RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibeseBuzz

Le pouvoir du « Niet »

Dmitry ORLOV
Voici la manière dont les choses sont censées fonctionner sur cette planète : aux États-Unis, les structures de pouvoir (publiques et privées) décident ce qu’elles veulent que le reste du monde fasse. Elles communiquent leurs vœux par les canaux officiels et officieux, et comptent sur une coopération automatique. Si la coopération n’intervient pas immédiatement, elles appliquent des pressions politiques, économiques et financières. Si cela ne produit toujours pas l’effet escompté, elles tentent de changer de régime par une révolution de couleur, un coup d’état militaire ou en organisant et finançant une insurrection conduisant à des attaques terroristes et à la guerre civile chez la nation récalcitrante. Si cela ne fonctionne toujours pas, ils bombardent le pays le réduisant à l’âge de pierre. C’est ainsi que cela fonctionnait dans les années 1990 et 2000, mais dernièrement une nouvelle dynamique a émergé. Au début, elles se concentraient sur la Russie, mais le phénomène s’est depuis répandu dans le monde et (...) Lire la suite »

« Daesh nous empêche de voir que la question majeure est politique »

Roland GORI

Pour le psychanalyste Roland Gori, les auteurs des récents attentats sont les monstres du néolibéralisme. Daesh, estime-t-il, est l’arbre qui cache une crise politique profonde et sans issue immédiate, et qu’il devra pourtant falloir régler pour éradiquer ce terrorisme.

Politis : Comment analysez-vous ce qu’il s’est passé à Nice la semaine dernière ? Roland Gori : La prudence serait de dire qu’on ne sait pas. Que l’on a besoin de temps pour préciser les données à recueillir par des enquêtes, et de temps pour une analyse multidimensionnelle mobilisant la pensée. Nous avons besoin de temps pour penser ce qui nous arrive, et comment nous en sommes arrivés là. Nous avons besoin de comprendre ce qui rapproche chacun de ces meurtres de masse et ce qui les différencie les uns des autres. Globalement, nous réagissons trop vite. Ce qui peut être justifié, en matière de protection, de sécurité ou d’assistance, ne l’est plus en termes d’information ou d’analyse. Or, les dispositifs d’information et d’analyse sont eux-mêmes atteints, corrompus par les dérives de la « société du spectacle », du « fait divers » qui permet la marchandisation des émotions et des concepts. Cela n’est pas acceptable moralement et politiquement car cela détruit aujourd’hui les bases sur lesquelles se fondent nos (...) Lire la suite »

De Big Brother à Big Data

Pierre VERHAS

Le nouveau jeu à la mode : « Pokemon go ». Il s’agit via un smartphone de trouver et d’éliminer un maximum de « pokemon », c’est-à-dire de petits personnages fictifs qui peuvent se trouver virtuellement en n’importe quel endroit réel. Par une belle opération de marketing, les promoteurs de ce jeu entraînent des milliers d’usagers à se livrer à une sorte de chasse en se déplaçant avec leur smartphone dans tous les endroits possibles et imaginables où parfois au péril de leur vie, ils échappent à tout contact avec le monde tangible. On peut trouver des « pokemon » jusque dans le site du camp d’Auschwitz, ce qui prouve que pour les transnationales du Big Data il n’y a ni frontière ni valeur morale, seule la valeur financière compte.

Cela inquiète à juste titre les autorités qui ignorent comment lutter contre ce phénomène. Mais leur inquiétude porte sur la sécurité des usagers et non sur les nuisances provoquées par la conception de ce jeu. Dans un Etat digne de ce nom, « Pokemon go » serait purement et simplement interdit. Mais « Pokemon go » rapporte gros à ses promoteurs, les puissantes entreprises transnationales de l’informatique. Et – c’est le plus dangereux – l’application « Pokemon go » met ses usagers en condition pour l’avenir que nous préparent ces entreprises, c’est-à-dire une vie dans un monde où l’on ne pourra plus séparer l’illusion virtuelle du monde tangible. On vivra désormais dans une caverne de Platon high tech. Comment cela ? C’est expliqué dans un ouvrage récent intitulé L’homme nu, la dictature invisible du numérique par le romancier et ancien chef d’entreprise Marc Dugain et le journaliste spécialiste de l’informatique à l’hebdomadaire Le Point, Christophe Labbé. Cette dictature du numérique s’appelle le Big Data. (...) Lire la suite »

