RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibeseBuzz

Etats-Unis/Cuba : après le bâton, la carotte

Jacques-François BONALDI
Je poursuis mes petits commentaires au sujet de la reprise annoncée des relations diplomatiques avec les USA. C’est en fait, et au fond, parce que l’environnement tant intérieur (impossibilité de se représenter, donc liberté de certains choix ; pressions de plus en plus fortes de certains secteurs économiques pour pouvoir accéder au marché cubain ; réduction, du fait de son vieillissement naturel de l’extrême droite miamaise et donc de son influence, entre autres) qu’extérieur (mise à jour du modèle économique cubain – remarquons bien qu’il ne s’agit pas d’actualisation « politique » - isolement de Washington face à l’Amérique latine à cause de sa politique cubaine ; isolement face à la « communauté internationale » à cause du blocus), entre autres raisons, qu’Obama a adopté la politique que n’importe quel autre gouvernement national, dans un cas pareil, aurait adoptée depuis bien longtemps, n’était le « traumatisme » qu’a vécu et que continue de vivre la Maison-Blanche, tous partis confondus, face à cet événement (...) Lire la suite »

Un nouveau Venezuela est en train de naître

Jean ORTIZ
Nous venons de séjourner plusieurs semaines au Venezuela, de sillonner le pays, des « llanos » (plaines) aux Andes, puis à la forêt amazonienne, de Caracas au delta de l’Orénoque, au contact des populations et communautés de base, en toute liberté de déplacement, dans un pays peu équipé pour recevoir le « tourisme international ». Un séjour en deux parties, la première plutôt brute , sans trop de médiations, à l’intérieur d’un pays-continent laboratoire, et la seconde à Caracas, plus protocolaire, afin de participer à la « Rencontre des intellectuels, artistes et mouvements sociaux, pour la défense de l’humanité ». Durant notre parcours, très politique, nous avons été accueillis par des paysans, des pêcheurs, des enseignants, des « afro-descendants », des « peuples indigènes », des « comuneros » qui s’investissent dans la mise en place des « communes socialistes » (loi organique du 21 décembre 2010) et d’un « Etat communal » afin de consolider un « pouvoir populaire » et une révolution qu’ils veulent « irréversibles (...) Lire la suite »

Exit Blaise Compaoré : La rançon d’un traître à la cause de l’Afrique et des Africains

Olivier FADO DOSSOU
« Même s'ils arrachent mille fleurs, ils ne seront pas les maîtres du printemps. » Pablo Neruda Près de trois décennies après sa prise de pouvoir dans le sang par l'assassinat le 15 octobre 1987 de Thomas Sankara, héros de la lutte anti-impérialiste dans l'ancienne Haute-Volta, Blaise Compaoré vient à son tour, d'être renversé par une insurrection populaire. En voulant réviser au forceps l'article 37 de la constitution pour se maintenir au pouvoir après un bail présidentiel de plus d'un quart de siècle, il a déclenché l'ire du vaillant peuple burkinabé. Minés par des dissensions internes et fortement affaiblis, les piliers institutionnels internes sur lesquels reposait son autorité (l'armée, le Congrès pour la Démocratie et le Progrès et les chefferies traditionnelles), n'auront pas réussi à lui sauver la mise. Au nom de la realpolitik, il est prié par ses parrains occidentaux de s'effacer devant l'intransigeance populaire. Cette exceptionnelle longévité à la tête d'un Etat si coutumier de violentes (...) Lire la suite »

Trois réflexions suite à la publication du rapport du Sénat sur la torture (Huffington Post)

Kristen Breitweiser

Kirsten Breitweiser faisait partie, avec Patty Casazza, Lorie Van Auken, et Mindy Kleinberg, du groupe de veuves du 11-Septembre surnommé les Jersey Girls. Originaires du New Jersey, elles ont été à l’origine d’une campagne de revendication des familles de victimes ayant permis la mise en place de la Commission du 11-Septembre. Elles ont dénoncé plus tard le rapport de cette commission et réclamé en vain une nouvelle enquête.

