RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher
Auteur : Guillaume SUING

COP15, présidence chinoise : la biodiversité, ce concept anticapitaliste

Guillaume SUING
Octobre 2021, la Chine accueille et préside le quinzième sommet mondial de la COP pour la biodiversité. Moins connue que la COP pour le climat, cette convention ne doit pas être marginalisée ; elle est dans l’opinion de nombreux « défenseurs de l’environnement » cruciale. Pourtant, en raison de l’accent mis par l’occident capitaliste sur les seules questions climatiques et par un réductionnisme pour lui fort opportun, c’est la COP pour le climat qui monopolise le débat chez nous, comme appui possible pour tenter de soustraire les bourgeoisies à l’impératif de réelles politiques nationales pour enrayer la crise environnementale actuelle (dont le réchauffement climatique est un aspect en effet important). On peut déjà mesurer dans nos médias à quel point cette convention d’octobre, parce qu’elle est cette année présidée par Pékin, est largement minorée dans le traitement de l’actualité, face à la couverture tonitruante des COP sur le climat et leurs habituelles promesses sans lendemain de ces dernières années. (...) Lire la suite »

Pour développer la vaccination il faut donner la possibilité de boycotter les vaccins étasuniens à ARN !

Guillaume SUING
La question vaccinale est sans doute la plus épineuse de toutes les questions sanitaires dans la séquence actuelle de COVID19 : C’est dans l’esprit du grand public le « remède miracle » par excellence, et c’est ainsi qu’on nous l’a vendu sur les plateaux télé. En quelques mois, cette question a pris toute la place et suscité des réactions irrationnelles dans les deux « camps » façonnés par la bourgeoisie, celui des « alarmistes » et celui des « minimisateurs ». Il est clair que Big Pharma attend avec la vaccination anti-covid des dividendes d’une ampleur historique. Les enjeux financiers n’ont jamais été aussi puissants et la guerre économique entre industriels aussi rude. Malgré cela, l’espoir qu’a fait naître la vaccination dans l’esprit des personnes les plus touchées par la maladie annule toute forme d’esprit critique vis-à-vis des différents types de vaccins présents sur le marché : Il faudrait militer pour « les plus efficaces », les vaccins à ARN américains. La variété, la complexité des types de vaccins (...) Lire la suite »
18 

Environnementalisme naïf ou Ecologie réelle ? La voie souveraine vers la durabilité

Guillaume SUING

Le journal pro-MAS bolivien La Epoca publie ici un entretien qui traduit la nécessité pour les mouvements bolivariens actuels de lutter contre les partis écologistes pro-impérialistes locaux tout en s'engageant concrètement dans le sillage cubain de l'agroécologie et de la lutte difficile contre l'agrobuziness.

Par Rafaela Molina Vargas Entretien avec Guillaume Suing, professeur français agrégé de biologie, membre du Cercle Henri Barbusse de culture ouvrière et populaire et du Rassemblement Communiste (RC). Auteur de « Evolution ; la preuve par Marx. Dépasser la légende noire de Lyssenko » (2016),« L’Écologie Réelle. Une histoire soviétique et cubaine » (2018), et « L’origine de la vie, une siècle après Oparine » (2020), éditions Delga. Il est également l’auteur de nombreux articles concernant les politiques agraires et énergétiques anti-impérialistes et les limites de « l’écologisme » occidental, sur le blog « Germinal Le Journal ». La Epoca : Le « sens commun » actuel tend à opposer progrès et science à protection de la nature (formulation plus claire que développement / nature ?). Cependant, cette dichotomie semble masquer la véritable contradiction Capital / Nature. Comment expliquez-vous cette contradiction liée à la contradiction Capital / Travail du système-monde actuel ? G. Suing : Il y a effectivement une (...) Lire la suite »
10 

Obsolescence programmée des vaccins étasuniens et revaccination annuelle : la guerre de Big Pharma ne fait que commencer

