RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher

Bolivie : l’essor de la Chine, une inspiration dans la lutte contre la pauvreté et l’indignité imposées par les États-Unis

La détermination de l’impérialisme étasunien à dominer le monde entier plonge l’humanité dans une nouvelle guerre froide dangereuse. La classe dirigeante des EU est absolument prête à tout pour arrêter l’essor de la Chine et intensifie actuellement son agression sur de nombreux fronts pour atteindre cet objectif – de de la guerre économique à l’encerclement militaire de la Chine. Si les États-Unis réussissaient dans leur guerre froide, les conséquences seraient vraiment désastreuses, non seulement pour le peuple chinois, mais pour l’humanité tout entière.

Cette réalité est largement comprise par la gauche en Amérique latine où la différence entre la manière dont les États-Unis et la Chine interagissent avec les pays d’Amérique latine est évidente et profonde, la première étant basée sur des relations de domination et de subordination et la seconde sur des relations de coopération et d’intérêt mutuel.

Les États-Unis interviennent depuis longtemps en Amérique latine pour promouvoir impitoyablement leurs propres intérêts, qu’il s’agisse de parrainer des coups d’État militaires, de soutenir des dictatures et de subvertir le processus démocratique, ou de lancer une guerre économique dans le but d’appauvrir des sociétés entières afin d’ouvrir la voie à un changement de régime. Les États-Unis considèrent l’Amérique latine comme leur "arrière-cour" et continuent de s’opposer violemment à tous les mouvements du continent qui luttent pour l’indépendance, la souveraineté et le développement national.

La Chine propose à l’Amérique latine un modèle différent de relations internationales, basé sur le respect du droit des autres pays à déterminer leurs propres affaires et sur une coopération "gagnant-gagnant". Alors que la politique étrangère des EU consiste à subordonner l’ensemble de l’humanité aux intérêts de leur classe dirigeante, la doctrine de la politique étrangère chinoise consiste à construire un "avenir commun pour l’humanité" fondé sur la coopération et le multilatéralisme.

 

Cette grande différence entre les doctrines de politique étrangère des États-Unis et de la Chine à l’égard de l’Amérique latine a été expliquée de façon très claire par le journaliste bolivien Ollie Vargas dans son discours remarquable prononcé le 26 septembre 2020 lors du Forum international pour la paix organisé par la campagne internationale "Non à la guerre froide", que nous vous présentons ci-dessous.

Selon les déclarations de Vargas :

"Je pense que nous avons beaucoup à apprendre de la façon dont la Chine interagit avec le monde dans des conditions pacifiques, en cherchant des partenaires égaux, en recherchant la coopération plutôt que la domination, plutôt que la dépendance. La Chine est une source d’inspiration pour des pays comme la Bolivie, une source d’inspiration pour sortir d’une situation de pauvreté indigne et de dépendance coloniale".

Que la gauche soit neutre face à la guerre froide des États-Unis contre la Chine, qu’elle présente les États-Unis et la Chine comme deux maux jumeaux et adopte donc le slogan "ni Washington ni Pékin" est totalement absurde et n’a aucun rapport avec la réalité. Ce sont les États-Unis, et non la Chine, qui représentent une menace pour l’humanité tout entière.

* * *

Discours d’Ollie Vargas au Forum international pour la paix de No Cold War, le 26 septembre 2020

C’est une question qui touche l’humanité tout entière. Elle touche des pays comme la Bolivie, comme le Venezuela, comme Cuba.

La Bolivie est le dernier pays à avoir subi l’intervention des EU, à avoir quitté la voie de la souveraineté et du développement national et à avoir adopté le modèle étasunien de destruction du marché libre et de dépendance coloniale. Ce qui s’est passé en Bolivie est ce que les États-Unis veulent imposer en Chine, à Cuba et dans les pays qui ont résisté avec succès à leur impérialisme pendant tant d’années.

Que s’est-il passé en Bolivie ? Nous avons vu la majorité indigène, la majorité ouvrière du pays maintenant exclue du pouvoir alors qu’elle pouvait autrefois participer à la gouvernance politique du pays. Elles sont aujourd’hui exclues, discriminées sur la base de leur race, de leur culture.

