RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibeseBuzz
 
Quelle que soit l’issue du conflit syrien, les « djihadistes » afflueront vers le Sahel et retourneront les armes (que Paris leur livre) contre les militaires français.

Il n’y a pas plus aveugle que celui qui ne veut pas voir…

C’est un secret de Polichinelle que l’Etat français a payé des rançons à des groupes terroristes au Sahel et ailleurs dans le monde, en contrepartie de la libération d’otages français détenus par eux. Officiellement, les autorités françaises ont toujours et systématiquement nié avoir eu recours à cette pratique, mais personne n’a été dupe de leur dénégation.

La confirmation que la France versait effectivement des rançons est venue de son président François Hollande qui ayant reçu à l’Elysée les familles d’otages encore entre les mains de leurs ravisseurs a fait l’annonce que Paris ne cèdera plus au chantage. L’Etat français semble enfin avoir compris qu’il avait tout faux en s’y pliant . Aujourd’hui en guerre ouverte au nord du Mali avec des groupes armés, auxquels il a versé des rançons substantielles, Paris a découvert que la France leur avait en fait fourni le nerf de la guerre leur ayant permis de recruter et de s’équiper en armement avec lequel ils combattent contre sa force d’intervention.

L’Algérie ne peut que se féliciter de la décision du président français de mettre un terme à la doctrine privilégiée jusque-là par Paris s’agissant des prises d’otages impliquant des ressortissants français. Alger et Paris n’étaient pas en effet sur la même longueur d’onde sur l’attitude à adopter à l’égard des preneurs d’otages. La première prônant le refus absolu de se plier à leurs exigences alors que la seconde tout en n’ignorant pas que l’argent versé aux ravisseurs contribue à renforcer leurs capacités de nuisance n’hésitait pas à accepter le payement de rançons au motif de la considération « humanitaire » que les vies de ressortissants français étaient en jeu. Et c’est paradoxalement Paris et le monde politico-médiatique français qui ont fait reproche à l’Algérie d’avoir une doctrine de lutte antiterroriste péchant par ambiguïté.

Le changement d’attitude de la France que vient d’annoncer le président Hollande conforte les autorités algériennes qui ont refusé de céder aux exigences du groupe terroriste ayant mené l’attaque contre le site gazier d’In Amenas et tenu sous son contrôle des centaines d’otages en majorité des Algériens. Sans aller jusqu’à prétendre que c’est la détermination des autorités algériennes dans la gestion de la prise d’otages d’In Amenas qui a convaincu le chef de l’Etat français à revoir la copie de son pays s’agissant de la gestion de ce type d’opérations terroristes, force est pourtant d’y voir une corrélation.

La France, puisqu’elle en est à la révision de sa doctrine de lutte antiterroriste, ne doit pas s’arrêter en si bon chemin et admettre également qu’elle fait aussi fausse route en fournissant aides et armement comme cela a été le cas en Libye et maintenant en Syrie à des groupes terroristes sous prétexte de combat commun contre des régimes dictatoriaux. Avec ces groupes terroristes, il n’y a rien à négocier, rien à espérer pour la liberté et la démocratie. On le voit en Libye dont ils ont fait la base arrière à partir de laquelle leurs frères d’armes sévissant au Sahel ont lancé leurs opérations de « conquête » de la région. Quelle que soit l’issue du conflit syrien, les « djihadistes » qui y participent avec la bénédiction française et occidentale afflueront inéluctablement à sa fin vers le Sahel et retourneront les armes (que Paris entre autres leur livre généreusement) contre les militaires français présents au Sahel. De cela aussi l’Algérie a mis en garde les concernés, mais il n’est plus aveugle que celui qui ne veut pas voir. Et la France pour des calculs d’intérêts à courte vue n’avait pas voulu voir.

Source : Le Quotidien d’Oran

http://www.lequotidien-oran.com/?news=5178335

URL de cet article 19147
Banque du Sud et nouvelle crise internationale
Eric TOUSSAINT

En pleine crise du subprime, dont les conséquences n’ont pas fini de se faire sentir dans l’économie mondialisée, sept pays l’Amérique latine lancent une Banque du Sud qui pourrait jeter les bases d’une autre architecture financière internationale.
En combattant inlassable, Eric Toussaint propose dans ce livre une approche claire et synthétique, destinée à des non-spécialistes, de l’état des résistances au néolibéralisme, du contexte économique international contemporain ainsi que des principaux défis que (...)

Agrandir | voir bibliographie

 

Partout où le hasard semble jouer à la surface, il est toujours sous l’empire de lois internes cachées, et il ne s’agit que de les découvrir.

Friedrich Engels

La crise européenne et l’Empire du Capital : leçons à partir de l’expérience latinoaméricaine
Je vous transmets le bonjour très affectueux de plus de 15 millions d’Équatoriennes et d’Équatoriens et une accolade aussi chaleureuse que la lumière du soleil équinoxial dont les rayons nous inondent là où nous vivons, à la Moitié du monde. Nos liens avec la France sont historiques et étroits : depuis les grandes idées libertaires qui se sont propagées à travers le monde portant en elles des fruits décisifs, jusqu’aux accords signés aujourd’hui par le Gouvernement de la Révolution Citoyenne d’Équateur (...)
Hier, j’ai surpris France Télécom semant des graines de suicide.
Didier Lombard, ex-PDG de FT, a été mis en examen pour harcèlement moral dans l’enquête sur la vague de suicides dans son entreprise. C’est le moment de republier sur le sujet un article du Grand Soir datant de 2009 et toujours d’actualité. Les suicides à France Télécom ne sont pas une mode qui déferle, mais une éclosion de graines empoisonnées, semées depuis des décennies. Dans les années 80/90, j’étais ergonome dans une grande direction de France Télécom délocalisée de Paris à Blagnac, près de Toulouse. (...)
66 
Ces villes gérées par l’extrême-droite.
(L’article est suivi d’un « Complément » : « Le FN et les droits des travailleurs » avec une belle photo du beau château des Le Pen). LGS Des électeurs : « On va voter Front National. Ce sont les seuls qu’on n’a jamais essayés ». Faux ! Sans aller chercher dans un passé lointain, voyons comment le FN a géré les villes que les électeurs français lui ont confiées ces dernières années pour en faire ce qu’il appelait fièrement « des laboratoires du FN ». Arrêtons-nous à ce qu’il advint à Vitrolles, (...)
30 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.