RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher
Auteur : Georges GASTAUD

Marianne à l’étouffée ? A propos de certaines paroles prononcées par le nouveau ministre de l’Intérieur.

Georges GASTAUD

par Georges Gastaud, philosophe, militant franchement communiste et auteur notamment de “Lettre ouverte aux ‘bons Français’ qui assassinent la France” (Temps des cerises, 2005). Qu’il s’agisse d’une œillade crapuleuse adressée aux flics qui ont strangulé Cédric Chouviat (ce père de famille a dit sept fois “j’étouffe !” avant de mourir !), ou d’un lapsus révélateur de l’inconscient personnel fascisant du nouveau ministre de l’Intérieur, les récentes paroles prononcées par Gérald Darmanin (quand j’entends parler de violences policières, j’étouffe !) montrent mieux que cent discours le choix de classe fascisant du “nouveau” gouvernement Castex et de son ministre de la police

Des comportements scandaleux encouragés par l’Etat N’ayant jamais bénéficié d’un soutien politique majoritaire dans les classes populaires par sa politique entièrement dédiée au MEDEF et à l’UE, la caste macroniste sait qu’elle ne peut plus guère compter, pour aller au bout de son quinquennat de malheur, que sur des médias aux ordres et sur les appareils répressifs d’Etat, cet ultime bastion de la dictature oligarchique. Or les sondages nous apprennent que le RN bénéficie d’un soutien majoritaire dans lesdits appareils. Et surtout, une série interminable de “bavures” montre hélas que ce service public dévoué à toute la population que devrait être la police, dévale une pente très dangereuse pour nos libertés (2). La preuve la plus nette de cette collusion du gouvernement et des éléments les plus dévoyés de l’appareil policier réside dans la permissivité du pouvoir actuel envers les “manifestations” subversives, voire séditieuses, de ces “syndicats” de police qui poussent à des regroupements provocants de policiers (...) Lire la suite »
14 

La seule alternative à Macron et au RN s’appelle FREXIT progressiste

Georges GASTAUD, Fadi KASSEM

Au sortir du désastre qu’ont été les gestions française et européenne de la crise sanitaire (et nous n’avons pas encore tout vu en la matière !), après l’abstention massive aux municipales qui montre à quel point les classes populaires se détournent désormais de l’ensemble du dispositif institutionnel, après l’affichage on ne peut plus patronal et droitier du gouvernement Castex, l’espoir subsiste-t-il d’offrir à notre peuple une issue progressiste à la crise gravissime qui déchire notre pays ?

Continuer avec Macron, c’est en réalité, sous les discours pseudo-patriotiques du chef de l’Etat et le saupoudrage “social” paternaliste de Jean Castex, opter pour l’extinction programmée d’une France indépendante et tant soit peu sociale. Chaque contre-réforme annoncée signe la mise en extinction d’un acquis du CNR, d’une partie du produire en France, d’un service public, d’un pan nouveau de la souveraineté nationale, d’une liberté démocratique durement conquise ; sans parler de l’officialisation galopante du tout-anglais à l’Université, du démantèlement des communes au nom des « euro-métropoles » et du démontage de la République une et indivisible au nom du « pacte girondin » et des euro-régions. Au rythme infernal où va Macron, après Sarkozy, Hollande et Raffarin, la « France » ne sera bientôt plus qu’un « couteau sans manche dont on a jeté la lame » à l’intérieur d’une « construction » euro-atlantique elle-même en crise dont les membres ne s’accordent que pour financer l’OTAN, maintenir l’euro-austérité, (...) Lire la suite »
40 

Dix mensonges néolibéraux à l’épreuve de la pandémie

Georges GASTAUD

On peut mentir à tous quelque temps, à quelques personnes tout le temps, mais pas à tout le monde tout le temps. La crise dite du coronavirus joue le rôle d'une épreuve de vérité dont les dix principales forgeries néolibérales du moment pourraient bien ne pas sortir indemnes. A condition pour nous, résistants à la mondialisation capitaliste virale, de prendre maintenant l'offensive...

