RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher

À Cuba, le blocus américain intensifie une fuite des cerveaux

Dans son dernier bilan, un think tank états-unien rapporte que les sanctions imposées par Washington continuent d’asphyxier l’île.

Dans la dernière édition de son Observatoire des sanctions, le Centre de recherche économique et politique (Cepr), think tank basé à Washington, revient sur la situation économique compliquée que traverse Cuba, pays soumis à « l’un des plus anciens et des plus stricts de tous les régimes de sanctions imposés par les États-Unis » (1).

En vigueur depuis 1962 et après un bref assouplissement sous le mandat de Barack Obama (2009-2017), les sanctions imposées par la Maison-Blanche ont été durcies et élargies sous la présidence de Donald Trump (2017-2021), « une politique que l’administration Biden a pour l’essentiel maintenue », rappellent les auteurs du rapport, daté du 4 janvier.

Le mois dernier, le ministre cubain de l’Économie soulignait que l’inflation atteignait les 30 % et que les prix des denrées alimentaires avaient augmenté de 78 % en 2023 ; le PIB du pays pourrait s’être contracté de 1 à 2 %, ce qui placerait l’économie de l’île 10 % en dessous de son niveau de 2019. Une « situation désastreuse » qui aurait « contraint le gouvernement à imposer de nouvelles hausses des tarifs de l’électricité et des transports, augmentant encore le coût de la vie », note le Cepr.

L’impact économique et humanitaire est dévastateur

Au cours des deux dernières années, la crise économique a conduit un nombre record de Cubains à tenter d’émigrer aux États-Unis – plus de 400 000 personnes, soit environ 4 % de la population de l’île – avec de très graves conséquences, notamment dans les secteurs de la santé et de l’éducation. « Les sanctions,“à pression maximale“, sont à l’origine d’une fuite des cerveaux sans précédent », rapporte l’Observatoire, citant une enquête du Guardian qui souligne les effets de la guerre économique menée par Washington, au-delà des « pénuries massives et de l’inflation galopante ».

Malgré un gouvernement investissant davantage en éducation et en santé que n’importe quel autre pays d’Amérique latine, les Cubains « qui ont bénéficié pendant des décennies de résultats comparables à ceux des pays développés », indique le quotidien britannique, pâtissent aujourd’hui d’un nombre de personnels de santé en chute libre, tandis que plus de 17 000 enseignants feraient défaut. « Les conditions dans lesquelles le gouvernement évolue sont ingérables », selon Emily Morris, économiste du développement à l’University College London. « Étant donné que les sanctions (instaurées sous l’ère Trump) ont pour effet de l’empêcher d’accéder au financement international, celui-ci est pieds et poings liés car il ne possède pas de réserve de devises. »

Citant « les impacts économiques et humanitaires dévastateurs de l’embargo sur Cuba », le Cepr a rappelé que cinq députés démocrates américains ont déposé, le mois dernier, un projet de loi exhortant leur gouvernement à abandonner la politique d’ingérence de leur pays vis-à-vis de l’Amérique latine. L’occasion d’instaurer à la place une « politique de bon voisinage » mettant fin « à toutes les sanctions unilatérales ».

Luis REYGADA

(1) Sur https://cepr.net/ ↩︎

Source : www.humanite.fr 8/01/2024

»» https://www.humanite.fr/monde/blocus-de-cuba/a-cuba-le-blocus-americai...
URL de cet article 39312
  

Même Thème
Double Morale. Cuba, l’Union européenne et les droits de l’homme
Salim LAMRANI
En juin 2003, sous l’impulsion de l’ancien Premier ministre espagnol, José Marà­a Aznar, l’Union européenne décide d’imposer des sanctions politiques et diplomatiques à Cuba. Cette décision se justifie, officiellement, en raison de la « situation des droits de l’homme » et suite à l’arrestation de 75 personnes considérées comme des « agents au service d’une puissance étrangère » par la justice cubaine et comme des « dissidents » par Bruxelles. Le seul pays du continent américain condamné par l’Union européenne (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

« Laissez les chiens de l’empire aboyer, c’est leur travail. Le nôtre, c’est de se battre pour achever la véritable libération de notre peuple »

Hugo Chavez

La crise européenne et l’Empire du Capital : leçons à partir de l’expérience latinoaméricaine
Je vous transmets le bonjour très affectueux de plus de 15 millions d’Équatoriennes et d’Équatoriens et une accolade aussi chaleureuse que la lumière du soleil équinoxial dont les rayons nous inondent là où nous vivons, à la Moitié du monde. Nos liens avec la France sont historiques et étroits : depuis les grandes idées libertaires qui se sont propagées à travers le monde portant en elles des fruits décisifs, jusqu’aux accords signés aujourd’hui par le Gouvernement de la Révolution Citoyenne d’Équateur (...)
L’UNESCO et le «  symposium international sur la liberté d’expression » : entre instrumentalisation et nouvelle croisade (il fallait le voir pour le croire)
Le 26 janvier 2011, la presse Cubaine a annoncé l’homologation du premier vaccin thérapeutique au monde contre les stades avancés du cancer du poumon. Vous n’en avez pas entendu parler. Soit la presse cubaine ment, soit notre presse, jouissant de sa liberté d’expression légendaire, a décidé de ne pas vous en parler. (1) Le même jour, à l’initiative de la délégation suédoise à l’UNESCO, s’est tenu au siège de l’organisation à Paris un colloque international intitulé « Symposium international sur la liberté (...)
19 
Analyse de la culture du mensonge et de la manipulation "à la Marie-Anne Boutoleau/Ornella Guyet" sur un site alter.
Question : Est-il possible de rédiger un article accusateur qui fait un buzz sur internet en fournissant des "sources" et des "documents" qui, une fois vérifiés, prouvent... le contraire de ce qui est affirmé ? Réponse : Oui, c’est possible. Question : Qui peut tomber dans un tel panneau ? Réponse : tout le monde - vous, par exemple. Question : Qui peut faire ça et comment font-ils ? Réponse : Marie-Anne Boutoleau, Article XI et CQFD, en comptant sur un phénomène connu : "l’inertie des (...)
93 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.