RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher

Ces caricatures qui gouvernent nos esprits

En zappant, je tombe tout récemment sur un débat organisé par LCI, chaîne d’information en continu, surgeon de TF1. Les chaînes d’info en continu ont développé cette combine qui consiste à faire débattre des “ spécialistes ” – spécialistes de tout, il faut bien le dire – largement de droite, sur des sujets dictés par l’actualité immédiate. Ça ne coûte pas cher et on peut toujours espérer une empoignade, un coup de buzz qui sera repris ad nauseam pendant 12 à 36 heures. Le débat en question mettait en scène, outre le modérateur, quatre spécialistes, donc, tous bien de droite. L’un d’entre eux a titillé mon intérêt : Louis Marie Cyril Servane de Raguenel de Montmorel de Corvée de Chiottes de Bon Matin de Bonne Heure. Bernard, il faut toujours que tu exagères ! Enlève cette corvée de chiottes superfétatoire.

Je simplifie un peu plus : je l’appellerai désormais “ Loulou ”.

Par la faute de la Révolution française, cette chienne, le ci-devant Loulou (Balzac, faux noble, adorait l’expression « ci-devant ») est né en 1987 à Colombes, fils d’Arnaud Paul Yvan Jacques Marie de Raguenel de Montmorel et d’Isabelle Hélène Marie Gabrielle de Secondat de Montesquieu. Second d’une fratrie de six enfants, Loulou à fréquenté l’école Sainte Marie des Bourdonnais à Versailles, l’école Saint-Jean de Béthune, également à Versailles, le lycée Saint-Thomas de Villeneuve à Chaville et le lycée Saint-Bonnet à Châteauneuf de Galaure dans la Drôme (où a vécu la célèbre mystique catholique Marthe Robin). Loulou a épousé la roturière Inès Carayon qui lui a donné quatre enfants.

Durant le (faux) débat qui m’a hérissé le poil, Loulou a passé le plus clair de son temps à critiquer les attaques de Philippe Poutou contre les violences de la police. Mais pourquoi donc, me demandais-je ? Parce qu’entre notre bon Loulou et la police, il y a comme une affaire de cœur. Il fut responsable des réseaux sociaux au ministère de l’Intérieur et rédacteur en chef du service “ Défense, police justice ” de l’hebdomadaire d’extrême droite Valeurs actuelles.

Avant de devenir journaliste, Loulou avait milité au sein de la Droite forte de l’UMP, fondée par Guillaume Peltier et Geoffroy Didier, proche de l’UNI, de Sens commun et de la Manif pour tous. Il avait été le “ Monsieur Communication numérique ” de Claude Guéant au ministère de l’Intérieur puis chef du groupe « nouvelles technologies et veille » au cabinet du directeur général de la Police nationale, Claude Balland. Il s’était fait remarquer par des prises de position extrémistes, en particulier contre le mariage homosexuel. Discrètement écarté par Manuel Valls, il devint le nouveau rédacteur en chef internet de Valeurs actuelles qui s’était droitisée sous la direction d’un autre aristo, Yves de Kerdrel, deux fois condamné pour provocation à la haine raciale et également pour avoir injurié les journalistes du Monde Gérard Davet et Fabrice Lhomme, qu’il avait accusés d’être des « valets » d’un « cabinet noir » contre Nicolas Sarkozy.

En mars 2013, comme l’a révélé l’Express à l’époque, Loulou finit par être discrètement écarté par Manuel Valls, qui se méfiait de son activisme. A 26 ans, il devint alors le nouveau rédacteur en chef Internet de Valeurs actuelles. Une reconversion éclair qui ne manqua pas de faire jaser en interne. Aux côtés de quelques autres plumes fraîchement débauchées, la nouvelle recrue incarna le virage radical pris avec l’arrivée d’Yves de Kerdrel aux manettes, en octobre 2013. Depuis, de révélations anonymes en dossiers complaisants, l’hebdomadaire s’efforça de servir au mieux la cause sarkozyste. Une stratégie offensive dans laquelle Loulou occupa une place discrète mais efficace. La semaine de son scoop, il s’était ouvertement targué d’avoir obtenu ses informations par l’intermédiaire d’un ancien policier proche de la galaxie sarkozyste, reconverti depuis dans le privé. Loulou ne s’est jamais épanché sur cette période de sa vie.