Premièrement, il y a beaucoup de discussions sur l’impact qu’aura la publication de ce rapport sur nos alliés, nos intérêts et nos agents ici ou à l’étranger. Le secrétaire d’État John Kerry, les Républicains, et plusieurs officiels du renseignement ont fait part de leur préoccupation : cela attisera, incitera et encouragera les attaques contre les Américains et leurs alliés. Est-ce que quelqu’un pense vraiment que l’État islamique, Al-Qaïda, etc. y prêtent vraiment une si grande attention ? Si c’est le cas, nous avons alors une question pour le secrétaire d’État Kerry et tous les autres : Pourquoi n’avez-vous pas songé à l’impact éventuel d’un tout autre type de message — le genre de message qui serait envoyé si nous tenions pour responsables toutes les personnes citées dans ce rapport sur la torture ? Est-ce que poursuivre en justice tous ceux qui sont nommés et identifiés dans ce rapport, y compris Bush, Cheney, Addington, Tenet, Mueller, Pavitt, McLaughlin, Rizzo, et Rodriguez, n’aurait pas pour véritable (...) Lire la suite »

La torture au service de la version officielle du 11-Septembre

ReOpen911.info

La récente publication du rapport sur la torture par le Sénat américain a provoqué une vague d’indignation et confirmé une bonne fois pour toute que la torture était inefficace en plus d’être profondément immorale. Mais tous ceux qui dénoncent à juste titre ces pratiques semblent avoir opportunément oublié que le rapport final de la Commission du 11-Septembre s’appuie en partie sur des informations obtenues grâce à la torture. D’autre part, il apparaît qu’une des personnes pointées du doigt dans le rapport du Sénat, et dont nous révélons l’identité, avait contribué à cacher au FBI des informations cruciales qui auraient pu empêcher les attentats du 11-Septembre.

Comment peut-on dénoncer la pratique de la torture et continuer de cautionner la version officielle du 11-Septembre ? Kristen Breitweiser et Monica Gabrielle, deux des veuves qui ont joué un rôle important dans la création d'une commission d'enquête sur les attentats du 11 septembre 2001 [1], ont rappelé cette semaine ce fait embarrassant : "Il suffit d’avoir une connaissance même rudimentaire du rapport de la Commission du 11-Septembre pour savoir qu’une grande partie du rapport concernant la préparation et l’exécution des attentats du 11-Septembre a été recueillie et fondée sur les interrogatoires de Khalid Cheikh Mohammed." Dès lors, elles s'indignent de la foi accordée à la version officielle : "Puisque nous savons aujourd’hui que ces interrogatoires n’ont pas produit d’informations fiables, oserons-nous demander quelle proportion du rapport final de la Commission du 11-Septembre se base sur des foutaises ?" Pour l'instant, aucun journaliste ne semble se poser ce genre de question. Pourtant, (...) Lire la suite »

Qui sont les néoconservateurs ?

Justin Vaïsse

Faut-il se priver de l'analyse du fin connaisseur Justin Vaïsse sous prétexte qu'il a été appelé par Laurent Fabius pour diriger, à partir du 1er mars 2013, le centre de réflexion de la diplomatie française au Quai d'Orsay ? Cet article écrit en français a paru en décembre 2012 dans la revue USaméricaine BROOKINGS. (Les intertitres sont du présentateur. MD)

C’est à l’occasion de la guerre d’Irak de 2003 qu’ils ont contribué à lancer que les néoconservateurs américains ont attiré l’attention du monde et sont devenus partie intégrante du paysage des relations internationales. Pourtant, ils étaient apparus longtemps auparavant sur la scène politique américaine. Leur histoire remonte à la guerre froide, et elle passablement complexe. D’abord actifs sur les questions de politique intérieure, les néoconservateurs se sont tournés vers les questions de politique étrangère dans les années 1970 et surtout 1980. Parce qu’ils continuent à jouer un rôle important dans le débat américain, et conservent notamment une influence appréciable au sein du parti républicain, c’est une histoire en trois temps qu’il convient de comprendre. Le premier âge Au départ, dans les années 1960, les néoconservateurs sont de banals « libéraux de guerre froide », c'est-à-dire des activistes et intellectuels qui appartiennent au consensus libéral (au sens américain, donc de gauche), et fortement (...) Lire la suite »
10 

Israël entre hystérie et nouvelle fonction dans la guerre contre la Syrie

Nasser KANDIL

Dimanche 7 décembre, les commentateurs des « raids israéliens » autour de Damas se sont distribués en deux grands groupes. D’un côté, ceux qui ont tenté de comprendre ce que cela pouvait bien cacher et s’il s’agissait du début d’une nouvelle étape après une période d’accalmie relative de ce type d’agression. De l’autre, ceux qui se sont préoccupés de savoir si la Syrie allait répliquer et comment.

