RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibeseBuzz

ONU : 188 pays rejettent le blocus contre Cuba

La résolution condamnant le blocus contre Cuba a été approuvée par 188 voix, contre trois et deux abstentions (les Iles Marshall et la Micronésie) selon l’annonce faite par le président de l’Assemblée Générale, Vuk Jeremic, à la conclusion d’un débat qui a duré près de trois heures et où la communauté internationale a condamné les agressions contre Cuba.

L’envoyée spéciale de TéléSur aux Etats-Unis, Karina Cartagena, précise que la résolution A68LS qui fut approuvée ce mardi par 188 voix, avec trois voix contre et deux abstentions, non seulement demande la levée du blocus que les Etats-Unis maintiennent contre Cuba, mais aussi le respect de la souveraineté de chaque pays.

«  Cette résolution qui propose la levée du blocus des Etats-Unis contre Cuba, propose aussi la réaffirmation de la souveraineté et que cessent les interventions internationales dans les décisions internes de chaque pays. »

Cartagena a aussi expliqué que «  les trois nations qui se sont opposées à la résolution à la levée du blocus sont les Etats-Unis, Israël et Palau. (...) ».

Les résolution qui condamne le blocus imposé par les Etats-Unis contre Cuba a déjà été approuvée à 21 reprises lors de votes précédents, le premier en 1992 avec 59 pays votant pour, 3 contre et 71 abstentions.

En plus de demander l’abrogation de cette mesure, la résolution exprime sa préoccupation devant de nouvelles mesures qui continuent d’être appliquées et qui visent à renforcer le blocus, avec de graves conséquences sur la population cubaine et ses citoyens résidents à l’étranger.

En 2011, Cuba avait reçu l’appui de 186 pays membres de l’ONU (sur un total de 193) - les Etats-Unis et Israël votant contre et les Iles Marshall, la Micronésie et Palau s’abstenant.

(…)

La République de Cuba a reçu l’appui unanime des nations du monde dans de nombreux forums où le blocus a été condamné mais où aussi sa levée immédiate a été exigée.

Avant le vote, une vingtaine d’orateurs ont exprimé leur opposition au caractère unilatéral de l’embargo et sa violation de la Charte de l’ONU et du Droit international.

En présentant le texte de la résolution, le ministre des Relations Extérieures de Cuba, Bruno Rodroguez Parilla, a précisé qu’il n’existait aucun motif légitime ou moral pour maintenir une mesure issue de la Guerre Froide.

«  Il s’agit uniquement d’une mesure appliquée par une minorité de plus en plus réduite, isolée, violente et arrogante qui l’instrumentalise à des fins électorales, en ignorant l’exigence de la majorité et qui ne se résigne pas devant l’inébranlable détermination des Cubains à décider de leur propres destin » a-t-il dit.

Le ministre a réaffirmé la volonté ferme de Cuba d’avancer sur la voie de la normalisation de ses relations avec les Etats-Unis et a proposé un agenda pour un dialogue bilatéral, sur une base de réciprocité et de respect de la souveraineté.

Selon les estimations cubaines, le blocus imposé en février 1962, a provoqué des pertes à l’économie de l’île qui dépassent désormais les mille milliards de dollars ["billion" en espagnol... correction du 14/11], provocant des dégâts humains incalculables à la population cubaine.

 

Votes aux Assemblées Générales des Nations-Unies sur la nécessité de cesser le blocus des Etats-Unis contre Cuba

AnnéeDatePourContreAbstentionPays votant contre
199224 Novembre59272Etats-Unis, Israel
19933 Novembre88457Etats-Unis, Israel, Albanie, Paraguay
199426 Octobre101248Etats-Unis, Israel
19952 Novembre 117338Etats-Unis, Israel, Ouzbékistan
199612 Novembre137325Etats-Unis, Israel, Ouzbékistan
1997Octobre143317Etats-Unis, Israel, Ouzbékistan
1998Octobre157212Etats-Unis, Israel
1999Novembre15528Etats-Unis, Israel
2000Novembre16734Etats-Unis, Israel, Iles Marshall
2001Novembre16733Etats-Unis, Israel, Iles Marshall
2002Novembre17334Etats-Unis, Israel, Iles Marshall
2003Novembre17932Etats-Unis, Israel, Iles Marshall
2004Octobre17947Etats-Unis, Israel, Iles Marshall, Palau
2005Novembre18241Etats-Unis, Israel, Iles Marshall, Palau
2006Novembre18341Etats-Unis, Israel, Iles Marshall, Palau
2007Novembre18441Etats-Unis, Israel, Iles Marshall, Palau
2008Octobre18532Etats-Unis, Israel, Palau
2009Octobre18732Etats-Unis, Israel, Palau
2010Octobre18723Etats-Unis, Israel
201125 Octobre18623Etats-Unis, Israel
201213 Novembre18832Etats-Unis, Israël, Palau

