RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher
Thème : Chine
Mars 1959 au Tibet : fuite du dalaï-lama, renaissance d’un peuple en voie d’extermination

Tibet, Paradis perdu ou Enfer démasqué ?

André LACROIX

En 2011, au retour d’un voyage au Tibet en compagnie de deux grands reporters, Renaud Girard du Figaro et Rémy Ourdan du Monde, j’ai écrit le livre (« Dalaï lama pas si zen » Ed. Max Milo) qui allait à contre-courant d’une imagerie d’Epinal sur un Tibet paradisiaque. Je disais que cette région chinoise était un enfer esclavagiste, obscurantiste, génocidaire sous la férule de théocrates incultes et que la fuite du 14ème dalaï lama avait permis la libération d’un peuple en voie d’extermination ( Voir ci-après : de 10 à 12 millions dans les siècles passés, la population était tombée à guère plus d’un million, avec une espérance de vie de l’ordre de 35 ans et un nombre croissant de mâles exclus de la procréation par la religion).
Le livre d’Albert Ettinger recensé ici par André Lacroix corrobore mon récit et l’augmente de révélations sur l’esclavage sexuel en vigueur au temps heureux du « Free Tibet ».
Maxime Vivas

Les mystères ou les hasards de l’édition ont voulu que le premier volume du magistral ouvrage d’Albert Ettinger paraisse en français sous le titre « Tibet, Paradis perdu ? » quelques mois … après le deuxième volume intitulé « Batailles tibétaines ». Dans ce deuxième volume, déjà recensé (1), Albert Ettinger dressait un tableau impressionnant des différentes facettes de la dimension géopolitique actuelle de la problématique tibétaine. Et voilà maintenant que sont révélées sans fard les caractéristiques de l’ancienne société tibétaine, renversée en 1959 (2). Ceux qui ont déjà lu « Batailles tibétaines » liront « Tibet, Paradis perdu ? » avec autant d’intérêt que s’il s’agissait d’un prequel (3) d’une œuvre romanesque ou cinématographique, même si, bien sûr, il ne s’agit pas ici de fiction mais de réalité historique, authentifiée par de multiples témoignages. Des sources multiples et bien exploitées Comme "Batailles tibétaines", "Tibet, Paradis perdu ?" se compose d’une trentaine de chapitres courts au titre évocateur, (...) Lire la suite »

La cause ouïghoure, coqueluche de l’Occident

Bruno GUIGUE
Reprise en boucle par les médias occidentaux, l’accusation portée contre la Chine s’est répandue comme une traînée de poudre : dans sa province stratégique du Xinjiang, Pékin aurait « emprisonné un million de Ouïghours dans des camps d’internement et contraint deux millions d’entre eux à suivre des cours de rééducation ». Les Ouïghours sont l’une des 54 nationalités minoritaires reconnues par la Constitution de la République populaire de Chine. Située à l’extrémité occidentale de la Chine, la Région autonome ouïghoure du Xinjiang a une population composite de 24 millions d’habitants, dont 46% de Ouïghours et 39% de Han. Si les allégations de la presse occidentale sont exactes, la population ouïghoure, qui est estimée à 10 millions de personnes, aurait donc subi un monstrueux coup de filet ! Pour interner un million de personnes, en effet, il faudrait capturer pratiquement la moitié de la population adulte masculine de cette malheureuse ethnie. Curieusement, aucun témoignage ne mentionne cette disparition massive (...) Lire la suite »

Discours du ministre chinois des Affaires étrangères Wang Yi à l’occasion de la célébration du 55e anniversaire de l’établissement des relations sino-françaises

Wang YI

Le 24 janvier 2019, le conseiller d’État chinois et ministre des Affaires étrangères Wang Yi (photo) et le ministre français des Affaires étrangères Jean-Yves Le Drian ont participé à la cérémonie de lancement des activités célébrant le 55e anniversaire de l’établissement des relations diplomatiques sino-françaises.

Discours du ministre chinois des Affaires étrangères Wang Yi. Tout d’abord, au nom du gouvernement chinois, je tiens à exprimer mes chaleureuses félicitations à l’occasion du 55e anniversaire de l’établissement des relations diplomatiques entre la Chine et la France. Je remercie sincèrement les amis de tous horizons qui se sont engagés avec ténacité à promouvoir l’amitié et la coopération entre les deux pays depuis 55 ans ! Il y a cinq ans, le président Xi Jinping a prononcé un éminent discours à la cérémonie en commémoration du cinquantenaire de l’établissement des relations diplomatiques sino-françaises. Plaçant les faits dans une perspective historique large, il a résumé en quatre points l’esprit de ces relations : indépendance et autonomie, compréhension mutuelle, regard visionnaire et profit partagé. Ce résumé illustre parfaitement le glorieux parcours qu’ont suivi les relations sino-françaises depuis plusieurs décennies. C’est précisément parce que les deux pays appliquent une politique étrangère (...) Lire la suite »
Devenue « l’usine du monde », La Chine est le pays le plus exposé à la pollution industrielle.

