RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibeseBuzz
Une interview de Samah Jabr

« L’occupation n’aura jamais ni paix ni légitimité »

Samah JABR

Le Docteur Samah Jabr, née à Jérusalem-Est, vit à Shufat en banlieue de Jérusalem et travaille en Cisjordanie. Issue de la première promotion en médecine de l’université palestinienne d’Al Quds (Jérusalem), elle est l’une des vingt psychiatres à pratiquer actuellement en Cisjordanie. Parallèlement à ses activités professionnelles, Samah Jabr écrit régulièrement des chroniques dans la presse internationale depuis la fin des années 1990. Elle a bien voulu répondre à nos questions. [Info-Palestine]

Info-Palestine.eu : Docteur Samah Jabr, vous êtes connue par vos initiatives au niveau international et votre engagement dans le mouvement national palestinien, mais vous êtes également médecin et psychiatre. Comment souhaiteriez-vous vous présenter, en quelques mots ? Docteur Samah Jabr : Je suis palestinienne, musulmane, médecin, psychiatre et psychothérapeute. Être professionnelle de la santé m’a fourni une sensibilité plus forte et des moyens en plus à utiliser dans ma modeste contribution pour lutter contre l’occupation de la Palestine. Ce devoir est non seulement naturel et instinctif pour une Palestinienne native, mais aussi une position éthique professionnelle adoptée envers toute la violence que l’occupation impose à la terre, au corps et à l’esprit des Palestiniens. L’occupation est une crise sur plan sanitaire comme elle l’est sur le plan politique. IP : L’histoire des familles palestiniennes se confond certainement avec celle d’une dépossession, oppression et occupation vécue au niveau de (...) Lire la suite »

Etats-Unis : le peuple dit non à Clinterminator

Moon of Alabama

Voici quelques enseignements intéressants qu’on peut tirer du vote des primaires du New Hampshire :

Parmi les électeurs à qui l'honnêteté et la fiabilité importaient le plus, 91% ont choisi M. Sanders et seulement 5% ont choisi Hillary Clinton, selon les sondages. Elle a également obtenu des résultats médiocres parmi les électeurs en quête du candidat qui s’intéresserait le plus à des gens comme eux. Et, plus jeunes étaient les électeurs, plus ils avaient de doute concernant Mme Clinton : Elle a reçu le soutien de seulement 16% des personnes de moins de 29 ans, et de seulement 32 % de ceux de 30 à 44 ans. elle ne l’a remporté que chez les électeurs de plus de 65. ... En novembre, elle a perdu beaucoup d’importants groupes d’âge et elle a réussi le mieux auprès des électeurs les plus âgées et les plus riches, et auprès des électeurs qui privilégient l'expérience et le vote utile. Mais ces électeurs étaient peu nombreux par rapport aux légions de M. Sanders. ... Rien ne va plus entre Mme Clinton et les femmes du New Hampshire. M. Sanders a remporté 55% de leurs suffrages et Mme Clinton seulement 44% ; des femmes (...) Lire la suite »
Etre radical, c’est aller à (ou partir de) la racine, aux causes

Les escrocs de la radicalité

Jean ORTIZ

Il y a des escrocs de la sémantique comme il y des escrocs de la mémoire. Tous tentent de dépolitiser, de vider de son contenu de classe, de consensualiser, voire d’éliminer, la mémoire populaire, celle du monde des travailleurs.