Le peuple syrien ne permettra pas de se laisser transformer en une autre copie de ce qui est arrivé en Libye…

Bachar al-Jaafari
« … La ville d’Alep est désormais assiégée. La route de Castello, sa dernière voie d’approvisionnement en eau, en vivres et en médicaments, a été coupée par les forces alliées au régime… À bien des égards, Alep est à la Syrie ce que Sarajevo était à la Bosnie : une ville symbole, une ville carrefour, une ville martyre. Alep, cette ville symbole plusieurs fois millénaire classée au patrimoine mondial de l’humanité, cette ville carrefour où se sont entrechoquées et entremêlées tant de cultures qui ont laissé sur la ville une empreinte profonde et diverse, est aujourd’hui une ville martyre. Ce symbole de la civilisation est l’objet d’un siège de type médiéval. Quelle régression, et franchement, quelle honte !... La mécanique du GISS, les taskforces à Genève, l’action de Staffan de Mistura que nous appuyons, les appels à réunir l’opposition, tout ceci est réduit à néant par le siège d’Alep… ». C’est là un extrait du discours du 25 juillet de M. François Delattre, représentant permanent de la France auprès des Nations Unies (...) Lire la suite »

La France assassine 164 civils en Syrie en représailles pour Nice (TeleSur)

Telesur
Le diplomate syrien Bashar Jaafari a dénoncé le fait que le président français François Hollande ait voulu se venger pour Nice et ait tué des innocents en Syrie. Le représentant permanent de la Syrie devant l’ONU, Bashar Jaafari, a révélé ce lundi que l’attaque aérienne de la France du 19 juillet dernier sur le village de Tokhar, Manbij, au nord de la Syrie, a été une vengeance pour l’attentat de Nice, alors que celui-ci a pourtant été revendiqué par le Daesh. Le bombardement de la localité syrienne a causé 164 morts de civils, le double de l’attentat de Nice. Selon Jaafari, le gouvernement français cherchait à punir l’Etat islamique (Daesh en arabe) pour l’attentat de Nice du 14 juillet dernier. Pourtant, les terroristes avaient abandonné le village peu avant l’attaque aérienne pour avoir appris que François Hollande avait promis de se venger. « La force de l’air française a bombardé la localité et causé de nombreuses victimes : deux fois plus que celles de l’attaque de Nice. Le président français a voulu (...) Lire la suite »
15 
Inédit : Fidel Castro, Che Guevara et l’Union soviétique

Le dialogue de deux géants

Jean ORTIZ

Le 26 juillet 1953, 123 jeunes révolutionnaires, parmi lesquels se trouvaient Fidel et Raul Castro, attaquent la caserne Moncada, à Santiago de Cuba. C’est un échec. La plupart des assaillants sont pris, torturés et fusillés. Capturé quelques jours plus tard, Fidel Castro doit la vie à l’intercession d’un évêque (*) qui empêche qu’il soit abattu. Traduit devant un tribunal où il assure lui-même sa défense, il prononce sa fameuse plaidoirie : « La Historia me absolvera (« L’Histoire m’acquittera »).
Condamné à 15 ans de prison, il est amnistié en 1955. Le Movimiento 26 Julio (ou M 26-7) (à présent date de la fête nationale cubaine) a été créé pour regrouper les survivants.
Exilé au Mexique, Fidel Castro fait la connaissance d’Ernesto Guevara qui jouera un rôle décisif dans la victoire des guérilleros en 1959 et qui va devenir un acteur clé et un penseur de la révolution cubaine avant de périr en Bolivie.
Jean Ortiz, spécialiste de l’Amérique latine, ancien correspondant de presse (L’Humanité) à Cuba nous livre ici des informations sur les rapports réels entre « Fidel » et « El Che ».

