RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher
10 

Communiqué de presse de l’équipe médic de la zad et du collectif de soignants mobilisés par rapport aux expulsions sur le site de NDDL, 19 avril 2018

A la sortie de la rencontre entre la délégation intercomposante et la préfecture, Nicolas Hulot a déclaré lundi “Je veux témoigner de la retenue des gendarmes dans une intervention difficile.” Depuis le début des expulsions sur la ZAD de Notre-Dame-des-Landes le 9 avril dernier, nous (équipe médic et collectif de soignants mobilisés) avons comptabilisé 272 personnes blessées dont 10 dans un état grave qu’il a fallu évacuer. Est-ce donc là un signe de retenue ? Ce bilan est non exhaustif et sous-estimé car nombre de personnes blessées ne sont pas soignées par nos équipes. Néanmoins, nous pouvons souligner une augmentation continue du nombre de blessés avec une augmentation du nombre d’évacuations nécessaires à la prise en charge de blessures graves :

photo : https://zad.nadir.org/local/cache-vignettes/L500xH375/imgp3592a-6e279....

- hématomes à l’abdomen, au thorax et au visage secondaires à des tirs tendus de flashballs
- atteinte des organnes génitaux externes à la suite de tirs tendus de flash ball
- eclats de grenades au visage, dans les extrémités, au niveau du thorax
- explosions délabrantes au niveau des membres
- troubles neurologiques & auditifs secondaires aux effets de blast des explosions.
- infection sévère suite à des éclats de grenades enfoncés profondément dans le corps nécessitant une extraction chirurgicale et une antibiothérapie (cf photos sur https://zad.nadir.org/spip.php?article5605)

Tout cela sans comptabiliser le nombre colossal de personnes souffrant de stress post-traumatique actuellement ou à venir, compte-tenu de la violence des événements.

Les forces de l’ordre utilisent leurs armements de façon potentiellement létale avec :

- des tirs tendus de flahballs ou de grenades au niveau du tronc ou de la tête
- des grenades de désencerclement lancées par dessus des haies sans visibilité ou bien directement au milieu de la foule. Certaines de ces grenades sont ainsi tombées dans les capuches ou les sacs à dos des personnes présentes. La survie de ces personnes est liée à la présence d’esprit et au courage des témoins qui les ont otées. La gendarmerie affirme utiliser des armes non létales. Néanmoins, 4 gendarmes (dont 2 on été transférés en service de réanimation) on étés hospitalisés suite à l’explosion d’une de leurs propres grenades.

De plus, les postes de secours medic ont du se déplacer a plusieurs reprises. Pour cause : ils étaient soit noyés dans le gaz lacrymogène, soit dans un endroit où l’intervention de la gendarmerie était imminent. Nous soulignons que cette dernière était au courant des emplacements de ces postes médicaux et a ainsi mis en difficulté la prise en charge des personnes blessés. L’évacuation d’une personne blessée a été entravée par les gardes mobiles, qui, après avoir autorisé le passage de l’ambulance, l’ont a nouveau bloquée avec 2 véhicules blindés. Après avoir trouvé refuge chez des habitant.e.s choqué.e.s par cette situation, il a fallu attendre plus de 30 minutes l’arrivée des pompiers.

L’usage des armes n’est donc pas défensif mais bien offensif : des foules ne présentant aucune menace et/ou étant en train de se disperser on été visées a plusieurs reprise (notamment dimanche). Des pluies de grenade on était larguées systématiquement sur les chemins de replis, rendant la fuite dangereuse et parfois même irréalisable.

C’est pour toutes ces raisons qu’un collectif a décidé, le mercredi 18 avril 2018, de saisir le défenseur des droits, Mr Jacques TOUBON, par rapport aux violences policières sur la Zad.

Aujourd’hui , nous sommes témoins des mutilations & nous aurions d’ors et déjà pues être confrontés a des morts. Cet usage démesuré de la force de l’État n’est rien d’autre que l’instrument de la terreur qu’il tente d’injecter au sein de notre lutte, et dans bien d’autres espaces d’organisation. L’État met toute les conditions en place pour qu’un mort soit déploré sur la Zad lors d’une opération d’expulsion ou de maintient de l’ordre, ce qui s’apparenterait a un assassinat commandité. Serais-ce la porte de sortie choisie par l’Etat pour se dépétrer de l’enlisement qu’il a lui-même créé ? A partir du 23 avril, le gouvernement français serait-il prêt à tuer des individus pour combattre une forme d’organisation collective ?

Nous affirmons toute notre solidarité aux victimes des violences policières et de la répression d’Etat.

Photos de quelques blessures ci-dessous :

https://zad.nadir.org/IMG/jpg/dsc04131a.jpg?1524232643

https://zad.nadir.org/local/cache-vignettes/L500xH375/imgp3590a-7cf16....

https://zad.nadir.org/local/cache-vignettes/L500xH375/imgp3592a-6e279....

https://zad.nadir.org/local/cache-vignettes/L500xH375/imgp3594a-ec6a2....

https://zad.nadir.org/local/cache-vignettes/L500xH375/imgp3598a-295ff....

https://zad.nadir.org/local/cache-vignettes/L500xH375/signal-2018-04-1...

https://zad.nadir.org/local/cache-vignettes/L500xH667/signal-2018-04-1...

