RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibeseBuzz
 

ONU : 188 pays rejettent le blocus contre Cuba

La résolution condamnant le blocus contre Cuba a été approuvée par 188 voix, contre trois et deux abstentions (les Iles Marshall et la Micronésie) selon l’annonce faite par le président de l’Assemblée Générale, Vuk Jeremic, à la conclusion d’un débat qui a duré près de trois heures et où la communauté internationale a condamné les agressions contre Cuba.

L’envoyée spéciale de TéléSur aux Etats-Unis, Karina Cartagena, précise que la résolution A68LS qui fut approuvée ce mardi par 188 voix, avec trois voix contre et deux abstentions, non seulement demande la levée du blocus que les Etats-Unis maintiennent contre Cuba, mais aussi le respect de la souveraineté de chaque pays.

«  Cette résolution qui propose la levée du blocus des Etats-Unis contre Cuba, propose aussi la réaffirmation de la souveraineté et que cessent les interventions internationales dans les décisions internes de chaque pays. »

Cartagena a aussi expliqué que «  les trois nations qui se sont opposées à la résolution à la levée du blocus sont les Etats-Unis, Israël et Palau. (...) ».

Les résolution qui condamne le blocus imposé par les Etats-Unis contre Cuba a déjà été approuvée à 21 reprises lors de votes précédents, le premier en 1992 avec 59 pays votant pour, 3 contre et 71 abstentions.

En plus de demander l’abrogation de cette mesure, la résolution exprime sa préoccupation devant de nouvelles mesures qui continuent d’être appliquées et qui visent à renforcer le blocus, avec de graves conséquences sur la population cubaine et ses citoyens résidents à l’étranger.

En 2011, Cuba avait reçu l’appui de 186 pays membres de l’ONU (sur un total de 193) - les Etats-Unis et Israël votant contre et les Iles Marshall, la Micronésie et Palau s’abstenant.

(…)

La République de Cuba a reçu l’appui unanime des nations du monde dans de nombreux forums où le blocus a été condamné mais où aussi sa levée immédiate a été exigée.

Avant le vote, une vingtaine d’orateurs ont exprimé leur opposition au caractère unilatéral de l’embargo et sa violation de la Charte de l’ONU et du Droit international.

En présentant le texte de la résolution, le ministre des Relations Extérieures de Cuba, Bruno Rodroguez Parilla, a précisé qu’il n’existait aucun motif légitime ou moral pour maintenir une mesure issue de la Guerre Froide.

«  Il s’agit uniquement d’une mesure appliquée par une minorité de plus en plus réduite, isolée, violente et arrogante qui l’instrumentalise à des fins électorales, en ignorant l’exigence de la majorité et qui ne se résigne pas devant l’inébranlable détermination des Cubains à décider de leur propres destin » a-t-il dit.

Le ministre a réaffirmé la volonté ferme de Cuba d’avancer sur la voie de la normalisation de ses relations avec les Etats-Unis et a proposé un agenda pour un dialogue bilatéral, sur une base de réciprocité et de respect de la souveraineté.

Selon les estimations cubaines, le blocus imposé en février 1962, a provoqué des pertes à l’économie de l’île qui dépassent désormais les mille milliards de dollars ["billion" en espagnol... correction du 14/11], provocant des dégâts humains incalculables à la population cubaine.

 

Votes aux Assemblées Générales des Nations-Unies sur la nécessité de cesser le blocus des Etats-Unis contre Cuba

