RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher

Bolivie : La révolte populaire fait reculer l’impôt du FMI

Plus de 13 morts, 89 blessés par balles, le saccage du Ministère du Travail et un blessé, un cameraman de Toribio Canqui, tel est le bilan de la répression gouvernementale...

by RISBAL
risbal@collectifs.net

La révolte populaire fait reculer l’impôt du FMI

Plus de 13 morts, 89 blessés par balles, le saccage du Ministère du Travail et un `lessé, un cameraman de Toribio Canqui, tel est le bilan de la répression gouvernementale contre la révolte populaire consécutive à la présentation d’un projet de Loi sur le Budget Général de la Nation dans lequel est inclue l’intention d’appliquer un "impuestazo" (un impôt massif) de 12,5% aux salaires des travailleurs du secteur public.

Le Fonds Monétaire International (FMI) a insisté, le 12 février jusqu’à 3 heures de l’après-midi afin que le gouvernement maintienne sa décision d’appliquer l’impuestazo en tant que mesure "nécessaire pour réduire le déficit fiscal de 9 à 6%". L’insistance du FMI a été confirmée par des sources gouvernementales mais le soulèvement populaire a finalement forcé le FMI et le chef du gouvernement à annoncer officiellement leur intention de faire marche arrière.

Le gouvernement décrète un congé bancaire et la suspension des activités publiques et privées

Le gouvernement a ensuite décrété un congé bancaire et la suspension des activités publiques et privées pour le jeudi 13 février sur tout le territoire national du fait de la situation sociale critique que connaît le pays.

L’annonce a été faite par le Ministre du Travail, Jaime Navarro, qui a affirmé que cette mesure a été décidée à cause des graves événements qui se sont déroulés au siège du gouvernement, événements au cours desquels les affrontements se sont soldés par la mort de 10 personnes : militaires, policiers et civils.

Navarro a rendu compte que le gouvernement analysera avec le président Sanchez de Lozada la situation du pays et les arguments pour l’annulation de l’"impuestazo".

33 morts en un mois de conflits sociaux

Le gouvernement de Gonzalo Sanchez de Lozada a battu les records de répression au cours de ces dernières semaines, en dépassant même les taux de répression enregistrés lors des périodes de dictature. En un mois, la répression déclenchée par le gouvernement a fait 33 victimes mortelles.

En septembre 2002, les producteurs de coca du Chapare ont présenté au gouvernement leurs revendications tournant autour du plan de développement alternatif et de la nouvelle politique d’éradication des plantations de feuilles de coca. Cependant, malgré quelques points d’accords entre le gouvernement et les producteurs de coca représentés par le député du Mouvement au socialisme (MAS) Evo Morales, l’accord espéré n’a pas eu lieu, ce qui a provoqué par la suite la mobilisation des cocaleros à travers des actions de blocage des routes du pays.

Les paysans et les cocaleros ont occupé les routes à partir du 13 janvier dernier et ont installé des barrages pour mettre sous pression le gouvernement. Ils ont immédiatement dû affronter la répression violente de nombreux effectifs militaires et policiers, provoquant la mort de 17 personnes dans les régions de Cochabamba, Chuquisca et Oruro, où un mineur a été victime de la violence militaire.

Les retraités, un autre secteur social mécontent face aux promesses non tenues du pouvoir exécutif, ont également lancé depuis la localité de Patacamaya une marche jusqu’au siège du gouvernement pour exiger l’annulation de l’article 3 de la Loi de Maintien de la Valeur qui ajuste les retraites sur base de l’Indice des Prix au Consommateur (IPC). Lors de leur marche, ils ont été réprimés à Pan Duro par des forces policières et lors de leur retour de la capitale, au cours d’un supposé accident routier, 8 d’entre eux ont été tués. Les propriétaires des motos qui ont provoqué cet accident font partie de la famille du ministre de la Présidence, Carlos Sanchez Berzain...

Un peu plus tard, les travailleurs de différents secteurs ont uni leurs forces pour mettre sur pied un dénommé "Etat-Major du Peuple" exigeant la démission du premier mandataire Sanchez de Lozada tout en négociant avec lui les revendications des différents secteurs sociaux mais également des exigences de caractère national et structurel tels que le rejet de l’Accord de libre échange des Amériques (ALCA), de l’exportation du gaz bolivien par un port chilien, de la capitalisation et la feuille de coca.

Après différents affrontements où ont perdu la vie de nombreux paysans, cocaleros et forces de l’ordre, un accord a été conclu avec le gouvernement en vue de mettre sur pied 7 "tables de dialogue" qui n’ont finalement donné aucun résultat jusqu’à aujourd’hui.

