Quantcast
RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher


Election présidentielle en Argentine en 2019 : est-ce l’année où la gauche latino-américaine lance une contre-offensive ?

La perspective d’une victoire électorale de la gauche cet automne en Argentine, l’un des pays les plus importants et les plus influents d’Amérique latine, donne un élan significatif aux mouvements de gauche et progressistes dans toute la région. La forte probabilité d’une victoire pour le ticket de gauche d’Alberto Fernandez et Cristina Fernandez de Kirchner soulève également la question suivante : 2019 marquera-t-elle le début d’une contre-offensive de gauche en Amérique latine qui voit la gauche repousser l’offensive de droite américaine qui a mis la " marée rose " sur la défensive pendant les cinq années passées ?

La gauche unie en Argentine a battu la droite aux élections primaires du pays le dimanche 11 août 2019 avec une marge de 15 %, ce qui a eu pour effet d’affaiblir l’aile droite du pays. Ce vote est un indicateur clé de l’opinion publique avant l’importante élection présidentielle qui aura lieu le dimanche 27 octobre. La large alliance de gauche Frente de Todos a vu le candidat à la présidence Alberto Fernandez et sa colistière vice-présidente et l’ancienne présidente argentine Cristina Fernandez de Kirchner gagner avec 47% des voix. Le ticket Fernandez / Kirchner a fait tomber le président sortant Maurico Macri, un néolibéral de droite étroitement lié aux Etats-unis, qui a obtenu seulement 32% des voix.

La bonne performance de la gauche lors des élections primaires en Argentine n’est pas le seul signe d’espoir dans la région. Le président de gauche bolivien Evo Morales, qui se présente à la réélection en octobre, mène actuellement les sondages d’opinion contre ses rivaux, préside une économie en croissance et dirige un gouvernement qui mène des réformes sociales progressistes pour la population.

Les événements de l’année écoulée confirment que la gauche, que ce soit au gouvernement ou dans l’opposition, est au centre des grandes luttes politiques et sociales qui se déroulent dans toute l’Amérique latine. La gauche s’est montrée capable de mobiliser des dizaines de millions de personnes pour s’attaquer aux forces de droite du continent, qui sont soutenues par l’administration américaine de Trump. La résistance résolue de millions de Vénézuéliens cette année contre les tentatives répétées de Trump d’organiser un coup d’Etat militaire pour renverser le gouvernement Maduro a été la plus significative. Dans la plus récente manifestation de résistance, des centaines de milliers de Vénézuéliens se sont joints aux manifestations de ce mois (août 2019) contre les sanctions économiques paralysantes et les nouvelles mesures qui équivalent à un embargo économique que les Etats-unis imposent à leur pays. Dans le même temps, des manifestations massives ont également eu lieu ce mois-ci au Honduras contre le président de droite Juan Orlando Hernandez.

L’opposition croissante au gouvernement d’extrême droite de Bolsonaro au Brésil, où des millions de personnes ont protesté contre ses violentes attaques néolibérales contre la population, a également été d’une grande importance. Bolsonaro, qui a remporté l’élection présidentielle de l’année dernière au Brésil (octobre 2018) n’a remporté sa victoire qu’après que le candidat de l’aile gauche, Lula da Silva, ait été empêché de se présenter. Lula était en tête dans tous les sondages d’opinion avant l’élection et aurait battu Bolsonaro s’il n’avait pas été emprisonné pour de fausses allégations de corruption dans une conspiration impliquant le Département de la Justice des Etats-Unis et la justice brésilienne. Le vide politique créé par cette attaque antidémocratique à gauche a permis à Bolsonaro de remporter la présidence et de tricher sur l’équilibre réel des forces.