Deux types de questionnement qui méritent analyse et réflexion, à condition d’éviter les surenchères creuses et les tentatives de diabolisation. Inutile de nous attarder à discuter de la valeur militaire de ces raids. L’opération est « nulle », puisque le réseau de missiles de la défense aérienne syrienne n’a pas riposté et que les objectifs atteints se résument à de vieilles installations vides, facilement et rapidement remplaçables. En revanche, les raisons politiques méritent explication, ces raids étant inséparables de quatre observations étroitement liées les unes aux autres : La première observation concerne ce qui se passe en Israël où la discorde gouvernementale en est arrivée à la dissolution de la Knesset provoquant des élections anticipées [1] dans un contexte où la classe politique reste engagée dans l’impasse, que la décision soit en faveur de la guerre ou de la paix ; ce qui fait que ces élections ne changeront rien à la situation, sinon à conduire à encore plus de divisions politiques. En (...) Lire la suite »

Analyse du projet Macron : en route pour l’esclavage ?

Richard ABAUZIT

Un projet qui porte sur le droit du travail, fait par un ministre de l’économie. Pour la méthode, c’est un retour au milieu du XIXème siècle, avant qu’on invente un ministère du travail. Sur le fond, cela risque d’être un retour au début du XIXème siècle si la modification du code civil est maintenue.

Un projet dont le titre III, étonnamment intitulé « TRAVAILLER » donne toute la mesure. On ne fera pas l’injure de penser qu’une loi dite « Pour la croissance et l’activité » montre du doigt les fainéants de chômeurs ou l’indolence des travailleurs dans un pays où leur productivité est une des plus fortes du monde, mais on peut sans doute y voir le vivre pour travailler opposé au travailler pour vivre. Un tel projet ne doit pas seulement être analysé pour ce qu’il est, il faut aussi le traduire avec nos mots, tant depuis une trentaine d’années la syntaxe patronale a envahi lois, accords collectifs, médias et hélas de plus en plus souvent contaminé le discours des « partenaires sociaux ». Des licenciements pour motif économique aux plans de « sauvegarde de l’emploi » en passant par les plans « sociaux », du chômage partiel à l’ « activité partielle », de l’exploitation des travailleurs à la « compétitivité », des qualifications collectives aux « compétences » individuelles, du droit à la formation à l’obligation (...) Lire la suite »

Refuser la "Macron-braderie" !

Patrick LE HYARIC

Certains disent qu’il s’agit d’un projet de loi « fourre-tout ». En apparence peut être. Mais le texte dit « Pour la croissance et l’activité » ou « projet Macron » est d’une grande cohérence. Il s’inscrit totalement dans les injonctions de « contre réformes » structurelles réclamées par des instances internationales comme l’OCDE ou le FMI, le G20, par le Conseil européen qui pour permettre au capitalisme de se déployer dans sa propre crise, insistent pour abaisser sans cesse et partout les droits des travailleurs.

Il est un décalque parfait du « Pacte Euro plus » signé en 2011(1) par M. Sarkozy et Mme Merkel. Le cap général vise à détruite les règlements existants sur les « marchés » de biens et de services, sur le travail et les systèmes de protection sociale et de retraite. Il n’est pas anecdotique que ce soit le ministre de l’économie, ancien banquier qui tente de faire changer des législations qui relèvent d’autres ministres, comme ceux du travail, de la justice, du commerce ou de l’artisanat, des transports, du logement. Le projet gouvernemental vise à modifier des pans importants de notre droit du travail : travail du dimanche élargi à la possibilité de douze dimanches travaillés par an, travail de nuit modifié, facilitations des licenciements, allongement du temps de travail, juridictions prud’homales mises en cause, inspection du travail affaiblie, médecine du travail dénaturée. Il veut aussi introduire les logiques marchandes dans des professions qui étaient jusque là protégées, non pas pour diminuer les (...) Lire la suite »

