RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibeseBuzz
 
67 

L’interdiction du voile islamique par la loi chez les "nounous" est excessive, mais...

Et je dis cela sans nullement apprécier ces croyants qui ne savent pas se contenter de la liberté de culte dans les lieux fait pour. Qui n’imaginent pas que leur affichage religieux intempestif peut fortement déplaire à des personnes qui n’ont strictement rien contre l’islam ou les musulmans mais qui ne veulent que leurs enfants subissent ce type d’influence.

Notez que de très nombreuses musulmanes exercent leur profession sans foulard islamique. Que je sache, elles ne sont pas moins bonnes que les autres. Je les vois même plus compréhensives, moins offensives. Le mot est lâché sur le fond de ma pensée, il y a un secteur de l’islam qui est offensif, agressif, nullement tolérant. Pas de courbettes à leur égard certes mais néanmoins il importe de ne pas se laisser aller à des mesures autoritaires de type législatif.

Vouloir interdire ces comportements "offensifs et agressifs" par la loi me semble excessif. Il faut laisser tomber ce genre de riposte. Pour autant entendre crier à l’islamophobie est tout aussi excessif. Le voile islamique s’enlève que je sache. Cette islamophobie-là est frelatée. C’est un peu prendre les gens pour des benêts. Et pourtant, je le répète, je crois que cette décision française est mauvaise et pourrait être invalidée face à des droits supérieurs.

On peut me répondre : "Toute pratique de l’islam est-elle acceptable ? Ne peut-on demander à des musulmans d’éviter certaines pratiques sans qu’ils s’en offusquent ? Sans qu’il y ait le moindre racisme ?" On devrait pouvoir. Mais ce n’est pas le cas. La sagesse, en l’espèce, est de lâcher ce genre de comportement.

On m’a dit aussi coté antiracisme : "Accepter cette mesure, c’est mettre un doigt dans un engrenage dont on ne sait où il s’arrêtera" . On va crier sous peu au totalitarisme ! Là je réponds : Mais ou se situe l’offensive ? Et ou se situe la résistance ? Un certain islam est à l’offensive au plan culturel. Notamment celles soumises aux diktats sexo-séparatistes des radicaux.

Que je sache, la liberté de culte n’est pas menacé en France par Mme Laborde et ses amis ! N’exagérons pas ! A l’opposé, qui veut pratiquer son culte partout et en toute occasion sans se soucier des autres le moins du monde ? Certains croyants musulmans. Ils subissent des remarques. Je ne vais pas pleurer. En l’espèce certaines musulmanes - pas toutes - ne se posent aucune limite. Et c’est ce secteur religieux qui accusent les autres de tentatives totalitaires. Quel culot ! Pour autant, avec Voltaire, je refuse la loi.

Ce projet de texte concerne toutes les religions, tous les cultes. Mais depuis l’affaire Baby-loup c’est sans doute le voile islamique qui est visé. Islamophobie ! Baliverne. Ne vous laissez pas prendre au piège. Car on ne demande évidemment pas aux musulmanes de ne plus l’être mais de ne pas faire de l’affichage symbolique par signes ou vêtements en présence de jeunes enfants. Comme on pourrait demander de ne pas faire de la propagande religieuse oralement. Cela ne pose aucun problème à une immense majorité de musulmanes mais une minorité s’en offusque et entend maintenir la pression religieuse contre les jeunes enfants.

Beaucoup se demande pourquoi des croyants ou des croyantes voudraient exercer leur culte sur leur lieu de travail ? La religion, on la pratique chez soi ou dans les lieux de culte. A titre exceptionnel cela peut se faire dans la rue . La liberté de religion semble sans limite. Même la présence de jeunes enfants ne semble pas éveiller chez ces croyantes le moindre scrupule. En même temps on sait que les religions exercent leur emprise dès le plus jeune âge. Dès lors que peuvent faire les parents qui ne désirent pas que leur enfants subissent une influence religieuse. Exprimer leur position, sans excès, mais ferment.

Il va falloir être de plus en plus ferme. A cause des foux furieux radicaux juifs ultra-orthodoxes (haredim) ou musulmans radicaux qui ne savent plus supporter les femmes autrement que bâchées, ou même éloignées ou enfermées. Ils ne savent pas quoi faire de leur sexualité, de leurs instincts, de leurs désirs. La religion les rend malade de culpabilité et ils oppriment toutes les femmes et toute la société avec homosexuels et tous les hommes doux, différents d’eux. Une minorité certes ; mais pesante et autoritaire.

Christian DELARUE

URL de cet article 15654
Même Thème
Islamophobie. Comment les élites françaises construisent le "problème musulman"
A. Hajjat et M. Mohammed

Les connaissances sur l’islam produites par différents acteurs appellent généralement une action politique pour « résoudre » le « problème musulman ». En ce sens, les conditions de production des connaissances sur l’islam peuvent être déterminées par la « solution » envisagée, et cette « solution » peut varier considérablement en fonction du diagnostic que l’on fait de la réalité sociale. Les mythes propagés par les experts sécuritaires et certains intellectuels médiatiques s’accompagnent souvent d’appels au (...)

Agrandir | voir bibliographie

 

La différence entre l’homme politique et l’homme d’État est la suivante : le premier pense à la prochaine élection, le second à la prochaine génération.

James Freeman Clarke

L’UNESCO et le «  symposium international sur la liberté d’expression » : entre instrumentalisation et nouvelle croisade (il fallait le voir pour le croire)
Le 26 janvier 2011, la presse Cubaine a annoncé l’homologation du premier vaccin thérapeutique au monde contre les stades avancés du cancer du poumon. Vous n’en avez pas entendu parler. Soit la presse cubaine ment, soit notre presse, jouissant de sa liberté d’expression légendaire, a décidé de ne pas vous en parler. (1) Le même jour, à l’initiative de la délégation suédoise à l’UNESCO, s’est tenu au siège de l’organisation à Paris un colloque international intitulé « Symposium international sur la liberté (...)
17 
La crise européenne et l’Empire du Capital : leçons à partir de l’expérience latinoaméricaine
Je vous transmets le bonjour très affectueux de plus de 15 millions d’Équatoriennes et d’Équatoriens et une accolade aussi chaleureuse que la lumière du soleil équinoxial dont les rayons nous inondent là où nous vivons, à la Moitié du monde. Nos liens avec la France sont historiques et étroits : depuis les grandes idées libertaires qui se sont propagées à travers le monde portant en elles des fruits décisifs, jusqu’aux accords signés aujourd’hui par le Gouvernement de la Révolution Citoyenne d’Équateur (...)
Colombie : Le poids des maux, le choc des photos.
Vous avez oublié les photos (bidons) du faux charnier de Timisoara en Roumanie ? En décembre 1989, elles démontrèrent au monde entier la férocité du régime communiste roumain. La presse avança le chiffre d’une dizaine de milliers de morts. Ceausescu renversé et exécuté, on a appris que les cadavres (moins de 200) avaient été sortis de la morgue d’un hôpital pour une mise en scène politico-macabre que les médias avalèrent illico et propagèrent urbi et orbi sans chercher à vérifier. Et voici que nous en (...)
12 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.