Guillaume SUING
C’est sans doute une surprise pour tous ceux qui croient aux « remèdes miracle » et aux solutions garanties sur l’honneur par les EU et l’Union Européenne ou par Macron : l’alliance Pfizer-BioNtech, pionnière avec Moderna des fameux vaccins à ARN contre le Covid-19, nous annonce déjà une hausse de ses tarifs en s’installant « dans la durée », « dans une logique de marché classique » et, la chose est d’importance, une possible « troisième dose », destinée à « renforcer l’efficacité » du vaccin contre les variants actuels. « Il est de plus en plus probable qu’une revaccination annuelle aura lieu » a récemment déclaré Franck D’Amelio, directeur financier de Pfizer...[1] Bref, ce que nous annonce Pfizer, mais aussi dans son sillage Moderna et Astrazeneca (nouveau vaccin avec ARN « réactualisé » pour les nouveaux variants, mélanges de vaccins, troisièmes doses) est aux antipodes de la stratégie des chinois ou des cubains ; celle de la « durabilité ». C’est la confirmation d’une stratégie lucrative et « d’obsolence (...) Lire la suite »
17 

"Nous sommes en guerre" : Macron et le "choix de la défaite"

Guillaume SUING
Il y a plus d’un an, Macron martelait à la télé : « Nous sommes en guerre ». A l’époque, il fallait justifier les raisons d’un confinement « strict », dans l’urgence, et beaucoup ont peut être souri face à l’incompétence légendaire du Foutriquet en culotte courte. Macron ? En guerre contre le virus ? Avec quels moyens publics ? Nous n’étions sans doute pas « en guerre », mais incontestablement en totale insécurité, la suite l’a largement prouvé ... Cependant avec le recul, nous n’avons peut être pas pris suffisamment cette formule au sérieux. En effet, lors des guerres qui ont marqué l’histoire de France, les vraies, des constantes se manifestaient... qui signent encore la « guerre sanitaire » que nous subissons depuis un an. La guerre, c'est quand notre « pluralisme » passe à la propagande de guerre Tous ceux qui ont gardé en mémoire la façon dont nos médias traitaient « en direct » la guerre du Golfe, avec pour seule source d’information assumée l’Etat major de l’OTAN, comprennent sans doute de quoi nous (...) Lire la suite »
33 

Remdesivir, vaccins à ARN et "obsolescence programmée" des molécules : le capitalisme est un frein pour la science

Guillaume SUING

Une analyse marxiste est tout sauf "complotiste" / "Deuxième vague" d'un virus qui ne mute pas, ou saisonnalité ? / L’obsolescence programmée des molécules, victoire du capital sur la recherche / Vaccins occidentaux « d'avenir » contre vaccins "vieux jeu" chinois et cubains ?

« Le Capital a horreur de l’absence de profit. Quand il flaire un bénéfice raisonnable, le Capital devient hardi. A vingt pour cent, il devient enthousiaste. A cinquante pour cent, il est téméraire. A cent pour cent, il foule aux pieds toutes les lois humaines et à trois cent pour cent, il ne recule devant aucun crime. » Karl Marx, Le Capital, Livre 1, chapitre 22. Une analyse marxiste est tout sauf "complotiste" Identifier les conflits d’intérêt et les trafics d’influence qui traversent une crise donnée, qu’elle soit sanitaire, économique, géostratégique, environnementale, ce n’est pas verser dans le « complotisme ». Nul besoin d’imaginer la création délibérée d’un virus de synthèse pour s’expliquer que Big Pharma génère des plus-values exceptionnelles ou que les Etats capitalistes réduisent drastiquement nos droits démocratiques. Au contraire, reconnaître que tout « accident » de l’histoire peut être pour la chaîne impérialiste mondiale agonisante l’opportunité d’une résurrection, d’une chasse au profit (...) Lire la suite »
77 

Pour une "écologie métisse" en Amérique Latine

Guillaume SUING

Entretien avec la camarade Rafaela M. Molina Vargas, étudiante bolivienne en master d’écologie, militante ecosocialiste et féministe, sympathisante du MAS-IPSP (Movimiento al Socialismo – Instrumento Politico por la Soberania de los Pueblos).

Guillaume Suing : Le MAS, parti du dirigeant Evo Morales victime d’un putsch fasciste il y a quelques mois, est visiblement en bonne position dans les sondages pour gagner les prochaines élections présidentielles. Pourquoi les militants du MAS sont-ils pourtant inquiets en ce moment ? Rafaela M. Molina Vargas : Comme vous le dites plusieurs sondages situent le MAS en première position avec la possibilité de gagner les élections au premier tour, ce qui confirme qu’une fraude a été perpétrée par l’OEA [1]. A ce moment-là, nous n’avions en effet aucune garantie pour des élections transparentes et libres. La situation politique est critique. Par exemple, 50 634 citoyens boliviens et environ 4.6% des résidents Boliviens à l'étranger ont été effacés des listes électorales pour voter en Argentine, en Espagne et en France, donc dans ce scenario l’éviction d’une partie de l’électorat du MAS au dernier moment reste possible. Par ailleurs la persécution et la violence politique sont très fortes. Au-delà des dizaines (...) Lire la suite »

