RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibeseBuzz
 

Ce qui se cache derrière le "péril musulman"

Alors que la crise économique devrait être le premier des soucis de nos hommes d’Etat, un autre danger fait désormais son apparition dans les médias : «  l’islamisation » de l’Europe. Comme cela s’est déjà produit lors des précédentes crises économiques, les responsables de celles-ci tentent à nouveau de faire diversion par le biais religieux, pourtant à l’origine de tant et tant de massacres et de guerres inutiles… Et aujourd’hui ce sont les musulmans qui, victimes d’une propagande basée sur des amalgames et des raccourcis successifs et ininterrompus, sont devenus pour ceux qui se définissent eux-mêmes comme l’Occident l’ennemi qui met en péril les «  valeurs » (démocratiques) de notre «  civilisation ».

Il serait facile de se laisser tenter par cette vision manichéenne d’un monde scindé entre deux «  civilisations » dont l’une serait le bien et l’autre le mal, et le terrorisme islamiste offre bien des arguments en faveur d’un renforcement de la sécurité, logiquement revendiqué par une opinion publique qui confond aisément fait divers et fait de société. Et puisque le peuple se sent en danger, le rôle des gouvernants n’est-il pas de lutter contre ?

Mais ce serait oublier une chose essentielle : le péril musulman n’existe pas. Et vouloir lutter contre un danger qui n’existe pas c’est pour le peuple accepter des sacrifices inutiles, voire désastreux. Car contre qui croyez-vous que les mesures sécuritaires qui nous seront bientôt imposées seront dirigées in fine, si ce n’est contre la population toute entière, et ce quelle que soit son obédience ? On dit que la sécurité s’oppose à la liberté, en ce sens que pour contrôler, surveiller et punir les comportements «  à risque » d’une certaine population, il faut se résigner à redéfinir le cadre de nos libertés individuelles. Cela signifie déterminer quel groupe viser, selon quels critères, et en rapport avec quelle autre type de population. Cela nécessite de revoir et d’élargir les définitions du terrorisme, de la liberté d’opinion telle qu’elle est pour l’instant écrite dans la Constitution, ainsi que les moyens de la lutte contre le terrorisme, pour y insérer les individus qui ne rentraient pas dans ce cadre auparavant (puisqu’on n’a pas pu les empêcher d’agir)… Mais nos gouvernants ne sont pas stupides et veulent faire croire qu’en réalité le terroriste peut être n’importe qui : votre voisin, votre fils peut-être, vous-même pourquoi pas ? Suivant ce raisonnement il devient alors possible (et nécessaire ?) de surveiller tout le monde sous prétexte de sécurité, de lutte contre le terrorisme, et de supprimer les libertés individuelles qu’ils sont censés garantir par ailleurs.

Cela commencera par un premier amalgame déjà bien usité autrefois, qui consiste à faire des défenseurs des libertés les «  complices tacites » de la communauté stigmatisée. On voit déjà poindre de dangereux raccourcis qui essaient de faire passer ceux qui luttent contre les amalgames qu’entraine une propagande fondée sur la peur et sur la haine pour des «  anti » sionistes, ou des «  complotistes », sur le principe du «  qui n’est pas avec nous est contre nous ». Mais lutter contre l’instrumentalisation politique n’est pas soutenir les terroristes. Lutter contre la propagande grossière qui met en péril des années de bonne intelligence entre les différentes confessions religieuses c’est lutter certes pour la liberté religieuse et la paix, mais aussi et surtout pour la liberté de tous. Car de même que les juifs n’étaient pas une réelle menace pour le «  Lebensraum » des Allemands, les musulmans ne souhaitent pas imposer la charia en France (comment le pourraient-ils d’ailleurs ?). Qui peut croire encore que demain les musulmans envahiront la France pour imposer leur religion, leurs coutumes et leurs lois, alors que ces mêmes musulmans se battent justement dans de nombreux pays pour y échapper ?

