RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibeseBuzz

Le marxisme appliqué au Pétrole

On considère à juste titre le prix du pétrole comme une sorte de thermomètre de l’économie mondiale. La chute spectaculaire du prix du baril de brut (coté à environ 150 dollars au mois de juin 2008, contre environ 30 dollars actuellement), alimente une agitation qui va bien au-delà du secteur de l’énergie et des matières premières sur les marchés mondiaux.

La chute brutale du prix du pétrole est clairement corrélée à l’instabilité financière, mais les relations de causalité ne semblent pas aller dans le sens des pronostics de la plupart des experts. Quand le prix du pétrole augmente, il en va de même pour les coûts dans la plupart des pays industrialisés. Ainsi, un prix du pétrole en hausse agit comme un frein à la croissance. Des flambées des prix du pétrole ont conduit à des récessions en 1973, 1979, 2000 et en 2008. Mais le cas inverse est également vrai. Un ralentissement économique va probablement produire une baisse du prix, ce qui peut être une aubaine financière pour les États et les consommateurs. Après l’effondrement de Lehman Brothers en 2008, le prix du pétrole a chuté en prévision de la stagnation économique. Vue sous cet angle, la baisse récente du prix du pétrole est surprenante, car elle suit des signes de faiblesse perceptibles sur tous les grands marchés émergents (à l’exception de l’Inde).

Par ailleurs, le prix du pétrole est aujourd’hui soumis à l’espoir que l’économie mondiale sera remodelée à la faveur d’une hypothétique lutte contre le changement climatique. Les efforts actuels visant à freiner le réchauffement n’ont aucun effet, mais la cause est peut-être à aller chercher selon l’hypothèse que l’utilisation de combustibles fossiles puisse être un jour limité crée une puissante incitation, chez les producteurs de pétrole, à vendre autant que possible avant la mise en œuvre de mesures restrictives. Ce raisonnement explique peut-être la réponse de l’Arabie saoudite qui a rejeté les appels de l’OPEP de réduire sa production.

Les cheikhs, eux n’ont pas d’autres choix que de produire plus de pétrole, même bradé, étouffé qu’ils sont dans leurs pays encore sous la menace du printemps arabe. Pire, les cheikhs du pétrole sont prisonniers de leur pétrodollars qu’ils ont amassés et qui demain, au moment de la grande dévaluation du dollar ne seront que verre brisé ou papier mâché. Bref, leur fortune n’est qu’un mirage dans le désert. C’est ainsi, les cheikhs maintiennent leur production contre l’avis de leurs mentors étasuniens.

À ce stade de la réflexion, une analyse marxiste s’impose. La baisse des prix est-elle dû à un complot étasunien contre la Russie ou le Venezuela (ce que j’ai cru un moment) pour des motifs politiques ? Ceci voudrait dire que des capitalistes états-uniens aurait tous un avantage à voir le prix du brut continuer à dégringoler. Ça ne tient pas car le moteur interne du système capitalisme est la concurrence à outrance. On ne peut pas parler d’intérêt suprême des capitalistes états-uniens ou alors ce n’est rien comprendre à ce système. L’intérêt des manufacturiers, des entreprises de transport, des multinationales de l’automobile, est naturellement à la baisse du pétrole alors que l’industrie pétrolière étasunienne et européenne vocifère contre celle-ci. En ce qui concerne l’État fédéral lui-même, il est forcément schizophrénique : il préférera un pétrole cher car entraînant une plus grande circulation de pétrodollars et déclenchera des ventes d’armes sophistiquées de la part de leur riches clients, de plus un pétrole cher leur permettra l’exploitation profitable du pétrole de schiste onéreux à exploiter. Mais d’un autre coté le bas prix est incontestablement bénéfique à court terme, car la chute brutale du baril apporte un bol d’air à l’économie états-unienne et mondiale toujours aussi chancelante (malgré les avantages financiers : QE et taux d’intérêts) ce qui laisse augurer de la fureur avec laquelle la crise va s’accentuer quand les prix du pétrole remonteront.

