RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Thème : Massacre des communistes en Indonésie
« La tragédie de 1965 reconnue comme un génocide »

Indonésie : le génocide anticommuniste reconnu par le Tribunal International des Peuples

JBC
Le quotidien Koran Tempo brave toutes les menaces et les tabous de l’histoire officielle indonésienne en titrant à la une : “La tragédie de 1965 reconnue comme un génocide”. Tel est le jugement prononcé mercredi 20 juillet, dans la ville du Cap, en Afrique du Sud, par le président du Tribunal international populaire (IPT), Zakaria Yacoub. Jugement qui aura donc reçu un écho jusqu’en Indonésie. Rappelons que le communisme, le marxisme sont toujours interdit et sévèrement réprimés en Indonésie. La réforme du code pénal conduite par le nouveau président réformateur Jokowi n’a d’ailleurs par supprimé ces dispositions violemment anti démocratique. Ce tribunal, constitué de militants des droits de l’homme et des familles des victimes des massacres anticommunistes de 1965 en Indonésie, s’était réuni à La Hague en novembre 2015 (lire ici) Dix crimes contre l’humanité ont été reconnus, dont le massacre de 400 000 à 500 000 personnes, des violences sexuelles, des tortures, des disparitions forcées et de génocide. Les (...) Lire la suite »

Indonésie 30/09/65 un des plus grands massacres de masse du XXe siècle

Pôle de Renaissance Communiste en France (PRCF)

30 septembre 1965. Cette date ne vous dit sans doute rien. C’était un jeudi. Un jeudi noir ou commença, en Indonésie, un des plus grands massacres de masse du XXe siècle. De 1 à 3 millions de personnes exécutées. Sans compter les emprisonnés par millions, les déportés, les torturés et les viols de masse ainsi que tous ceux qui, jusqu’à maintenant encore, seront privés de leurs droits. Qui, ici en France, en a entendu parler ? Quels médias en parlent ? Personne.

Pourtant, au mois d’octobre 1965 la presse occidentale – presse dite « libre » en parle. Jugez plutôt : Times Magazine : « The West’s best news for years in Asia » » La meilleure nouvelle pour le camp occidental depuis des années ». US News & World Report » Indonésie : de l’Espoir, là où il n’y en avait plus » New York Times cette fois : « With 500000 to a million communist sympathisers knocked off...I think it’s safe to assume a reorientation has taken place. » et Harold Holt premier ministre australien. « avec 500 000 à 1 million de communistes au tapis... je pense que l’on peut sans se tromper affirmer qu’une réorientation a eu lieu ». Car oui, ce massacre dont on ne parle jamais en France ni dans aucun pays occidental, c’est le massacre de 1 à 3 millions de communistes ou supposés tels en Indonésie à l’automne 1965, et ce avec l’assentiment et le soutien de l’Ouest. Pas une ligne dans nos programmes scolaires qui s’intéressent pourtant au 20e siècle, comme siècle des totalitarismes. Pas un mot sur ce (...) Lire la suite »

Le massacre des communistes indonésiens de 1965 : retour sur un des plus grands crimes contre l’Humanité du XX ème siècle

Solidarité Internationale PCF

L’idéologie dominante ne se contente pas de ré-écrire l’histoire, elle pratique la mémoire sélective. A côté des crimes qu’elle commémore, ceux attribués aux forces communistes et progressistes, il y a ceux qu’elle passe sous silence, tente d’oublier

La sortie dans les salles françaises du banalement sordide « The act of Killing » nous rappelle un des plus grands massacres du XX ème siècle, absents de nos manuels scolaires, de la scène médiatique, du débat historique : le massacre de masse des communistes indonésiens, en 1965. Les cadavres remontent désormais à la surface, en Indonésie même, où toute référence aux « événements de 1965 » était proscrite sous le dictateur Suharto et encore largement tue. Un rapport de la Commission indonésienne des droits de l'Homme (Komnas-HAM) a reconnu en 2012 pour la première fois le « crime contre l'humanité » qu'a constituée la répression anti-communiste de 1965. En l'absence d'enquête internationale, de nature judiciaire ou historique, les chiffres exacts restent inconnus. Si les estimations ne descendent pas en-dessous de 500 000 morts, la fourchette actuelle – reprise dans The Act of Killing– serait de 1 à 3 millions de victimes. Le massacre s'intégrait dans un coup d’État de Suharto visant à liquider le PC (...) Lire la suite »
Comment la globalisation en Asie est née dans un bain de sang

Globalisation en Indonésie : le pillage après le massacre

John PILGER

Voici un texte rédigé en juillet 2001. "Si vous connaissiez la vérité sur ce qui s’est passé en Indonésie, vous comprendriez parfaitement vers quoi on nous entraîne aujourd’hui..." ou comment la globalisation en Asie est née sur l’un des plus grands (et plus méconnus) massacres du 20ème siècle - sur fond de désinformation médiatique et préparation du coup d’état au Chili.

14 juillet 2001 : Il y a 35 ans, une dictature militaire s'est instaurée en Indonésie et un million de personnes étaient tuées pendant qu'on déroulait un tapis rouge au capitalisme occidental. Ce fut le début de la globalisation en Asie, un modèle du genre qui nous a légué sweatshops et corruption. En survolant (la capitale) Jakarta, il n'est pas difficile d'imaginer pourquoi la ville cadre bien avec la description de l'Indonésie par la Banque Mondiale. Des nombreux lauriers attribués par la Banque Mondiale à l'Indonésie, le dernier en date était « élève modèle de la globalisation ». C'était il y a presque quatre ans, au cours de l'été 1997. En quelques semaines, le capital global avait fui le pays, la bourse et la monnaie nationale s'étaient effondrées, et le nombre de personnes vivant sous le seuil de pauvreté absolue a frôlé les 70 millions. L'année suivante, le Général Suharto a été obligé de démissionner après 30 ans de dictature, en emportant avec lui une indemnité de licenciement estimée à 15 (...) Lire la suite »