Quantcast
RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher


Le banquier éborgneur et le mythe de la baisse du chômage

Le chômage augmente pratiquement partout en Europe, sauf en France où il est baisse. Puisque c’est BFM-TV qui le dit…

Dans les années 80, Margaret Thatcher, mère spirituelle du banquier éborgneur, avait modifié 14 fois les méthodes de comptage des chômeurs. Son émule s’en inspire. Les statistiques sur le chômage proviennent de Pôle Emploi. Elle sont plutôt fiables. Mais si les indemnités sont de plus en plus difficile à toucher, le nombre de chômeurs diminuent, sans parler de ceux qui perdent leur statut de chômeur. Selon l’UNEDIC (Le Monde du 6 juillet 2019) plus d’un million de personnes pourraient être dans ce cas. Et on jettera un voile pudique sur le déclassement des travailleurs ou sur l’obligation d’accepter des emplois à mi-temps.

Dans la société du banquier éborgneur, les victimes sont responsables de leur malheur. Les chômeurs ne savent pas s’adapter au manque de créations d’emplois. De même, les consommateurs sont responsables du réchauffement climatique car ils ne trient pas suffisamment bien leurs poubelles. Qu’il y ait des dizaines de millions de camions 36 tonnes sur toutes les routes du monde est une peccadille. Qu’en France on consomme en février des haricots verts du Kénya lavés en Bulgarie et conditionnés en Allemagne répond à une vraie logique systémique.

Le plus troublant dans cette affaire, c’est que l’INSEE ne donne pas les mêmes statistiques que Pôle Emploi. Le fait que son directeur soit sarkozyste et que la CFDT apprécie la rigueur de ce haut fonctionnaire ne devrait en aucun cas biaiser notre jugement. Bref, le banquier éborgneur adore les analyses de l’INSEE qui démontrent que, contrairement à celles de Pôle Emploi, le chômage recule, donc que la politique mise en place doit être continuée et renforcée. Comme dans la grande distribution (Conforama, Carrefour et autres) ou encore les industries de pointe (General Electric) où on licencie à tour de bras. Ce qui crée de l’emploi, naturellement.

Une des techniques de bidouillage de l’INSEE consiste à dire que de nombreux chômeurs inscrits à Pôle Emploi sont des faux chômeurs. Vous savez, ces miséreux qui vivent aux crochets de la société… Est-ce que ces parasites sont responsables du fait que la croissance en France est actuellement poussive (entre 1,3 et 1,7% selon les sources) et qu’il faut au moins entre 2,5 à 3% de croissance pour résorber le chômage ?

Il y a en France de très nombreuses personnes durablement inemployables : des immigrés qui arrivent sans qualification, mais aussi des Français « de souche » qui ont été déscolarisés trop vite. Cette masse de jeunes Français qui ont décroché du système scolaire et ne peuvent se raccrocher à un quelconque emploi a doublé de volume en une génération. La robotisation tue des emplois peu qualifiés. Les emplois détruits n’induisent pas forcément, bien au contraire, une réorientation des travailleurs licenciés vers d’autres domaines d’activité. Et puis il faut prendre en compte une certaine logique de la productivité qui vise non pas à la création d’emplois mais à réduire les coûts du travail et la destruction d’emplois.

Le gouvernement du banquier éborgneur a par ailleurs décidé de durcir les conditions d’accès aux indemnités en allongeant la durée des cotisations et en abaissant les indemnités pour les plus hauts salaires. Il faudra avoir travaillé 6 mois durant les 24 derniers mois et non plus 4 mois durant les derniers 28 mois pour toucher des allocations. Pour justifier cette entourloupe, la ministre Pénicaud a osé prétendre que « si on ne fait pas des économies maintenant, dans dix ans on n’aura plus de quoi indemniser les chômeurs. » Autrement dit, les chômeurs d’aujourd’hui, qui risquent d’être pour beaucoup les chômeurs de demain, ne doivent plus être correctement indemnisés. Bizarrement, l’UNEDIC ne l’entend pas de cette oreille. Pour elle, si les règles demeurent les mêmes, l’assurance chômage sera à l’équilibre en 2020 et excédentaire d’un milliard d’euros en 2021.

Mais l’objectif du caudillisme financier est de rabaisser, d’humilier, de pousser au bord du précipice des millions de gens. De les tailler jusqu’à l’os. C’est largement commencé.

URL de cet article 35168
   
Même Thème
Histoire de ta bêtise
François Bégaudeau
PREFACE D’abord comme il se doit j’ai pensé à ma gueule. Quand en novembre les Gilets jaunes sont apparus pile au moment où Histoire de ta bêtise venait de partir à l’imprimerie, j’ai d’abord craint pour le livre. J’ai croisé deux fois les doigts : une première fois pour que ce mouvement capote vite et ne change rien à la carte politique que le livre parcourt ; une second fois pour que, tant qu’à durer, il n’aille pas jusqu’à dégager Macron et sa garde macronienne. Pas avant le 23 janvier 2019, date de (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

Je définirais la mondialisation comme la liberté pour mon groupe d’investir où il veut, le temps qu’il veut, pour produire ce qu’il veut, en s’approvisionnant et en vendant où il veut, et en ayant à supporter le moins de contraintes possibles en matière de droit du travail et de conventions sociales.

P.Barnevick, ancien président de la multinationale ABB.


Ces villes gérées par l’extrême-droite.
(L’article est suivi d’un « Complément » : « Le FN et les droits des travailleurs » avec une belle photo du beau château des Le Pen). LGS Des électeurs : « On va voter Front National. Ce sont les seuls qu’on n’a jamais essayés ». Faux ! Sans aller chercher dans un passé lointain, voyons comment le FN a géré les villes que les électeurs français lui ont confiées ces dernières années pour en faire ce qu’il appelait fièrement « des laboratoires du FN ». Arrêtons-nous à ce qu’il advint à Vitrolles, (...)
30 
Cuba - Tchernobyl : Lettre à Maria.
24 août 2006. Chère Maria, Je ne sais pas si mon nom vous dira quelque chose. A vrai dire, je ne crois pas vous avoir laissé un souvenir impérissable. C’est pourtant vous qui m’avez donné, au détour d’une seule phrase, une des plus belles leçons d’humanité qu’un homme puisse recevoir. Il y a déjà quelques années de cela mais, comme vous pouvez le constater, je n’ai pas oublié. Vous souvenez-vous, Maria, de cet occidental en visite sur votre île qui voulait vous poser quelques questions ? En réalité, et (...)
« SIN EMBARGO » - Paroles cubaines sur le blocus (et le reste aussi) - Préambule - 1/13
PREAMBULE « Un microphone ? Hum... » Ca y’est, deux jours à la Havane et je commence à me sentir comme un fucking Chevalier de la Table Ronde à la recherche du Graal. Oui, j’ai besoin d’un microphone, avec une petite prise, pour le brancher là. « Tu veux acheter un microphone ? » Ben oui, à peine arrivé, le mien est tombé en panne, alors j’ai besoin d’un microphone. « Oui, oui, je comprends. Un microphone... ». Je suis dans un centre culturel. Un grand centre culturel. J’ai l’impression de voir des (...)
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.