Macron économie

Yann FIEVET
Au temps béni du néolibéralisme où l’Etat abdique partout de ses ancestrales responsabilités devant les forces du Marché totalitaire nous ne sommes plus à une loi scélérate près. Telle doit être en effet qualifiée sans vergogne la loi Macron. La manière dont elle nous a été vendue par la plupart des observateurs – trop souvent insuffisamment attentifs ou près à avaler n’importe quelle couleuvre – ne permet en rien de connaître ce qui se cache derrière le rideau de la communication gouvernementale, les fameux « éléments de langage », ou sous le jargon technocratique du texte de ladite loi. Il faut donc lire entre les lignes et surtout ne pas être oublieux du passé. Emmanuel Macron a été placé là où il est présentement afin de poursuivre une politique inaugurée dans ses grandes lignes voilà trente ans déjà. A l’époque, un autre « socialiste », Laurent Fabius, avait endossé la responsabilité du « tournant de la rigueur ». Souvenons-nous : c’était déjà au nom de l’emploi ! En fait, il est depuis devenu indifférent pour (...) Lire la suite »

Exceptionnalisme américain et torture américaine.

William BLUM
En 1964, l'armée brésilienne, par un coup d'état de conception américaine, renversa un gouvernement libéral (pas plus à gauche que ça) et gouvernera avec une poigne de fer pendant les 21 années qui ont suivi. En 1979, le régime militaire adopta une loi d'amnistie bloquant toute poursuite de ses membres pour torture et d'autres crimes. L'amnistie tient toujours. (1) C'est ainsi qu'ils règlent ce genre de problème, dans ce que l'on appelle le tiers monde. Mais dans le premier monde, de telles subtilités juridiques sont inutiles. Aux États-Unis, les militaires tortionnaires et de leurs parrains politiques sont amnistiés automatiquement, simplement pour être américain, uniquement pour leur appartenance au « Club des Gentils ». Voilà maintenant, avec la publication du rapport du Comité du renseignement du Sénat sur la torture de la CIA, de nouvelles révélations encore plus déprimantes sur la politique étrangère américaine. Mais est-ce que les Américains et le monde ont encore besoin d'un rappel que les (...) Lire la suite »

Le « Light footprint », la nouvelle stratégie de domination américaine

Samer ZOUGHEIB

Les Etats-Unis ont mis au point une nouvelle stratégie de domination du monde, appelée « Light footprint ». Mais de nombreux pays continuent de résister aux visées hégémoniques étasuniennes.

Le président de la Fédération de Russie, Vladimir Poutine, a dénoncé, lors de sa conférence de presse annuelle, jeudi, les visées impérialistes de l'Occident et ses pratiques hégémoniques. « Nos partenaires ont décidé qu'ils étaient les vainqueurs, qu'ils étaient désormais un empire et que les autres étaient des vassaux qu'il faut faire marcher au pas », a-t-il fustigé. Il a accusé les Occidentaux, Etats-Unis en tête, de vouloir « arracher les crocs et les griffes de l'ours russe ». 25 ans après la chute du mur de Berlin, ils dressent, selon lui, un nouveau mur entre la Russie et l'Europe. « Il s'agit d'un mur virtuel, mais il commence déjà à être construit », a déclaré le chef de l'État, rappelant l'élargissement de l'Otan jusqu'aux portes de la Russie (pays baltes) et le bouclier antimissile en Europe orientale. La volonté des Etats-Unis de vouloir dominer le monde n'est pas un secret, mais la nouvelle méthode de Washington pour arriver à ses desseins est moins connue. Il s'agit de la stratégie du « Light (...) Lire la suite »

Snowden et moi (Cuba Debate)

Martin ALMADA

Le 24 novembre 2014, Edward Snowden a reçu le Prix Nobel Alternatif de la Paix au Parlement suédois, en reconnaissance de son travail pour la défense d’ « une société ouverte et libre et pour ne pas s’être excusé d’avoir fait connaître l’important réseau d’espionnage des communications téléphoniques et d’internet mis au point par les Etats-Unis. » (Ultima Hora. Asunción, 25 novembre 2014)

