RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher
Thème : Argentine

Alberto Fernández, président élu de l’Argentine, arrive au Mexique

La Jornada

Mexico (02/11/2019). Le président élu de l’Argentine, Alberto Fernández Reyes, se trouve au Mexique, où il se réunira lundi prochain avec le chef de l’exécutif fédéral, Andrés Manuel López Obrador.

Fernández Reyes est arrivé ce matin à l'aéroport international de Mexico où il a été reçu par le sous-secrétaire pour l'Amérique latine et les Caraïbes, Maximiliano Reyes Zúñiga, ainsi que par l'ambassadeur d'Argentine, Ezequiel Sabor. La capitale mexicaine est la première destination internationale du péroniste qui a remporté les élections du 27 octobre dernier, à la tête du parti Frente de Todos. Le président élu entrera en fonction le 10 décembre. Une rencontre avec le président López Obrador est à l'ordre du jour, lundi prochain au Palais national. Le sous-secrétaire Reyes Zúñiga a indiqué que l’objectif est de renforcer les liens diplomatiques avec l'Argentine ainsi que d'à accroître les activités de coopération tout en promouvant le commerce avec ce pays. Fernandez Reyes prévoit également de rencontrer l'homme d'affaires mexicain Carlos Slim, président à vie du conglomérat Carso.[1] Aussi, Fernandez Reyes donnera une conférence magistrale sur les défis de l'Amérique latine, le mardi 5, ue rencontre (...) Lire la suite »

Argentine : crise économique et élections

Christian RODRIGUEZ
À la Maison de l'Amérique Latine, à Paris, nous avons eu le 25 septembre un très riche débat autour des préoccupations fondamentales du peuple argentin. Macri a endetté le pays de manière inconsidérée et sans accord du parlement en empruntant 56 milliards au FMI avec la complicité de Christine Lagarde. Il en découle une paupérisation de la population sans précédent telle que Macri est obligé de décréter l'urgence alimentaire alors que 20% de la population est au chômage et que les retraités sont abandonnés dans la misère. Dans le même temps, Macri poursuit sa persécution politique de dirigeants syndicaux et d'opposants comme au bon vieux temps de la dictature et pratique le lawfare à la mode pour jeter en prison un vice-président pour délit de " falsification idéologique ". Nous espérons que les Argentins vont se mobiliser massivement pour un tsunami populaire électoral qui mette aux oubliettes de l'histoire Macri et sa bande de voleurs. L'Argentine peut compter sur le soutien inconditionnel du Mexique (...) Lire la suite »

Election présidentielle en Argentine en 2019 : est-ce l’année où la gauche latino-américaine lance une contre-offensive ?

Fiona EDWARDS
La perspective d'une victoire électorale de la gauche cet automne en Argentine, l'un des pays les plus importants et les plus influents d'Amérique latine, donne un élan significatif aux mouvements de gauche et progressistes dans toute la région. La forte probabilité d'une victoire pour le ticket de gauche d'Alberto Fernandez et Cristina Fernandez de Kirchner soulève également la question suivante : 2019 marquera-t-elle le début d'une contre-offensive de gauche en Amérique latine qui voit la gauche repousser l'offensive de droite américaine qui a mis la " marée rose " sur la défensive pendant les cinq années passées ? La gauche unie en Argentine a battu la droite aux élections primaires du pays le dimanche 11 août 2019 avec une marge de 15 %, ce qui a eu pour effet d'affaiblir l'aile droite du pays. Ce vote est un indicateur clé de l'opinion publique avant l'importante élection présidentielle qui aura lieu le dimanche 27 octobre. La large alliance de gauche Frente de Todos a vu le candidat à la (...) Lire la suite »

Vent d’espoir en Argentine

République sociale

Président ultra-libéral et allié inconditionnel des Etats-Unis, Mauricio Macri, en poste depuis le 10 décembre 2015 vient de subir une cuisante défaite, porteuse d’espoir pour tous ceux ayant souffert de sa politique depuis son élection. A l’occasion des primaires, obligatoires pour ceux et celles souhaitant être candidats aux élections générales, dont le premier tour aura lieu le 27 octobre prochain, et qui constituent un réel sondage grandeur nature, le président argentin est arrivé loin derrière le Frente de Todos.