1er MENSONGE NEOLIBERAL : « les fonctionnaires ruinent et parasitent le pays ». Pendant que la rédaction néo-versaillaise du Point pantoufle et télé-déblatère sur les turpitudes des fonctionnaires, les infirmières d’Etat sous-payées, les aides-soignantes méprisées, les institutrices volontaires pour garder les enfants des soignants, les conducteurs de train et de métro vilipendés, les agents d’EDF inlassablement traités de privilégiés sont sur le terrain. Sans masque et en risquant leur santé, si ce n’est plus. Bref, les maudits agents publics assurent les fonctions vitales de la France plongée dans l’anxiété. Ne tolérons plus désormais sans réagir les diffamations des embusqués néolibéraux sabrant les agents publics : ils forment la colonne vertébrale de la Nation : qui casse la fonction publique est l’ennemi de la République ! 2ème MENSONGE NEOLIBERAL : « Le travail manuel disparaît, tout se règle sur l’internet et devient virtuel, la classe ouvrière disparaît ». Les intellos éthérés qui répandent cette idée (...) Lire la suite »

Un regard franchement communiste sur l’héritage gaulliste

Georges GASTAUD

2020 est une année symbole des Anniversaire(s) de la naissance (1890), de la mort (1970) de Charles De Gaulle et de l’Appel du 18 juin (1940). l’occasion pour les communistes de tirer un bilan de ce qu’est, 50 ans après, l’héritage gaulliste dans la France de 2020 et, ce, alors que les hagiographies, de l’édition au cinéma, font florès.

C’est ce que Georges Gastaud, secrétaire national du PRCF, invite à faire dans cette tribune.

Quand Charles De Gaulle décéda brusquement le 9 novembre 1970, René Andrieu, dirigeant communiste et ancien résistant F.T.P.F., écrivit sobrement ceci dans l’éditorial qui devait paraître dans l’Humanité du lendemain : « L’héritage du général De Gaulle n’est pas le nôtre », mais il n’en était pas moins « un grand homme d’État, le plus grand sans doute qui soit sorti des rangs de la bourgeoisie française à notre époque ». Telle est, à rebours de tout manichéisme, la complexité dialectique du jugement que portent les communistes sur l’héritage politique du chef de la France libre, devenu tout à la fois, en mai 1958, le président autocrate de la Ve République... et la « bête noire » de Washington et de certains milieux oligarchiques de l’Hexagone ! Grandeur et servitude du patriotisme bourgeois Charles De Gaulle, c’était en effet l’officier épris d’une « certaine idée de la France » qui, en juin 1940, avait su braver sa classe, la grande bourgeoisie massivement ralliée à Pétain, pour appeler les Français encore sous les (...) Lire la suite »
13 

Virer la mondialisation virale

Georges GASTAUD

La pandémie en cours montre que la mondialisation capitaliste a tout d'un fleuve en crue rompant ses digues et arasant tout sur son passage. L'alternative à la désegmentation sauvage et néolibérale du monde n'est pas dans la juxtaposition nationaliste d'étangs d'eau croupie (=l'emmurement du "on est chez nous !" lepéniste), mais dans un internationalisme re-segmentant rationnellement le monde à la manière d'écluses canalisant un fleuve. Le but est de permettre l'échange durable par la mise à niveau égalitaire des dénivelés territoriaux existants : la coopération égalitaire d'Etats souverains et solidaires planifiant leur sortie du capitalisme et s'orientant vers un communisme de nouvelle génération.

La pandémie du Covid-19 dénude et aiguise les contradictions déjà explosives de la mondialisation capitaliste et de sa déclinaison régionale, l’Union européenne conçue comme une « économie de marché ouverte sur le monde où la concurrence est libre et non faussée ». Le vernis rosâtre, « moderne », « ludique », « festif », « djeun’ », dont les médias et les couches privilégiées des métropoles capitalistes recouvrent ordinairement l’horreur de cette mondialisation, est en passe de craquer. Bien entendu, tout citoyen conscient fera le nécessaire pour respecter et propager le confinement provisoirement indispensable pour ralentir la pandémie. Il n’empêche que, dès aujourd’hui, et bien plus encore demain, quand la crise mondiale de la très chancelante et injuste économie capitaliste aura produit son raz-de-marée antisocial, il faut se préparer aux affrontements de classes qui ne manqueront pas de surgir mondialement et nationalement. Sachant que le souci premier des classes dominantes ne sera pas alors de sauver l’humanité, (...) Lire la suite »

Brexit / Frexit : c’est par la porte à gauche que la France doit sortir du carcan européen

Georges GASTAUD

Georges Gastaud est le secrétaire national du PRCF.
« La nation, c’est le peuple », Georges Politzer.