Edward Snowden est aujourd’hui mondialement connu pour avoir en juin 2013, divulgué par le biais des journaux le Washington Post et le Guardian, des documents classifiés sur les programmes mondiaux de Cyber-surveillance des services secrets des Etats-Unis et du Royaume Uni. Face à la persécution de la justice nord-américaine qui l’accuse d’avoir commis un crime contre l’état, Edward Snowden partit d’abord à Hong Kong, puis à Moscou pour des raisons de sécurité personnelle. Il trouva dans la capitale russe un refuge où il est encore aujourd’hui. Je veux ici transmettre à Edward Snowden ma reconnaissance pour son attitude courageuse et unir ma voix à celles de ceux qui luttent pour une société ouverte et libre, en laquelle la peur d’être espionné, contrôlé, manipulé n’entre pas. Les raisons pour lesquelles le Prix Nobel Alternatif de la Paix a été décerné à Snowden, démontrent que les dangers qui menacent la liberté de nos sociétés sont augmentent chaque jour. De même que nous sommes de plus en plus démunis (...) Lire la suite »

Discours de Raúl Castro Ruz devant l’Assemblée nationale, le 20 Décembre 2014 - Texte Complet

Raul CASTRO

Discours de Raúl Castro Ruz, premier secrétaire du Parti communiste de Cuba et président du Conseil d’Etat et du Conseil des ministres, à la clôture de la Quatrième Session ordinaire de la Huitième Législature de l’Assemblée nationale du pouvoir populaire, au palais des Congrès, le 20 décembre 2014, An LVI de la Révolution

Compañeras et compañeros, Nous avons vécu ces derniers temps des journées intenses et émouvantes. Ce mois-ci, nous avons organisé avec succès le Cinquième Sommet entre Cuba et la Communauté des Caraïbes (CARICOM), puis, dimanche dernier, le Treizième Sommet de l’Alliance bolivarienne des peuples de Notre Amérique (ALBA), où nous avons rendu l’hommage qu’ils méritaient à ses deux chevilles ouvrières : le cher président bolivarien Hugo Chávez Frías et le comandante en jefe de la Révolution cubaine, le compañero Fidel Castro Ruz (applaudissements). Nous avons parmi nous Gerardo, Ramón et Antonio, ce qui est un motif de réjouissance et de joie profondes pour tout notre peuple, mais je reviendrai sur ce point important à la fin de mon intervention. Sont aussi présents les compañeros Fernando et René, et les proches des Cinq Héros, ainsi que le jeune Elián González, son père Juan Miguel et le colonel Orlando Cardoso Villavicencio, Héros de la République de Cuba, qui a été soumis à un emprisonnement rigoureux de (...) Lire la suite »

La responsabilité des États-Unis dans les massacres et la corruption au Mexique (Foreign Policy)

John ACKERMAN

La crise provoquée par la tuerie de 43 étudiants montre à quel point le gouvernement de Peña Nieto est dysfonctionnel et corrompu. Cependant, Obama continue à l'appuyer pleinement.

Les manifestants mexicains ne brûlent pas des drapeaux des États-Unis d’Amérique, mais ils le feront bientôt si les États-Unis ne modifient pas leur attitude vis-à-vis de leur voisin du Sud. Qu’ils l’admettent ou non, le président Barack Obama et le Congrès sont les responsables directs de la tragédie des 43 militants étudiants disparus et probablement massacrés dans l’État mexicain du Guerrero, et de la crise qui s’en est suivie . Les protestations massives qui se sont produites depuis le 26 septembre, jour de la disparition des étudiants, ont déjà eu pour résultat l’emprisonnement du maire d’Iguala – où eut lieu l’incident – et la démission du gouverneur de l’État de Guerrero. Des centaines des milliers de Mexicains exigent maintenant la démission du président Peña Nieto lui-même. Pour le 104ème anniversaire de la Révolution Mexicaine, célébré le 20 novembre, des dizaines de milliers de manifestants ont brûlé une énorme effigie du président sur la grande place du Zocalo, dans la capitale de Mexico, en criant « (...) Lire la suite »

Union Européenne : la dérive fascisante

Bernard GENSANE

Ne soyons pas alarmistes mais lucides.

Récemment, les États-Unis, le Canada et l’Ukraine, ont voté contre une résolution de l’ONU condamnant la glorification du nazisme. Les membres de l’Union européenne se sont abstenus.