Un bilan désastreux Les Argentins ont ainsi sanctionné ce chantre de l’économie de marché dont l’orientation économique a fait exploser la pauvreté et le chômage. La pauvreté atteint ainsi 32%, soit le plus haut niveau depuis la crise de 2001, tandis que le chômage qui était de 8,2% en 2018 a grimpé à près de 10% en 2019. Licenciements massifs, perte de valeur du peso argentin par rapport au dollar, inflation galopante qui a atteint 48% en 2018, gel des salaires et des pensions sont devenus monnaie courante dans l’Argentine de Macri qui affichait une croissance négative de – 2,6% en 2018, loin des espérances du gouvernement. Mauricio Macri persiste pourtant et signe. En témoigne les prêts contractés auprès du FMI qui exige en retour un équilibre budgétaire. Le cercle vicieux est alors lancé, puisque pour essayer d’atteindre cet objectif le gouvernement argentin baisse (encore) les dépenses publiques, entraînant un accroissement des difficultés quotidiennes pour les plus démunis. Mais les Argentins n’ont (...) Lire la suite »

Accord FMI-Argentine : La politique de « l’austérité expansionniste » fonctionnera-t-elle ? (CEPR)

Mark WEISBROT, Lara MERLING

Depuis juillet 2018, le Fonds monétaires international (FMI) a versé à l’Argentine plus de 20 milliards de dollars sur un total de 56,3 milliards de dollars de prêts. Le gouvernement argentin est aujourd’hui le principal bénéficiaire des fonds du Compte des ressources générales (CRG) du FMI. L’objet du présent rapport est d’examiner dans quelle mesure les politiques convenues par le FMI et le gouvernement argentin dans l’Accord de confirmation (AC) de juin dernier sont censées provoquer une reprise économique, et si elles ont des chances de réussir.

PRÉSENTATION DU RAPPORT : Programme du FMI en Argentine : son efficacité mise en doute dans un nouveau rapport. Les prévisions du FMI pour une reprise économique rapide se sont déjà montré inefficaces par le passé. Washington, DC (décembre 2018) - Un nouveau rapport du Center for Economic and Policy Research (CEPR) examine le programme du FMI pour l’Argentine approuve en juin dernier (révise en octobre) et souligne des signaux de danger à venir. Le document, co-rédigé par l’économiste et codirecteur du CEPR Mark Weisbrot et l’économiste Lara Merling, conclut que les plans du FMI visant à « rétablir la confiance du marche », fondés sur l’austérité budgétaire et monétaire, ont peu de chances de réussir. « En octobre, le FMI et le gouvernement argentin ont décidé de doubler la réduction du déficit et de resserrer la politique monétaire, après que l’économie eut connu des résultats bien pires que ce qui avait été prévu en juin », signale Mark Weisbrot. « Mais peut-être devraient-ils reconsidérer ce qui s’est mal (...) Lire la suite »

Le mariage forcé entre l’Argentine et le FMI tourne au fiasco

Jérôme DUVAL
Alors que le mécontentement du peuple argentin grossit de jour en jour, le président Mauricio Macri s’envole pour les États-Unis. À New-York, il poursuit les négociations avec le FMI pour réviser l’accord déjà caduc signé en juin, intervient à l’Assemblée de l’ONU et se voit remettre un prix récompensant son leadership. Pendant ce temps, la quatrième grande grève générale de son mandat, après celle du 25 juin dernier contre l’accord du FMI, paralyse le pays. Retour sur une semaine historique pour l’Argentine au cœur de la tourmente. Macri menteur et « pauvreté zéro » Le 20 septembre, lors de son discours à la 71e Assemblée générale des Nations unies, Macri réitère l’objectif d’avancer vers la « pauvreté zéro » (1), objectif pourtant en totale contradiction avec sa propre politique et les injonctions du FMI dans un pays exportateur d’aliments marqué à nouveau par la famine, un pays où 11 millions de personnes sont considérées pauvres selon l’Institut national de statistique INDEC (2). Il y a des choix politiques qui (...) Lire la suite »

L’Argentine dans la tourmente

Jérôme DUVAL

Le président argentin, Mauricio Macri, a annoncé, lundi 3 septembre, un brutal plan d’austérité sous supervision du FMI. Le peuple exprime sa colère face à la hausse des prix et les coupes budgétaires.