Dans l’économie, les effets ont été encore plus désastreux. Après seulement quelques mois de réformes néolibérales : la paralysie des projets de développement menés par l’État sous Evo Morales ; la privatisation des industries d’État qui ont été nationalisées par Evo Morales ; et la destruction des niveaux de dépenses publiques et sociales qui ont été possibles grâce au développement socialiste dont la Bolivie a bénéficié au cours des 14 dernières années. Tout cela a été détruit. Le chômage a maintenant triplé, la pauvreté a atteint les niveaux qu’elle avait il y a 15 ou 20 ans, lorsque la Bolivie était le pays le plus pauvre de la région.

La Bolivie est retournée sur le chemin de la dépendance, en assumant son rôle dans une division mondiale du travail dans laquelle le pays exporte des matières premières sans aucun moyen de soulager la pauvreté dont il souffre.

La Chine est une source d’inspiration pour les pays d’Amérique latine et du Sud. La Chine est un pays qui a refusé d’accepter son destin de pays colonisé. La Chine est un pays qui a subi un siècle d’humiliation, un pays dont les grandes villes ont été divisées entre de nombreuses puissances coloniales pendant de nombreuses années.

Que se passe-t-il désormais en Chine ? La Chine a refusé d’accepter cette position et a pris le chemin du développement national en utilisant l’État comme moteur pour construire les forces productives du pays et en sortant les gens de l’indignité, de la pauvreté, en leur donnant les outils nécessaires pour vivre une vie humaine avec Internet, l’électricité, l’eau courante, des maisons qui ne s’effondrent pas quand il pleut. Et c’est la voie que des pays comme la Bolivie ont également empruntée pendant 14 ans – en commençant à se développer et qui a été détruite depuis.

Le modèle chinois est une source d’inspiration pour les pays du monde entier. Il est important de rappeler que la Chine n’est pas un pays qui cherche à imposer son modèle dans le monde entier ; elle ne cherche pas à envahir des pays, à promouvoir des coups d’État, à installer des marionnettes dans le monde entier. Ici, en Amérique latine, la Chine entretient des relations extrêmement étroites avec le Venezuela et la Colombie, deux pays aux idéologies officielles totalement différentes et divergentes. Mais la Chine a toujours des relations commerciales dans ces deux pays. La Chine avait des relations commerciales avec le gouvernement néo-libéral de droite argentin de Mauricio Macri et, ici en Bolivie, avec le gouvernement d’Evo Morales. La Chine ne cherche pas à imposer son mode de vie, sa culture, son modèle économique à ceux avec qui elle interagit.

Même si le modèle chinois n’est pas quelque chose qui s’exporte, c’est quelque chose que nous devons étudier parce que c’est le modèle qui peut apporter la paix dans le monde. Si les États-Unis s’engageaient avec le monde, s’ils cherchaient des partenaires pour le développement, s’ils cherchaient à travailler avec des pays sur un pied d’égalité, alors le monde serait bien plus pacifique. S’ils faisaient comme la Chine, en coopérant avec les pays pour un bénéfice économique mutuel, pour un développement économique mutuel, alors le monde connaîtrait la prospérité, le monde connaîtrait la paix.

Ici, en Bolivie, la Chine a participé à un certain nombre de projets de développement de l’État qui ont apporté d’énormes avantages au peuple bolivien. La connexion internet avec laquelle je parle en ce moment est due à la coopération entre la Bolivie et la Chine sous le gouvernement d’Evo Morales. Avant Evo Morales, la Bolivie avait un modèle néolibéral qui créait de la pauvreté et le pays n’avait pratiquement aucune connectivité. Les habitants des zones rurales et des quartiers populaires de la ville n’avaient pas de signal téléphonique ni de connexion Internet. Et que s’est-il passé quand Evo Morales a pris le pouvoir ? Il a travaillé avec la Chine pour construire un satellite, appelé le satellite Tupac Katari, du nom d’un leader indigène qui a combattu l’Empire espagnol ici en Bolivie. La Bolivie est un petit pays, qui n’a pas les compétences nécessaires pour lancer une fusée dans l’espace. Il a donc travaillé avec la Chine pour lancer le satellite qui fournit maintenant un signal Internet et téléphonique à tous les coins du pays, de l’Amazonie aux Andes, et ici dans les quartiers populaires des grandes villes.