Blessures causées par les armes de la police

https://zad.nadir.org/local/cache-vignettes/L500xH514/gli_f4-1cd17.png...

Morceau de grenade de 2cm extrait de façon chirurgicale car il était enfoncé à 3cm de profondeur dans un mollet et responsible d’une infection sévère. D’après un mail qu’on a reçu, ça correspondrait aux tristement célèbres et redoutables GLI F4.

https://zad.nadir.org/local/cache-vignettes/L500xH775/sche_ma-00d9e.jp...

Cartographie réalisée avec une personne blessée de toutes les lésions constatées sur son corps

https://zad.nadir.org/local/cache-vignettes/L500xH375/blessure2-bf6e4....

Hématome dans le cou suite à un tir tendu de flashball ou de grenade lacrymogène

https://zad.nadir.org/local/cache-vignettes/L500xH667/blessure3-400da....

Éclat de grenade dans le lobe de l’oreille

https://zad.nadir.org/local/cache-vignettes/L500xH375/blessure_cou-1ba...

Blessure au cou

https://zad.nadir.org/local/cache-vignettes/L500xH375/blessure_genou-4...

Blessure au genou

https://zad.nadir.org/local/cache-vignettes/L500xH667/blessure_main2-4...

Blessure à la main

https://zad.nadir.org/local/cache-vignettes/L500xH375/blessure_mollets...

Blessure aux mollets

https://zad.nadir.org/local/cache-vignettes/L500xH667/blessures2-2-4d7...

Blessure au tibia

https://zad.nadir.org/local/cache-vignettes/L500xH282/blessurevisage-e...

Blessure au visage

https://zad.nadir.org/IMG/jpg/ble_jambes.jpg?1524038409

Jambes criblées d’éclats de grenade

https://zad.nadir.org/local/cache-vignettes/L500xH334/dsc02171-2-b3ef3...

https://zad.nadir.org/local/cache-vignettes/L500xH334/dsc02172-2-af8ff...

»» https://zad.nadir.org/spip.php++cs_INTERRO++article5633
URL de cet article 33254
  
Communication aux lecteurs
JULIAN ASSANGE : Le documentaire "Hacking Justice" à Paris

Le 17 novembre à 20h
au cinéma Espace St Michel
7 Pl St Michel, Paris 75005

Les Amis du Monde Diplo & Les Mutins de Pangée organisent une projection du film "Hacking Justice Julian Assange" de Clara Lopez Rubio et Juan Pancorbo suivie d’un débat avec la réalisatrice.

https://lesmutins.org/hacking-justice

à partir du 17 novembre, le film sera suivi de débats aux séances de 20h les lundi, mercredi, Vendredi. Calendrier : https://lesmutins.org/hacking-justice?tab=projections

Le Grand Marché Transatlantique : La menace sur les peuples d’Europe
Raoul Marc JENNAR
« Quelque chose doit remplacer les gouvernements, et le pouvoir privé me semble l’entité adéquate pour le faire. » Ces mots confiés par David Rockefeller au magazine américain Newsweek, le 1 février 1999, fournissent la clé pour comprendre ce qui se passe depuis une trentaine d’années et qu’on appelle « mondialisation néolibérale ». Déléguer au secteur privé la maîtrise des choix ou, pour l’exprimer à la manière pudique de journaux comme Le Monde ou Les Echos, « redéfinir le périmètre de l’Etat », c’est (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

Malheur aux pays qui ont besoin de héros.

Bertolt Brecht

Hier, j’ai surpris France Télécom semant des graines de suicide.
Didier Lombard, ex-PDG de FT, a été mis en examen pour harcèlement moral dans l’enquête sur la vague de suicides dans son entreprise. C’est le moment de republier sur le sujet un article du Grand Soir datant de 2009 et toujours d’actualité. Les suicides à France Télécom ne sont pas une mode qui déferle, mais une éclosion de graines empoisonnées, semées depuis des décennies. Dans les années 80/90, j’étais ergonome dans une grande direction de France Télécom délocalisée de Paris à Blagnac, près de Toulouse. (...)
69 
La crise européenne et l’Empire du Capital : leçons à partir de l’expérience latinoaméricaine
Je vous transmets le bonjour très affectueux de plus de 15 millions d’Équatoriennes et d’Équatoriens et une accolade aussi chaleureuse que la lumière du soleil équinoxial dont les rayons nous inondent là où nous vivons, à la Moitié du monde. Nos liens avec la France sont historiques et étroits : depuis les grandes idées libertaires qui se sont propagées à travers le monde portant en elles des fruits décisifs, jusqu’aux accords signés aujourd’hui par le Gouvernement de la Révolution Citoyenne d’Équateur (...)
Ces villes gérées par l’extrême-droite.
(L’article est suivi d’un « Complément » : « Le FN et les droits des travailleurs » avec une belle photo du beau château des Le Pen). LGS Des électeurs : « On va voter Front National. Ce sont les seuls qu’on n’a jamais essayés ». Faux ! Sans aller chercher dans un passé lointain, voyons comment le FN a géré les villes que les électeurs français lui ont confiées ces dernières années pour en faire ce qu’il appelait fièrement « des laboratoires du FN ». Arrêtons-nous à ce qu’il advint à Vitrolles, (...)
40 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.