RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibeseBuzz

Le Forum Social Mondial 2016 illégitime

Non, nous ne sommes ni tristes, ni déçus, ni amères. Nous sommes ahuris, incrédules et définitivement révoltés que ce Forum Social Mondial 2016 ait pu avoir lieu sans notre participation. Nous n’imaginions même pas que l’idée de l’absence de l’Afrique à cette rencontre ’mondiale’ ait pu effleuré les esprits du Comité d’Organisation et plus largement de tous les militants altermondialistes quels qu’ils soient et d’où qu’ils soient.

Non, nous n’acceptons pas que le boycott soit venu des ’empêchés’ eux-mêmes et non pas de l’organisation du forum qui aurait dû faire ce travail au lieu de laisser toujours le sale boulot aux premières victimes de la violence institutionalisée des pays du G7 dont fait partie le Canada.

Non, notre participation n’était pas ’fondamentale’, elle était obligatoire et inconditionnelle. D’après Raphael Canet, coordinateur du collectif du FSM, la décision de la tenue de l’énènement au Canada a été prise afin essentiellement de ’dépasser la traditionnelle fracture Nord-Sud’, or le résultat a été tout simplement l’inverse. Il rappelle également que ’les inégalités s’accroissent partout’ mais également que ’les défis globaux n’ont pas de frontières’. Belle réthorique.

Faut-il rappeler que cette fameuse fracture Nord-Sud existe bel et bien, qu’elle n’est ni une vue de l’esprit ni une façon de surestimer l’un ou de victimiser l’autre. Oui, l’Afrique est un continent martyrisé, pillé, insulté et oui c’est un acteur incontournable mondial car c’est grâce à lui que le Nord subsiste tant bien que mal dans un capitalisme effréné, prédateur et destructeur. Concernant les inégalités, effectivement celles-ci s’accroissent partout mais encore une fois l’Afrique et plus particulièrement les africains les subissent de plein fouet car au-delà d’inégalités sociales, économiques politique ou culturelles, ils sont humiliés par un occident tout puissant qui les saigne un peu plus chaque jour et les assigne à résidence comme de vulgaires malfrats ou plus exactement comme de négligeables nègres qu’ils sont.

Les plus de 200 visas refusés aux africains qui voulaient se rendre au Canada sont une fois de plus un abus impardonnable commis par un pays ’démocratique’ qui se veut l’ami des immigrés et qui fait partie des grandes puissances de ce monde. Mais nous sommes habitués à ces entorses répétées à la Déclaration Universelle des Droits de l’Homme et nous n’attendons plus rien de ces états voyous. C’est d’abord pour ces raisons que le FSM avait connu le jour au Brésil en 2001, pour contrecarrer le Forum de Davos. Jusque là rien de bien nouveau ni étonnant.

Ce qui est bien plus inquiétant, incompréhensible et révoltant c’est de voir les propres altermondialistes donc ceux qui par définition refusent, critiquent et militent contre cette mondialisation aveugle, réagir avec si peu de conviction et d’énergie à ce qui pour eux, pour nous tous, devraient constituer par essence le point de non retour, la ligne infranchissable si facilement violée par les pouvoirs en place. Car en effet, le premier des boycott, celui qui aurait démontrer une vraie solidarité avec les ’déboutés’, celui qui aurait pu faire bouger les choses en dénonçant une politique raciste, injuste et discriminatoire, le premier des boycott aurait dû être celui du Forum Social Mondial lui-même. Comment peut-on consciemment, sincèrement et efficacement continuer à discuter sur des questions telles que l’autodéterrmination des peuples, la solidarité internationale, les migrations et la citoyenneté sans frontière lorsqu’il manque à l’appel tout un pan des militants et de la société civile directement touchés par ces questions ?

Nous pensons et nous affirmons que ce Forum Social Mondial 2016, dans ces conditions n’aurait pas dû avoir lieu, qu’il est donc illégitime et que tous ses participants auraient dû mettre leur énergie, leur connaissances et leur militantisme à dénoncer courageusement et efficacement cette ultime humiliation imposée aux peuples du sud (plus particulièrement aux africains) et exiger du gouvernement canadien qu’il revienne sur sa décision inique. Il était donc de la responsabilité du Comité du Forum de boycotter l’évènement en demandant prioritairement à tous les participants de se focaliser sur un seul et ultime objectif : rétablir les africains dans leurs droits d’êtres humains pouvant comme n’importe quel autre citoyen participer à une rencontre mondiale sans que sa couleur de peau, son lieu de vie ou sa classe sociale ne représentent une entrave. Cela aurait pu se traduire par des marches, des manifestations, des sitting devant les institutions responsables, des pétitions dans la ville de Montréal sous un seul mot d’ordre : ’AVEC LES AFRICAINS, SINON RIEN’. Tant que cela n’était pas réglé il ne servait absolument à rien de parler d’autre chose. Avec cette attitude légère et peu responsable, le FSM court le risque de sa crédibilité en se résumant année après année à prêcher dans le désert (même avec toute la sincérité du monde) par des condamnations de principe du modèle capitaliste et du système néolibéral et en laissant de côté ou à d’autres le soin de mener les actions fortes, concrètes et urgentes comme il en avait l’occasion avec cette situation inédite. Un véritable contre-pouvoir n’existe qu’à ce prix là.

