RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher

Assange peut être extradé aux États-Unis, journalistes « mainstream » de tous les pays, honte à vous !

La Haute Cour britannique a rejeté le verdict de première instance contre Julian Assange. L’extradition d’Assange vers les Etats-Unis sera bel et bien possible. La passivité complice, le silence et la désinformation de l'opinion publique entretenus par les grands médias ont rendu ce verdict possible. Mais son combat n'est pas encore terminé. Êtes-vous encore prêts à vous battre pour la survie du journalisme d'investigation et à demander sa libération ?

Chers journalistes,
Les dés sont jetés. Julian Assange peut être extradé vers les États-Unis. Son cas retourne maintenant devant le premier tribunal qui sans le moindre doute confirmera ce verdict. Ce qui l’attend aux Etats-Unis c’est une peine de prison à vie dans des conditions épouvantables.

Seule la pression de l’opinion publique peut encore le sauver. Mais l’opinion publique ne peut agir que si vous l’informez de la véritable nature de son procès et de ce que son cas signifie pour la liberté du journalisme d’investigation.

La justice britannique a reconnu le principe selon lequel les États-Unis sont le seul pays au monde à pouvoir faire emprisonner un citoyen non américain dans un autre pays, sur la base du droit américain, pour des actes qui n’ont pas été commis sur le sol américain.

Tout journaliste qui envisagerait désormais de dénoncer les crimes commis par les États-Unis et leurs alliés est prévenu. Une menace déjà en partie concrétisée par presque 11 années de privation de liberté de Julian Assange.

Il va de soi que les tribunaux britanniques savaient que ces jugements, après des années de procédure, seraient un jour annulés. En attendant, leur véritable objectif aura été atteint. Assange croupira ensuite pendant des années dans une prison de haute sécurité aux États-Unis qui ne le relâcheront jamais, même si les plus hautes juridictions de Strasbourg condamnent son emprisonnement.

Vous avez contribué à ce dénouement en reproduisant depuis le début les mensonges sur l’affaire en Suède sans vérifier par vous-mêmes le bien-fondé des allégations. Nous n’énumèrerons pas ici tous ces mensonges. Certains d’entre vous se sont même moqués de lui quand il disait craindre une extradition vers les Etats-Unis.

Mais il n’est pas encore trop tard. Vous pouvez encore faire beaucoup de choses. La première chose à faire est d’aller enfin au fond de son affaire, de 2010 à aujourd’hui, et de tirer vos propres conclusions au lieu de copier-coller les déclarations des gouvernements américain, britannique, suédois et australien.

Ce que vous pouvez faire ensuite est d’informer le public des raisons pour lesquelles cette affaire représente un immense danger pour la liberté journalistique partout dans le monde. Le journalisme d’investigation - en fait le seul vrai journalisme - et la libre diffusion de l’information sont en danger de mort.

La procédure judiciaire britannique pourrait s’éterniser encore pendant des années. Cela vous laisse le temps de vous informer et de publier des informations sur Julian Assange. Refuser de le faire, c’est accepter de facto la fin de la liberté journalistique.

Il se peut que vous soyez d’accord avec cet état de choses. C’est votre liberté. Mais dans ce cas ne vous prétendez plus journalistes mais plutôt copywriters (transcripteurs)

Il se peut que vous soyez d’accord avec cet appel. Ne vous dégonflez pas. Des milliers d’autres journalistes ont déjà franchi le pas et sont solidaires de leur collègue.

C’est maintenant qu’il faut décider ce qu’il faut faire.

Lode Vanoost

»» https://www.dewereldmorgen.be/artikel/2021/12/10/assange-mag-worden-ui...
URL de cet article 37629
  

Même Thème
L’Affaire Assange, histoire d’une persécution politique
Nils MELZER
L’affaire Assange, c’est l’histoire d’un homme persécuté et maltraité pour avoir révélé les sordides secrets des puissants, notamment les crimes de guerre, la torture et la corruption. C’est l’histoire d’un arbitraire judiciaire délibéré dans des démocraties occidentales qui tiennent par ailleurs à se présenter comme exemplaires en matière de droits de l’homme. C’est l’histoire d’une collusion délibérée des services de renseignement dans le dos des parlements nationaux et du grand public. C’est (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

Personnellement, je n’ai jamais très bien compris ce qu’est le féminisme. Je sais par contre que les gens me qualifient de féministe chaque fois que j’exprime une idée qui me différencie d’un paillasson ou d’une prostituée.

Rebecca West

Analyse de la culture du mensonge et de la manipulation "à la Marie-Anne Boutoleau/Ornella Guyet" sur un site alter.
Question : Est-il possible de rédiger un article accusateur qui fait un buzz sur internet en fournissant des "sources" et des "documents" qui, une fois vérifiés, prouvent... le contraire de ce qui est affirmé ? Réponse : Oui, c’est possible. Question : Qui peut tomber dans un tel panneau ? Réponse : tout le monde - vous, par exemple. Question : Qui peut faire ça et comment font-ils ? Réponse : Marie-Anne Boutoleau, Article XI et CQFD, en comptant sur un phénomène connu : "l’inertie des (...)
93 
Lorsque les psychopathes prennent le contrôle de la société
NdT - Quelques extraits (en vrac) traitant des psychopathes et de leur emprise sur les sociétés modernes où ils s’épanouissent à merveille jusqu’au point de devenir une minorité dirigeante. Des passages paraîtront étrangement familiers et feront probablement penser à des situations et/ou des personnages existants ou ayant existé. Tu me dis "psychopathe" et soudain je pense à pas mal d’hommes et de femmes politiques. (attention : ce texte comporte une traduction non professionnelle d’un jargon (...)
46 
"Un système meurtrier est en train de se créer sous nos yeux" (Republik)
Une allégation de viol inventée et des preuves fabriquées en Suède, la pression du Royaume-Uni pour ne pas abandonner l’affaire, un juge partial, la détention dans une prison de sécurité maximale, la torture psychologique - et bientôt l’extradition vers les États-Unis, où il pourrait être condamné à 175 ans de prison pour avoir dénoncé des crimes de guerre. Pour la première fois, le rapporteur spécial des Nations unies sur la torture, Nils Melzer, parle en détail des conclusions explosives de son enquête sur (...)
11 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.