Quantcast
RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes


Machkévitch et ses complices blanchis par la justice turque

Surprenant épilogue pour un procès bouclé en à peine 4 audiences : un tribunal d’Antalya a prononcé la relaxe - et quelques peines de prison avec sursis - pour les amis du milliardaire israélo-kazakh Alexander Machkévitch qui lui avaient organisé une croisière agrémentée de prostituées, parfois mineures, sur un yacht de luxe. Commanditaire et financier de la croisière, M. Machkévitch a échappé à toute poursuite.

Il ne se serait donc (presque) rien passé sur le célèbre Savarona, prestigieux yacht où Atatürk termina sa vie et qui sert de villégiature flottante aux grosses fortunes du monde ! La presse turque ne cache pas son étonnement à la découverte du verdict de la 3e Haute Cour Criminelle d’Antalya, le week-end dernier. Le 28 septembre dernier pourtant, les eaux calmes de la baie de Göcek, petit paradis d’îlots et de criques couverts de pins sur la côte méditerranéenne turque, étaient secouées d’une véritable tempête : un raid de la gendarmerie découvrait à bord du grand navire blanc, au prestige aussi immaculé que le souvenir de son premier locataire, une brochette d’hommes d’affaires kazakhs et russes agrémentant leurs vacances d’une cohorte de prostituées russes et ukrainiennes, mineures pour certaines d’entre elles. Shocking !

La Turquie s’était surtout offusquée alors de ce que ce monument national acheté par Atatürk en 1938 ait pu devenir un lupanar flottant, et l’opinion publique s’était focalisée sur la personnalité de l’armateur turc qui avait rénové le Savarona et l’exploitait depuis des années comme hôtel pour têtes couronnées et célébrités d’Hollywood. Mais l’arbre cachait la forêt. Le véritable scandale, que la Justice turque vient d’absoudre, résidait dans la personnalité des hôtes de cette sulfureuse croisière, et notamment celle de son principal instigateur, un habitué des lieux. Gérant du yacht, Kahraman Sadikoglu l’a confirmé dans sa déposition écrite : ""Alexander Machkévitch loue le bateau tous les étés’’. Et d’ajouter qu’il ne lui revient pas de contrôler l’identité des invités de ses clients…

Le procès verbal de l’intervention des forces de l’ordre confirme d’ailleurs bien la présence de M. Machkévitch à bord du Savarona, le 28 septembre au matin. Et ce malgré les démentis formels de l’Euro-Asian Jewish Congress, dont il est le fondateur et qu’il préside. Il y déclare avoir fait connaissance des jeunes femmes à son arrivée, autrement dit : ce n’est pas lui qui les a fait venir, et précise qu’il n’a eu de relation avec aucune d’entre elles. La vérité ne sera jamais connue dans tous ses détails puisque les jeunes femmes ont été expulsées séance tenante, et que M. Machkévitch et ses amis, protégés par leur immunité diplomatique et leurs proximité avec le pouvoir kazakh, ont été laissés libres de quitter la Turquie sans poursuite. En revanche, une chose est sûre, avérée par les relevés bancaires de M. Sadikoglu : c’est M. Machkévich qui a payé la location du Savarona en deux virements de 125.000 dollars le 20-09-2010 et 175.000 dollars le 29-09-2010, soit 300.000 dollars en tout pour 5 jours.

Qui y avait-il donc - en dehors des jeunes femmes payées entre 3.000 et 10.000 dollars la journée - à bord du Savarona, pour ce que M. Machkévich présente à la fois comme des ""vacances’’ et une ""rencontre d’affaires’’ ? D’abord ses deux associés au sein de la puissante Eurasian National Resources Corporation (gérant une bonne partie des richesses minières, pétrolières et gazières du Kazakhstan, en plus d’activités banquières et financières) Alidzhan Ibrahimov et Fattakh Shodiev. Ensuite un homme présenté comme ""conseiller du Premier ministre’’ kazakh travaillant au Ministère des Affaires étrangères, Khanat Saudbaev.

Il faut noter que la chambre des mises en accusation de Bruxelles se prononcera prochainement sur l’affaire impliquant Patokh Chodiev, le Belge le plus riche, qui a interjeté appel contre son renvoi devant le tribunal correctionnel pour usage de faux, blanchiment d’argent et association de malfaiteurs dans le but de commettre des délits, a confirmé mardi le chef de la section financière du parquet de Bruxelles, Walter Quirynen.

La chambre du conseil avait décidé le 18 février de renvoyer M. Chodiev devant le tribunal correctionnel après une enquête longue de 10 ans. La plainte avait été déposée en 1999 par Tractebel après le payement d’une commission de consultance suspecte d’un montant de 35,4 millions d’euros. Les parquets de Bruxelles et Genève avaient alors entamé une enquête sur ce payement.

Patokh Chodiev risque une peine de prison de cinq ans. Six autres personnes ont également été renvoyées devant le tribunal correctionnel. Il s’agit notamment du milliardaire Alexander Mashkevitch, président de l’EuroAsian Jewish Congres, qui s’était fait connaître des médias lors d’un scandale à caractère sexuel en septembre 2010.