L’hydroxychloroquine et les "méthodologistes"

Guillaume SUING

Le professeur Raoult est aujourd’hui sous le coup d’une plainte auprès du Conseil de l’Ordre des Médecins pour avoir fait la promotion de son célèbre traitement à base d’hydroxychloroquine (HCQ)... parce que « son efficacité n’a pas été prouvée ». Cette plainte déposée par des infectiologues opposés à ce traitement peut, si elle débouche, conduire à une radiation pure et simple du professeur.

Voilà maintenant plusieurs mois que la propagande absurde sur la supposée toxicité de ce médicament, qui compte parmi les plus utilisés dans le monde, a concrètement cessé. C’est donc sous le seul prétexte de « manquement à la déontologie » et « d’absence de preuve d’efficacité » qu’on le traîne désormais au tribunal des pairs... Evidemment à ce compte là on peut élargir la plainte à toutes les équipes, nombreuses aux quatre coins du monde, qui ont réalisé depuis des mois des études confirmant non seulement son innocuité (pour la posologie en vigueur c'est-à-dire celle que préconise le professeur Raoult, au stade précoce de la maladie) mais encore une efficacité significative contre le COVID19. On peut aussi, pourquoi pas, déclarer la guerre, juridique tout au moins, à la moitié des pays de la planète qui comptent l’hydroxychloroquine parmi les médicaments recommandables, et massivement prescrits, pour lutter contre la pandémie... A ce jour, si on exclue les études frauduleuses qui testent l’HCQ à haute dose (4 fois (...) Lire la suite »
16 

Chloroquine : ce sont les "anti-Raoult" qui mélangent science et politique

Guillaume SUING
En interdisant toute prescription d’hydroxychloroquine non seulement aux médecins généralistes (interdiction datant de mars sous l’impulsion du Ministère de la Santé) mais aussi désormais aux hôpitaux (fin mai), Olivier Véran, ministre de la Santé, met un coup d’arrêt à l’une des polémiques scientifiques les plus intéressantes de ces dernières années et éclaire d’un jour nouveau ce qu’on a coutume d’appeler le « mélange des genres entre science et politique » (à la fois chez les complotistes qui relativisent à l’extrême la progression des connaissances scientifiques et chez les « scientistes » naïfs qui se croient à l’abri de tout parasitage politique en histoire des sciences). Que l’hydroxychloroquine soit toxique ou au contraire bénéfique, cette interdiction n’a que peu d’intérêt du point de vue thérapeutique puisque la pandémie du COVID-19 est maintenant largement derrière nous. Elle a par contre l’intérêt, plus qu’urgent pour Véran et Macron, de stopper d’autorité toute recherche prospective sur ses effets... de (...) Lire la suite »
49 

Une belle histoire de virus (contre la virophobie ambiante...)

Guillaume SUING

La science ne serait-elle pas guidée par la « concurrence » stimulante entre égos en blouse blanche, mais par des investissements massifs de l’Etat et un travail collectif de fonctionnaires, pas immédiatement rentable ? Quelle découverte !

Entre 1915 et 1917, le biologiste autodidacte Felix D’Herelle découvre pour le compte de l’Institut Pasteur une nouvelle forme de lutte contre les épidémies, la « phagothérapie ». C’est une véritable révolution médicale, une promesse considérable pour la recherche : D’Herelle utilise contre des souches de bactéries infectieuses des variétés particulières de virus appelées bactériophages, variétés sélectionnées à partir d’une riche biodiversité naturelle à peine découverte. Dans la nature en effet, même si le phénomène est discret à notre échelle, la moitié des bactéries de la planète est tuée par de tels bactériophages dans les eaux stagnantes ou les eaux usées. De façon générale, les virus sont sans doute les formes de vie les plus primitives et les plus minuscules (puisqu’ils échappent aux microscopes optiques classiques), bien plus petites que des bactéries, elles-mêmes bien plus petites que les cellules dites « eucaryotes » (possédant un noyau) qui nous composent. Les virus sont tellement petits et primitifs (juste (...) Lire la suite »
afficher la suite 0 | 10 | 20 | 30