RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher

Agent Orange Vietnam : propos sur le nouveau différé de la Cour d’appel de l’État de New York.



Février 2007.



Avant-propos

Après la plainte déposée par les victimes vietnamiennes de l’Agent Orange au Tribunal de Première instance de Brooklyn, district de New York Est, État de New York, les victimes vietnamiennes ont été déboutées.

Elles ont fait appel.

La Cour d’appel de New York appartient au 2ème circuit sur les onze qui existent sur le territoire des États-Unis d’Amérique. Ce 2ème circuit comprend le district du Connecticut, les 4 districts de l’État de New York : Est, Nord, Ouest, Sud ; et le district du Vermont.

Mais le siège de cette Cour n’est pas situé à New York City. New York City n’est pas la capitale de l’État de New York. La capitale de l’État de New York est Albany. Aussi, pour éviter qu’à l’avenir des lettres soient repoussées, voici, à toute fin utile, la bonne adresse postale de la Cour d’appel de l’État de New York :
State of New York Court of Appeals, 20 Eagle Street, Albany, New York 12207-1095



A partir du moment où les arguments oraux, mainte fois repoussés, n’ont pas eu lieu entre le 5 août et le 5 décembre 2006 comme annoncé lors du dernier ajournement -disons même avant les élections de mi-mandat de novembre 2006- il était inévitable que ces arguments oraux ne se tiendraient pas au début de l’année 2007 pour de nombreuses raisons mêlées, techniques et politiques.

La première raison était quel gouverneur pour l’État de New York puisque Pataki ne se représentait pas ? Car c’est le Gouverneur qui nomme tous les juges dans son État. Or, Judith S. Kaye (nommée par le Gouverneur démocrate Cuomo), n’est pas seulement Juge en chef de la Cour d’Appel de New York, mais également Juge en chef de l’État de New York ! Sans compter qu’un verdict favorable à l’ouverture du procès des victimes vietnamiennes de l’Agent Orange n’est pas forcément électoraliste dans un contexte d’opposition farouche alimentée par les lobbys qui font l’électorat, et il n’y a pas que l’Agent Orange en cours.


De plus, l’année d’activité de cette Cour d’appel boucle son exercice courant janvier. En effet, c’est en janvier que le Juge en chef fait sa déclaration qui définit techniquement, moralement et financièrement la ligne de conduite de la Cour d’appel pour les sessions mensuelles de l’année à venir. Et, comme fait exprès, le rôle de Juge en chef de Judith S. Kaye dans la Cour d’appel arrive en date buttoir de ses quatorze années de service en février/mars 2007 -nommée le 22 février 1993 et confirmée les 17 et 23 mars 1993. D’ailleurs, à ce jour, le programme de cette Cour d’appel ne va pas au-delà du 15 février 2007. Cependant, selon la loi étasunienne, le Gouverneur a le droit de reconduire la Juge en chef tant qu’elle n’a pas atteint la limite de sa soixante-dixième année échue -Judith S. Kaye est née le 4 août 1938. Or, le nouvel élu au poste de Gouverneur, Eliot Spitzer, est démocrate. On devine la complexité stratégique des choses. Même si Judith S. Kaye est très au fait des choses en aucun cas elle est pérenne. Il faut donc attendre la fin du mois de mars pour connaître le nouveau Juge en chef qui reprendrait certainement la ligne définie par son prédécesseur, à moins que Judith S. Kaye soit reconduite pour un laps de temps très court. Le Gouverneur Spitzer va vouloir nommer un Juge en chef qui s’inscrit dans le temps pour contrebalancer l’hégémonie républicaine de cette Cour. Dans le cas d’un nouveau Juge en chef à la Cour d’appel, il faut que ce dernier soit confirmé par le sénat d’àˆtat -il s’agit d’une Cour fédérale- puis se plonge dans les dossiers en cours, puisque Spitzer se gardera bien de nommer l’un des républicains qui y siège déjà . Donc, les mois passent. Cependant, ce nouveau Juge en chef aura toujours pour chef Judith S. Kaye : Juge en chef de l’État de New York (mais aura-t-il l’influence nécessaire, le charisme et l’effigie de son prédécesseur [1] auprès des six autres juges associés en ce qui concerne notre affaire). Le nouveau renvoi des arguments oraux est donné pour le mois de juin 2007, mais n’oublions pas que la Cour d’appel de New York ferme au mois de juillet...

Même si cette nouvelle situation n’est pas forcément mauvaise du point de vue juridique, en attendant, les capitaux bien mal acquis rapportent aux accusés tandis que les victimes naissent, souffrent et meurent.

André Bouny, père adoptif d’enfants vietnamiens, président du « Comité International de Soutien aux victimes vietnamiennes de l’Agent Orange et au procès de New York » (CIS).




Agent Orange Vietnam : Pourquoi les médias taisent ce gigantesque crime ? par André Bouny.




- Photo : Judith S. Kaye, juge en chef


[1Judith S. Kaye a mené le combat du cancer du sein aux USA, des droit des femmes et ceux des enfants.


URL de cet article 4742
  

Même Auteur
Agent Orange - Apocalypse Viêt Nam
André BOUNY
Si un jour existe une unité capable de mesurer la douleur et la souffrance, elle devra s’appeler Viêt Nam. « De tous les crimes de guerre, celui de l’Agent Orange au Viêt Nam est particulièrement hideux. » Noam Chomsky, membre du Comité International de Soutien aux victimes de l’Agent Orange Dow Chemical, Monsanto, Diamond, Uniroyal, Hercules… Découvrez les crimes impunis des marchands de la mort. L’effroyable réalité d’un écocide chimique Si l’histoire de l’utilisation des poisons, (venins et (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

Nous sommes gouvernés, nos esprits sont moulés, nos goûts formés, nos idées suggérés, en grande partie par des gens dont nous n’avons jamais entendu parler.

Edward Bernays

Médias et Information : il est temps de tourner la page.
« La réalité est ce que nous prenons pour être vrai. Ce que nous prenons pour être vrai est ce que nous croyons. Ce que nous croyons est fondé sur nos perceptions. Ce que nous percevons dépend de ce que nous recherchons. Ce que nous recherchons dépend de ce que nous pensons. Ce que nous pensons dépend de ce que nous percevons. Ce que nous percevons détermine ce que nous croyons. Ce que nous croyons détermine ce que nous prenons pour être vrai. Ce que nous prenons pour être vrai est notre réalité. » (...)
55 
Appel de Paris pour Julian Assange
Julian Assange est un journaliste australien en prison. En prison pour avoir rempli sa mission de journaliste. Julian Assange a fondé WikiLeaks en 2006 pour permettre à des lanceurs d’alerte de faire fuiter des documents d’intérêt public. C’est ainsi qu’en 2010, grâce à la lanceuse d’alerte Chelsea Manning, WikiLeaks a fait œuvre de journalisme, notamment en fournissant des preuves de crimes de guerre commis par l’armée américaine en Irak et en Afghanistan. Les médias du monde entier ont utilisé ces (...)
17 
Reporters Sans Frontières, la liberté de la presse et mon hamster à moi.
Sur le site du magazine états-unien The Nation on trouve l’information suivante : Le 27 juillet 2004, lors de la convention du Parti Démocrate qui se tenait à Boston, les trois principales chaînes de télévision hertziennes des Etats-Unis - ABC, NBC et CBS - n’ont diffusé AUCUNE information sur le déroulement de la convention ce jour-là . Pas une image, pas un seul commentaire sur un événement politique majeur à quelques mois des élections présidentielles aux Etats-Unis. Pour la première fois de (...)
23 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.