La passivité de l’Union européenne face aux nazis, aux cryptos nazis et aux sympathisants nazis quand ils tiennent le haut du pavé ne doit pas surprendre. Un tropisme d’extrême droite s’est installé sur un vieux continent dont on aurait pu penser qu’il était vacciné contre la barbarie fasciste. Parmi les signes qui ne trompent pas, la création d’une force d’intervention militarisée de 3 000 hommes destinée à réprimer brutalement toute contestation populaire ne laisse pas d’inquiéter dans un ensemble qui compte des dizaines de millions de chômeurs et de pauvres. Le rapport de forces mondial est malheureusement très clair. En mai 2013, la banque JPMorgan Chase – qui, comme Warren Buffet, sait qui a gagné la guerre des classes – pouvait se permettre de demander l’abrogation des constitutions démocratiques établies en Europe après 1945. La banque enjoignait l’Europe d’éradiquer les droits sociaux, les droits des travailleurs, leur liberté d’expression en particulier. La « mondialisation libérale », c’est aussi (...) Lire la suite »
Parlons (Inter) Net
Eduardo Manet et Zoé Valdés sont dans un bateau (ou serait-ce une galère ?)

On parle de Cuba et coucou, les revoilou, les anticastristes de service. Fort bien.

Il y a l’incontournable Zoé Valdés, anticastriste comme on les aime, bête et méchante et bien mytho sur les bords. Voilà qu’elle déclare au Figaro (1) : "Savez-vous que (les Cubains) n’ont pu entendre le discours d’Obama ?". Heureusement que les Cubains savent lire, car l’intervention d’Obama fut publiée en intégralité dans la presse cubaine (2)

Et puis il y a Eduardo Manet, plus malin, qui, selon le même article, se trouve "en exil" depuis 1968. On ne demande qu’à le croire, vu qu’il avait aussi déclaré sur France Inter qu’il ne pouvait pas entrer au pays qui l’avait vu naître.

Mais... voilà que dans un documentaire intitulé "Un chevalier à La Havane" - de Serge Sandor et Gérald Thiaville, tourné en 2010 à... la Havane, on remarque dans les images du générique final, à la Havane donc, son passage un peu accidentel et un peu magique devant la caméra... A la Havane, donc. En 2010 (au moins) donc.

Bref. Des anticubains, quoi.

Théophraste R.
Découvreur de nouveaux talents

(1) http://www.lefigaro.fr/livres/2014/12/18/03005-20141218ARTFIG00168-cub...

(2) Cette précision a été apportée dans les commentaires de l’article en question mais n’a pas été publiée par le site. La honte, sans doute ?