Brexit : pas de quoi pleurer ! On s’en doute, les militants franchement communistes et 100% anti-Maastricht du PRCF ne se joignent pas au chœur des médias euro-béats qui pleurent le départ du Royaume-Uni de cette lugubre prison des peuples qu’est l’UE. C’est pourtant la moindre des choses, après les années passées par l’oligarchie britannique à saboter la décision souveraine de ses concitoyens, que d’accéder enfin au vœu majoritaire des Britanniques, classe ouvrière en tête : celui de quitter une Europe supranationale entièrement conçue pour démolir les services publics, comprimer les salaires, doper les délocalisations, accélérer les privatisations, démonter les acquis sociaux, humilier la souveraineté des peuples, guerroyer contre les peuples du Sud, tenir en laisse les pays de l’Est, presser militairement la Russie et forclore toute alternative de progrès au nom de la très totalitaire « économie de marché ouverte sur le monde où la concurrence est libre et non faussée » que consacrent tous les traités (...) Lire la suite »
25 

Après le discours du Premier ministre : Union, action, jusqu’au retrait total !

Georges GASTAUD

APRES LE DISCOURS DU PREMIER MINISTRE – Déclaration de G. Gastaud, F. Kassem (secrétaires nationaux du PRCF), J. Hernandez (secrétaire de la commission luttes) et Gilliatt de Staërck (Jeunes pour la Renaissance communiste) pour le PRCF – 11 décembre 2019

Sans parler du peu crédible Laurent Berger, le « syndicaliste » favori du MEDEF qui dirige à la fois la confédération CFDT et la non moins jaunâtre Confédération Européenne des Syndicats (C.E.S.), les responsables syndicaux de lutte et autres syndicalistes de terrain engagés dans la grève inter-pro reconductible auront tôt fait d’analyser point par point les « concessions », pour beaucoup purement illusoires, qu’a tactiquement annoncées Edouard Philippe dans son discours du 11 décembre dans le but de diviser et de briser la grève avec l’aide du syndicalisme jaune, dit « réformiste ». S’agissant de notre organisation politique franchement communiste et 100% anti-Maastricht, elle appelle d’ores et déjà tous ceux qui liront ces lignes à poursuivre, amplifier et durcir ce mouvement, le plus important et massif depuis décembre 1995. Notons d’abord que, comme nombre de confédérations syndicales, y compris hélas parmi celles appelant au mouvement, le Premier ministre ment par omission en oubliant de rappeler que (...) Lire la suite »
15 

Face à l’ « archipélisation » de la France et/ou au « bloc contre bloc » macro-lepéniste en marche, construire l’alternative patriotique et progressiste

Georges GASTAUD

Deux des plus fins politistes de la place parisienne actuelle, MM. Jérôme Fourquet et Jérôme Sainte-Marie, s’affrontent discrètement par livres récents interposés à propos des mouvements tectoniques qui malaxent en profondeur la vie politique française.

« Archipel français »... Non sans raisons, Jérôme Fourquet observe que ce qu’il nomme L’Archipel français est écartelé par de puissantes forces répulsives qui déchiquètent les repères fondamentaux de nos concitoyens, qu’il s’agisse du patriotisme républicain traditionnel, de la conscience de classe ouvrière ou de l’ancrage catholique jadis majoritaire de la population française. Comment s’en étonner ? Les militants du progrès social constatent chaque jour à leurs dépens combien il est ardu de construire ce tous ensemble en même temps anticapitaliste que contrarient en permanence les corporatismes étroits, les régionalismes nostalgiques, les particularismes et les communautarismes les plus divers (le premier d’entre eux étant ce rassemblement bleu marine qui substitue sa xénophobie recuite au patriotisme universaliste hérité de 1789 !). ... ou « bloc contre bloc » macrono-lepéniste ? De son côté, Jérôme Sainte-Marie constate que, sous l’apparence d’une fragmentation à l’infini, la scène sociopolitique française (...) Lire la suite »

Peugeot Citroen Fiat Chrysler, combattre les fusions capitalistes transnationales, nationaliser et réindustrialiser.