La situation sociale du pays s’est ensuite considérablement tendue lorsque le président a annoncé aux Boliviens son "impuestazo". Cette mesure a été la goutte d’eau qui a fait déborder le vase de la colère et de l’impatience de la population et des différents secteurs de travailleurs. Les partis d’opposition se sont également mis à critiquer durement le gouvernement en évoquant son incapacité à gouverner et son absence de programme.

Certaines sources soulignent que ce sont les policiers qui ont mis le feu aux poudres lorsqu’ils se sont mutinés le mardi 11 février afin d’exiger une hausse salariale de 40% et l’annulation des mesures d’austérité qui leur sont imposées.

Cette mutinerie a obligé le pouvoir à faire appel à des troupes militaires afin de protéger le Palais gouvernemental qui a subi des jets de pierres de la part d’étudiants du Collège d’Ayacucho, de la population et de policiers en civil.

Mais ce n’était là que le début car un affrontement a eu lieu entre des forces policières et des militaires provoquant 89 blessés et 13 morts par balles !

Malgré le fait que le président Sanchez de Lozada a annoncé son intention de retirer l’"impuestazo", la situation sociale est loin de se normaliser. Il reste toujours à résoudre les demandes des policiers ainsi que l’exigence de la démission du premier mandataire, une exigence qui est aujourd’hui avancée par tous les travailleurs, les partis d’opposition et la population.

La Paz, Bolivie, 13/02/03. Bolpress.com/La Haine.

* Traduction : Ataulfo Riera

© COPYLEFT LA HAINE 2003.

***

RISBAL - BOLIVIE :
http://www.collectifs.net/risbal/bolivie/bolivie.htm

RISBAL - Expo Photo dans un atelier de traitement de la coca :
http://www.collectifs.net/risbal/bolivie/expo01.htm

URL de cet article 547
  

Même Thème
Figures Révolutionnaires de l’Amérique latine
Rémy HERRERA
Cet ouvrage propose au lecteur sept chapitres consacrés à quelques-uns des révolutionnaires les plus importants d’Amérique latine et caribéenne : Simón Bolívar, José Martí, Ernesto Che Guevara, Hugo Chávez, Fidel Castro et Evo Morales. L’Amérique latine et caribéenne offre depuis le début des années 2000 l’image de peuples qui sont parvenus à repasser à l’offensive, dans les conditions historiques très difficiles qui sont celles de ce début de XXIe siècle. C’est cette puissante mobilisation populaire qui est (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

En 2001, on nous a dit que la guerre en Afghanistan était une opération féministe. Les soldats US libéraient les femmes afghanes des talibans. Peut-on réellement faire entrer le féminisme dans un pays à coups de bombes ?

Arundhati Roy

L’UNESCO et le «  symposium international sur la liberté d’expression » : entre instrumentalisation et nouvelle croisade (il fallait le voir pour le croire)
Le 26 janvier 2011, la presse Cubaine a annoncé l’homologation du premier vaccin thérapeutique au monde contre les stades avancés du cancer du poumon. Vous n’en avez pas entendu parler. Soit la presse cubaine ment, soit notre presse, jouissant de sa liberté d’expression légendaire, a décidé de ne pas vous en parler. (1) Le même jour, à l’initiative de la délégation suédoise à l’UNESCO, s’est tenu au siège de l’organisation à Paris un colloque international intitulé « Symposium international sur la liberté (...)
19 
La crise européenne et l’Empire du Capital : leçons à partir de l’expérience latinoaméricaine
Je vous transmets le bonjour très affectueux de plus de 15 millions d’Équatoriennes et d’Équatoriens et une accolade aussi chaleureuse que la lumière du soleil équinoxial dont les rayons nous inondent là où nous vivons, à la Moitié du monde. Nos liens avec la France sont historiques et étroits : depuis les grandes idées libertaires qui se sont propagées à travers le monde portant en elles des fruits décisifs, jusqu’aux accords signés aujourd’hui par le Gouvernement de la Révolution Citoyenne d’Équateur (...)
Comment Cuba révèle toute la médiocrité de l’Occident
Il y a des sujets qui sont aux journalistes ce que les récifs sont aux marins : à éviter. Une fois repérés et cartographiés, les routes de l’information les contourneront systématiquement et sans se poser de questions. Et si d’aventure un voyageur imprudent se décidait à entrer dans une de ces zones en ignorant les panneaux avec des têtes de mort, et en revenait indemne, on dira qu’il a simplement eu de la chance ou qu’il est fou - ou les deux à la fois. Pour ce voyageur-là, il n’y aura pas de défilé (...)
43 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.