RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher
Auteur : Guillaume SUING

Remdesivir, vaccins à ARN et "obsolescence programmée" des molécules : le capitalisme est un frein pour la science

Guillaume SUING

Une analyse marxiste est tout sauf "complotiste" / "Deuxième vague" d'un virus qui ne mute pas, ou saisonnalité ? / L’obsolescence programmée des molécules, victoire du capital sur la recherche / Vaccins occidentaux « d'avenir » contre vaccins "vieux jeu" chinois et cubains ?

« Le Capital a horreur de l’absence de profit. Quand il flaire un bénéfice raisonnable, le Capital devient hardi. A vingt pour cent, il devient enthousiaste. A cinquante pour cent, il est téméraire. A cent pour cent, il foule aux pieds toutes les lois humaines et à trois cent pour cent, il ne recule devant aucun crime. » Karl Marx, Le Capital, Livre 1, chapitre 22. Une analyse marxiste est tout sauf "complotiste" Identifier les conflits d’intérêt et les trafics d’influence qui traversent une crise donnée, qu’elle soit sanitaire, économique, géostratégique, environnementale, ce n’est pas verser dans le « complotisme ». Nul besoin d’imaginer la création délibérée d’un virus de synthèse pour s’expliquer que Big Pharma génère des plus-values exceptionnelles ou que les Etats capitalistes réduisent drastiquement nos droits démocratiques. Au contraire, reconnaître que tout « accident » de l’histoire peut être pour la chaîne impérialiste mondiale agonisante l’opportunité d’une résurrection, d’une chasse au profit (...) Lire la suite »
75 

Pour une "écologie métisse" en Amérique Latine

Guillaume SUING

Entretien avec la camarade Rafaela M. Molina Vargas, étudiante bolivienne en master d’écologie, militante ecosocialiste et féministe, sympathisante du MAS-IPSP (Movimiento al Socialismo – Instrumento Politico por la Soberania de los Pueblos).

Guillaume Suing : Le MAS, parti du dirigeant Evo Morales victime d’un putsch fasciste il y a quelques mois, est visiblement en bonne position dans les sondages pour gagner les prochaines élections présidentielles. Pourquoi les militants du MAS sont-ils pourtant inquiets en ce moment ? Rafaela M. Molina Vargas : Comme vous le dites plusieurs sondages situent le MAS en première position avec la possibilité de gagner les élections au premier tour, ce qui confirme qu’une fraude a été perpétrée par l’OEA [1]. A ce moment-là, nous n’avions en effet aucune garantie pour des élections transparentes et libres. La situation politique est critique. Par exemple, 50 634 citoyens boliviens et environ 4.6% des résidents Boliviens à l'étranger ont été effacés des listes électorales pour voter en Argentine, en Espagne et en France, donc dans ce scenario l’éviction d’une partie de l’électorat du MAS au dernier moment reste possible. Par ailleurs la persécution et la violence politique sont très fortes. Au-delà des dizaines (...) Lire la suite »

L’hydroxychloroquine et les "méthodologistes"

Guillaume SUING

Le professeur Raoult est aujourd’hui sous le coup d’une plainte auprès du Conseil de l’Ordre des Médecins pour avoir fait la promotion de son célèbre traitement à base d’hydroxychloroquine (HCQ)... parce que « son efficacité n’a pas été prouvée ». Cette plainte déposée par des infectiologues opposés à ce traitement peut, si elle débouche, conduire à une radiation pure et simple du professeur.

Voilà maintenant plusieurs mois que la propagande absurde sur la supposée toxicité de ce médicament, qui compte parmi les plus utilisés dans le monde, a concrètement cessé. C’est donc sous le seul prétexte de « manquement à la déontologie » et « d’absence de preuve d’efficacité » qu’on le traîne désormais au tribunal des pairs... Evidemment à ce compte là on peut élargir la plainte à toutes les équipes, nombreuses aux quatre coins du monde, qui ont réalisé depuis des mois des études confirmant non seulement son innocuité (pour la posologie en vigueur c'est-à-dire celle que préconise le professeur Raoult, au stade précoce de la maladie) mais encore une efficacité significative contre le COVID19. On peut aussi, pourquoi pas, déclarer la guerre, juridique tout au moins, à la moitié des pays de la planète qui comptent l’hydroxychloroquine parmi les médicaments recommandables, et massivement prescrits, pour lutter contre la pandémie... A ce jour, si on exclue les études frauduleuses qui testent l’HCQ à haute dose (4 fois (...) Lire la suite »
16 

