Quantcast
RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher


Elles, au nom de la Patrie

Un groupe de 25 membres de la Fédération des femmes cubaines (FMC), ont été décorées des Ordres de « Mariana Grajales » et « Ana Betancourt » en reconnaissance de leur carrière remarquable, lors d'une cérémonie présidée par José Ramon Machado Ventura, deuxième Secrétaire du Comité central du Parti communiste de Cuba

Rosmery Santiesteban Lago, deuxième Secrétaire de la FMC, a souligné au cours de son intervention le brillant parcours politique, ouvrier et social de ce groupe de femmes, qu’elle a qualifiées de dignes représentantes des femmes cubaines engagées dans la défense de l’œuvre révolutionnaire. Elle a également précisé que ces décorations ont été décernées sur une proposition du Secrétariat national de l’organisation au Conseil d’État, conformément aux accords 5885 et 5886, en reconnaissance du travail exceptionnel accompli par ces fédérées, dont cinq se sont vu décerner l’Ordre de « Mariana Grajales » et vingt l’Ordre d’ « Ana Betancourt ».

« Ceraines femmes extraordinaires portent dans leur sang la rébellion de Casiguaya, la soif de liberté de l’esclave rebelle Carlota, le patriotisme des mambisas et la volonté inébranlable de nos combattants de la Sierra et des plaines. Un groupe d’entre elles sont parmi nous aujourd’hui. Avec dignité, à la hauteur de nos palmiers royaux et du cœur dans chaque bataille, leur dévouement a rendu leur œuvre invincible », a-t-elle conclu.

Margiola Sanchez del Campo Guilarte, présidente du Mémorial « Vilma Espin » et l’une des cinq cubaines décorées de l’Ordre de « Mariana Grajales », n’a pu retenir des larmes d’émotion en soulignant que cette distinction constitue un grand honneur, venu renforcer son engagement à continuer à être utile à la Révolution et à la FMC, ainsi qu’une reconnaissance de l’effort collectif fourni par l’organisation pendant de nombreuses années de travail.

La cérémonie s’est déroulée en présence des membres du Bureau politique du Parti Teresa Amarelle Boué, Secrétaire général de la FMC, Ulises Guilarte de Nacimiento, Secrétaire général de la Centrale des travailleurs de Cuba, Inés Maria Chapman Waugh, vice-présidente du Conseil d’État et du Conseil des ministres, et de Gladys Bejerano Portela, Contrôleuse générale de la République et vice-présidente du Conseil d’État, entre autres dirigeants du Parti, du gouvernement et des organisations de masse.

»» http://fr.granma.cu/cuba/2019-08-16/elles-au-nom-de-la-patrie
URL de cet article 35167
   
Même Thème
Cuba, Fidel et le Che - ou l’aventure du socialisme
Danielle BLEITRACH, Jacques-François BONALDI
Voilà notre livre, il est enfin sorti de l’imprimerie, tout chaud comme un petit pain… Il faut que je vous explique de quoi il s’agit, comment se le procurer s’il vous intéresse et comment organiser des débats autour si bien sûr vous êtes en mesure de le faire… Danielle Bleitrach D’abord sachez que ce livre inaugure une collection du temps des cerises, collection qui portera le nom "aventure du socialisme" Je reviendrai sur cette idée du socialisme comme aventure. L’idée donc du livre (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

Surtout, soyez toujours capables de ressentir au plus profond de vous n’importe quelle injustice commise contre n’importe qui, n’importe où dans le monde. C’est la plus belle qualité d’un révolutionnaire.

Ernesto "Che" Guevara


L’UNESCO et le «  symposium international sur la liberté d’expression » : entre instrumentalisation et nouvelle croisade (il fallait le voir pour le croire)
Le 26 janvier 2011, la presse Cubaine a annoncé l’homologation du premier vaccin thérapeutique au monde contre les stades avancés du cancer du poumon. Vous n’en avez pas entendu parler. Soit la presse cubaine ment, soit notre presse, jouissant de sa liberté d’expression légendaire, a décidé de ne pas vous en parler. (1) Le même jour, à l’initiative de la délégation suédoise à l’UNESCO, s’est tenu au siège de l’organisation à Paris un colloque international intitulé « Symposium international sur la liberté (...)
18 
La crise européenne et l’Empire du Capital : leçons à partir de l’expérience latinoaméricaine
Je vous transmets le bonjour très affectueux de plus de 15 millions d’Équatoriennes et d’Équatoriens et une accolade aussi chaleureuse que la lumière du soleil équinoxial dont les rayons nous inondent là où nous vivons, à la Moitié du monde. Nos liens avec la France sont historiques et étroits : depuis les grandes idées libertaires qui se sont propagées à travers le monde portant en elles des fruits décisifs, jusqu’aux accords signés aujourd’hui par le Gouvernement de la Révolution Citoyenne d’Équateur (...)
Reporters Sans Frontières, la liberté de la presse et mon hamster à moi.
Sur le site du magazine états-unien The Nation on trouve l’information suivante : Le 27 juillet 2004, lors de la convention du Parti Démocrate qui se tenait à Boston, les trois principales chaînes de télévision hertziennes des Etats-Unis - ABC, NBC et CBS - n’ont diffusé AUCUNE information sur le déroulement de la convention ce jour-là . Pas une image, pas un seul commentaire sur un événement politique majeur à quelques mois des élections présidentielles aux Etats-Unis. Pour la première fois de (...)
21 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.