traduction "Vous lirez la suite dans les médias traditionnels... ou pas" par VD pour le Grand Soir avec probablement encore plus de fautes et de coquilles que d’hab’.

URL de cet article 18317
Même Thème
« Fidel Castro, Biographie à deux voix », interview d’Ignacio Ramonet
Hernando CALVO OSPINA, Ignacio RAMONET
« Ce livre est une semence qui va germer » Paris le 22 février 2007. Ignacio Ramonet est le directeur du mensuel français de référence Le Monde Diplomatique, mais aussi l’une des personnalités les plus prestigieuses parmi les intellectuels progressistes à travers le monde. Voici un an qu’est sortie en Espagne la première édition de son livre « Fidel Castro, Biographie à deux voix » où il s’entretient longuement et sans réserves avec le dirigeant principal de la révolution cubaine. Le livre se vend (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

Depuis 1974 en France, à l’époque du serpent monétaire européen, l’État - et c’est pareil dans les autres pays européens - s’est interdit à lui-même d’emprunter auprès de sa banque centrale et il s’est donc lui-même privé de la création monétaire. Donc, l’État (c’est-à -dire nous tous !) s’oblige à emprunter auprès d’acteurs privés, à qui il doit donc payer des intérêts, et cela rend évidemment tout beaucoup plus cher.

On ne l’a dit pas clairement : on a dit qu’il y avait désormais interdiction d’emprunter à la Banque centrale, ce qui n’est pas honnête, pas clair, et ne permet pas aux gens de comprendre. Si l’article 104, disait « Les États ne peuvent plus créer la monnaie, maintenant ils doivent l’emprunter auprès des acteurs privés en leur payant un intérêt ruineux qui rend tous les investissements publics hors de prix mais qui fait aussi le grand bonheur des riches rentiers », il y aurait eu une révolution.

Ce hold-up scandaleux coûte à la France environ 80 milliards par an et nous ruine année après année. Ce sujet devrait être au coeur de tout. Au lieu de cela, personne n’en parle.

Etienne Chouard

Revolucionarios : "On ne nait pas révolutionnaire... on le devient."
Chères lectrices, cher lecteurs du Grand Soir Nous vous proposons à la diffusion un documentaire intitulé « Revolucionarios ». Durée 57 Min – Version VOSTFR. Ce film, le premier d’une série, c’est la révolution cubaine racontée par celles et ceux, souvent anonymes, qui y ont participé d’une manière ou d’une autre. Des témoignages qui permettront de comprendre la réalité de ce que vivait le peuple cubain avant l’insurrection, de découvrir les raisons de cet engagement dans la lutte et de voir comment chacun (...)
15 
La crise européenne et l’Empire du Capital : leçons à partir de l’expérience latinoaméricaine
Je vous transmets le bonjour très affectueux de plus de 15 millions d’Équatoriennes et d’Équatoriens et une accolade aussi chaleureuse que la lumière du soleil équinoxial dont les rayons nous inondent là où nous vivons, à la Moitié du monde. Nos liens avec la France sont historiques et étroits : depuis les grandes idées libertaires qui se sont propagées à travers le monde portant en elles des fruits décisifs, jusqu’aux accords signés aujourd’hui par le Gouvernement de la Révolution Citoyenne d’Équateur (...)
Hier, j’ai surpris France Télécom semant des graines de suicide.
Didier Lombard, ex-PDG de FT, a été mis en examen pour harcèlement moral dans l’enquête sur la vague de suicides dans son entreprise. C’est le moment de republier sur le sujet un article du Grand Soir datant de 2009 et toujours d’actualité. Les suicides à France Télécom ne sont pas une mode qui déferle, mais une éclosion de graines empoisonnées, semées depuis des décennies. Dans les années 80/90, j’étais ergonome dans une grande direction de France Télécom délocalisée de Paris à Blagnac, près de Toulouse. (...)
66 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.