Le modèle chinois devrait inspirer tous les défenseurs du climat !

Guillaume SUING

Le gouvernement français ne parvient pas encore à opposer, pour les diviser, le mouvement populaire des gilets jaunes aux revendications sociales et les militants « pro-climats » cherchant à imposer aux politiques des mesures anti-pollution sérieuses (mesures qui avaient pourtant servi de prétexte aux surtaxes des carburants à l’origine du mouvement des gilets jaunes !).

Il y a d’ailleurs sur le terrain, des fraternisations entre ces deux mouvements aux revendications différenciées mais peut être pas si contradictoires. Les pancartes sont parfois assez claires sur cette tendance commune anticapitaliste : « Changeons le système, pas le climat », « Fin du monde, fin du mois : même combat ! ». S’il faut prendre ces slogans à la lettre, la lutte contre la pollution se doit, pour être scientifiquement et politiquement sérieuse, de proposer un contre modèle opérationnel, des revendications claires. Il y a trop d’idéalisme et de romantisme, trop peu de pragmatisme et de tactique dans les manifestations actuelles contre la pollution atmosphérique. Disons-le clairement : le seul modèle apte à stopper la pollution et restaurer un environnement pour l’homme qui soit durable n’est certainement pas la décroissance (ignoble injonction petite bourgeoise lancée aux peuples du sud et aux prolétariats occidentaux pour qu’ils « consomment » moins encore) ou le malthusianisme « (...) Lire la suite »
48 
Interview de Javier Gimeno, président de la Chambre de Commerce et d’Industrie Française en Chine

Les relations économiques France-Chine

Javier Gimeno

Observateur et acteur averti de la vie économique chinoise et française depuis de nombreuses années, Javier Gimeno nous livre son analyse sur le nouveau modèle économique chinois et ses implications pour la France et le monde.

Comment a évolué l’environnement commercial en Chine depuis 1964 ? Pour une large majorité de la communauté d’affaires française en Chine, les relations diplomatiques entre la France et la Chine sont solides, fluides et fructueuses. Notre conviction est aussi qu’elles se sont enrichies progressivement depuis leur rétablissement en 1964, et ont fait de nos deux pays des grands et loyaux partenaires. En revanche, je dirais que, pour ces entreprises et leur mode de relation avec l’État chinois, les changements principaux observés depuis ces dernières années sont en essence deux : d’une part, l’amélioration de la situation en termes de gouvernance. De l’autre, l’accélération de quelques réformes que nous jugeons fondamentales, telles que la réduction des surcapacités industrielles, le renforcement du système financier, l’intensification de la démarche environnementale, et enfin la transformation du modèle économique chinois avec un rôle de plus en plus crucial de la technologie, de l’innovation et du digital. (...) Lire la suite »

Les Allemands découvrent que leur modèle a fait faillite

Pasquale CICALESE

On parle beaucoup dans toute l’Europe du document préparé par le Ministre de l’Economie allemand Peter Altmaier – "Plan Industrie 2030" – parce qu’il prévoit l’intervention de l’Etat dans l’économie, aussi bien comme "rempart" pour défendre les champions nationaux contre des escalades hostiles (on pense aux Chinois, mais pas seulement), que pour impulser un saut technologique dans les grandes et moyennes industries allemandes.

Il est question en particulier de former une sorte de "nouvelle IRI" [Institut pour la Reconstruction de l'Industrie, établissement public italien aux multiples branches, dont Italsider pour la sidérurgie ou Fincantieri pour les chantiers navals, liquidé en 2000 par le "centre gauche" de Renzi, ndt] pour contrer des colosses tels que Deutsche Bank, Bosch ou encore Daimler. Dans son document, Altmaier parle d'investissements publics dans les secteurs de l'intelligence artificielle, dans les plates-formes de connexion électroniques, dans les biotechnologies, dans le guidage autonome et dans l'aérospatiale. Tous secteurs dominés par des colosses étasuniens et chinois. Il estime en outre que, d'ici 2030, l'apport de l'industrie au PIB devrait passer de 22 à 25% en Allemagne, et de 16 à 20% en Europe, considérant la désindustrialisation de nombreuses régions européennes comme une grave erreur, à laquelle il faut remédier. Idées bien surprenantes de la part d'un tel auteur, pourrait-on dire. Le (...) Lire la suite »
Les Chinois regardent loin devant tandis que nous subissons la dictature du court terme.