Les énormes luttes politiques et sociales qui balayent l’Amérique latine, y compris la perspective que la gauche remporte l’élection présidentielle argentine en octobre, démolissent radicalement les déclarations des médias occidentaux pro-impérialistes qui ont affirmé pendant plusieurs années que la droite latino-américaine était en voie de raser le paysage politique et de faire disparaître de manière irréversible la "marée rose" de la réalité. Il s’agissait d’une caractérisation totalement incorrecte de la situation, reflétant les vœux pieux du commentariat (1) pro-étasunien. En réalité, tant la droite que la gauche en Amérique latine ont des racines sociales très profondes et un soutien massif. L’élection de Macri à la présidence de l’Argentine en 2015 a en effet annoncé l’avancée de la droite latino-américaine qui a infligé une série de revers et de défaites à la gauche dans un certain nombre de grands pays du continent et a annulé nombre des gains impressionnants et progressifs obtenus par la " marée rose " de 1998. Au lendemain de ces défaites, l’équilibre des forces dans la région a favorisé la droite et a permis aux Etats-Unis d’exercer une pression énorme sur les pays d’Amérique latine qui ont encore des gouvernements de gauche, dont le Venezuela, la Bolivie, le Nicaragua, le Mexique et Cuba.

Si 2019 est l’année où la gauche gagne en Argentine, de grandes questions se poseront au nouveau gouvernement. La plus grande question sera de savoir comment résoudre la crise économique que plusieurs années de mesures d’austérité sévères de Macri ont aggravée et comment améliorer le niveau de vie des Argentins dans le contexte d’un ralentissement économique international en cours.

Un gouvernement de gauche en Argentine sera également confronté à la question de l’orientation à prendre dans un monde d’instabilité politique croissante et de polarisation internationale. L’administration américaine de Donald Trump poursuit agressivement une politique " America First " qui exige que les alliés américains se subordonnent aux Etats-Unis, tandis que ceux désignés comme ennemis des Etats-Unis - y compris la gauche latino-américaine, l’Iran et la Chine - font l’objet de menaces, sanctions économiques et autres interventions subversives. L’essor de la Chine, en revanche, offre à la gauche latino-américaine un modèle différent de relations internationales fondées sur une coopération " gagnant-gagnant " et des avantages mutuels. La Chine fournit également à la gauche en Amérique latine et dans le monde l’exemple d’une politique économique qui a réussi à sortir des centaines de millions de personnes de la pauvreté et à maintenir une croissance économique rapide grâce au krach financier international de 2008 et à la décennie de crise économique mondiale qui a suivi.

L’échec du néolibéralisme de Macri en Argentine

La piètre performance de Macri dans les primaires argentines et les perspectives réduites de remporter l’élection présidentielle en octobre sont le résultat de l’échec lamentable de la politique néolibérale de droite de son gouvernement. La présidence de M. Macri confirme que la droite latino-américaine n’a pas de solutions à la crise économique déclenchée depuis le krach financier de 2008 et la chute des prix des matières premières. Il n’a pas réussi à rétablir la croissance économique et a mené des politiques qui ont appauvri la population.

Le gouvernement Macri a mis en œuvre une austérité agressive – réductions des dépenses sociales, réduction des salaires, suppression d’emplois dans le secteur public, privatisation des retraites et des sociétés énergétiques et réductions d’impôts pour les riches. Dans un acte d’humiliation nationale, Macri s’est adressé au FMI pour obtenir un prêt de 50 milliards de dollars, qui a été accordé en juin 2018, puis porté à 57 milliards de dollars, avec des contraintes économiques pour mettre en œuvre de nouvelles mesures d’austérité.

Au cours des douze mois consécutifs d’avril 2018 à avril 2019, l’économie argentine a été en récession. Le taux d’inflation a atteint 55% en 2019, ce qui augmente le coût de la vie et diminue le niveau de vie du peuple argentin.

Un rapport du Centre de recherche et de formation de la République argentine souligne l’impact désastreux des politiques néolibérales de Macri sur la population. Le taux de chômage a atteint 9 % à la fin de 2018, les jeunes femmes étant touchées de manière disproportionnée et le taux de chômage dépassant 20 %. Plus de 35% de la population vit dans la pauvreté et 7,4% sont sans abri.