Au diable leurs visions du monde, les rapports de classe, les différentes formes de lutte, l’histoire ouvrière, la nécessité de se « connecter » à ce passé, de le faire vivre au présent. Il s’agit de nous priver des outils de compréhension, d’analyse, de maîtrise, de la société actuelle. Et de nous interdire de la transformer. Il en va de même avec la « radicalité ». Etre radical, c’était hier, selon le champ lexical, botanique, physique, politique, etc. aller (ou partir) à la racine, à la nature et aux causes profondes des choses, transformer complètement...Un militant radical, un discours radical, un programme radical, cela équivalait le plus souvent à « révolutionnaire ».Sauf à être membre du parti radical, aussi radical que messe du dimanche. Depuis l’offensive des classes dominantes sur les thèmes pourris de « la guerre des civilisations », du « terrorisme global », « radical » est devenu synonyme de « terroriste ». Les exploiteurs ont gagné la guerre des mots. Si « radical » devient synonyme d’ « (...) Lire la suite »

Vanessa Codaccioni : « L’antiterrorisme est l’héritier direct de la justice politique d’exception »

Vanessa CODACCIONI

De la Cour de sûreté de l’État à la cour d’assises spécialement composée, les tribunaux d’exception représentent une tradition française de la lutte antiterroriste.

Pour la politologue Vanessa Codaccioni, qui vient de publier Justice d’exception (CNRS éditions), cette action est systématiquement détournée contre les militants, et autres « ennemis de l’intérieur » d’un pouvoir exécutif qui se veut tout-puissant... Que pensez-vous de la constitutionnalisation de l’état d’urgence ? Vanessa Codaccioni Les gouvernements ont toujours tendance à vouloir inscrire dans le droit des dispositifs répressifs d’exception, tout en sachant qu’ils pourront être utilisés ultérieurement. Les inscrire dans le droit facilite le recours à ces dispositifs qui sont pourtant liberticides et devraient être temporellement limités et démocratiquement encadrés. La constitutionnalisation de l’état d’urgence confirme la thèse de l’avènement d’une justice d’exception policière et administrative. Le préfet devient central dans le dispositif, ce qui est très inquiétant pour la protection de l’État de droit. Pour une claire séparation des pouvoirs, c’est la justice qui doit contrôler l’administration et non (...) Lire la suite »

Pourquoi Julian Assange doit être libre

République sociale

Aux yeux des dirigeants étasuniens et des gouvernements fidèles à Washington, il est l’auteur d’un crime à grande échelle, qualifié de traître, renié par l’Australie, sa propre patrie, et réellement en danger après que les Etats-Unis ont décidé de placer cette affaire sous le signe de la "sécurité nationale", Julian Assange est pourtant l’homme qui nous a permis de connaîtreles crimes commis par l’administration américaine en Irak, en Afghanistan où encore en Syrie.

Par l'intermédiaire de Wikileaks il a montré au monde entier ce que, en réalité, nous savions déjà, mais avec des preuves claires et indéniables. Le viol de la souveraineté de plusieurs pays, les projets de destitutions de gouvernements, les détentions arbitraires et illégales, les actes de tortures et les crimes : tout y est dénoncé. Au contraire de ceux qui le calomnient et le condamnent, Julian Assange est un des véritables défenseurs de la démocratie et du droit à l'information. Ce droit à l'information si cher aux dirigeants occidentaux, qui ne cessent d'insulter des dizaines de gouvernements de par le monde, mais qui en réalité ne veulent pas admettre que la grande majorité de nos grands médias sont propriétés des banques et des financiers. Pourtant, si les laquais habituels des Etasuniens ont renié Assange, lui refusant l'asile politique dont il a besoin, d'autres pays, courageux, n'ont pas hésité à le soutenir. Bien souvent ce sont étrangement ceux que l'administration de Washington n'apprécie (...) Lire la suite »

Fabius et Valls ont obéi aux injonctions d’Hillary Clinton en empêchant la libération de Georges Ibrahim Abdallah !

Samidoun

Des emails récemment déclassifiés émanant de Hillary Clinton, ancienne ministre étasunienne des Affaires étrangères et actuelle candidate aux élections présidentielles révèlent qu’en 2013, alors qu’elle était ministre, elle est intervenue directement avec Laurent Fabius, ministre français des Affaires étrangères, pour empêcher la libération de Georges Ibrahim Abdallah.