Dix-sept ans après la crise de 2001 en Argentine, le gouvernement Macri, arrivé au gouvernement en décembre 2015, renforce un féroce plan d’ajustement structurel envers sa population suite au prêt sollicité auprès du FMI. Le pays, qui assure en 2018 la présidence du G20, est l’un des plus affectés par la hausse des taux d’intérêts aux États-Unis, la fuite des capitaux, l’envolée du dollar et les spéculations boursières, à l’instar de la crise qui émerge en Turquie. Dans un contexte de guerre commerciale du président Trump pour privilégier ses exportations au détriment des autres, la hausse des taux d’intérêt aux États-Unis entraîne une ruée sur le dollar devenu plus que jamais valeur refuge. Les capitaux en dollars sont rapatriés aux États-Unis pour profiter de ladite hausse des taux, les liquidités s’assèchent soudainement, les monnaies des pays dits « émergents » chutent brutalement. Turbulences en Argentine Le peso est en chute libre, les prix explosent, la consommation se réduit au minimum, y compris pour la (...) Lire la suite »

Tentative d’empoisonnement de l’ex présidente d’Argentine Cristina Fernández Kirchner (CubaDebate)

Cubadebate

L'avocat de Cristina Fernández, Carlos Alberto Beraldi, a dénoncé aujourd'hui diverses Illégalités dans la perquisition de 3 logements de l'ex-présidente argentine et a alerté sur la présence de produits toxiques trouvés dans son appartement de Buenos Aires après qu'il a été perquisitionné.

Trois propriétés de l'ex-présidente ont été perquisitionnées la semaine dernière dans le cadre de l'enquête sur de soi-disant pots de vin accordés pour des travaux publics sous le mandat de son mari, feu le Président Néstor Kirchner et sous son mandat à elle. Dans un communiqué diffusé sur la page de Cristina Fernández, l'avocat souligne qu'on l'a empêché de contrôler, en tant qu'avocat de la défense et unique personne présente sur les lieux, la perquisition de l'immeuble de la rue Uruguay, dans le quartier de Recoleta. Il ajoute qu'on a expressément violé les dispositions de la Constitution, la loi qui en découle et ce que le Sénat de la Nation a décidé à propos de cette perquisition en particulier. Toutes ces illégalités ont déjà été dénoncées devant la justice, le Conseil de la Magistrature, le Collège des Avocats et seront communiquées à chacun des chefs de blocs à la Chambre Haute, souligne-t-il. Beraldi a souligné que « dans un événement d'une gravité extraordinaire, » la personne qui fait le ménage au (...) Lire la suite »

Argentine : une étoile s’est éteinte

Christian RODRIGUEZ

Chicha Mariani s'est éteinte cette nuit à l'âge de 94 ans d'un AVC

Fondatrice des grands-mères de la Place de Mai, elle doit être partie poursuivre la recherche de sa petite nièce dans les étoiles. Agée de 3 mois seulement, ce bébé a été dérobé durant la dictature par les militaires. Le meilleur hommage que l'on puisse lui rendre est de continuer la lutte inlassable pour l'identification des milliers d'enfants qui vivent aujourd'hui sans savoir que leurs parents actuels sont ceux qui ont torturé et assassiné leurs parents biologiques. Je salue toutes les mères et grands-mères de la Place de Mai et toutes celles qui dans le monde se battent sans relâche pour savoir où ils sont. ¿Donde están nuestros desaparecidos ? Où sont nos disparus ? ¡La lucha sigue ! La lutte continue ! Merci Chicha Mariani ! Christian RODRIGUEZ Lire la suite »

L’Argentine ouvre de nouveau la porte au FMI qui plongea le pays dans la crise

Jérôme DUVAL

De nouveau, l’Argentine s’adresse au FMI et se soumet à ses conditions. Cela signifie, une fois de plus, l’approfondissement des politiques néolibérales du gouvernement au détriment de la population.

Malgré l’histoire tumultueuse du Fonds monétaire international dans ce pays d’Amérique du Sud, l’Argentine a de nouveau appuyé sur le « bouton FMI ». Il y a dix-sept ans, le FMI avait entraîné l’Argentine dans la plus grande crise de son histoire récente, provoquant la chute de quatre présidents en une semaine. Par la suite, en janvier 2006, l’Argentine claquait la porte du FMI en remboursant jusqu’au dernier dollars sa dette, largement illégitime, envers l’institution de Washington : 9,6 milliards de dollars. Le gouvernement de Mauricio Macri vient de lui rouvrir la porte, laissant s’installer à nouveau une relation servile avec le créancier le plus influent de la planète. Cette fois, l’accord surpasse celui de la Grèce, qui a reçu 30 milliards d’euros de cet organisme en 2010. C’était alors le montant record accordé par l’institution tout au long de son histoire, bien que la somme des « sauvetages » grecs, avec la participation du FMI, soit beaucoup plus élevée. Les observateurs ont ensuite cité (...) Lire la suite »
afficher la suite 0 | 10 | 20 | 30 | 40 | 50 | 60 | 70