La Chine sans œillères

Bruno GUIGUE

A entendre l’avalanche de mensonges déversée sur ce grand pays par les médias occidentaux, on finit par se poser la question : peut-on encore considérer la Chine sans œillères ni préjugés, sans concession ni malveillance, en la regardant telle qu’elle est et non telle qu’on voudrait qu’elle fût ?

Dès qu’ils daignent en parler, nos médias la décrivent en des termes qui oscillent toujours entre la crainte et le mépris. Assoiffée de richesses, jetant ses tentacules sur la planète, trompant son monde en affichant un pacifisme de façade, d’une brutalité sourde qu’on soupçonne, prête à exploser, derrière les faux-semblants d’un discours lénifiant, la Chine serait comme l’ogre de la fable qui finira, un beau matin, par manger les petits enfants. L’imagerie coloniale la représentait au XIXème siècle sous les traits d’une cruauté raffinée, mais ce raffinement n’est plus de mise. A croire nos éditorialistes et nos experts, la Chine nouvelle n’enrobe plus ses appétits voraces de ces raffinements surannés. Ce qu’elle veut, c’est « dominer le monde », tout simplement. Appelée à devenir la première puissance économique mondiale, elle réclame sa part d’hégémonie planétaire, elle revendique la première place sur le podium. Mais elle veut surtout, nous dit-on, imposer son modèle, promouvoir ses valeurs, s’ériger en exemple (...) Lire la suite »

Faire encore le procès de la Chine ou expliquer ce qui se passe

Guy ROY
On parle régulièrement du Canada et des États-Unis comme des États de droit, comme des pays où la justice est indépendante, où les pouvoirs sont séparés, ... Mais on dit de la Chine que c'est un pays où « il n'y a pas de hasard », où l'on téléphone aux juges, où les lois sont incompatibles avec les droits humains fondamentaux, ... Tout ça me fait bien rigoler. Car l'hostilité dans le cas qui nous occupe vient bien des États-Unis. Et je ne le dis pas par penchant aveugle pour la Chine. Le socialisme, dont se réclame la Chine, a dernièrement été critiqué très durement par Trump à l'ONU. Et tous les néolibéraux de ce monde sont derrière lui pour dénoncer l'arbitraire des communistes chinois. Allons donc plus loin. La fonction présidentielle aux États-Unis est au sommet du pouvoir de l'État. Cependant, Trump n'a pas à appeler quiconque à la CIA pour que la centrale fasse enquête et accuse une bourgeoise chinoise de déroger aux lois du pays. Cette institution étasunienne a pour rôle de défendre ce qu'elle croit être (...) Lire la suite »

Arrestation de la Directrice financière de Huawei : coup de froid sur l’optimisme (Global Times )

Mei Xinyu
Sans aucune preuve tangible, les gouvernements canadien et américain ont piétiné le droit international en "kidnappant" la citoyenne chinoise Meng Wanzhou, Directrice financière de Huawei. Le gouvernement américain demanderait l'extradition de Meng du Canada, citant une accusation de " violation des sanctions contre l'Iran ", qui est fondée sur le droit interne américain. Cette loi n'a aucune juridiction sur les citoyens et les institutions chinoises. La nouvelle a provoqué une onde de choc au sein de la communauté internationale et sur les marchés mondiaux. Il est urgent de demander la libération de Meng par la voie diplomatique. Entre-temps, la première priorité de la Chine est de stabiliser les marchés financiers - le marché boursier, le marché des changes et le marché des produits de base - car les marchés financiers peuvent réagir rapidement de façon excessive à un événement majeur. Il y a quelques jours, les marchés financiers chinois et mondiaux se sont redressés dans un climat d'optimisme (...) Lire la suite »

Derrière l’attaque des Etats-Unis contre les smartphones chinois (Il Manifesto)

Manlio DINUCCI
Après avoir imposé de lourdes taxes sur des marchandises chinoises pour 250 milliards de dollars, le président Trump au G-20 a accepté une “trêve” en reportant d’ultérieures mesures, surtout parce que l’économie des Etats-Unis est frappée par la rétorsion chinoise. Mais outre les raisons commerciales il y a les stratégiques. Sous pression du Pentagone et des agences d’intelligence (renseignement), les Etats-Unis ont interdit les smartphones et les infrastructures de télécommunications de la société chinoise Huawei, en les accusant de pouvoir être utilisés pour espionner, et font pression sur leurs alliés pour qu’ils en fassent autant. L’avertissement, surtout envers l’Italie, l’Allemagne et le Japon, pays ayant les plus importantes bases militaires US, concernant le danger d’espionnage chinois est venu de ces mêmes agences étasuniennes de renseignement qui ont espionné pendant des années les communications téléphoniques de leurs alliés, en particulier en Allemagne et Italie. La société étasunienne Apple, à (...) Lire la suite »
afficher la suite 0 | 10 | 20 | 30 | 40 | 50 | 60 | 70 | 80 | ... | 200