LGS

Les relations entre Fidel Castro et Che Guevara restent l’objet d’un insupportable détournement historique. Les spéculations les plus farfelues mettent l’accent sur « l’affrontement » et « la rupture » qui serait intervenue entre les deux hommes. Des tensions, certainement, la rupture jamais. Cela permet, entre autres, d’attribuer la responsabilité de la mort du « guérillero héroïque » au « dictateur » Fidel Castro. En « envoyant le Che en Bolivie » il se serait en quelque sorte débarrassé d’un rival encombrant. Et du même acabit, toute une ribambelle de contresens, de manipulations infondées, et le plus souvent malveillantes. La présumée opposition de fond Fidel-Che, « l’affrontement » dur, sont ressassés en boucle par de nombreux intellectuels occidentaux qui font une lecture politicienne, simplificatrice, de la révolution cubaine. Che Guevara et Fidel Castro étaient liés par une admiration mutuelle jamais démentie, une grande confiance, une profonde empathie politique et intellectuelle, mais loin de toute (...) Lire la suite »
10 
La chronique de Recherches internationales

Stoppons nos frappes en Syrie et renforçons l’ONU

Chloé Maurel
La tuerie de Nice le 14 juillet 2016 (83 morts), après celle du Bataclan le 15 novembre 2015 (130 morts) et celles de Charlie Hebdo et de l'hyper cacher de la porte de Vincennes en janvier 2015 confirme un peu plus, aux yeux de beaucoup de nos compatriotes, que nous sommes engagés dans une guerre. Effectivement, la France est clairement engagée militairement en Syrie et en Irak, et ce sur un mode crescendo : depuis les débuts de l'opération « Chammal » en septembre 2014, la France a effectué plus de 4 000 sorties aériennes et a mené plus de 600 frappes, tuant environ 1 100 personnes. Et le président Hollande a affirmé récemment vouloir encore intensifier ces frappes. Il a aussi annoncé vouloir intensifier l'opération « Barkhane » au Sahel, qui est en cours depuis plusieurs mois contre les groupes djihadistes dans le nord du Mali. Et face à l’épuisement de l’armée française déployée pour des missions de surveillance sur tout le territoire français, l’on parle même à présent de faire appel aux (...) Lire la suite »
Parfois, un slogan vaut mieux qu’un long discours

Reportages : Le Mouvement contre la loi Travail par lui-même

Brice LE GALL, Serge D’IGNAZIO
En février 2016 débute en France une longue et intense mobilisation en réaction à un projet de loi qui vise à réformer en profondeur le code du travail. Pendant près de quatre mois, les manifestations se succèdent et prennent une ampleur particulière lorsque le gouvernement socialiste au pouvoir décide d’adopter son texte sans le soumettre au vote des députés (article « 49-3 »). Ce mouvement social est remarquable à plusieurs titres : D’abord, parce qu’il émerge dans une conjoncture assez improbable. La France est en effet en « état d’urgence » suite aux attentats du 13 Novembre 2015 et les formes traditionnelles de mobilisation collective semblent en déclin depuis 2011, date du dernier mouvement de grande ampleur contre la réforme des retraites. Ensuite, parce que la contestation des manifestants va rapidement s’élargir et agréger des revendications beaucoup plus larges que celle relatives à la précarisation du travail. Si le cœur du mouvement est constitué des syndicats, il attire aussi de jeunes lycéens (...) Lire la suite »

Cuba/Etats-Unis : Le blocus est une politique du passé et doit cesser !