Cela est trop simpliste, et les Renseignements Français sont bien placés pour le savoir. Derrière le péril musulman se cache en réalité un danger plus grand, le danger de l’autoritarisme. Le péril musulman est une sorte de paravent idéologique destiné à faire voter de nouvelles lois qui permettront à terme d’enfermer à peu près n’importe qui et pour à peu près n’importe quoi, pour peu que la définition du terrorisme soit suffisamment ouverte à l’interprétation juridique. Les véritables ennemis de nos dirigeants ne sont pas les musulmans ni les terroristes dont ils se servent pour leur propagande mais les contestataires de ce régime qui tomberont bientôt sous le coup de la Loi. Et quand le peuple sera soumis à la surveillance, au contrôle et au fichage permanents d’un gouvernement autoritaire et qu’il verra les libertés qu’on lui avait promis de sauvegarder complètement détruites, il se rappellera les luttes contre ACTA et Hadopi, contre les lois antiterroristes, le fichage généralisé ou la définition d’une identité nationale. Il se souviendra que certains «  terroristes » n’étaient pas musulmans, et qu’ils luttaient non pas pour l’islamisation de l’Europe mais pour les libertés de tous. Et il comprendra que ces derniers n’étaient pas des terroristes mais des résistants. Peut-être même, encore plus tard, parviendra-t-il à  se rendre compte que derrière le péril musulman se cachait un danger bien plus grand, celui de l’autoritarisme… Sera-t-il alors encore temps d’y échapper ?

Caleb Irri

http://calebirri.unblog.fr

URL de cet article 16376
AGENDA
vendredi 31 octobre 2014
samedi 1er novembre 2014
dimanche 2 novembre 2014
mardi 4 novembre 2014
mercredi 5 novembre 2014
jeudi 6 novembre 2014
vendredi 7 novembre 2014
dimanche 9 novembre 2014
mardi 11 novembre 2014
vendredi 14 novembre 2014
samedi 15 novembre 2014
vendredi 21 novembre 2014
lundi 15 décembre 2014
Même Thème
Islamophobie. Comment les élites françaises construisent le "problème musulman"
A. Hajjat et M. Mohammed

Les connaissances sur l’islam produites par différents acteurs appellent généralement une action politique pour « résoudre » le « problème musulman ». En ce sens, les conditions de production des connaissances sur l’islam peuvent être déterminées par la « solution » envisagée, et cette « solution » peut varier considérablement en fonction du diagnostic que l’on fait de la réalité sociale. Les mythes propagés par les experts sécuritaires et certains intellectuels médiatiques s’accompagnent souvent d’appels au (...)

Agrandir | voir bibliographie

 

A force de tout voir on finit par tout supporter...
A force de tout supporter on finit par tout tolérer...
A force de tout tolérer on finit par tout accepter...
A force de tout accepter on finit par tout approuver.

Saint Augustin

La vérité éclate : un accès de franchise de la Banque d’Angleterre démolit les bases théoriques de l’austérité. (The Guardian)
On dit que dans les années 1930, Henry Ford aurait fait remarquer que c’était une bonne chose que la plupart des Américains ne savent pas comment fonctionne réellement le système bancaire, parce que s’ils le savaient, « il y aurait une révolution avant demain matin ». La semaine dernière, il s’est passé quelque chose de remarquable. La Banque d’Angleterre a vendu la mèche. Dans un document intitulé « La création de l’argent dans l’économie moderne », co-écrit par trois économistes de la Direction de (...)
15 
Reporters Sans Frontières, la liberté de la presse et mon hamster à moi.
Sur le site du magazine états-unien The Nation on trouve l’information suivante : Le 27 juillet 2004, lors de la convention du Parti Démocrate qui se tenait à Boston, les trois principales chaînes de télévision hertziennes des Etats-Unis - ABC, NBC et CBS - n’ont diffusé AUCUNE information sur le déroulement de la convention ce jour-là . Pas une image, pas un seul commentaire sur un événement politique majeur à quelques mois des élections présidentielles aux Etats-Unis. Pour la première fois de (...)
20 
Colombie : Le poids des maux, le choc des photos.
Vous avez oublié les photos (bidons) du faux charnier de Timisoara en Roumanie ? En décembre 1989, elles démontrèrent au monde entier la férocité du régime communiste roumain. La presse avança le chiffre d’une dizaine de milliers de morts. Ceausescu renversé et exécuté, on a appris que les cadavres (moins de 200) avaient été sortis de la morgue d’un hôpital pour une mise en scène politico-macabre que les médias avalèrent illico et propagèrent urbi et orbi sans chercher à vérifier. Et voici que nous en (...)
12 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.