Les attaques sévères de Macri contre le niveau de vie et son accord avec le FMI se sont heurtés à une forte opposition de la part de la population argentine, y compris de nombreuses protestations et grèves importantes. L’opposition énergique de Fernandez et Kirchner au programme d’austérité de Marci et sa décision d’inviter le FMI en Argentine ont été au centre de la campagne électorale de la gauche lors des élections primaires qui ont précédé le vote présidentiel crucial d’octobre. Comme l’indique le site Web argentin Rocket To The Moon, plus de 100 000 personnes ont assisté au rassemblement préélectoral de la gauche, ce qui témoigne de l’énorme élan et de l’enthousiasme pour le ticket Fernandez / Kirchner.

Alternatives de gauche au néolibéralisme

La victoire électorale de Macri en 2015 s’est déroulée dans un contexte de ralentissement important de l’économie argentine à la suite du krach financier mondial de 2008 et du krach international des prix des matières premières. Avant ce ralentissement économique, le kirchnerisme en Argentine de 2003 à 2015 - aux côtés d’autres gouvernements de gauche en Amérique latine - a mené des politiques de redistribution progressistes qui ont sorti des millions de personnes de la pauvreté et réalisé des gains sociaux impressionnants.

Cependant, la gauche n’a pas profité de cette période de prospérité pour apporter suffisamment de changements économiques pour protéger la croissance en cas de ralentissement mondial. Cette faiblesse de la politique économique a malheureusement miné la capacité de la gauche à défendre et à améliorer le niveau de vie de la population, comme elle l’avait fait durant la période précédente. Cette situation a stimulé l’instabilité politique et a permis à la droite d’avancer sous le prétexte fallacieux d’avoir des solutions à la tourmente économique.

Comme expliqué dans cet article, sur le site Web brésilien Revista Opera, le PIB par habitant de l’Argentine a augmenté de 58% entre 2002 et 2011 –- une moyenne annuelle de 5,2%. Après 2011, toutefois, la croissance du PIB a stagné et, en 2015, le PIB par habitant avait chuté de 3 % par rapport à 2011.

Comme le souligne l’article de Revista Opera, le Kirchernisme a fait passer le montant des investissements fixes de 15,1% du PIB en 2002 à 19,5% du PIB en 2007, mais celui-ci est ensuite retombé à 15,8% du PIB en 2015. L’insuffisance des investissements publics après la crise financière de 2008 et l’effondrement des prix des produits de base ont sapé la capacité de l’Argentine à faire croître son économie en raison de ces énormes difficultés économiques.

Les modèles économiques de la Chine et du Vietnam, avec leur " révolution de la production ", leurs économies en croissance rapide et l’augmentation rapide du niveau de vie moyen ainsi que la réduction spectaculaire de la pauvreté, ont quelques leçons pour toute la gauche, y compris en Amérique latine. Le succès économique de la Chine et du Vietnam a été soutenu par une augmentation soutenue et considérable des investissements fixes et de l’intervention de l’Etat dans l’économie. Le résultat de cette politique d’investissement massif de l’Etat a vu l’économie chinoise croître rapidement au cours des 40 dernières années, permettant à 850 millions de personnes de sortir de la pauvreté pendant cette période. La Chine a maintenu une forte croissance économique à la suite du krach financier de 2008 et de l’effondrement mondial des prix des produits de base. Le Vietnam a suivi avec succès une voie similaire.