Sergio Alejandro Gómez

Entretien exclusif de Granma international avec Josefina Vidal, directrice générale chargée des Etats-Unis au ministère des Relations extérieures. Auteur : Sergio Alejandro Gómez | internet@granma.cu 22 juillet 2016 « NOUS avons beaucoup travaillé pour parvenir à un changement dans la politique des États-Unis vis-à-vis de Cuba », signale Josefina Vidal, qui a conduit la délégation cubaine aux conversations avec les États-Unis qui ont débouché sur l’ouverture d’un nouveau chapitre dans les relations bilatérales. Mais elle ne parle pas des démarches difficiles entreprises depuis un quart de siècle sur ce sujet. « Il faut savoir lire l’histoire pour savoir que Fidel a fait part à plusieurs reprises de la disposition de Cuba à discuter et régler les divergences avec les États-Unis par la voie des négociations, sans renoncer à un seul de nos principes. Et le général d’armée Raul Castro, en assumant la direction de notre gouvernement, a signalé que nous avons toujours été prêts à normaliser les relations avec ce pays sur un pied d’égalité ». Ce processus a été amorcé le 17 décembre 2014, au terme d’un demi-siècle de résistance du peuple cubain à tout genre d’agressions. Quelques mois plus tard, le 20 juillet 2015, les bâtiments qui abritaient jusque-là les sections d’intérêts dans chaque capitale ont retrouvé automatiquement leur statut d’ambassade. Un an après ces événements, Granma international s’est entretenu en exclusivité avec Josefina Vidal dans son bureau situé au 6e étage du ministère des Relations extérieures, à la Direction générale chargée des États-Unis.

Parlez-nous des progrès accomplis jusqu’à ce jour... Pour avoir un bilan le plus complet possible, il faut analyser une période qui s’étend sur plus d’une année. Il faut tenir compte du processus de négociations de près de six mois qui a précédé le rétablissement des relations diplomatiques. Je préfère donc parler des progrès enregistrés pendant ces 19 derniers mois. Au cours de cette étape, des résultats ont été obtenus dans des domaines prioritaires et d’intérêt pour Cuba, dans les sphères politiques et diplomatique, ainsi que dans la coopération et le dialogue sur des questions d’intérêt bilatéral et multilatéral. Parmi les aspects prioritaires pour Cuba figure le retour de trois de nos Cinq héros incarcérés aux États-Unis, l’exclusion de Cuba de la liste des États terroristes et le renouvellement du dépôt de la marque de rhum Havana Club dans ce pays. Dans le domaine politico-diplomatique, je dois mentionner la création de la Commission bilatérale Cuba-États-Unis pour le suivi de l’agenda ultérieur au (...) Lire la suite »

Qui gagne avec la tragédie des réfugiés ?

Guillermo ALVARADO
Nul n'ignore que l'immense majorité des personnes qui prennent la décision douloureuse de quitter leurs foyers, leurs terres, leur pays pour chercher refuge sous d'autres latitudes, le font pour préserver la vies, en danger à cause des conflits armés, de la violence ou de la répression. Dans une guerre, tous sont perdants, saufs ceux qui fabriquent et mettent dans les mains des combattants, les instruments pour tuer. Il s'agit des grandes transnationales qui obtiennent d'énormes bénéfices, alors que dans des lieux très éloignés, des êtres humains s'entretuent, la plupart des fois à cause de rivalités inutiles, qui, comble de malheurs, parfois sont imposées depuis l'étranger pour atteindre des intérêts bâtards. Mais le plus terrible est que certaines de ces corporations non seulement s'enrichissent avec la fabrication et la vente d'armes, mais qu'elles se font de revenus supplémentaires avec les conséquences de la guerre, particulièrement avec le phénomène des réfugiés qui, ces dernières années, ont (...) Lire la suite »

