Quantcast
RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes


Power without responsibility

Je l’avoue : j’ai un faible pour Jean-Luc Mélenchon. Je partage une bonne partie de ses idées (celles d’aujourd’hui, pas celles, lambertistes, de sa jeunesse), et j’éprouve une réelle admiration pour cet homme de culture qui refuse la bling-blinguisation de la vie politique. Et puis, sa souffrance m’émeut : défendre les couleurs d’un parti dont on désapprouve environ 80% des orientations ne doit pas être de tout repos.

Il y a quelques mois, j’ai vu Mélenchon en train de se faire malmener sur un plateau de télévision par Thierry Ardisson, un des personnages les plus douteux du PAF. Le forfait du présentateur milliardaire, condamné pour plagiat littéraire, était d’autant plus scandaleux que, l’émission n’étant pas en direct, il eût été courtois de couper les propos blessants au montage. De ma plus belle plume électronique, j’ai envoyé un courriel à Mélenchon pour l’assurer de ma sympathie dans cette épreuve, mais aussi pour lui dire qu’il ne revenait pas aux hommes et femmes politiques de notre pays de servir de faire-valoir aux vedettes du petit écran. L’attaché parlementaire du sénateur n’accusa pas même réception de ce courriel.

Plus récemment, j’ai assisté à un moment d’une table ronde, sur LCI ou i>télévision, je ne me souviens plus, réunissant Mélenchon, Olivier Duhamel, européiste acharné (ancien membre du Parti socialiste), Christophe Barbier, directeur de la rédaction de l’Express, et, je crois, Jérôme Jaffré, directeur d’un grand institut de sondages français. Politiquement parlant, cette table ronde était bancale puisqu’elle n’accueillait qu’un homme de gauche vraiment de gauche : Duhamel a quitté le Parti socialiste, Barbier est l’employé d’un avionneur marchand d’armes furieusement de droite, et tout responsable d’un institut de sondages est le chef d’une entreprise capitaliste redevable devant ses actionnaires, censée fournir, aux entreprises comme aux formations politiques, des résultats corroborant les attentes de ces dernières. Souvenons-nous, par exemple, qu’avant les deux grands rendez-vous électoraux de 2007, plusieurs instituts de sondages avaient placé Bayrou derrière Le Pen et prévu deux à trois fois moins de députés de gauche qu’il n’en fut réellement élu.

Mais je voudrais insister ici sur le mélange des genres, c’est-à -dire le débat entre des hommes politiques et des OBSERVATEURS de la politique. Élus, les hommes politiques sont responsables de leurs actes et de leurs paroles. Les observateurs, quant à eux, sont responsables devant leurs actionnaires, mais pas devant les citoyens. Le discours d’un homme politique ne peut donc pas être de même nature que celui d’un observateur. Le pouvoir médiatique n’ayant cessé de s’étendre depuis une quarantaine d’années, à mesure que celui des politiques diminuait, les figures de proue de la presse, de la radio et de la télévision ont pu exercer un magistère de la parole sans aucune sanction citoyenne. L’homme politique rend des comptes politiques, l’homme des médias rend des comptes économiques.

En Angleterre, autrefois, on disait des maîtresses des rois (ou de leurs mignons) qu’elles ou ils exerçaient le pouvoir sans la responsabilité du pouvoir (« power without responsibility »). C’est exactement le cas, aujourd’hui, des Barbier, Colombani, Joffrin, Duhamel (Alain), Giesbert, July et d’une petite poignée d’autres journalistes « prestigieux » qui tournent dans tous les médias, se renvoient l’ascenseur, s’invitent, disent du bien les uns des autres, des pratiques analysées sans concession par Le Plan B, un périodique sympathique et iconoclaste dont je recommande chaudement la lecture.

Bref, les politiques sont piégés. Piégés devant l’irresponsabilité de leurs contradicteurs, piégés par un système de discours et de représentation qu’ils ont accepté, quand ils ne l’ont pas encouragé, comme le démontrait, il y a plus de trente ans, Roger-Gérard Schwartzenberg dans L’État spectacle.

Dans cette perspective, LCI ou i>télévision n’ont pas pour visée première d’informer les téléspectateurs, mais de se constituer des écuries d’hommes politiques, d’hommes d’affaires et de représentants des médias qui, tous confondus, renforcent le pouvoir de ces chaînes. Celles-ci sont parties constitutives de conglomérats économiques qui se fichent de la démocratie comme d’une guigne. Le faux nez du « tout-info ».

URL de cet article 6717
   
Même Auteur
En finir avec l’eurolibéralisme - Bernard Cassen (dir.) - Mille et Une Nuits, 2008.
Bernard GENSANE
Il s’agit là d’un court ouvrage collectif, très dense, publié suite à un colloque organisé par Mémoire des luttes et la revue Utopie critique à l’université Paris 8 en juin 2008, sous la direction de Bernard Cassen, fondateur et ancien président d’ATTAC, à qui, on s’en souvient, le "non" au référendum de 2005 doit beaucoup. La thèse centrale de cet ouvrage est que l’« Europe » est, et a toujours été, une machine à libéraliser, au-dessus des peuples, contre les peuples. Dans "La fracture démocratique", (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

« Nous préférons croire au mythe selon lequel la société humaine, après des milliers d’années d’évolution, a finalement créé un système économique idéal, plutôt que de reconnaître qu’il s’agit simplement d’une idée fausse érigée en parole d’évangile. »

« Les Confessions d’un assassin financier », John Perkins, éd. Editions Alterre, 2005, p. 247


Médias et Information : il est temps de tourner la page.
« La réalité est ce que nous prenons pour être vrai. Ce que nous prenons pour être vrai est ce que nous croyons. Ce que nous croyons est fondé sur nos perceptions. Ce que nous percevons dépend de ce que nous recherchons. Ce que nous recherchons dépend de ce que nous pensons. Ce que nous pensons dépend de ce que nous percevons. Ce que nous percevons détermine ce que nous croyons. Ce que nous croyons détermine ce que nous prenons pour être vrai. Ce que nous prenons pour être vrai est notre réalité. » (...)
51 
Le fascisme reviendra sous couvert d’antifascisme - ou de Charlie Hebdo, ça dépend.
Le 8 août 2012, nous avons eu la surprise de découvrir dans Charlie Hebdo, sous la signature d’un de ses journalistes réguliers traitant de l’international, un article signalé en « une » sous le titre « Cette extrême droite qui soutient Damas », dans lequel (page 11) Le Grand Soir et deux de ses administrateurs sont qualifiés de « bruns » et « rouges bruns ». Pour qui connaît l’histoire des sinistres SA hitlériennes (« les chemises brunes »), c’est une accusation de nazisme et d’antisémitisme qui est ainsi (...)
115 
Cuba - Tchernobyl : Lettre à Maria.
24 août 2006. Chère Maria, Je ne sais pas si mon nom vous dira quelque chose. A vrai dire, je ne crois pas vous avoir laissé un souvenir impérissable. C’est pourtant vous qui m’avez donné, au détour d’une seule phrase, une des plus belles leçons d’humanité qu’un homme puisse recevoir. Il y a déjà quelques années de cela mais, comme vous pouvez le constater, je n’ai pas oublié. Vous souvenez-vous, Maria, de cet occidental en visite sur votre île qui voulait vous poser quelques questions ? En réalité, et (...)
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.