Georges GASTAUD
Après la fusion annoncée, puis annulée ou ajournée, de Renault avec une entreprise étrangère, après l’ouverture de négociations visant à remettre à FINCANTIERI, son concurrent historique, les clés des Chantiers navals de St-Nazaire (devenus STX), après le démantèlement-catastrophe d’Alsthom (constructeur historique du TGV) et sa vente à la découpe à son concurrent et liquidateur, l’Américain General Electrics, les médias nous annoncent, avec tout l’ « esprit critique » qui les caractérise, la prochaine fusion de Peugeot SA et de Fiat-Chrysler. Les fusions capitalistes transnationales sont un désastre pour la démocratie. Quoi ! est-il normal que les négociations portant sur deux géants de l’emploi en France, en Italie et aux EU aient été menées dans le dos des peuples concernés (que font les « journalistes d’investigation » des grands médias, soit dit en passant ?) et que l’accord soit annoncé au moment même où il ne reste plus qu’à le parapher devant les caméras ? De manière générale, ce déni total de démocratie (...) Lire la suite »

Vote parlementaire sur le CETA, Macronie en crise, ou... le combat écologique Borné !

Georges GASTAUD

F. de Rugy démissionné emporté par les nouvelles affaires de la Macronie, Macron nomme E. Borne à la tête du ministère de la transition écologique et solidaire, dont elle était secrétaire d’état au transport. Au passage le rang de ministère d’état est supprimé, démontrant le peu de considération accordé à ce ministère regroupement les services publics des transports, de l’équipement, de l’aménagement du territoire, du logement et de l’environnement. Un ministère exsangue et sacrifié au nom de l’austérité, après des années de suppressions d’emplois par milliers et de baisse des budgets. Georges Gastaud, secrétaire national du PRCF dénonce la nomination de la Tatcher française du rail. Dont il faut rappeler qu’en matière d’affaire, on ne devrait pas oublier sa rémunération indécente empochée en tant que patronne de la RATP. Sans oublier qu’il a deux jours depuis le Chateau, Macron avait imposé comme chef de cabinet, c’est à dire n°2 du ministère de l’écologie, rien moins qu’un ex vice président de… PSA Peugeot. Borne est cette secrétaire d’état qui vient de mettre des dizaines de milliers de camions sur les routes en mettant à l’arrêt le train des primeurs entre Perpignan et Rungis (lire ici) Quelle meilleure démonstration que le régime Macron c’est l’exact opposé de l’écologie. Cette nomination de Borne n’est que le symptôme de ce que le capitalisme c’est la transition écologique Bornée, pour ne pas dire interdite !

Au-delà des agissements scandaleusement dilapidateurs reprochés à l’ex-ministre de l’Environnement, l’usure de plus en plus rapide des ministres macronistes de l’écologie, Hulot d’abord puis Rugy, est symptômatique ; elle témoigne de l’incompatibilité croissante entre le bavardage écolo de Macron et les choix néolibéraux, libre-échangistes et oligarchiques de l’ainsi-dit « Nouveau Monde »[1]. Comment un gouvernement qui vient de signer un accord délétère de libre-échange avec le Mercosur et qui, au cœur de l’été, s’apprête à faire voter le honteux CETA par ses députés-godillots[2] peut-il se réclamer de l’ « urgence climatique » ? Même le millionnaire Hulot voit désormais dans le libre-échangisme mondial voulu par les transnationales le principal obstacle à une transition écologique à laquelle le réchauffement climatique, la montée des pollutions et l’effondrement en cours de la biodiversité confèrent une urgence vitale. Chacun sait en effet que les accords transcontinentaux signés par l’UE avec le soutien de Merkel et (...) Lire la suite »
41 
afficher la suite 0 | 10 | 20 | 30 | 40 | 50 | 60 | 70 | 80