Chloroquine : ce sont les "anti-Raoult" qui mélangent science et politique

Guillaume SUING
En interdisant toute prescription d’hydroxychloroquine non seulement aux médecins généralistes (interdiction datant de mars sous l’impulsion du Ministère de la Santé) mais aussi désormais aux hôpitaux (fin mai), Olivier Véran, ministre de la Santé, met un coup d’arrêt à l’une des polémiques scientifiques les plus intéressantes de ces dernières années et éclaire d’un jour nouveau ce qu’on a coutume d’appeler le « mélange des genres entre science et politique » (à la fois chez les complotistes qui relativisent à l’extrême la progression des connaissances scientifiques et chez les « scientistes » naïfs qui se croient à l’abri de tout parasitage politique en histoire des sciences). Que l’hydroxychloroquine soit toxique ou au contraire bénéfique, cette interdiction n’a que peu d’intérêt du point de vue thérapeutique puisque la pandémie du COVID-19 est maintenant largement derrière nous. Elle a par contre l’intérêt, plus qu’urgent pour Véran et Macron, de stopper d’autorité toute recherche prospective sur ses effets... de (...) Lire la suite »
49 

Une belle histoire de virus (contre la virophobie ambiante...)

Guillaume SUING

La science ne serait-elle pas guidée par la « concurrence » stimulante entre égos en blouse blanche, mais par des investissements massifs de l’Etat et un travail collectif de fonctionnaires, pas immédiatement rentable ? Quelle découverte !

Entre 1915 et 1917, le biologiste autodidacte Felix D’Herelle découvre pour le compte de l’Institut Pasteur une nouvelle forme de lutte contre les épidémies, la « phagothérapie ». C’est une véritable révolution médicale, une promesse considérable pour la recherche : D’Herelle utilise contre des souches de bactéries infectieuses des variétés particulières de virus appelées bactériophages, variétés sélectionnées à partir d’une riche biodiversité naturelle à peine découverte. Dans la nature en effet, même si le phénomène est discret à notre échelle, la moitié des bactéries de la planète est tuée par de tels bactériophages dans les eaux stagnantes ou les eaux usées. De façon générale, les virus sont sans doute les formes de vie les plus primitives et les plus minuscules (puisqu’ils échappent aux microscopes optiques classiques), bien plus petites que des bactéries, elles-mêmes bien plus petites que les cellules dites « eucaryotes » (possédant un noyau) qui nous composent. Les virus sont tellement petits et primitifs (juste (...) Lire la suite »

Ecologie réelle contre écototalitarisme

Guillaume SUING
Il y a quelques années lors de la « COP21 », le plasticien Oliafur Eliasson installait1 devant le Panthéon à Paris douze blocs de glace (80 tonnes au total) couteusement ramenés du Groenland pour fondre lentement sous nos yeux. De l’eau a coulé sous les ponts depuis l’époque où l’art contemporain se revendiquait comme un art « transgressif », la version la plus aboutie de « l’art pour l’art » contre l’art « engagé » incarné à l’Est par le « monstrueux » (et finalement bien mal connu) réalisme socialiste. Désormais largement financé, promu, soutenu (non plus par la CIA comme à l’époque mais plus ouvertement) par l’Etat, il est lui-même devenu, c’est incontestable, un art « officiel ». Mieux, c’est devenu l’art « engagé » ... d’une seule cause : le climat. Pensée « totale », expliquant tout, s’infiltrant partout, jusque dans l’art, la « défense du climat » est devenue un paradigme, une forme – disons-le – de « totalitarisme ». Aucun élève du secondaire ne l’ignore : C’est Hannah Harendt qui intégra au « totalitarisme » dont (...) Lire la suite »
20 
Obtenir le consentement préalable des peuples avant toute intervention musclée contre l’ennemi chinois.

Ils mentent sur les gilets jaunes depuis des mois... et il faudrait croire leur propagande anti-chinoise ?

Guillaume SUING

Le processus par étapes de la rétrocession complète de l’ancienne colonie anglaise Hong Kong à la Chine (étape « d’autonomie » au sein de la Chine depuis 1997, avant intégration totale en 2047) est un processus tourmenté comme tout processus de décolonisation, chaque force tirant dans un sens opposé, la bourgeoisie hongkongaise appuyée par l’impérialisme refusant de facto l’évolution à terme de l’intégration pleine et entière de Hong Kong à la Chine.