AnnéeDatePourContreAbstentionPays votant contre
199224 Novembre59272Etats-Unis, Israel
19933 Novembre88457Etats-Unis, Israel, Albanie, Paraguay
199426 Octobre101248Etats-Unis, Israel
19952 Novembre 117338Etats-Unis, Israel, Ouzbékistan
199612 Novembre137325Etats-Unis, Israel, Ouzbékistan
1997Octobre143317Etats-Unis, Israel, Ouzbékistan
1998Octobre157212Etats-Unis, Israel
1999Novembre15528Etats-Unis, Israel
2000Novembre16734Etats-Unis, Israel, Iles Marshall
2001Novembre16733Etats-Unis, Israel, Iles Marshall
2002Novembre17334Etats-Unis, Israel, Iles Marshall
2003Novembre17932Etats-Unis, Israel, Iles Marshall
2004Octobre17947Etats-Unis, Israel, Iles Marshall, Palau
2005Novembre18241Etats-Unis, Israel, Iles Marshall, Palau
2006Novembre18341Etats-Unis, Israel, Iles Marshall, Palau
2007Novembre18441Etats-Unis, Israel, Iles Marshall, Palau
2008Octobre18532Etats-Unis, Israel, Palau
2009Octobre18732Etats-Unis, Israel, Palau
2010Octobre18723Etats-Unis, Israel
201125 Octobre18623Etats-Unis, Israel
201213 Novembre18832Etats-Unis, Israël, Palau

traduction "Vous lirez la suite dans les médias traditionnels... ou pas" par VD pour le Grand Soir avec probablement encore plus de fautes et de coquilles que d’hab’.

URL de cet article 18317
Même Thème
Etat de siège. Les sanctions économiques des Etats-Unis contre Cuba
Salim LAMRANI

Début du chapitre IV
Les citoyens étasuniens sont autorisés à se rendre à Cuba mais il leur est strictement interdit d’y dépenser le moindre centime, ce qui rend quasiment impossible tout séjour dans l’île. Le Département du Trésor considère donc tout voyage dans l’île comme une violation de la législation sur les sanctions économiques, à moins que les personnes ayant visité Cuba puissent démontrer qu’elles n’y ont effectué aucun achat. La justice étasunienne poursuit sans relâche les contrevenants à la (...)

Agrandir | voir bibliographie

 

Le gant de velours du marché ne marchera jamais sans une main de fer derrière - McDonald ne peut prospérer sans McDonnell Douglas, le fabricant (de l’avion de guerre) F15.

Thomas L. Friedman "A Manifesto for a fast World"
New York Times Magazine, 28 Mars, 1999

La vérité éclate : un accès de franchise de la Banque d’Angleterre démolit les bases théoriques de l’austérité. (The Guardian)
On dit que dans les années 1930, Henry Ford aurait fait remarquer que c’était une bonne chose que la plupart des Américains ne savent pas comment fonctionne réellement le système bancaire, parce que s’ils le savaient, « il y aurait une révolution avant demain matin ». La semaine dernière, il s’est passé quelque chose de remarquable. La Banque d’Angleterre a vendu la mèche. Dans un document intitulé « La création de l’argent dans l’économie moderne », co-écrit par trois économistes de la Direction de (...)
15 
Médias et Information : il est temps de tourner la page.
« La réalité est ce que nous prenons pour être vrai. Ce que nous prenons pour être vrai est ce que nous croyons. Ce que nous croyons est fondé sur nos perceptions. Ce que nous percevons dépend de ce que nous recherchons. Ce que nous recherchons dépend de ce que nous pensons. Ce que nous pensons dépend de ce que nous percevons. Ce que nous percevons détermine ce que nous croyons. Ce que nous croyons détermine ce que nous prenons pour être vrai. Ce que nous prenons pour être vrai est notre réalité. » (...)
46 
Colombie : Le poids des maux, le choc des photos.
Vous avez oublié les photos (bidons) du faux charnier de Timisoara en Roumanie ? En décembre 1989, elles démontrèrent au monde entier la férocité du régime communiste roumain. La presse avança le chiffre d’une dizaine de milliers de morts. Ceausescu renversé et exécuté, on a appris que les cadavres (moins de 200) avaient été sortis de la morgue d’un hôpital pour une mise en scène politico-macabre que les médias avalèrent illico et propagèrent urbi et orbi sans chercher à vérifier. Et voici que nous en (...)
12 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.