RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibeseBuzz
 
Quelle que soit l’issue du conflit syrien, les « djihadistes » afflueront vers le Sahel et retourneront les armes (que Paris leur livre) contre les militaires français.

Il n’y a pas plus aveugle que celui qui ne veut pas voir…

C’est un secret de Polichinelle que l’Etat français a payé des rançons à des groupes terroristes au Sahel et ailleurs dans le monde, en contrepartie de la libération d’otages français détenus par eux. Officiellement, les autorités françaises ont toujours et systématiquement nié avoir eu recours à cette pratique, mais personne n’a été dupe de leur dénégation.

La confirmation que la France versait effectivement des rançons est venue de son président François Hollande qui ayant reçu à l’Elysée les familles d’otages encore entre les mains de leurs ravisseurs a fait l’annonce que Paris ne cèdera plus au chantage. L’Etat français semble enfin avoir compris qu’il avait tout faux en s’y pliant . Aujourd’hui en guerre ouverte au nord du Mali avec des groupes armés, auxquels il a versé des rançons substantielles, Paris a découvert que la France leur avait en fait fourni le nerf de la guerre leur ayant permis de recruter et de s’équiper en armement avec lequel ils combattent contre sa force d’intervention.

L’Algérie ne peut que se féliciter de la décision du président français de mettre un terme à la doctrine privilégiée jusque-là par Paris s’agissant des prises d’otages impliquant des ressortissants français. Alger et Paris n’étaient pas en effet sur la même longueur d’onde sur l’attitude à adopter à l’égard des preneurs d’otages. La première prônant le refus absolu de se plier à leurs exigences alors que la seconde tout en n’ignorant pas que l’argent versé aux ravisseurs contribue à renforcer leurs capacités de nuisance n’hésitait pas à accepter le payement de rançons au motif de la considération « humanitaire » que les vies de ressortissants français étaient en jeu. Et c’est paradoxalement Paris et le monde politico-médiatique français qui ont fait reproche à l’Algérie d’avoir une doctrine de lutte antiterroriste péchant par ambiguïté.

Le changement d’attitude de la France que vient d’annoncer le président Hollande conforte les autorités algériennes qui ont refusé de céder aux exigences du groupe terroriste ayant mené l’attaque contre le site gazier d’In Amenas et tenu sous son contrôle des centaines d’otages en majorité des Algériens. Sans aller jusqu’à prétendre que c’est la détermination des autorités algériennes dans la gestion de la prise d’otages d’In Amenas qui a convaincu le chef de l’Etat français à revoir la copie de son pays s’agissant de la gestion de ce type d’opérations terroristes, force est pourtant d’y voir une corrélation.

La France, puisqu’elle en est à la révision de sa doctrine de lutte antiterroriste, ne doit pas s’arrêter en si bon chemin et admettre également qu’elle fait aussi fausse route en fournissant aides et armement comme cela a été le cas en Libye et maintenant en Syrie à des groupes terroristes sous prétexte de combat commun contre des régimes dictatoriaux. Avec ces groupes terroristes, il n’y a rien à négocier, rien à espérer pour la liberté et la démocratie. On le voit en Libye dont ils ont fait la base arrière à partir de laquelle leurs frères d’armes sévissant au Sahel ont lancé leurs opérations de « conquête » de la région. Quelle que soit l’issue du conflit syrien, les « djihadistes » qui y participent avec la bénédiction française et occidentale afflueront inéluctablement à sa fin vers le Sahel et retourneront les armes (que Paris entre autres leur livre généreusement) contre les militaires français présents au Sahel. De cela aussi l’Algérie a mis en garde les concernés, mais il n’est plus aveugle que celui qui ne veut pas voir. Et la France pour des calculs d’intérêts à courte vue n’avait pas voulu voir.