Amérique latine, Etats-Unis et Chine

Les Etats-Unis interviennent depuis longtemps en Amérique latine pour promouvoir impitoyablement leurs propres intérêts, qu’il s’agisse de diriger des coups d’Etat militaires, de soutenir des dictatures et de renverser des processus démocratiques, de lancer des guerres économiques ou d’appauvrir des sociétés entières pour ouvrir la voie au changement de régime. L’objectif était de faire de l’Amérique latine l’arrière-cour des Etats-Unis en installant et en soutenant des gouvernements fantoches de droite et en dominant les économies de la région. La " marée rose " de 1998 en Amérique latine a remis en question l’hégémonie américaine dans la région, les gouvernements de gauche étant déterminés à suivre une voie indépendante, à développer leur pays et à relever le niveau de vie de la grande majorité de leurs sociétés, à promouvoir l’intégration régionale et à mener une politique étrangère indépendante des Etat-Unis et fondée sur le concept de coopération et un monde multipolaire.

Les gouvernements étasuniens successifs sont intervenus activement en Amérique latine pour renverser les gouvernements de gauche associés à cette " marée rose ". Parmi la myriade de stratégies que les Etats-Unis ont déployées pour attaquer la gauche, il y a celle de la " législation " – une initiative relativement nouvelle dont Hillary Clinton a parlé en tant que Secrétaire d’Etat américaine en 2009. Le "Lawfare " (2) implique que le ministère américain de la Justice travaille avec les magistrats conservateurs d’élite non élus du continent pour emprisonner des politiciens de gauche de premier plan sous de fausses accusations de corruption afin de tenter de décapiter efficacement la gauche en emprisonnant ses dirigeants.

Le site web Brasil Wire a largement documenté comment cette campagne " légale " américaine a réussi à emprisonner le leader de la gauche brésilienne Lula da Silva, ce qui l’a empêché de se présenter aux élections présidentielles brésiliennes de l’année dernière qu’il aurait gagné. Cristina Kirchner a également été victime d’attaques " légales " conservatrices et a donc pris la décision tactique de dernière minute de se présenter comme vice-présidente plutôt que comme présidente lors de l’élection présidentielle argentine de cette année, son ancien chef de cabinet Alberto Fernandez se présentant comme candidat présidentiel.

Une victoire de gauche à l’élection présidentielle en Argentine constituerait un défi à cette offensive " légale ". Alberto Fernandez a rendu visite à Lula da Silva en prison plus tôt cette année et a déclaré : "Je crois en son innocence et il a le droit d’être libre et de se défendre. C’est une tache sur l’Etat de droit. Je crains que cela ne se produise sur ce continent. Comme je suis un homme attaché à l’état de droit, je serai aux côtés de Lula aussi longtemps que nécessaire."

Un gouvernement de gauche en Argentine serait sans aucun doute confronté à une administration américaine hostile. Comme le note Ricardo Aronskind sur le site Rocket To The Moon, "la façon d’agir en politique et en économie internationale – avec des amis et des ennemis - est de menacer violemment, puis d’obtenir un accord favorable, aux dépens des autres".

La puissance économique croissante de la Chine offre à l’Amérique latine un modèle différent de relations internationales, fondé sur le respect du droit des autres pays à déterminer leurs propres affaires et sur une coopération " gagnant-gagnant ". La Chine est aujourd’hui le troisième partenaire commercial de l’Argentine dans le monde. Depuis 2005, les banques chinoises ont prêté 17 milliards de dollars au gouvernement argentin pour financer des projets d’énergie et d’infrastructure, dont la plupart ont été approuvés par les gouvernements des anciens présidents Nestor et Cristina Fernandez de Kirchner. Ils n’ont pas été abandonnés par Macri.

Une récente enquête menée par Argentina Project et Poliarquia a révélé que 76% des Argentins ont une opinion positive de la Chine et que 54% donneraient la priorité aux relations avec Pékin plutôt qu’à Washington s’ils étaient obligés de choisir. 80 % voient d’un bon œil les investissements chinois en Argentine, un contraste frappant avec l’hostilité de la population à l’égard du FMI.