Nous pouvons apprendre beaucoup de cet exemple de coopération, car bien que la Chine ait apporté le savoir-faire et une grande partie de l’investissement, elle n’a pas cherché à s’approprier le produit final. Ce satellite appartient à la Bolivie, il appartient au peuple bolivien et la Chine s’est engagée dans ce projet en tant que partenaire, sur un pied d’égalité pour un bénéfice économique mutuel.

Est-ce le modèle adopté par les États-Unis ? Non, ce n’est pas le cas. Les États-Unis cherchent à s’approprier les ressources naturelles du pays, à s’approprier le gouvernement d’un pays et ce modèle mènera toujours à la guerre parce qu’il passe outre le droit à l’autodétermination du peuple. Ainsi, partout où le peuple demande à se gouverner, à réclamer l’indépendance et la souveraineté nationales, il se heurte toujours au modèle qui cherche à l’écraser.

Je pense que nous avons beaucoup à apprendre de la façon dont la Chine interagit avec le monde en termes pacifiques, en cherchant des partenaires égaux, en recherchant la coopération plutôt que la domination, plutôt que la dépendance.

La Chine est une source d’inspiration pour des pays comme la Bolivie, une source d’inspiration pour sortir d’une situation de pauvreté indigne et de dépendance coloniale. Nous avons beaucoup à apprendre.

Traduction Bernard TORNARE

Source en anglais

Titre original : China’s rise : an inspiration for Bolivia in the fight against US-imposed poverty and indignity

Fiona Edwards est rédactrice du site Web Eyes on Latin America

»» http://b-tornare.overblog.com/2020/10/bolivie-l-essor-de-la-chine-une-...
URL de cet article 36567
  

Même Thème
Les Chinois sont des hommes comme les autres
Maxime VIVAS
Zheng Ruolin (Ruolin est le prénom) publie chez Denoël un livre délicieux et malicieux : « Les Chinois sont des hommes comme les autres ». L’auteur vit en France depuis une vingtaine d’années. Son père, récemment décédé, était un intellectuel Chinois célèbre dans son pays et un traducteur d’auteurs français (dont Balzac). Il avait subi la rigueur de la terrible époque de la Révolution culturelle à l’époque de Mao. Voici ce que dit le quatrième de couverture du livre de ZhengRuolin : « La Chine se (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

Si le climat avait été une banque, ils l’auraient déjà sauvé.

Hugo Chavez
Président du Vénézuela, au somment de Copenhague, Déc. 2009
en citant un slogan lu dans les rues de la ville.

Le DECODEX Alternatif (méfiez-vous des imitations)
(mise à jour le 19/02/2017) Le Grand Soir, toujours à l’écoute de ses lecteurs (réguliers, occasionnels ou accidentels) vous offre le DECODEX ALTERNATIF, un vrai DECODEX rédigé par de vrais gens dotés d’une véritable expérience. Ces analyses ne sont basées ni sur une vague impression après un survol rapide, ni sur un coup de fil à « Conspiracywatch », mais sur l’expérience de militants/bénévoles chevronnés de « l’information alternative ». Contrairement à d’autres DECODEX de bas de gamme qui circulent sur le (...)
103 
Comment Cuba révèle toute la médiocrité de l’Occident
Il y a des sujets qui sont aux journalistes ce que les récifs sont aux marins : à éviter. Une fois repérés et cartographiés, les routes de l’information les contourneront systématiquement et sans se poser de questions. Et si d’aventure un voyageur imprudent se décidait à entrer dans une de ces zones en ignorant les panneaux avec des têtes de mort, et en revenait indemne, on dira qu’il a simplement eu de la chance ou qu’il est fou - ou les deux à la fois. Pour ce voyageur-là, il n’y aura pas de défilé (...)
43 
Hier, j’ai surpris France Télécom semant des graines de suicide.
Didier Lombard, ex-PDG de FT, a été mis en examen pour harcèlement moral dans l’enquête sur la vague de suicides dans son entreprise. C’est le moment de republier sur le sujet un article du Grand Soir datant de 2009 et toujours d’actualité. Les suicides à France Télécom ne sont pas une mode qui déferle, mais une éclosion de graines empoisonnées, semées depuis des décennies. Dans les années 80/90, j’étais ergonome dans une grande direction de France Télécom délocalisée de Paris à Blagnac, près de Toulouse. (...)
69 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.