Le coup d’Etat en Turquie : perspective historique

Philippe ARNAUD
Les remarques ci-après ont pour sujet la tentative de coup d'État militaire en Turquie, dans la nuit du 16 au 17 juillet dernier, tentative qui a donné l'occasion au président turc, Recep Tayyip Erdogan, de procéder à de vastes purges - qu'il avait peut-être déjà envisagées, et que l'échec du coup d’État n'aurait, en ce cas, fait qu'anticiper et, surtout, qu'amplifier. [Ce que le Monde diplomatique (avec prescience ?), avait peut-être subodoré par ses deux articles de juillet]. Il est intéressant de noter que les médias qui, à cet égard, ont rappelé les divers coups d’État qui ont eu lieu en Turquie depuis la guerre (1960, 1971, 1980, 1997), et qui furent tous des coups d’État réussis (du point de vue de leurs instigateurs), n'aient pas rappelé une autre rébellion militaire, dans cette même Turquie, bien longtemps auparavant, rébellion elle aussi ratée, celle des janissaires, exterminés par le sultan Mahmoud II le 16 juin 1826. Quel rapport y a-t-il entre l'un et l'autre événement ? A. Dans l'un et l'autre (...) Lire la suite »

Texte intégral de l’entrevue accordée par le Président Bachar al-Assad à la chaîne américaine NBC News

En ce 14 juillet 2016, où le peuple français a eu à souffrir du même terrorisme qui déchire et bafoue quotidiennement la Syrie depuis plus de cinq ans, dans un contexte d’hypocrisie meurtrière d’une grande majorité de dirigeants régionaux et occidentaux, la chaîne américaine NBC News a publié un entretien accordé par le Président syrien à son journaliste Bill Neely.

Pour préparer son questionnaire [1], M. Neely nous dit qu’il a visionné les vidéos et lu les transcriptions de presque tous les entretiens accordés par le Président syrien ces dernières années, en plus d’avoir bénéficié des suggestions de toute l’équipe de NBC News, « y compris celles qui occupent l’esprit de beaucoup de gens ». Il a retenu de l’entretien : « Je lui ai dit qu’il était un dictateur brutal avec le sang de centaines de milliers sur les mains. Il a répondu à cela. Il n’a pas flanché. Je présume que c’est un homme qui avait déjà entendu toutes ces questions ». Quel scoop ! À lire les points essentiels retenus par nos médias aux ordres, nous pouvons nous demander s’ils s’intéressent, un peu plus que M. Neely, à ce qui préoccupe « l’esprit des gens » et surtout s’ils écoutent les vraies réponses aux sujets qu’ils refusent d’aborder. Admettront-ils, un de ces jours, que la guerre des Syriens est de défendre la Syrie contre le terrorisme, tandis que la guerre des coalisés à Washington, Paris et Londres, est de (...) Lire la suite »

Refusons la marche à la guerre

Gérard COLLET
2014 : Innombrables commémorations de la Grande Guerre, multiples interrogations. Les plus jeunes, ébahis et incrédules, se demandent comment une telle ineptie funeste à été possible. La croient d'un autre siècle. Mais les commémorations, devenues rituelles, ne sont que pures conventions et ne délivrent qu’une version aseptisée et consensuelle. L'histoire officielle qu’elles véhiculent n'aide en rien à comprendre la mécanique qui a broyé l’Europe et ses peuples. Dans le pire des cas elle présente la guerre comme un grand malheur, une fatalité, et conclue que « plus jamais ça ». Mais elle ne précise pas plus jamais quoi. Dans le meilleur, elle mentionne la responsabilité des gouvernants, plus rarement celle des militaires et de l'état major. Si elle rappelle parfois les rôles de Jean Jaurès, de Rosa Luxembourg, rarement elle approfondit leurs arguments politiques, et presque jamais ne souligne la justesse et la clairvoyance de leur lutte. Il faut chercher soi-même les discours de Vaise et du Pré Saint (...) Lire la suite »

Les rebelles de la CIA décapitent un gamin, entre autres « réussites » étasuniennes en Syrie

Moon of Alabama

L’opération étasunienne de « changement de régime » en Syrie a récemment enregistré quelques réussites.