L’appel téléphonique en question entre Hillary Clinton et Laurent Fabius a eu lieu le 11 janvier 2013, c’est-à-dire le lendemain du jour où la Cour d’Appel a prononcé la libération de Georges Ibrahim Abdallah. Ibrahim Abdallah, communiste révolutionnaire arabe, militant de la cause palestinienne, était détenu dans une prison française depuis 1984. En 2013, la plus haute Cour de Justice française lui a accordé sa libération conditionnelle. Mais Manuel Valls, alors ministre de l’Intérieur, s’y est opposé suite à l’intervention d’Hillary Clinton. Il a refusé d’extrader Ibrahim Abdallah au Liban et a prétendu qu’il ne lui serait pas possible de veiller à ce que celui-ci tienne parole une fois rentré dans sa patrie. Georges Ibrahim Abdallah a été condamné à l’emprisonnement à perpétuité en 1987 pour sa participation dans l’assassinat de Charles Ray, attaché militaire américain, et dans celui de Yakov Barsimentov, diplomate israélien, survenus à Paris en 1982, ainsi que pour l’attentat de 1984 contre le consul général (...) Lire la suite »

Amérique latine : espoir pour la culture de paix

Luis Alberto REYGADA

L’un des buts des Nations Unies consiste à développer des relations amicales entre les nations fondées sur le respect du droit des peuples à disposer d’eux-mêmes (principe d’autodétermination). Pourtant, l’histoire du continent latino-américain montre que celui-ci a rarement pu jouir de ce principe.

En effet, depuis la naissance des Etats-Unis, ses gouvernements n’ont jamais cessé de considérer l’Amérique latine comme leur « arrière-cour », et les deux piliers de leur politique étrangère envers le sous-continent – la Doctrine Monroe et son corollaire Roosevelt (1) en ont fait d’abord une chasse gardée avant de pratiquer un expansionnisme effréné. L’expansionnisme s’est mué en interventionnisme, plus difficile à dénoncer aux yeux de la communauté internationale, mais avec toujours le même résultat : un Etat du continent peut rarement rester maître de son destin sans que l’Oncle Sam n’intervienne dans ses affaires intérieures. De l’annexion de la moitié du territoire mexicain en 1848 à l’invasion du Panama en 1989, l’historique des relations des Etats-Unis avec ses voisins du sud déborde d’intrusions dans les affaires internes de pays souverains. Que ce soit pour défendre les profits de ses multinationales, freiner le développement de gouvernements idéologiquement contraires à ses intérêts ou faciliter (...) Lire la suite »

Uberisation

Akram BELKAÏD

L’actualité française a été marquée par une nouvelle grève des chauffeurs de taxi. La raison est liée à la concurrence des voitures avec chauffeurs, dont une grande partie travaille avec la société Uber.

Pour celles et ceux qui ne connaissent pas (encore) cette entreprise, rappelons qu’elle est basée en Californie et qu’elle propose de mettre en relation des clients potentiels et des conducteurs de voiture via une application informatique (smartphone, tablette ou même ordinateur). Nouveau modèle économique L’affaire est tout sauf anecdotique. Ce n’est pas d’une énième grève qu’il s’agit mais d’une tentative désespérée d’une profession – qui n’est pas exempte de reproches – pour préserver son existence alors qu’elle est menacée par l’émergence d’un nouveau modèle économique. En effet, Uber ne peut exister que parce qu’il propose des services que les taxis habituels ne sont pas capables d’offrir. Un clic sur un téléphone portable et voilà une voiture qui vous attend en bas de chez vous, sans que vous n’ayez rien à payer (le débit est automatique sur votre compte). Nul besoin donc de chercher du liquide à un distributeur bancaire (malgré leurs promesses, nombre de taxis parisiens continuent de refuser la carte (...) Lire la suite »

Ce n’est pas à Genève que se négocie la paix en Syrie

Kharroubi HABIB

Depuis que l’ONU en a annoncé l’organisation, les pourparlers de paix sur la Syrie qui se sont ouverts vendredi dernier à Genève suscitent analyses et commentaires sur les chances qu’ils ont ou non de se conclure par un accord mettant fin au long et atroce conflit syrien.

