Quantcast
RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher


Anthony Sampson sur Nelson Mandela

Au soir de sa vie, le grand journaliste et écrivain Anthony Sampson, auteur de la biographie autorisée de Nelson Mandela, rédigea sa propre biographie.

Je cite une page consacrée par Sampson à celui qui fut son ami dès les années cinquante. Pour la petite histoire, je signale que lorsque Mandela accorda sa confiance totale au journaliste anglais, il y mit une condition :

« Tu ne diras pas que nous fîmes connaissance dans un bar clandestin. »

C’est en prison que Mandela développa sa force intérieure, ses qualités de chef qui lui permirent d’exercer une tranquille domination, à la fois sur ses compagnons de captivité et sur ses gardiens. Au cours des longs entretiens que j’eus avec eux, je me suis efforcé de rassembler tous les éléments de cette histoire. Et finalement, j’ai pu avoir accès aux archives de la prison, une grotte d’Aladin qui me livra des indices cruciaux sur les relations de Mandela avec les autorités. Une centaine de gros cartons contenaient toute la correspondance et les rapports relatifs au prisonnier, conservés méticuleusement, y compris tout son courrier intercepté et le manuscrit original de l’autobiographie qu’il rédigea dans sa cellule en 1975. Ces cartons nous disaient comment, dans les faits, Mandela avait imposé sa propre personnalité et sa confiance à toute la prison. Déjà en 1969, le directeur avait dû lui rappeler ceci : « Nelson, tu es un prisonnier. » Onze ans plus tard, le ministre de la Justice reçut une analyse détaillée de l’état d’esprit de Mandela qui mettait l’accent sur son extraordinaire confiance en soi :

« Le temps passé en prison a renforcé et non affaibli son positionnement politique et son état psychologique ; et grâce à cela, il a désormais acquis le charisme carcéral caractéristique des dirigeants des luttes de libération d’aujourd’hui. »

C’est en prison que Mandela développa son don le plus remarquable, son aptitude à comprendre ses adversaires, la clé des négociations à venir. Il était déterminé à comprendre et à apaiser les peurs des Blancs. Il étonna les hommes politiques afrikans qui lui rendirent visite en leur montrant qu’il était très conscient de leur histoire passée, en tant que peuple qui avait été victime de l’oppression des Britanniques, qui avait souffert et combattu pour obtenir leur indépendance, comme le feraient ensuite à leur tour les Africains. Cette compréhension jouerait un rôle fondamental dans les négociations finales car elle permit à Mandela et à ses collègues de gagner la confiance de leurs anciens ennemis et de poser les fondations d’une nouvelle constitution que les deux camps pourraient accepter. D’autres régions d’Afrique et du monde, y compris au Proche-Orient et en Irlande du Nord, éprouvèrent le même besoin désespéré de faire la paix, de rapprocher des camps qui alimentaient l’hostilité en un véritable cercle vicieux. Mais il leur manqua un chef courageux et débordant d’imagination capable de franchir les murs élevés de la haine.

URL de cet article 23852
   
AGENDA
mercredi 22 mai 2019
mercredi 22 mai 2019
vendredi 24 mai 2019
samedi 25 mai 2019
samedi 25 mai 2019
lundi 27 mai 2019
lundi 27 mai 2019
jeudi 30 mai 2019
vendredi 31 mai 2019
mardi 4 juin 2019
mercredi 12 juin 2019
samedi 29 juin 2019
Même Auteur
Roger Faligot. La rose et l’edelweiss. Ces ados qui combattaient le nazisme, 1933-1945. Paris : La Découverte, 2009.
Bernard GENSANE
Les guerres exacerbent, révèlent. La Deuxième Guerre mondiale fut, à bien des égards, un ensemble de guerres civiles. Les guerres civiles exacerbent et révèlent atrocement. Ceux qui militent, qui défendent des causes, tombent toujours du côté où ils penchent. Ainsi, le 11 novembre 1940, des lycées parisiens font le coup de poing avec des jeunes fascistes et saccagent les locaux de leur mouvement, Jeune Front et la Garde française. Quelques mois plus tôt, les nervis de Jeune Front avaient détruit les (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

La liberté de la presse est la liberté que les capitalistes ont d’acheter des journaux et des journalistes dans l’intérêt de créer une opinion publique favorable à la bourgeoisie.

Karl Marx


Le fascisme reviendra sous couvert d’antifascisme - ou de Charlie Hebdo, ça dépend.
Le 8 août 2012, nous avons eu la surprise de découvrir dans Charlie Hebdo, sous la signature d’un de ses journalistes réguliers traitant de l’international, un article signalé en « une » sous le titre « Cette extrême droite qui soutient Damas », dans lequel (page 11) Le Grand Soir et deux de ses administrateurs sont qualifiés de « bruns » et « rouges bruns ». Pour qui connaît l’histoire des sinistres SA hitlériennes (« les chemises brunes »), c’est une accusation de nazisme et d’antisémitisme qui est ainsi (...)
118 
Retour sur l’étrange et persistante désinformation autour de « l’affaire » Julian Assange (le Fake News dans toute sa splendeur)
On ne le répétera jamais assez : pratiquement tout ce que les grands médias répètent à l’envi autour de « l’affaire » Julian Assange est incorrect. Et on a beau l’expliquer aux journalistes - lorsque l’occasion se présente - et ils ont beau hocher de la tête, rien n’y fait : ils persistent et signent, mus par une sorte d’incapacité à accepter le moindre écart d’une narrative pré-établie et apparemment immuable, même lorsqu’elle se révèle fausse. Il suffit pourtant d’un minimum de recherches, pas beaucoup, pour (...)
10 
L’UNESCO et le «  symposium international sur la liberté d’expression » : entre instrumentalisation et nouvelle croisade (il fallait le voir pour le croire)
Le 26 janvier 2011, la presse Cubaine a annoncé l’homologation du premier vaccin thérapeutique au monde contre les stades avancés du cancer du poumon. Vous n’en avez pas entendu parler. Soit la presse cubaine ment, soit notre presse, jouissant de sa liberté d’expression légendaire, a décidé de ne pas vous en parler. (1) Le même jour, à l’initiative de la délégation suédoise à l’UNESCO, s’est tenu au siège de l’organisation à Paris un colloque international intitulé « Symposium international sur la liberté (...)
18 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.