Quantcast
RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher

38 

Après le choc, les réflexions !

Dix jours ont passé. Des silences sont éloquents. Les médias friands de petites phrases assassines utilisent la pétition lancée par Clémentine Autain (FI) et Elsa Faucillon (PCF) pour mener une campagne sibylline contre Mélenchon. Normal pour des "gardiens de l’ordo-libéralisme". Ce qui l’est moins, ce sont les saillies lancées par un certain nombre de dirigeants des anciens partis formant la gauche plurielle, l’union de la gauche ou tout autre avatar d’un passé qui nous a conduit dans l’impasse. Chacun y va de son couplet sur l’échec de la FI, sur l’effondrement du mouvement, sur la fin de celui-ci. J’en suis sidéré. Les réseaux sociaux bruissent des coups bas, des affirmations hasardeuses, d’anathèmes honteux. Pourtant la FI progresse légèrement et microscopiquement de 2% sur les résultats comparables de 2014.

Chaque jour qui passe, j’attends les analyses de la brillante prestation de Place Publique/PS qui perd 8% sur 2014, de Génération.s dont le score remarquable a entraîné la mise en retrait de son leader, Benoît Hamon, du succès enregistré par le PCF qui n’atteint pas 3% et n’a plus d’élu au parlement européen. Peut-être attendent-ils la parole de Mélenchon ce jeudi [ il a dit qu’il parlerait, non pas le 6, mais à partir du 6. Note du GS], entérinant par cela le rôle central de la FI dans l’opposition progressiste au pouvoir macronien. En effet, devant les débris de la petite gauche, devant sa disparition lente mais inexorable, le mouvement insoumis tient la tranchée, avec difficultés certes mais il tient.

Bien sûr, nous devons analyser les obstacles à notre ambition qui, je le rappelle ne consiste pas à gagner quelques sièges en plus dans les assemblées élues, mais qui travaille à rassembler une majorité électorale pour exercer le pouvoir, abolir la 5e république et engendrer une constituante pour doter le pays d’institutions nouvelles donnant le pouvoir au peuple. Voilà la tâche qui nous attend.

Pour ce faire, nous devons nous adresser aux millions de gens qui s’abstiennent ou qui dispersent leur vote sur des formations qui, au final, les roulent dans la farine et les dégoûtent à jamais. Pour y parvenir, les insoumis doivent confronter leurs idées, élaborer et affiner leur stratégie de conquête politique, réfléchir et agir ensemble. Sans oukases, sans agressivité, discutons, écrivons, dialoguons, cherchons les moyens judicieux, les initiatives, les mots d’ordre aptes à rassembler. Et surtout, investissons les lieux de débat, les mouvements sociaux, les luttes.

Nos idées ne sont pas en contradiction avec les aspirations populaires, bien au contraire. Ouvrons grand nos fenêtres, nos portes. Le débat et la confrontation des arguments ne nous rechignent pas. Tournons-nous vers les couches populaires, la jeunesse, les salariés. Avec confiance !

José ESPINOZA

URL de cet article 34996
   
Ainsi parle Chávez
Hugo Chávez, figure du Venezuela et de l’Amérique latine contemporaine, si critiqué et diffamé dans la plupart des médias, était indéniablement le président métisse, issu d’une famille pauvre, avec lequel les classes populaires pouvaient s’identifier. Pendant 13 ans, chaque dimanche, il s’est adressé à son peuple dans une émission appelée « Allô président », fréquemment enregistrée sur le terrain et en public. Ce livre recueille certaines de ses allocutions. Tour à tour professeur, historien, blagueur, (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

Je pense que nous risquons de devenir la société la mieux informée à mourir par ignorance.

Reuben Blades


Médias et Information : il est temps de tourner la page.
« La réalité est ce que nous prenons pour être vrai. Ce que nous prenons pour être vrai est ce que nous croyons. Ce que nous croyons est fondé sur nos perceptions. Ce que nous percevons dépend de ce que nous recherchons. Ce que nous recherchons dépend de ce que nous pensons. Ce que nous pensons dépend de ce que nous percevons. Ce que nous percevons détermine ce que nous croyons. Ce que nous croyons détermine ce que nous prenons pour être vrai. Ce que nous prenons pour être vrai est notre réalité. » (...)
53 
L’UNESCO et le «  symposium international sur la liberté d’expression » : entre instrumentalisation et nouvelle croisade (il fallait le voir pour le croire)
Le 26 janvier 2011, la presse Cubaine a annoncé l’homologation du premier vaccin thérapeutique au monde contre les stades avancés du cancer du poumon. Vous n’en avez pas entendu parler. Soit la presse cubaine ment, soit notre presse, jouissant de sa liberté d’expression légendaire, a décidé de ne pas vous en parler. (1) Le même jour, à l’initiative de la délégation suédoise à l’UNESCO, s’est tenu au siège de l’organisation à Paris un colloque international intitulé « Symposium international sur la liberté (...)
18 
Revolucionarios : "On ne nait pas révolutionnaire... on le devient."
Chères lectrices, cher lecteurs du Grand Soir Nous vous proposons à la diffusion un documentaire intitulé « Revolucionarios ». Durée 57 Min – Version VOSTFR. Ce film, le premier d’une série, c’est la révolution cubaine racontée par celles et ceux, souvent anonymes, qui y ont participé d’une manière ou d’une autre. Des témoignages qui permettront de comprendre la réalité de ce que vivait le peuple cubain avant l’insurrection, de découvrir les raisons de cet engagement dans la lutte et de voir comment chacun (...)
20 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.