2019 s’est déjà transformée en une année de grandes luttes sociales et politiques en Amérique latine, la gauche mobilisant des millions de personnes pour résister à la fois à l’assaut néolibéral des gouvernements de droite dans la région et aux attaques économiques agressives de Trump contre les gouvernements de gauche et à ses tentatives de changement de régime. 2019 pourrait aussi être l’année où la gauche fera une percée électorale significative en Argentine, ce qui pourrait faire basculer l’équilibre régional des forces en faveur d’une contre-offensive de gauche contre la droite et les Etats-Unis. Cela renforcerait certainement l’élan des luttes croissantes que mène la gauche à travers le continent.

Traduction Bernard Tornare

Source en anglais : https://eyesonlatinamerica.com/2019/08/16/argentinas-presidential-elec...

Fiona Edwards est une écrivaine et rédactrice en chef de Eyes of Latin America. Elle est également membre du comité exécutif de l’organisation politique britannique Venezuela Solidarity Campaign. Elle partage ici ses réflexions sur les raisons pour lesquelles le Venezuela est à l’ordre du jour.

Ndt :

(1) Groupe de personnes qui écrivent régulièrement sur des sujets d’ actualité ou en parlent à la télévision.

(2) Lawfare est une forme de guerre consistant à utiliser le système juridique contre un ennemi.

»» http://b-tornare.overblog.com/2019/08/election-presidentielle-en-argen...
URL de cet article 35169
   
L’Avatar du journaliste - Michel Diard
Michel Diard
Que restera-t-il du quinquennat de Nicolas Sarkozy, le président omniprésent dans tous les médias ? Cet ouvrage dresse un inventaire sans concession des faits et méfaits de celui qui se présentait comme l’ami de tous les patrons de presse et a fini par nommer les présidents des chaînes de l’audiovisuel public. Le "sarkozysme" a largement reposé sur un système de communication proche de la propagande, digne des régimes les plus autocratiques, à la limite de l’autoritarisme. Le système Sarkozy, même s’il (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

« L’utopie est ce qui n’a pas encore été essayé. »

Theodore Monod


Revolucionarios : "On ne nait pas révolutionnaire... on le devient."
Chères lectrices, cher lecteurs du Grand Soir Nous vous proposons à la diffusion un documentaire intitulé « Revolucionarios ». Durée 57 Min – Version VOSTFR. Ce film, le premier d’une série, c’est la révolution cubaine racontée par celles et ceux, souvent anonymes, qui y ont participé d’une manière ou d’une autre. Des témoignages qui permettront de comprendre la réalité de ce que vivait le peuple cubain avant l’insurrection, de découvrir les raisons de cet engagement dans la lutte et de voir comment chacun (...)
20 
Le fascisme reviendra sous couvert d’antifascisme - ou de Charlie Hebdo, ça dépend.
Le 8 août 2012, nous avons eu la surprise de découvrir dans Charlie Hebdo, sous la signature d’un de ses journalistes réguliers traitant de l’international, un article signalé en « une » sous le titre « Cette extrême droite qui soutient Damas », dans lequel (page 11) Le Grand Soir et deux de ses administrateurs sont qualifiés de « bruns » et « rouges bruns ». Pour qui connaît l’histoire des sinistres SA hitlériennes (« les chemises brunes »), c’est une accusation de nazisme et d’antisémitisme qui est ainsi (...)
120 
Ces villes gérées par l’extrême-droite.
(L’article est suivi d’un « Complément » : « Le FN et les droits des travailleurs » avec une belle photo du beau château des Le Pen). LGS Des électeurs : « On va voter Front National. Ce sont les seuls qu’on n’a jamais essayés ». Faux ! Sans aller chercher dans un passé lointain, voyons comment le FN a géré les villes que les électeurs français lui ont confiées ces dernières années pour en faire ce qu’il appelait fièrement « des laboratoires du FN ». Arrêtons-nous à ce qu’il advint à Vitrolles, (...)
30 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.