Ce n'est pourtant pas à Genève où se tiennent les pourparlers syro-syriens sous l'égide des Nations unies que je joue la partie de l'issue de laquelle dépend ce qui va advenir en Syrie. Elle se joue ailleurs dans les tractations qui se mènent tantôt ici, tantôt là entre les puissances étrangères qui se livrent en Syrie une guerre par procuration. C'est le résultat de ces tractations qui décidera de celui des pourparlers de Genève et non le contraire. Les parties syriennes qui négocient dans la capitale suisse n'ont pas, compte tenu de leur dépendance aux alliés étrangers qui les soutiennent respectivement dans la guerre qu'ils se livrent, l'autonomie de décision leur permettant mener à leur guise les négociations qu'elles ont engagées. Cela vaut autant pour le régime syrien que pour les opposants qui lui font la guerre. Plutôt que de se braquer sur les déclarations et postures de telle ou telle partie syrienne présentes à Genève pour supputer sur ce qui sortira de leurs négociations, il y a lieu de (...) Lire la suite »

Dénoncer les grandes enseignes occidentales pour lutter contre le travail des enfants

Sylvain Boniface

Amnesty International & Afrewatch ont publié mardi 19 janvier 2016 les résultats de leur enquête commune au sujet du travail des enfants africains dans les mines de cobalt. L’occasion de faire un état des lieux de la situation : pour qui ces enfants travaillent-ils, dans quelles conditions, et quelles sont les initiatives mises en place pour éradiquer ce fléau.

Pour qui ces enfants travaillent-ils ? Sujet sensible pour les grandes entreprises, qui sont pourtant le dernier maillon de la chaîne de production, juste avant le client. Apple, Microsoft, Sony ou Samsung pour ne citer qu’elles, se défendent en invoquant l’impossibilité de tracer la provenance des matériaux auprès de leurs fournisseurs. Amnesty International et Afrewatch espèrent, avec la publication de ce rapport, leur prouver le contraire, puisque les deux ONG ont réussi sans trop de peine à remonter à la source de la filière. Mais qu’est-ce que le cobalt, minerai si précieux, qui fait fermer les yeux à ces multinationales sur les conditions de son extraction ? Le dioxyde de cobalt est utilisé pour jouer le rôle de cathode dans les batteries qu’utilisent nos téléphones et autres objets connectés. Il est donc essentiel au fonctionnement de ces objets qui font notre confort moderne, et le profit des sociétés les commercialisant. Un minerai à la toxicité supposée, si bien que son nom lui-même serait (...) Lire la suite »

Conférence de presse de Bachar al-Jaafari suite à l’annonce du gel des pourparlers inter-Syriens à défaut du gel des zones de combat… [Texte intégral]

Docteur Bachar al-Jaafari,
Voici la déclaration de M. Laurent Fabius, chef de la diplomatie française, au soir du mercredi 3 février 2016 [1] : « L'Envoyé spécial des Nations unies vient d'annoncer la suspension des négociations inter-syriennes de Genève, en raison des circonstances dramatiques de terrain en Syrie qui les privent de sens. Nous condamnons l'offensive brutale menée par le régime syrien, avec le soutien de la Russie, pour encercler et asphyxier Alep et ses centaines de milliers d'habitants. J'exprime le plein soutien de la France à la décision de l'Envoyé spécial, dans ce contexte, de suspendre les négociations, auxquelles ni le régime de Bachar al-Assad ni ses soutiens ne souhaitent visiblement contribuer de bonne foi, torpillant ainsi les efforts de paix. La France attend du régime et de ses alliés le respect de leurs obligations humanitaires et de la résolution 2254 du Conseil de sécurité, à savoir la cessation des bombardements indiscriminés, la levée des sièges et le plein accès humanitaire aux populations (...) Lire la suite »

Les citoyens n’ont pas bonne presse

Florian Maroto

Nicolas Sarkozy et Alain Finkielkraut partagent l’amour du prochain. Tout comme les médias… Pour s’en convaincre, il suffit de regarder l’émission « Des paroles et des actes », sur France 2.

