Quantcast
RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher

38 

Après le choc, les réflexions !

Dix jours ont passé. Des silences sont éloquents. Les médias friands de petites phrases assassines utilisent la pétition lancée par Clémentine Autain (FI) et Elsa Faucillon (PCF) pour mener une campagne sibylline contre Mélenchon. Normal pour des "gardiens de l’ordo-libéralisme". Ce qui l’est moins, ce sont les saillies lancées par un certain nombre de dirigeants des anciens partis formant la gauche plurielle, l’union de la gauche ou tout autre avatar d’un passé qui nous a conduit dans l’impasse. Chacun y va de son couplet sur l’échec de la FI, sur l’effondrement du mouvement, sur la fin de celui-ci. J’en suis sidéré. Les réseaux sociaux bruissent des coups bas, des affirmations hasardeuses, d’anathèmes honteux. Pourtant la FI progresse légèrement et microscopiquement de 2% sur les résultats comparables de 2014.

Chaque jour qui passe, j’attends les analyses de la brillante prestation de Place Publique/PS qui perd 8% sur 2014, de Génération.s dont le score remarquable a entraîné la mise en retrait de son leader, Benoît Hamon, du succès enregistré par le PCF qui n’atteint pas 3% et n’a plus d’élu au parlement européen. Peut-être attendent-ils la parole de Mélenchon ce jeudi [ il a dit qu’il parlerait, non pas le 6, mais à partir du 6. Note du GS], entérinant par cela le rôle central de la FI dans l’opposition progressiste au pouvoir macronien. En effet, devant les débris de la petite gauche, devant sa disparition lente mais inexorable, le mouvement insoumis tient la tranchée, avec difficultés certes mais il tient.

Bien sûr, nous devons analyser les obstacles à notre ambition qui, je le rappelle ne consiste pas à gagner quelques sièges en plus dans les assemblées élues, mais qui travaille à rassembler une majorité électorale pour exercer le pouvoir, abolir la 5e république et engendrer une constituante pour doter le pays d’institutions nouvelles donnant le pouvoir au peuple. Voilà la tâche qui nous attend.

Pour ce faire, nous devons nous adresser aux millions de gens qui s’abstiennent ou qui dispersent leur vote sur des formations qui, au final, les roulent dans la farine et les dégoûtent à jamais. Pour y parvenir, les insoumis doivent confronter leurs idées, élaborer et affiner leur stratégie de conquête politique, réfléchir et agir ensemble. Sans oukases, sans agressivité, discutons, écrivons, dialoguons, cherchons les moyens judicieux, les initiatives, les mots d’ordre aptes à rassembler. Et surtout, investissons les lieux de débat, les mouvements sociaux, les luttes.

Nos idées ne sont pas en contradiction avec les aspirations populaires, bien au contraire. Ouvrons grand nos fenêtres, nos portes. Le débat et la confrontation des arguments ne nous rechignent pas. Tournons-nous vers les couches populaires, la jeunesse, les salariés. Avec confiance !

José ESPINOZA

URL de cet article 34996
   

L’Histoire m’acquittera
Fidel CASTRO, Jacques-François BONALDI
L’Histoire m’acquittera (en espagnol : La Historia me absolvera) est un manifeste d’auto-défense écrit par Fidel Castro en octobre 1953, à la veille de son procès (il est jugé pour avoir attaqué la caserne de Moncada le 26 juillet 1953, en réaction au coup d’état de Batista). Fidel Castro est diplômé en droit, il manie la plaidoirie, exercice qu’il connaît bien, avec aisance : il y explique ses actes et son implication dans le soulèvement contre Batista mais surtout, il y développe ses différentes thèses (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

"Il est grand temps qu’il y ait des mesures coercitives (contre les chômeurs)."

"Il y a des moyens très simples : soit vous faîtes peur soit vous donnez envie d’aller bosser. La technique du bâton et de la carotte."

Extrait sonore du documentaire de Pierre Carles "Danger Travail", interview auprès d’entrepreneurs assistants à l’université d’été du Medef en 2003

Revolucionarios : "On ne nait pas révolutionnaire... on le devient."
Chères lectrices, cher lecteurs du Grand Soir Nous vous proposons à la diffusion un documentaire intitulé « Revolucionarios ». Durée 57 Min – Version VOSTFR. Ce film, le premier d’une série, c’est la révolution cubaine racontée par celles et ceux, souvent anonymes, qui y ont participé d’une manière ou d’une autre. Des témoignages qui permettront de comprendre la réalité de ce que vivait le peuple cubain avant l’insurrection, de découvrir les raisons de cet engagement dans la lutte et de voir comment chacun (...)
20 
Le fascisme reviendra sous couvert d’antifascisme - ou de Charlie Hebdo, ça dépend.
Le 8 août 2012, nous avons eu la surprise de découvrir dans Charlie Hebdo, sous la signature d’un de ses journalistes réguliers traitant de l’international, un article signalé en « une » sous le titre « Cette extrême droite qui soutient Damas », dans lequel (page 11) Le Grand Soir et deux de ses administrateurs sont qualifiés de « bruns » et « rouges bruns ». Pour qui connaît l’histoire des sinistres SA hitlériennes (« les chemises brunes »), c’est une accusation de nazisme et d’antisémitisme qui est ainsi (...)
120 
CUBA : modèle de résistance ou résistance d’un modèle ? (conférence/débat audio)
Conférence de Viktor Dedaj, animateur du site "Le Grand Soir", sur le Libre Teamspeak le 4 Décembre 2011. Notre conférencier nous explique enfin la vérité sur Cuba, sur son régime, et démonte minutieusement toute la propagande des États-Unis contre Cuba. Une conférence aussi excellente qu’indispensable. L’exposé initial de Viktor Dedaj dure une quarantaine de minutes et est suivi de deux heures de questions/débat avec les auditeurs. - http://lelibrets.blogspot.com/ Le compte Youtube (...)
22 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.