Nous déplorons également que toujours les mêmes africains n’aient pas été écoutés lorsqu’ils ont dès le Forum Social Ouest Africain à Conakry le 13 juillet dernier, alerté et fait part de leurs inquiétudes quant aux possibilités de déplacements et les difficultés financières auxquels iraient être confrontés les militants du sud pour se rendre au Canada.

Dans ces conditions, il n’est donc plus à démontrer que le Forum Social Mondial doit revenir à ses origines, donc au Sud et amèrement constater que toutes les luttes sociales, raciales et économiques n’ont pour l’instant qu’un effet limité sur le droit et la justice et que tant qu’un véritable contre-pouvoir ne se mettra pas réellement en place par le biais d’une action forte, courageuse et déterminée, toutes les réunions, discours et condamnations resteront vains.

Nous, Panafricanistes engagés, infatigables et déterminés, unis pour une Afrique forte et insoumise, après avoir connu l’esclavage, la colonisation et le néo-colonialisme, refusons catégoriquement et définitivement de continuer à subir. C’est pour ces raisons, qu’une grande partie des nôtres a tenu à boycotter ce Forum 2016 (incluant des personnes ayant obtenu le visa). Nous les remercions et leur rendons hommage pour leur courage, leur détermination et leur solidarité, prêts à se lever et à s’exposer dès qu’une injustice est rendue, que ce soit au Nord du globe comme au Sud.

KORRENTI DI ATIVISTA

(Mouvement Cabraliste - Cap Vert)

URL de cet article 30811
Même Thème
Que fait l’armée française en Afrique ?
Raphaël GRANVAUD
Préface d’Odile Tobner-Biyidi Que fait l’armée française en Afrique ? Et de quel droit s’y trouve-t-elle encore aujourd’hui ? Si l’on en croit les discours officiels, elle n’y aurait plus depuis longtemps que des missions humanitaires et de maintien de la paix. La page du néocolonialisme et de la Françafrique aurait été tournée en même temps que finissait la guerre froide. Ce « Dossier noir » examine, à travers de nombreux exemples concrets, la réalité de cette présence depuis deux décennies. Après un (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

La mort de la démocratie ne sera probablement pas le résultat d’une embuscade. Ce sera une lente extinction par apathie, indifférence et privation.

Robert M. Hutchins

La crise européenne et l’Empire du Capital : leçons à partir de l’expérience latinoaméricaine
Je vous transmets le bonjour très affectueux de plus de 15 millions d’Équatoriennes et d’Équatoriens et une accolade aussi chaleureuse que la lumière du soleil équinoxial dont les rayons nous inondent là où nous vivons, à la Moitié du monde. Nos liens avec la France sont historiques et étroits : depuis les grandes idées libertaires qui se sont propagées à travers le monde portant en elles des fruits décisifs, jusqu’aux accords signés aujourd’hui par le Gouvernement de la Révolution Citoyenne d’Équateur (...)
Reporters Sans Frontières, la liberté de la presse et mon hamster à moi.
Sur le site du magazine états-unien The Nation on trouve l’information suivante : Le 27 juillet 2004, lors de la convention du Parti Démocrate qui se tenait à Boston, les trois principales chaînes de télévision hertziennes des Etats-Unis - ABC, NBC et CBS - n’ont diffusé AUCUNE information sur le déroulement de la convention ce jour-là . Pas une image, pas un seul commentaire sur un événement politique majeur à quelques mois des élections présidentielles aux Etats-Unis. Pour la première fois de (...)
21 
Analyse de la culture du mensonge et de la manipulation "à la Marie-Anne Boutoleau/Ornella Guyet" sur un site alter.
Question : Est-il possible de rédiger un article accusateur qui fait un buzz sur internet en fournissant des "sources" et des "documents" qui, une fois vérifiés, prouvent... le contraire de ce qui est affirmé ? Réponse : Oui, c’est possible. Question : Qui peut tomber dans un tel panneau ? Réponse : tout le monde - vous, par exemple. Question : Qui peut faire ça et comment font-ils ? Réponse : Marie-Anne Boutoleau, Article XI et CQFD, en comptant sur un phénomène connu : "l’inertie des (...)
91 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.