Cela a provoqué ces dernières semaines un mouvement objectivement néocolonial dans la ville, qui prend de plus en plus les allures d’une « révolution colorée » comme nous en avons connues en Europe de l’Est, en Syrie et ailleurs, avant qu’on y déclenche des « guerres humanitaires », directement ou sous faux-drapeau. Les manifestants pensent (ou feignent de) se battre pour sauvegarder leur "autonomie hongkongaise" (temporaire) issue de l'accord anglo-chinois Thatcher-Deng Xiaoping de 1984 prévoyant la rétrocession de Hong Kong à la Chine par l'impérialisme britannique en 1997, mais ce faisant ils se battent en réalité pour leur soumission à terme à l'impérialisme en général, et en particulier à l'impérialisme le plus fort, l'impérialisme US. Tel est le fond de la lutte en cours. La ville de Hong Kong était autrefois l’un des si prometteurs « dragons capitalistes » sous perfusion financière en marge du camp socialiste. Le désarroi économique et politique qu’éprouve aujourd’hui la bourgeoisie hongkongaise (...) Lire la suite »
53 
Ecologie, fascisme vert et humanophobie

Les écologistes vont finir par provoquer la catastrophe qu’ils prétendent éviter !

Guillaume SUING

Face aux politiques et grands patrons larmoyants devant les remontrances d’une jeune fille débarquée de Suède pour assister aux spectacles du cirque ultralibéral, de Davos aux Parlements des Etats les plus impérialistes du monde, personne ne s’étonne d’une telle renommée fulgurante ?

Evidemment dans le piège à deux mâchoires que nous tend la propagande bourgeoise « soit du coté de Macron, soit du côté des fascistes », tout le monde est paralysé ou perd le courage de dire les choses en face : on assiste ces derniers mois à une montée assez nette du « péril climatique » dans les esprits (comme à d’autres moments on plaçait en priorité les migrants, l’insécurité, etc. selon les circonstances et l’acharnement médiatique). Ce consensus, qu’on y adhère ou non, devient clairement un outil supplémentaire d’exploitation pour le pouvoir capitaliste, pourtant aux premières loges sur le banc des accusés du dérèglement climatique. Car tout ce qui permet de maintenir le capitalisme en crise sous perfusion quelques années encore, ce sont sans doute les taxes qu’on arrive à extorquer des travailleurs avec leur consentement, partie de plus-value volée indirectement sous le masque d’une abstraite protection du climat. Résultat : le Ministre de l’écologie s’engraisse aux homards avec notre argent, pendant que (...) Lire la suite »
35 

Lutter pour le climat : Les raisons d’une défiance

Pierre LENORMAND, Bruno DRWESKI, Guillaume SUING
Il y a un peu plus de trente ans, sous le titre « Notre avenir à tous », le rapport Brundtland mettait en évidence l’ensemble des défis environnementaux auxquels l’humanité est aujourd’hui confrontée. En 2015, au terme de laborieuses négociations politiques, 197 pays signaient les « Accords de Paris » définissant une ‘politique mondiale commune’ réduite au seul changement climatique. Suivant ces accords « librement » consentis et « non contraignants » les pays signataires s’engageaient à réduire massivement les émissions de GES (gaz à effet de serre, principalement du CO2) devant permettre de limiter - on dit aussi atténuer - le réchauffement climatique à 2° d’ici à la fin du siècle. Depuis 2015, alors que plusieurs pays, dont les USA, sont revenus sur leur signature, les objectifs de cette politique climatique mondiale (PCM) se sont faits de plus en plus exigeants : suivant le dernier rapport du GIEC, et pour ne pas dépasser une hausse des températures d’1°5, le monde devrait avoir atteint la « neutralité (...) Lire la suite »
13 

De l’agent orange étasunien au Roundup européen : Le Vietnam poursuit sa lutte !

Guillaume SUING
Le Vietnam vient d’interdire sur son sol l’usage du célèbre glyphosate, fleuron du géant euro-étasunien Bayer-Monsanto, mieux connu sous son nom commercial Roundup. Cette décision, dans le sillage de la résistance de l’agro-écologie cubaine contre l’agrobusiness depuis les années 2000, s’inscrit aussi dans une politique nationale qui avait déjà infligé à Monsanto une première défaite juridique concernant le funeste « agent orange », puissant désherbant jadis utilisé dans le génocide étasunien des vietnamiens (plus de trois millions de victimes atteintes de cancer jusqu’à aujourd’hui dans le pays). Monsanto a d’ailleurs été condamné à verser des indemnités aux victimes. Bayer-Monsanto, d’autant plus vorace qu’il est désormais quasiment seul sur le marché mondial, ne se laissera pas faire et s’apprête à déposer des recours contre le Vietnam auprès de l’OMC pour lui infliger des sanctions économiques. La firme est d’ailleurs engagée dans une véritable guerre médiatique pour cacher les effets néfastes de son produit (...) Lire la suite »
11 
afficher la suite 0 | 10 | 20