Source : Le Quotidien d’Oran

http://www.lequotidien-oran.com/?news=5178335

URL de cet article 19147
Georges Séguy. Résister, de Mauthausen à Mai 68.
Bernard GENSANE

Il n’a jamais été le chouchou des médias. Trop syndicaliste, trop communiste, trop intransigeant à leur goût. Et puis, on ne connaissait même pas l’adresse de son coiffeur ! Seulement, à sept ans, il participe à sa première grève pour obtenir la libération de son professeur qui a pris part aux manifestations antifascistes de Février 34. Huit ans plus tard, à l’âge de quinze ans, il rejoint les rangs de la Résistance comme agent de liaison. Lui et les siens organisent de nombreuses évasions de militants (...)

Agrandir | voir bibliographie

 

(...) quelqu’un a dit il y a vingt ans : "vous pouvez croire tout ce qu’on raconte sur cet homme, sauf qu’il est mort".

(...) Ce lieu sera pour toujours un témoignage de lutte, un appel à l’humanisme. Il sera aussi un hommage permanent à une génération qui voulait transformer le monde, et à l’esprit rebelle et inventif d’un artiste qui contribua à forger cette génération et en même temps en est un de ses symboles les plus authentiques.

Les années 60 étaient bien plus qu’une période dans un siècle qui touche à sa fin. Avant toute chose, elles ont été une attitude face à la vie qui a profondément influencé la culture, la société et la politique, et a qui a traversé toutes les frontières. Un élan novateur s’est levé, victorieux, pour submerger toute la décennie, mais il était né bien avant cette époque et ne s’est pas arrêté depuis. (...)

Avec une animosité obstinée, certains dénigrent encore cette époque - ceux qui savent que pour tuer l’histoire, il faut d’abord lui arracher le moment le plus lumineux et le plus prometteur. C’est ainsi que sont les choses, et c’est ainsi qu’elles ont toujours été : pour ou contre les années 60.

Ricardo Alarcon,
président de l’Assemblée Nationale de Cuba
Allocution lors de l’inauguration de la statue de John Lennon à la Havane, Décembre 2000

CUBA : modèle de résistance ou résistance d’un modèle ? (conférence/débat audio)
Conférence de Viktor Dedaj, animateur du site "Le Grand Soir", sur le Libre Teamspeak le 4 Décembre 2011. Notre conférencier nous explique enfin la vérité sur Cuba, sur son régime, et démonte minutieusement toute la propagande des États-Unis contre Cuba. Une conférence aussi excellente qu’indispensable. L’exposé initial de Viktor Dedaj dure une quarantaine de minutes et est suivi de deux heures de questions/débat avec les auditeurs. - http://lelibrets.blogspot.com/ Le compte Youtube ayant (...)
19 
La crise européenne et l’Empire du Capital : leçons à partir de l’expérience latinoaméricaine
Je vous transmets le bonjour très affectueux de plus de 15 millions d’Équatoriennes et d’Équatoriens et une accolade aussi chaleureuse que la lumière du soleil équinoxial dont les rayons nous inondent là où nous vivons, à la Moitié du monde. Nos liens avec la France sont historiques et étroits : depuis les grandes idées libertaires qui se sont propagées à travers le monde portant en elles des fruits décisifs, jusqu’aux accords signés aujourd’hui par le Gouvernement de la Révolution Citoyenne d’Équateur (...)
La vérité éclate : un accès de franchise de la Banque d’Angleterre démolit les bases théoriques de l’austérité. (The Guardian)
On dit que dans les années 1930, Henry Ford aurait fait remarquer que c’était une bonne chose que la plupart des Américains ne savent pas comment fonctionne réellement le système bancaire, parce que s’ils le savaient, « il y aurait une révolution avant demain matin ». La semaine dernière, il s’est passé quelque chose de remarquable. La Banque d’Angleterre a vendu la mèche. Dans un document intitulé « La création de l’argent dans l’économie moderne », co-écrit par trois économistes de la Direction de (...)
14 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.