La Force démocratique syrienne, un groupe essentiellement composé de Kurdes syriens parrainé par les Etasuniens, assiège la ville orientale de Manbij tenue par l'État islamique. Selon le commissaire des droits humains de l'ONU, 70 000 civils enfermés dans Manbij sont coupés de tout approvisionnement. On attend toujours les appels à cesser immédiatement le siège ou à larguer davantage de nourriture à ces malheureux. Que font tous les fans de R2P (responsabilité de protéger) de l'administration Obama et tous les groupes de propagande de l'opposition syrienne généreusement arrosés ? Que le États-Unis aient réussi à éviter toute question concernant ce siège est sûrement une réussite ! A la place de la nourriture, les États-Unis ont largué bien autre chose sur Marjib : Au moins 56 civils ont été tués mardi dans des frappes aériennes au nord de la ville assiégée de Manbij tenue par l'Etat islamique dans le nord de la Syrie, et les résidents ont dit qu'ils croyaient que l'attaque avait été menée par l'aviation (...) Lire la suite »

Une politique de non-intervention des Etats-Unis au Venezuela serait un changement bienvenu (The New York Times)

Mark WEISBROT

Cet article a été publié par le New York Times en espagnol le 8 juillet 2016, dans le cadre d’un débat présentant deux visions sur la position des Etats-Unis par rapport à la situation au Venezuela. Cet article de Mark Weisbrot était suivi du texte de Ricardo Hausmann (professeur en développement économique et directeur du Centre pour le Développement International de la Faculté Kennedy de Harvard) intitulé "Le Venezuela a besoin de l’aide internationale pour se relever".

La meilleure chose que pourrait faire le gouvernement des Etats-Unis par rapport à ce qui se passe au Venezuela serait de ne plus intervenir, et ce indépendamment des résultats politiques. Lors de ces 15 dernières années, Washington a occasionné de gros dégâts au Venezuela avec sa stratégie acharnée de "changement de régime". Le mois de mars dernier, le président Obama a déclaré une nouvelle fois, de façon irrationnelle, que le Venezuela représentait une "menace extraordinaire pour la sécurité nationale et la politique extérieure des Etats-Unis", élargissant les sanctions économiques contre ce pays. Même si ces sanctions ont une portée limitée, leurs conséquences sont importantes au niveau des prises de décisions pour les investissements, car les investisseurs savent très bien ce qui arrive habituellement aux pays qui sont dans la ligne de mire de Washington en tant que " menace extraordinaire pour la sécurité nationale et la politique extérieure des Etats-Unis". Les sanctions, tout comme la pression (...) Lire la suite »
Parlons (Inter) Net
Morandini, Balkany et les autres

Si l’on en croit les Inrocks, pour obtenir un rôle dans la websérie Les Faucons, produite par Jean-Marc Morandini, les jeunes hommes devaient penser à envoyer des photos d’eux nus, de face, voire se masturbant. Et éventuellement ne pas rechigner à sucer le maître.

Choqués ? Bah, il faut surtout voir dans ce scandale le niveau de décrépitude de nos médias, principalement de notre télé et de ses variétés. Thierry Ardisson est royaliste. Jean-Luc Delarue, qui fut chef d’une émission sirupeuse et putassière, provoqua un scandale en giflant un steward et en tripotant les seins d’une hôtesse.

Passons du coke à l’âne avec Cyril Hanouna qui fit verser un bol de nouilles dans le slip d’un de ses chroniqueurs et qui, en coulisse, a déféqué dans la chaussure d’un autre (ha ! ha, on se marre !). Laurent Ruquier, qui n’est pas le pire, a fabriqué Eric Zemmour qui lui doit tout. Antoine de Caunes a baissé son froc pour nous montrer un tatouage sur son derrière et il s’est prêté à un jeu où son nez se plantait plusieurs fois dans la raie des fesses d’une stripteaseuse.

Et Arthur, et Castaldi, et Nagui, et Dechavanne et Maïtena Biraben... Pouah !

Sans l’invention de la radio et de la télé, ces guignols creux, dont l’unique talent est le bagout, vendraient des cravates dans des parapluies retournés aux coins des rues. Ou de la vaisselle ou des matelas dans les foires. Ou des cartons de vins et des batteries de casseroles à des vieux, démarchés à domicile.

