RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher
Thème : Boycott Désinvestissement Sanctions

Eurovision 2019 : pas en Israël, pas au pays de l’Apartheid !

Claire VÉRILHAC

Le concours de l’Eurovision devrait se dérouler en Israël. Ce pays vient de voter une loi, dite « loi de l’État-Nation du peuple juif ». Cette loi, à valeur de constitution, n’accorde pas les mêmes droits aux Israéliens selon qu’ils sont Juifs ou non-Juifs. A la colonisation, l’occupation des terres palestiniennes et les massacres à Gaza, s'ajoute désormais l’officialisation de l’Apartheid.

L’Eurovision est suivie par des millions de téléspectateurs dans la zone européenne de radiodiffusion. Comment imaginer que celui-ci puisse se passer dans un pays qui vient ainsi de promulguer l’apartheid ? Il ne s’agit ni de priver les artistes qui le souhaitent de la possibilité de participer à ce concours, ni de priver des millions de téléspectateurs de le suivre. Mais celui-ci ne peut pas, ne doit pas, se dérouler en Israël !!! Il est encore temps ! France Télévision, partenaire majeure de l’Eurovision, doit convaincre celle-ci de chercher un autre pays organisateur et annoncer dès maintenant qu’elle n’enverra pas de candidat français si l’Eurovision était maintenue en Israël ! C’est pourquoi, Nous acteurs de la scène française, chanteurs, musiciens, techniciens, refusons de jouer, chanter, danser dans de telles conditions, et appelons les candidats de « Destination Eurovision 2019 » à refuser d’aller à Tel-Aviv et l’annoncer dès maintenant, Nous citoyens soutenons la démarche des artistes (...) Lire la suite »

Le sénat irlandais vote l’interdiction des produits issus des colonies israéliennes (The Electronic Intifada)

Ali Abunimah
Les sénateurs irlandais ont voté mercredi un projet de loi pour bannir l’importation de marchandises issues des colonies israéliennes en territoire palestinien occupé. Frances Black, chanteuse et femme politique indépendante qui a présenté la motion, a twitté que le vote « n’était qu’une première étape, mais une étape importante ». « Aujourd’hui nous affirmons avec force : l’Irlande défendra toujours le droit humanitaire international, la justice et les droits humains », a ajouté Black. Passed ! Thank you for all the messages of support.. this is a first step, but an important one. Today we state strongly : Ireland will always stand for int humanitarian law, justice & human rights. Onwards. pic.twitter.com/dO23n3T8ag — Frances Black (@frances_black) July 11, 2018 Le projet de loi sur les Territoires occupés a été approuvé par 25 voix contre 20 au Seanad, la chambre haute de l’Oireachtas, le parlement irlandais. Il devrait passer par plusieurs autres étapes au Seanad et à la chambre basse, le Dáil, (...) Lire la suite »

BDS : Omar Barghouti détenu depuis dimanche par israel

Palestinian BDS National Committee

Le gouvernement israélien a trouvé un nouveau prétexte pour harceler et arrêter Omar Barghouti, l’un des principaux animateurs de la campagne BDS.

La "brigade financière" israélienne à fait incursion à son domicile dimanche matin, et l’a emmené avec sa femme Safar, pour des interrogatoires interminables. Le harcèlement, les menaces, les refus de déplacements à l’étranger se poursuivent depuis des années à l’encontre de ce militant palestinien, qui a un statut de résident permanent en israel, et qui réclame liberté, justice et égalité pour le peuple palestinien, et préconise à cet effet, la méthode du boycott utilisée par Ghandi et Mandela, qui fait si peur à Israël. Ces différentes formes d’intimidation ayant échoué, Omar Barghouti est maintenant accusé d’avoir fraudé sur sa déclaration d’impôts, Israel prétendant qu’il aurait camouflé des revenus provenant de l’étranger (musique connue...). Une accusation qui tombe à pic... Omar Barghouti étant invité à se rendre prochainement aux Etats-Unis pour y recevoir le "Prix Ghandi" en même temps que Ralph Nader, au cours d’une cérémonie à l’université de Yale. "Quelles que soient les formes de répression d’Israel (...) Lire la suite »

BDS : la firme de sécurité G4S perd un nouveau contrat en Equateur

Le Centre International d’Etudes en Communication pour L’Amérique Latine (CIESPAL) a décidé de ne pas renouveler son contrat avec la firme de sécurité britannique G4S en raison de sa collaboration avec les violations des droits de l’homme par Israel. Basé à Quito, la capitale équatorienne, cet important institut de recherche, a coupé les liens avec le N° 1 mondial de la "sécurité", en apprenant qu’il avait participé à la gestion des checkpoints, des prisons et des colonies de l’occupant. G4S qui a perdu de nombreux contrats depuis le début de la campagne BDS, a annoncé, en 2016, qu’il se débarrassait de la plupart de ses investissements en Israel. Mais il a encore un contrat de formation avec la police israélienne et continue à être impliqué dans des activités de construction de colonies illégales sur des terres volées aux Palestiniens. Il reste donc la cible de la campagne international de Boycott, désinvestissement, Sanctions (BDS) lancée par les Palestiniens. (Traduit par CAPJPO-EuroPalestine) Source : (...) Lire la suite »

Un succès BDS : le Portugal se retire d’un projet de l’UE impliquant la police israélienne

BDS

Communiqué BDS

Le gouvernement du Portugal s’est retiré d’un projet controversé de coopération avec la police israélienne, suite à une pression de la campagne BDS.

La décision du gouvernement portugais est un réel encouragement pour la campagne BDS. S’appuyer sur un savoir-faire acquis dans des conditions aussi violentes, illégales et immorales a été jugé inacceptable. Le ministère portugais de la Justice a annoncé qu’il s’était retiré d’un projet conjoint – financé par l’Union Européenne – avec le ministère israélien de la Sécurité publique, la police nationale israélienne et l’université israélienne Bar Ilan. Le projet intitulé Law Train, qui vise à uniformiser les méthodes d’interrogatoire de la police, a suscité la controverse au Portugal en raison de la vive opposition à la participation d’Israël dans le programme européen « Horizon 2020 » et les violations répétées des droits de l’homme par les institutions et organisations israéliennes qui participent à ce programme. Le gouvernement portugais a subi une forte pression des groupes de la société civile qui militent pour la fin de la coopération avec Israël. Les partis politiques ont dénoncé au Parlement l’usage systématique (...) Lire la suite »