Nicolas Sarkozy et Alain Finkielkraut ont tous les deux été récemment reçus dans l’émission « Des paroles et des actes », animée par David Pujadas. Deux situations traductrices du malaise que les médias ont avec les citoyens « lambdas ». Pourtant en démocratie, une personne égale une voix. Ce jeudi 4 février est un cas d’école. Nicolas Sarkozy est une personnalité publique. Ex-chef d’Etat, on ne badine pas sur le statut. Peu importe aux intervieweurs que « l’ex » soit quotidiennement pris en flagrant délit de falsification de chiffres. Ce qui remplit des dizaines d’articles de fact-checking, une rubrique journalistique spécialisée dans la vérification des faits. On ne dénombre plus les récompenses attribuées à ses talents d’affabulateur, comme celle de « menteur en politique ». Un prix humoristique créé par le politologue Thomas Guénolé. Soit. Invité de prestige de David Pujadas, Nicolas Sarkozy est questionné par des inconnus du public. Mais les règles sont figées dans le marbre. Il s’agit d’interroger (...) Lire la suite »

Les ennemis de la Syrie se lancent dans l’escalade pour sauver la face

Moon of Alabama
La Russie accuse la Turquie de se préparer à envahir la Syrie : L'armée russe a déclaré jeudi qu'elle avait de « sérieuses raisons » de penser que la Turquie faisait des préparatifs intensifs pour envahir la Syrie voisine. Des photos d'un poste de contrôle à la frontière entre la ville turque de Reyhanli et la ville syrienne de Sarmada datant de fin octobre et fin janvier révèlent une extension des infrastructures de transport qui pourrait avoir pour objet de déplacer des troupes, des munitions et des armes, a indiqué le Major Général Igor Konashenkov, porte-parole de l’armée, dans une déclaration rédigée en anglais. Il a ajouté que ce n’était qu’un signe parmi d’autres des « préparatifs secrets des forces armées turques en vue d’actions concrètes en territoire syrien. ... Un responsable du ministère turc des Affaires étrangères a répondu que le ministère ne ferait aucun commentaire dans l'immédiat. Des photos du poste frontière sont jointes à la déclaration du service de presse du haut commandement russe (...) Lire la suite »

Les yeux de Leila Alaoui.

Julie JAROSZEWSKI
La photographe franco-marocaine Leila Alaoui a été assassinée à Ouagadougou, lors des attentats du 15 janvier. L'émergence posthume de son travail, questionne dans le flot des représentations et de la propagation de l'évènement médiatique, la place du regard sur nos émotions individuelles et collectives face au terrorisme. Leila Alaoui était photographe. Franco-marocaine, en mission pour Amnesty International à Ouagadougou, elle a été assassinée le 15 janvier 2016 dans un attentat revendiqué par AQMI ( Al-Qaïda au Maghreb islamique). L'organisation affirme par voix de communiqué avoir mené cette attaque contre l’hôtel Splendid, parce qu’il serait le lieu où s’organisait « la guerre contre l’Islam et la spoliation des richesses de l’Afrique » et dans la poursuite d'une « série d’opérations destinée à purifier les terres musulmanes des services occidentaux ». Quiconque connaît le Burkina Faso, rira à l'invocation du prétexte religieux, dans un pays où 67 ethnies cohabitent en paix, soudées par les règles de (...) Lire la suite »

L’Initiative du Président syrien, Genève 3 et le gibet de potence de l’Histoire (Al-Binaa)