Faussaires surpayés, enrichis plus vite que les Balkany, ils truquent leurs émissions par des déferlements de rires intempestifs au moindre mot d’esprit, du genre : « Tu l’as vu ? Quoi ? Mon cul ! ha, ha ! » (1). Regardez-les rire et rire encore, et fort, et longtemps pour déguiser en humour leur vide neuronal.

Ah ! que vienne un Robespierre pour nettoyer les écuries d’un Paf qui nous dit, hilare : « Autant on sait parfois être vachards avec les politiques, autant on est épris de nous-mêmes et flagorneurs envers les comédiens, les cinéastes, les écrivains venus en promo ». Bizness…

Que disparaissent tous ces Narcisse enivrés de leur reflet dans le petit écran et on s’apercevra qu’ils ne manquent à personne et que leur nom s’oublie.

Théophraste R.

(1) Authentique, hélas ! C’est sur D8, « Touche pas à mon poste » : j’ai entendu s’y exercer Christophe Carrière, par ailleurs journaliste à L’Express.

Et voir : http://www.legrandsoir.info/un-enfumage-mediatique-demontre-en-cinq-etapes.html







 
VIDEOS

 
voir la liste des vidéos proposées sur :
Le Grand Soir Tube
Voir aussi
Les "élites" selon France 2
Ce soir, au cours du journal télévisé de 20 h de France 2, un sujet était réservé au golf, dont il était dit qu’il se démocratisait. Je ne veux pas parler ici du golf lui-même, mais d’un terme employé à son propos par Julian Bugier, le présentateur : "un (...)
Philippe ARNAUD
L’Otan et le « putsch » turc (Il Manifesto)
Erdogan en fuite volant vers l’Europe à la recherche d’un gouvernement qui lui concède l’asile politique, les putschistes désormais au pouvoir parce qu’ils occupent la télévision et les ponts sur le Bosphore, Washington et les capitales européennes, (...)
Manlio DINUCCI
To be or not... 2
On a seulement greffé un élément à cet héritage du passé, l’économie environnementale, sans jamais nommer le problème ainsi. Et là on poursuit dans la même veine avec l’économie sociale et l’auto-suffisance alimentaire. Avec cette philosophie, nous ne (...)
Le paysan hystérique
La pharmacie, une science ?
La connaissance du monde médical est devenu tellement caricaturale par certains aspects que se poser la question de savoir si la pharmacie est une science n’est plus une question déjantée. On pourrait naturellement commencer par les agences et (...)
VILA
La République ou la mort !
À nouveau nous nous inclinons devant la mémoire d’une victime du terrorisme islamiste, aujourd’hui celle de Jacques Hamel. À l’effroi de l’abject assassinat dont il a été victime succède la bêtise de nombreuses réactions qui vont dans le sens de ce que (...)
UFAL
Belgique, France - Haro sur le juge d’instruction.
La disparition du juge d’instruction est dans l’air. En Belgique, un nouveau rapport, écrit à la demande du ministre de la Justice, envisage tout simplement de supprimer cette fonction et de transférer l’essentiel de ses pouvoirs au procureur. Le (...)
Jean-Claude PAYE
Les jeux olympiques du XXème siècle, la guerre par d’autres moyens
« Le spectacle du monde ressemble à celui des Jeux olympiques : les uns y tiennent boutique ; d’autres paient de leur personne ; d’autres se contentent de regarder. » - Pythagore Un feuilleton dans le droit fil de l’anomie du monde. Les Occidentaux (...)
Chems Eddine CHITOUR
Communiqué du Sommet de l’OTAN à Varsovie : préparer le crime d’agression (New Oriental Review)
J’ai été avocat de la défense la plus grande partie de ma vie professionnelle et je n’ai pas l’habitude de recueillir des preuves pour engager des poursuites, mais les circonstances m’ont incité à ouvrir un dossier pour le procureur de la Cour pénale (...)
Christopher Black
Attentat de Nice : arrêtez de les financer
