RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher

Déclaration de Stella Moris sur le recours de Julian Assange devant la Cour suprême

23 décembre 2021 - Ce matin à 11 h 05, Julian Assange a déposé une demande d’autorisation de faire appel devant la Cour suprême de la décision de la Haute Cour selon laquelle il peut être extradé vers les États-Unis pour trois raisons.

La décision de la Haute Cour dans l’affaire USA contre Assange soulève trois points de droit d’importance publique générale qui ont un impact sur les garanties de procédure et de droits de l’homme d’un large éventail d’autres types d’affaires.

Le 10 décembre, la Haute Cour a confirmé l’évaluation de la Magistrates’ Court, fondée sur les éléments de preuve dont elle disposait, selon laquelle il existait un risque réel que, si Julian Assange était extradé vers les États-Unis, il soit soumis à un isolement quasi total, notamment sous le régime des SAM (mesures administratives spéciales) et/ou de l’ADX (prison administrative maximale), et que cet isolement entraîne une détérioration de son état mental telle qu’il existe un risque élevé de suicide. Ces conclusions ont conduit le tribunal de première instance à bloquer l’extradition en vertu de l’article 91 de la loi sur l’extradition, qui interdit les extraditions "oppressives".

Toutefois, la Haute Cour a annulé la décision du tribunal de première instance de bloquer l’extradition, en se fondant uniquement sur le fait qu’après que les États-Unis eurent perdu l’affaire d’extradition le 4 janvier 2021, le département d’État américain a envoyé une lettre au ministère britannique des affaires étrangères contenant des assurances conditionnelles concernant le placement de Julian Assange sous SAM et ADX. La lettre d’assurances indique explicitement aux points un et quatre que "les États-Unis conservent le pouvoir" d’"imposer des SAM" à M. Assange et de " placer M. Assange en ADX" s’il dit ou fait quelque chose après le 4 janvier 2021 qui amènerait le gouvernement américain à déterminer, selon son évaluation subjective, que Julian Assange devrait être placé sous conditions SAM et/ou en ADX à Florence. Ces assurances conditionnelles ont été considérées comme suffisantes par la Haute Cour pour annuler la décision de la juridiction inférieure.

En droit anglais, pour que la demande ait une chance d’être examinée par la Cour suprême, les mêmes juges de la Haute Cour qui ont ordonné l’extradition de Julian Assange doivent d’abord certifier qu’au moins un des motifs d’appel devant la Cour suprême est un point de droit d’importance publique générale (article 114 de la loi sur l’extradition de 2003).

La demande d’autorisation de recours devant la Cour suprême présentée par Julian Assange est donc actuellement examinée par les juges de la Haute Cour. On ne sait pas combien de temps il faudra pour que la décision soit rendue, mais elle n’est pas attendue avant la troisième semaine de janvier.

Pour plus d’informations, voir la requête de Julian Assange s’opposant à l’extradition américaine devant la Haute Cour.

Stella Moris

»» https://assangedefense.org/press-release/stella-moris-statement-on-jul...
URL de cet article 37635
  

Même Thème
L’affaire WikiLeaks - Médias indépendants, censure et crime d’État
Stefania MAURIZI
Dès 2008, deux ans après le lancement de la plateforme WikiLeaks, Stefania Maurizi commence à s’intéresser au travail de l’équipe qui entoure Julian Assange. Elle a passé plus d’une décennie à enquêter les crimes d’État, sur la répression journalistique, sur les bavures militaires, et sur la destruction méthodique d’une organisation qui se bat pour la transparence et la liberté de l’information. Une liberté mise à mal après la diffusion de centaines de milliers de documents classifiés. Les "Wars logs", ces (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

(...) je suis d’accord avec le fait que le tsunami a été une merveilleuse occasion de montrer, au-delà du gouvernement des Etats-Unis, le coeur du peuple américain.

Condoleezza "oui, j’ai un grain" Rice
devant la commission sénatoriale des relations étrangères US - janv. 2005

Hier, j’ai surpris France Télécom semant des graines de suicide.
Didier Lombard, ex-PDG de FT, a été mis en examen pour harcèlement moral dans l’enquête sur la vague de suicides dans son entreprise. C’est le moment de republier sur le sujet un article du Grand Soir datant de 2009 et toujours d’actualité. Les suicides à France Télécom ne sont pas une mode qui déferle, mais une éclosion de graines empoisonnées, semées depuis des décennies. Dans les années 80/90, j’étais ergonome dans une grande direction de France Télécom délocalisée de Paris à Blagnac, près de Toulouse. (...)
69 
"Un système meurtrier est en train de se créer sous nos yeux" (Republik)
Une allégation de viol inventée et des preuves fabriquées en Suède, la pression du Royaume-Uni pour ne pas abandonner l’affaire, un juge partial, la détention dans une prison de sécurité maximale, la torture psychologique - et bientôt l’extradition vers les États-Unis, où il pourrait être condamné à 175 ans de prison pour avoir dénoncé des crimes de guerre. Pour la première fois, le rapporteur spécial des Nations unies sur la torture, Nils Melzer, parle en détail des conclusions explosives de son enquête sur (...)
11 
Analyse de la culture du mensonge et de la manipulation "à la Marie-Anne Boutoleau/Ornella Guyet" sur un site alter.
Question : Est-il possible de rédiger un article accusateur qui fait un buzz sur internet en fournissant des "sources" et des "documents" qui, une fois vérifiés, prouvent... le contraire de ce qui est affirmé ? Réponse : Oui, c’est possible. Question : Qui peut tomber dans un tel panneau ? Réponse : tout le monde - vous, par exemple. Question : Qui peut faire ça et comment font-ils ? Réponse : Marie-Anne Boutoleau, Article XI et CQFD, en comptant sur un phénomène connu : "l’inertie des (...)
93 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.