Il annonça subrepticement son départ de Valeurs actuelles parce qu’il était pressenti pour prendre la tête du service politique d’Europe 1. Il y eut malheureusement une vigoureuse réaction de la plèbe des journalistes sous la coupe du – horreur ! – SNJ, syndicat de lutte connu pour son progressisme historique. Par 104 voix contre 3, la rédaction et les techniciens refusèrent l’arrivée de Loulou et finirent par accepter sa nomination comme adjoint au chef du service.

Ce que les journalistes plébéiens n’acceptaient pas, c’est qu’un « service politique d’une radio généraliste soit désormais dirigé par quelqu’un ayant un passé assumé de militant politique », rappelant les liens étroits de Loulou avec Claude Guéant. Le directeur de l’information, Donat Vidal-Revel, justifia la nomination de Loulou en ces termes : « Louis de Raguenel ne quitte pas Valeurs actuelles pour faire du Valeurs actuelles, ce qui n’aurait aucun sens, mais pour faire du Europe 1. C’est pour cela qu’il ne devient pas éditorialiste ou chroniqueur, dans une fenêtre de libre expression. Ce ne sont pas ses idées qui m’intéressent mais ses qualités professionnelles, ses contacts et son envie ».

Derrière les « qualités » et les « envies » fort respectables, Loulou, c’est bel et bien les méthodes et l’activisme de l’extrême droite tels qu’on les connaît depuis Édouard Drumont.

URL de cet article 37934
  

Même Auteur
Éric Laurent. Le scandale des délocalisations.
Bernard GENSANE
Ce livre remarquable est bien la preuve que, pour l’hyperbourgeoisie, la crise n’est pas le problème, c’est la solution. Éric Laurent n’appartient pas à la gauche. Il est parfois complaisant (voir ses livres sur Hassan II ou Konan Bédié). Mais dans le métier, on dit de lui qu’il est un " journaliste d’investigation " , c’est-à -dire … un journaliste. Un vrai. Sa dénonciation des délocalisations, par les patronats étatsunien et français en particulier, est puissamment documentée et offre une (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

"Lorsque j’ai pris mes fonctions, j’étais déterminé à faire entrer les Etats-Unis dans le 21ème siècle, toujours comme le plus grand facteur de paix et de liberté, de démocratie, de sécurité et de prospérité."

Bill Clinton, 1996

"A travers le monde, chaque jour, un homme, une femme ou un enfant sera déplacé, torturé, assassiné ou "porté disparu", entre les mains de gouvernements ou de groupes politiques armés. Et la plupart du temps, les Etats-Unis en sont complices. "

Amnesty International, 1996

Le DECODEX Alternatif (méfiez-vous des imitations)
(mise à jour le 19/02/2017) Le Grand Soir, toujours à l’écoute de ses lecteurs (réguliers, occasionnels ou accidentels) vous offre le DECODEX ALTERNATIF, un vrai DECODEX rédigé par de vrais gens dotés d’une véritable expérience. Ces analyses ne sont basées ni sur une vague impression après un survol rapide, ni sur un coup de fil à « Conspiracywatch », mais sur l’expérience de militants/bénévoles chevronnés de « l’information alternative ». Contrairement à d’autres DECODEX de bas de gamme qui circulent sur le (...)
103 
Médias et Information : il est temps de tourner la page.
« La réalité est ce que nous prenons pour être vrai. Ce que nous prenons pour être vrai est ce que nous croyons. Ce que nous croyons est fondé sur nos perceptions. Ce que nous percevons dépend de ce que nous recherchons. Ce que nous recherchons dépend de ce que nous pensons. Ce que nous pensons dépend de ce que nous percevons. Ce que nous percevons détermine ce que nous croyons. Ce que nous croyons détermine ce que nous prenons pour être vrai. Ce que nous prenons pour être vrai est notre réalité. » (...)
55 
Le fascisme reviendra sous couvert d’antifascisme - ou de Charlie Hebdo, ça dépend.
Le 8 août 2012, nous avons eu la surprise de découvrir dans Charlie Hebdo, sous la signature d’un de ses journalistes réguliers traitant de l’international, un article signalé en « une » sous le titre « Cette extrême droite qui soutient Damas », dans lequel (page 11) Le Grand Soir et deux de ses administrateurs sont qualifiés de « bruns » et « rouges bruns ». Pour qui connaît l’histoire des sinistres SA hitlériennes (« les chemises brunes »), c’est une accusation de nazisme et d’antisémitisme qui est ainsi (...)
124 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.