Que dire après cet énième massacre de civils en plein territoire français, des femmes, des hommes, des enfants qui n’étaient rassemblés que pour passer un moment convivial devant les festivités de la fête nationale. Pour l’instant rien ne semble (...)
République sociale
Peur sur les plages et propagande réussie
Hier on m’a montré un SMS : l’auteur de celui-ci faisait savoir qu’il avait appris, par une « amie dont l’ex-mari est policier », qu’une menace sérieuse d’attentat terroriste pesait sur la plage où mon interlocuteur devait se rendre, lui enjoignant (...)
Caleb IRRI
L’AFP mise en porte-à-faux par l’UNHCR au sujet de la situation à la frontière entre la Colombie et le Venezuela
Le Bureau du Haut Commissariat de l’Agence des Nations Unies pour les Réfugiés (UNHCR) à Caracas a démenti ce vendredi 22 juillet 2016 les informations diffusées par l’AFP (Agence France-Presse) et reprises par d’autres médias internationaux, qui (...)
Ministère des Affaires Etrangères du Venezuela
Colombie : Paix et Justice sociale
Que le diable et l’oligarchie colombienne se bonifient !
Personne ne peut nier la volonté et la détermination des commandants et des troupes des Farc-Ep de respecter ce qui a été pacté avec le gouvernement colombien à Cuba, à La Havane, pour livrer les armes, se réintégrer dans la vie civile, s’organiser en (...)
Eliecer JIMENEZ
Dilma Rousseff innocentée par un tribunal international
Une cour symbolique composée de spécialistes du monde entier – dont la sénatrice communiste du Val-de-Marne Laurence Cohen – a écarté, à l’unanimité, le crime de responsabilité de la présidente brésilienne. Elle en conclut que la procédurede destitution est (...)
Lina Sankari
Question identitaire ou question sociale ?
L’une des bonnes choses que nous pouvons admettre de la société dans laquelle nous vivons est ce souci, si souvent admis par la grande majorité, de ne pas discriminer les gens pour ce qui relève de leur nature. Ce versant de la philosophie libérale (...)
Benedikt ARDEN
Fustiger les réactions politiques indécentes, fascisantes et irresponsables sur l’attentat de Nice
Sans attendre la fin de l’hommage national aux victimes du carnage de Nice, les indécents dirigeants du parti « LR », les Ciotti, Estrosi, Sarkozy, Juppé, etc. hurlent à la mort et cherchent indécemment à exploiter l’émotion générale. C’est à qui (...)
Georges Gastaud, Antoine Manessis, Alex Falce
Derniers commentaires
Le pouvoir du « Niet »
Morandini, Balkany et les autres
Morandini, Balkany et les autres
Morandini, Balkany et les autres
Belgique, France - Haro sur le juge d’instruction.
La France assassine 164 civils en Syrie en représailles pour Nice (TeleSur)
Refusons la marche à la guerre
Stoppons nos frappes en Syrie et renforçons l'ONU
La France assassine 164 civils en Syrie en représailles pour Nice (TeleSur)
Après la lutte contre la loi travail, on peut établir une première certitude : le PCF/FDG est un usurpateur et il trahit les travailleurs.
La République ou la mort !
De Big Brother à Big Data
Le peuple syrien ne permettra pas de se laisser transformer en une autre copie de ce qui est arrivé en Libye…
La République ou la mort !
Le peuple syrien ne permettra pas de se laisser transformer en une autre copie de ce qui est arrivé en Libye…
LETTRE OUVERTE AU MONDE MUSULMAN
La République ou la mort !
La République ou la mort !
Le peuple syrien ne permettra pas de se laisser transformer en une autre copie de ce qui est arrivé en Libye…
La France assassine 164 civils en Syrie en représailles pour Nice (TeleSur)
RSS RSS Commentaires

Pour les accros des réseaux sociaux


le 29 juillet 2016
vous étiez 26956 à contempler le Grand Soir.
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.