 
VIDEOS

 
voir la liste des vidéos proposées sur :
Le Grand Soir Tube
Voir aussi
*Le nouveau canal transocéanique du Nicaragua, une épine dans le pied des Etats-Unis
Ce lundi 22 décembre ont débuté au Nicaragua les travaux d’un nouveau canal transocéanique reliant l’océan Pacifique à l’océan Atlantique. Financé par Wang Jin, un milliardaire chinois de Hong Kong à la (...)
Lecteur
*De l’impasse du bipartisme capitaliste à l’émancipation pour le changement de régime
Alors que l’Espagne vit une crise humanitaire sans précédent, le mouvement social subit une répression constante d’un régime qui a peur du changement et protège ses intérêts. Le bipartisme, avec le PP (...)
Jérôme DUVAL
*Les partenaires de l’Otan élargie
C’est la saison des anniversaires à l’Otan. A Amman (Jordanie), les 9 et 10 décembre, ont été célébrés les vingt ans du « Dialogue méditerranéen ». Etaient présents le secrétaire général de l’Otan Jens (...)
Manlio DINUCCI
Le système d’interception électronique observe le monde entier.
*La France, un nid d’espions alliés
La délégation parlementaire au renseignement remettait, hier, un rapport au président de la République sur la vulnérabilité des entreprises françaises en matière d’espionnage. Mata Hari semble avoir fait (...)
Lina SANKARI
*VIe République : s’évader ou... changer d’écrou ?
La Cinquième « République » est tellement verrouillée et percluse d’affairisme que l’aspiration démocratique à une Sixième République sociale, souveraine et réellement… républicaine, rencontre un certain (...)
Georges GASTAUD
*Cadeau de Noël : on a résolu l’imbroglio des Mistraux !
Chers amis du Grand Soir, En cette fin d’année plutôt crépusculaire, j’aurais bien aimé pouvoir vous donner une bonne nouvelle, un truc vraiment réjouissant pour tous les camarades, nous qui errons de (...)
Lulu de la Lune
*Des dirigeants d’entreprises pourront-ils bientôt être jugés pour crimes contre l’humanité ?
Les habitants de l’Amazonie équatorienne ont engagé une procédure auprès de la Cour pénale internationale de La Haye pour faire condamner les dirigeants du groupe pétrolier Chevron pour contribution à (...)
Olivier PETITJEAN
*La pénibilité du tueur à gages
Plus récemment, le projet de réforme des retraites du gouvernement socialiste a dévoilé, fin août 2013, la mise en place, à partir de 2015, d’un « compte pénibilité » pour les salariés du secteur privé (...)
Gaëtan PELLETIER
*Les Zindigné(e)s ! n° 20
Dans son éditorial, Paul Ariès dénonce le « déni de l’effondrement » : « La publicité faite à l’accord conclu le 12 novembre 2014 entre les Etats-Unis et la Chine est une mauvaise farce. Mauvaise farce car (...)
Bernard GENSANE
*Colombie : les FARC-EP déclarent unilatéralement le cessez-le-feu et la fin des hostilités pour une durée indéterminée
Communiqué traduit par la CPCP : La fin de l’année 2014 approche, après un peu plus de deux ans de pourparlers de paix à La Havane entre les représentants du gouvernement colombien et la délégation de (...)
FARC-EP
*La crise économique de l’impérialisme d’après la théorie marxiste (2e partie de trois)
La semaine dernière, nous avons publié la première partie de ce triptyque présentant l’analyse marxiste de la crise économique de l’impérialisme en déclin. Après avoir présenté les concepts de capitalisme (...)
Robert BIBEAU
*Zemmour, l’incendiaire islamophobe
Avec ses pseudos-théories, Eric Zemmour cherche depuis déjà bien longtemps à donner un fond idéologique à l’islamophobie, en voulant rendre présentable un discours qui n’est en fait que celui de la haine (...)
Coordination contre le Racisme et l'Islamophobie - CRI
11 
*Nous ne savons plus rien
La distance énorme qui sépare l’humain moderne de ses biens de consommations a complètement vidé de sens la matière produite. Si nous pouvions constater par nous même l’ensemble de la production, par (...)
William KOHLER
*La communauté internationale exhorte les Etats-Unis à mettre fin aux sanctions contre Cuba
Partout dans le monde, des voix s’élèvent pour réclamer à Washington la fin de l’état de siège économique contre Cuba et l’adoption d’une politique plus rationnelle. Lors du sommet régional de la Communauté (...)
Salim LAMRANI
*Encore un report dans le dossier Abdallah !
La justice française souhaite à Georges Abdallah de bonnes fêtes de fin d’année en prison ! ★ La Cour d’appel, qui devait se réunir à Paris jeudi 18 décembre à 13h30, a reporté l’audience. La date sera (...)
LECTEUR
Derniers commentaires
Qui sont les néoconservateurs ?
Refuser la "Macron-braderie" !
Un nouveau Venezuela est en train de naître
Zemmour, l'incendiaire islamophobe
Zemmour, l'incendiaire islamophobe
Zemmour, l'incendiaire islamophobe
Qui sont les néoconservateurs ?
Zemmour, l'incendiaire islamophobe
Union Européenne : la dérive fascisante
Zemmour, l'incendiaire islamophobe
Un nouveau Venezuela est en train de naître
Colombie : les FARC-EP déclarent unilatéralement le cessez-le-feu et la fin des hostilités pour une durée indéterminée
La crise économique de l’impérialisme d’après la théorie marxiste (2e partie de trois)
Qui sont les néoconservateurs ?
Zemmour, l'incendiaire islamophobe
Qui sont les néoconservateurs ?
Etats-Unis/Cuba : après le bâton, la carotte
Qui sont les néoconservateurs ?
Qui sont les néoconservateurs ?
Qui sont les néoconservateurs ?
RSS RSS Commentaires

Pour les accros des réseaux sociaux


le 25 décembre 2014
vous étiez 8796 à contempler le Grand Soir.
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.