Nasser KANDIL
Il y a trois ans, le 6 janvier 2013, le président Bachar al-Assad a exposé devant les comités et organisations populaires syriennes sa vision de la solution politique à ladite « crise syrienne » [1]. Trois ans durant lesquels la Syrie s’est vue envahir par des dizaines de milliers de terroristes venus des quatre coins de la planète en préparation d’une invasion militaire concrétisée, l’été 2013, par le positionnement de la VIe flotte des États-Unis devant les côtes syriennes [2], suivi de l’instauration de l’EIIL [État Islamique en Irak et au Levant ou DAECH], puis du parrainage ouvertement déclaré du Front al-Nosra [branche officielle d’Al-Qaïda en Syrie] par la Turquie, l’Arabie saoudite et Israël… En bref : toutes les options ennemies de mise sous tutelle ou d’invasion de la Syrie ont été testées. Mais le temps a passé et les projets étatsunien, turc, saoudien et israélien s’appuyant sur une solution politique fondée sur la destitution du président syrien avec remise du pouvoir à une prétendue opposition (...) Lire la suite »
Parlons (Inter) Net
Bon appétit, messieurs. Ô ministres intègres ! Conseillers vertueux…

Jean-Vincent Placé, sénateur écologiste et conseiller régional d’Ile-de-France avait accumulé 18.000 euros de PV impayés à la suite d’une centaine d’infractions routières commises sur la période 2004-2010 avec une voiture de fonction du conseil régional. Il s’en est défendu : les faits «  remontent à une période où il n’y avait pas grand monde qui payait ses P-V dans les collectivités territoriales, avant 2009 ». Excuse imparable !

Le scandale ayant éclaté, il a fait « amende honorable » et, faute avouée étant entièrement pardonnée en Hollandie, il est enfin ministre (secrétaire d’Etat en charge de la réforme de l’Etat et de la simplification).

Emmanuelle Cosse, secrétaire des Verts, les a lâchés sans préavis pour un fauteuil de ministre du logement (mais elle compte rester conseillère régionale d’Ile-de-France).

Théophraste R.
(Je suis vert  ! Pas vous ?).