Et puis on doit indiquer parmi les personnes qui ont été présentes sur le yacht 2 diplomates dont l’identité reste jusque là inconnue. Ainsi que les businessmen russes (d’origine kazakhe) Arbi Garaïbekov et Musa Bazaev. Et enfin une ""représentante du monde de la mode’’, Ekaterina Maisuradze, et l’homme d’affaires kazakh naturalisé turc Tevfik Arif.

Seuls ces deux derniers, avec une dizaine de complices qui n’étaient pas sur le bateau, ont eu à rendre des comptes à la Justice turque. Tevfik Arif, ami de longue date d’Alexander Machkévitch et par ailleurs partenaire du magnat américain Donald Trump, a investi en Turquie dans l’industrie hôtelière, où il ne se serait pas fait que des amis. Selon un observateur du dossier qui connait bien la région, c’est probablement un règlement de comptes par un concurrent qui a amené la police à s’intéresser de plus près à ses affaires, et à en découvrir la face cachée, la prostitution. Dans cette région très touristique, cette activité est florissante, explique cet observateur, difficile à enrayer car les réseaux qui l’organisent sont puissants ; la police ne cherche qu’à empêcher la prostitution des mineures. M. Machkévitch est donc tombé dans un piège qui ne lui était pas destiné, son interpellation était plus embarrassante qu’autre chose.

C’est donc sans lui, et sans aucune mise en cause par ses amis inculpés, que s’est déroulé le procès du Savarona. Un procès mené ""à la vitesse d’un avion à réaction’’, ironise la presse turque, et finalement la montagne accouche d’une souris, puisque tout le monde se retrouve libre. Sur écoute et suivi par la police depuis le printemps dernier, Tevfik Arif aura été quitte pour quelque semaines de détention préventive, et ses 4 plus proches collaborateurs n’écopent que d’un avertissement sans frais : 1 an et 8 mois de prison avec sursis pour ""inciter, faciliter, et organiser une activité de prostitution’’. Il n’est plus question de bande criminelle, ni de trafic d’êtres humains et encore moins de mineures, comme le décrivait l’acte d’accusation. Circulez, il n’y a rien à voir ! Et la réputation de M. Machkévitch est sauve, ou presque…

J.B.

http://www2.bianet.org/bianet/toplum/129537-adaletin-akladigi-machkevi...

URL de cet article 13803
   
Hélène Berr. Journal. Paris, Tallandier, 2008.
Bernard GENSANE
Sur la couverture, un très beau visage. Des yeux intenses et doux qui vont voir l’horreur de Bergen-Belsen avant de se fermer. Une expression de profonde paix intérieure, de volonté, mais aussi de résignation. Le manuscrit de ce Journal a été retrouvé par la nièce d’Hélène Berr. A l’initiative de Jean Morawiecki, le fiancé d’Hélène, ce document a été remis au mémorial de la Shoah à Paris. Patrick Modiano, qui a écrit une superbe préface à ce texte, s’est dit « frappé par le sens quasi météorologique des (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

"Acheter un journaliste coute moins cher qu’une bonne call-girl, à peine deux cents dollars par mois"

un agent de la CIA en discussion avec Philip Graham, du Washington Post, au sujet de la possibilité et du prix à payer pour trouver des journalistes disposés à travailler pour la CIA. dans "Katherine The Great," par Deborah Davis (New York : Sheridan Square Press, 1991)

Reporters Sans Frontières, la liberté de la presse et mon hamster à moi.
Sur le site du magazine états-unien The Nation on trouve l’information suivante : Le 27 juillet 2004, lors de la convention du Parti Démocrate qui se tenait à Boston, les trois principales chaînes de télévision hertziennes des Etats-Unis - ABC, NBC et CBS - n’ont diffusé AUCUNE information sur le déroulement de la convention ce jour-là . Pas une image, pas un seul commentaire sur un événement politique majeur à quelques mois des élections présidentielles aux Etats-Unis. Pour la première fois de (...)
21 
Le fascisme reviendra sous couvert d’antifascisme - ou de Charlie Hebdo, ça dépend.
Le 8 août 2012, nous avons eu la surprise de découvrir dans Charlie Hebdo, sous la signature d’un de ses journalistes réguliers traitant de l’international, un article signalé en « une » sous le titre « Cette extrême droite qui soutient Damas », dans lequel (page 11) Le Grand Soir et deux de ses administrateurs sont qualifiés de « bruns » et « rouges bruns ». Pour qui connaît l’histoire des sinistres SA hitlériennes (« les chemises brunes »), c’est une accusation de nazisme et d’antisémitisme qui est ainsi (...)
115 
L’UNESCO et le «  symposium international sur la liberté d’expression » : entre instrumentalisation et nouvelle croisade (il fallait le voir pour le croire)
Le 26 janvier 2011, la presse Cubaine a annoncé l’homologation du premier vaccin thérapeutique au monde contre les stades avancés du cancer du poumon. Vous n’en avez pas entendu parler. Soit la presse cubaine ment, soit notre presse, jouissant de sa liberté d’expression légendaire, a décidé de ne pas vous en parler. (1) Le même jour, à l’initiative de la délégation suédoise à l’UNESCO, s’est tenu au siège de l’organisation à Paris un colloque international intitulé « Symposium international sur la liberté (...)
18 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.