Mais il ne faut pas perdre de vue qu’au fur et à mesure que les profits pétroliers se rapprocheront des abysses, les capitaux qui auront suffisamment fui ce secteur peu rentable s’y jetteront de nouveau pour essayer de le rendre à nouveau profitable ce qui immanquablement finira par créer une bulle nouvelle. En dernière analyse, un marxiste voit dans cette crise systémique, une crise de sous valorisation du capital qui ne parvient plus à mettre de plus en plus de capitaux en action pour produire de plus en plus de plus-value. Une crise économique pour les capitalistes ce n’est pas quand les prix fluctuent ou quand la misère humaine s’approfondit. Une crise systémique du capitalisme c’est quand les profits n’augmentent plus et donc que le capital ne se valorise plus et ne se reproduit plus.

»» http://les-tribulations-de-l-ecocolo-ecoconome.over-blog.com/2016/02/l...
URL de cet article 29939
L’ÉCONOMIE MONDIALE A BOUT DE SOUFFLE L’ultime crise du capitalisme ?
Jean Baumgarten
L’économie mondiale à bout de souffle se consacre à l’analyse de la crise qui traverse le monde et est partie des États-Unis en 2007 : elle est loin d’être terminée et va dans les prochains mois prendre de nouveaux développements. L’auteur commence par épingler les économistes « attitrés » qui se sont trompés et continuent de tromper le monde. Il analyse la longue dépression de 1929 en montrant que la crise actuelle en valeur est largement supérieure, et en utilisant la méthode marxiste il démontre qu’il y a (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

"Lorsque j’ai pris mes fonctions, j’étais déterminé à faire entrer les Etats-Unis dans le 21ème siècle, toujours comme le plus grand facteur de paix et de liberté, de démocratie, de sécurité et de prospérité."

Bill Clinton, 1996

"A travers le monde, chaque jour, un homme, une femme ou un enfant sera déplacé, torturé, assassiné ou "porté disparu", entre les mains de gouvernements ou de groupes politiques armés. Et la plupart du temps, les Etats-Unis en sont complices. "

Amnesty International, 1996

La vérité éclate : un accès de franchise de la Banque d’Angleterre démolit les bases théoriques de l’austérité. (The Guardian)
On dit que dans les années 1930, Henry Ford aurait fait remarquer que c’était une bonne chose que la plupart des Américains ne savent pas comment fonctionne réellement le système bancaire, parce que s’ils le savaient, « il y aurait une révolution avant demain matin ». La semaine dernière, il s’est passé quelque chose de remarquable. La Banque d’Angleterre a vendu la mèche. Dans un document intitulé « La création de l’argent dans l’économie moderne », co-écrit par trois économistes de la Direction de (...)
21 
L’UNESCO et le «  symposium international sur la liberté d’expression » : entre instrumentalisation et nouvelle croisade (il fallait le voir pour le croire)
Le 26 janvier 2011, la presse Cubaine a annoncé l’homologation du premier vaccin thérapeutique au monde contre les stades avancés du cancer du poumon. Vous n’en avez pas entendu parler. Soit la presse cubaine ment, soit notre presse, jouissant de sa liberté d’expression légendaire, a décidé de ne pas vous en parler. (1) Le même jour, à l’initiative de la délégation suédoise à l’UNESCO, s’est tenu au siège de l’organisation à Paris un colloque international intitulé « Symposium international sur la liberté (...)
17 
Reporters Sans Frontières, la liberté de la presse et mon hamster à moi.
Sur le site du magazine états-unien The Nation on trouve l’information suivante : Le 27 juillet 2004, lors de la convention du Parti Démocrate qui se tenait à Boston, les trois principales chaînes de télévision hertziennes des Etats-Unis - ABC, NBC et CBS - n’ont diffusé AUCUNE information sur le déroulement de la convention ce jour-là . Pas une image, pas un seul commentaire sur un événement politique majeur à quelques mois des élections présidentielles aux Etats-Unis. Pour la première fois de (...)
21 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.