 
VIDEOS

 
voir la liste des vidéos proposées sur :
Le Grand Soir Tube
Voir aussi
*Être de gauche aujourd’hui
Qu’est-ce que ça veut dire « être de gauche, aujourd’hui ? » Aujourd’hui, et plus fondamentalement, je pense que être de gauche c’est une perception du monde ; je pense déjà que c’est de refuser l’ordre (...)
Ludivine DANTIGNY
La CFDT est en phase d’achever son intégration au pouvoir de l’État.
*La CFDT, branche "salariée" du Medef !
La CFDT est en phase d’achever son intégration au pouvoir de l’État. Pour ne parler que du quinquennat de Hollande, le syndicat est un des principaux appuis de la politique de Hollande, de Valls et (...)
JMD
*Astéroïdes : les klondikes de l’espace
Le « Space Act » prévoit que tout matériau trouvé par un Américain ou une entreprise américaine sur le satellite naturel de la Terre ou sur ces corps célestes lui appartiendra. « Le Luxembourg veut lui (...)
Gaëtan PELLETIER
*Le Monde Diplomatique, février 2016
Dans son éditorial, Serge Halimi nous explique que les grandes puissances, démocraties comprises, tendent à être gouvernées par des hommes à poigne : L’échange de compliments a surpris. Le 17 décembre (...)
Bernard GENSANE
*Bannière étasunienne sur l’Europe
Participant (comme il est désormais de mise) à la rencontre des ministres de la défense de l’UE le 5 février à Amsterdam, le secrétaire général de l’OTAN Jens Stoltenberg a fait l’éloge du « plan des (...)
Manlio DINUCCI
*Angela Davis : persévérer grâce à l’utopie
En visite au Pays Basque Sud du 4 au 8 février, Angela Davis n'aura pas pu rendre visite à Arnaldo Otegi. A 72 ans, l'icône n'est pas prête à abdiquer. La militante révolutionnaire et (...)
Justine GIRAUDEL
*Samedi 29 janvier, journal télévisé de 20H, sur...
Samedi 29 janvier, journal télévisé de 20H, sur France 2. Allez savoir pourquoi, au milieu des sujets traités, un reportage sur les ampoules électriques basse consommation. Un acheteur, perdu au (...)
Jean-Marc GARDES
*La surprise Bernie Sanders
La course à la maison blanche est lancée aux Etats-Unis, comme d’ordinaires les deux grands partis le Parti démocrate et le Parti républicain vont s’affronter pour savoir lequel fournira le où la (...)
République sociale
*Sous-France, l’épuration silencieuse
Les prestations sociales ne sont plus versées par les Caisses d’Allocations Familiales. Les médias nous rabâchent que les classes moyennes seront les plus touchées par la crise. Pendant ce temps, sans (...)
Eric BLAIR
13 
*Finkielkraut et son obsession de l’islam : un danger pour le vivre ensemble
« Le mal-être français est le brunissement des Français » « Êtes-vous conscient de faire mal à la France ? » Wiam Berhouma, interpellant Alain Finkielkraut, France 2... Cette phrase résume plus que cent (...)
Chems Eddine CHITOUR
19 
*Le CRIF et la Dépêche du Midi ligués contre Georges Ibrahim Abdallah.
L’histoire est parfois une engeance qui a de la mémoire. Ce qui est imprimé sur le papier a encore la vie longue. Dans cet esprit, on ne se lasse pas de relire quelques articles parus dans des (...)
Jacques-Marie BOURGET
*Robert Lombard, Maryline Pacouret. Israël-Palestine. Le conflit dans les manuels scolaires.
Une amie m’a fait parvenir ce livre de 2014 qui m’avait échappé. Cela m’a rappelé que j’avais eu la chance de côtoyer un peu, à l’université de Vincennes il y a plus de quarante ans, Yves Lacoste, ce (...)
Bernard GENSANE
*Libération, ne faites pas de Reporters sans frontières une ONG normale
Le nouveau patron de RSF, Christophe Deloire (un clone miniature de Ménard), publie dans Libération une tribune anti-castriste intitulée : « Monsieur Hollande, ne faites pas de Raul Castro un (...)
Maxime VIVAS
*There is no alternative : c’est Patrick Sébastien qui le dit...
Samedi 30 janvier, soirée télé sur France 2. Émission populaire et de grande écoute animée par Patrick Sébastien "Le plus grand cabaret du monde". Deux invités parmi d’autres. Le premier, un habitué du (...)
Jean-Marc GARDES
*Daesh, le bras armé du Nouvel ordre mondial
Est-ce que l’on s’est interrogé sur un fait passé inaperçu du grand public : les moyens multiformes qui sont ceux de Daesh ? Daesh, l’autoproclamé « Etat islamique » (EI) est de fait un « Etat » avec (...)
Karim MOHSEN
12 
Derniers commentaires
« L’occupation n’aura jamais ni paix ni légitimité »
Sous-France, l’épuration silencieuse
Sous-France, l’épuration silencieuse
Finkielkraut et son obsession de l'islam : un danger pour le vivre ensemble
Finkielkraut et son obsession de l'islam : un danger pour le vivre ensemble
Sous-France, l’épuration silencieuse
Sous-France, l’épuration silencieuse
Fabius et Valls ont obéi aux injonctions d’Hillary Clinton en empêchant la libération de Georges Ibrahim Abdallah !
Etats-Unis : le peuple dit non à Clinterminator
Riss et Banksy dessinent les migrants
Les escrocs de la radicalité
Sous-France, l’épuration silencieuse
Les escrocs de la radicalité
Sous-France, l’épuration silencieuse
Les escrocs de la radicalité
Chaises musicales ministérielles
Chaises musicales ministérielles
Chaises musicales ministérielles
Finkielkraut et son obsession de l'islam : un danger pour le vivre ensemble
Sous-France, l’épuration silencieuse
RSS RSS Commentaires

Pour les accros des réseaux sociaux


le 12 février 2016
vous étiez 9835 à contempler le Grand Soir.
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.