États-Unis présente le point de vue de ceux dont les manuels d’histoire parlent habituellement peu. L’auteur confronte avec minutie la version officielle et héroïque (de Christophe Colomb à George Walker Bush) aux témoignages des acteurs les plus modestes. Les Indiens, les esclaves en fuite, les soldats déserteurs, les jeunes ouvrières du textile, les syndicalistes, les GI du Vietnam, les activistes des années 1980-1990, tous, jusqu’aux victimes contemporaines de la politique (...)

Agrandir | voir bibliographie

 

« Si le Président se présente devant le Peuple drapé dans la bannière étoilée, il gagnera... surtout si l’opposition donne l’impression de brandir le drapeau blanc de la défaite. Le peuple américain ne savait même pas où se trouvait l’île de la Grenade - ce n’avait aucune importance. La raison que nous avons avancée pour l’invasion - protéger les citoyens américains se trouvant sur l’île - était complètement bidon. Mais la réaction du peuple Américain a été comme prévue. Ils n’avaient pas la moindre idée de ce qui se passait, mais ils ont suivi aveuglement le Président et le Drapeau. Ils le font toujours ! ».

Irving Kristol, conseiller présidentiel, en 1986 devant l’American Enterprise Institute

Le 25 octobre 1983, alors que les États-Unis sont encore sous le choc de l’attentat de Beyrouth, Ronald Reagan ordonne l’invasion de la Grenade dans les Caraïbes où le gouvernement de Maurice Bishop a noué des liens avec Cuba. Les États-Unis, qui sont parvenus à faire croire à la communauté internationale que l’île est devenue une base soviétique abritant plus de 200 avions de combat, débarquent sans rencontrer de résistance militaire et installent un protectorat. La manoeuvre permet de redorer le blason de la Maison-Blanche.

Cette épuisante sensation de courir dans l’eau (plaidoyer pour rompre définitivement avec le PS)
Vous avez déjà essayé de courir dans l’eau ? Epuisant n’est-ce pas ? Au bout de quelques pas, je me dis que j’irai plus vite en marchant. Alors je marche. Comme je n’ai jamais pris la peine de me chronométrer, je ne sais ce qu’il en est réellement, mais la sensation d’aller plus vite et plus loin est bien là. Et quoi de plus subjectif que le temps ? Préambule défoulant : Socialistes, j’ai un aveu à vous faire :je ne vous supporte plus. Ni vos tronches, ni vos discours, ni vos écrits, ni vos déclarations, (...)
51 
Lorsque les psychopathes prennent le contrôle de la société
NdT - Quelques extraits (en vrac) traitant des psychopathes et de leur emprise sur les sociétés modernes où il s’épanouissent à merveille jusqu’au point de devenir une minorité dirigeante. Des passages paraîtront étrangement familiers et feront probablement penser à des situations et/ou des personnages existants ou ayant existé. Tu me dis "psychopathe" et soudain je pense à pas mal d’hommes et de femmes politiques. (attention : ce texte comporte une traduction non professionnelle d’un jargon (...)
33 
Le fascisme reviendra sous couvert d’antifascisme - ou de Charlie Hebdo, ça dépend.
Le 8 août 2012, nous avons eu la surprise de découvrir dans Charlie Hebdo, sous la signature d’un de ses journalistes réguliers traitant de l’international, un article signalé en « une » sous le titre « Cette extrême droite qui soutient Damas », dans lequel (page 11) Le Grand Soir et deux de ses administrateurs sont qualifiés de « bruns » et « rouges bruns ». Pour qui connaît l’histoire des sinistres SA hitlériennes (« les chemises brunes »), c’est une accusation de nazisme et d’antisémitisme qui est ainsi (...)
114 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.