RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher

Déclaration de Wikileaks sur l’état de santé de Julian Assange

WikiLeaks est très préoccupé par l’état de santé de notre éditeur, Julian Assange, qui a été transféré au service de santé de la prison de Belmarsh. La santé de M. Assange s’est déjà considérablement détériorée après sept ans à l’ambassade de l’Équateur, dans des conditions incompatibles avec les droits de l’homme. À deux reprises, les Nations unies ont conclu qu’il avait été détenu arbitrairement et ont demandé au Royaume-Uni d’honorer ses engagements en vertu du droit international et de le libérer. Le refus du Royaume-Uni de se conformer aux décisions de l’ONU et le traitement qu’il a réservé à M. Assange depuis son arrestation soulèvent de sérieuses questions quant au statut du Royaume-Uni en tant que nation respectueuse des droits de la personne.

Au cours de sa dernière année à l’ambassade, alors que les États-Unis finalisaient leurs plans d’extradition, Julian Assange était, à la demande des autorités américaines, totalement isolé et bâillonné - une situation conçue pour lui rendre la vie aussi difficile que possible.

Pendant les sept semaines passées à Belmarsh, son état de santé n’a cessé de se détériorer et il a perdu beaucoup de poids. La décision des autorités pénitentiaires de le transférer au service de santé parle d’elle-même.

Nous condamnons fermement le refus de la cour suédoise de reporter une audience le 3 juin sur la base de l’état de santé de M. Assange. Per Samuelson, avocat de la défense d’Assange, a déclaré que l’état de santé de Julian Assange vendredi dernier était tel "qu’il n’était pas possible de mener une conversation normale avec lui".

Demain, le 30 mai, se tient une audience formelle à la Cour de Westminster sur la demande d’extradition de l’administration Trump. Le mandat d’arrêt américain initial a été élargi pour inclure une peine d’emprisonnement à perpétuité ou la peine de mort potentielle en vertu de la Loi sur l’espionnage, annoncée la semaine dernière dans l’acte d’accusation qui l’a remplacé et qui contient 17 accusations supplémentaires, portant la peine potentielle à 175 ans de prison. Ces actes d’accusation ont été largement condamnés par les organisations de défense de la liberté de la presse comme étant l’attaque la plus grave contre les activités de publication des temps modernes - l’administration Trump criminalise essentiellement l’acte même de journalisme. L’acte d’accusation s’appuie sur la loi archaïque sur l’espionnage de 1917 pour inculper pour la première fois dans l’histoire un éditeur, dans une escalade sans précédent de la guerre de l’administration Trump contre la presse libre.

Kristinn Hrafnsson, rédacteur en chef de WikiLeaks :

"L’affaire Julian est d’une importance historique majeure. On se souviendra de cette attaque comme de la pire atteinte à la liberté de la presse de notre vivant. Le peuple doit exprimer sa condamnation ; ce sont ses politiciens, ses tribunaux, sa police et ses prisons qui sont abusivement employés pour laisser cette tache noire sur l’histoire. Agissez maintenant pour faire cesser cette honte".

MISES À JOUR :
defend.wikileaks.org
twitter.com/wikileaks

Traduction par Viktor Dedaj pour le Grand Soir avec probablement toutes les fautes et coquilles habituelles

»» https://www.facebook.com/wikileaks/posts/2197329480302152
URL de cet article 34968
  

Même Thème
L’affaire WikiLeaks - Médias indépendants, censure et crime d’État
Stefania MAURIZI
Dès 2008, deux ans après le lancement de la plateforme WikiLeaks, Stefania Maurizi commence à s’intéresser au travail de l’équipe qui entoure Julian Assange. Elle a passé plus d’une décennie à enquêter les crimes d’État, sur la répression journalistique, sur les bavures militaires, et sur la destruction méthodique d’une organisation qui se bat pour la transparence et la liberté de l’information. Une liberté mise à mal après la diffusion de centaines de milliers de documents classifiés. Les "Wars logs", ces (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

L’art de la politique est de faire en sorte que les gens se désintéressent de ce qui les concerne.

Daniel Mermet

Ces villes gérées par l’extrême-droite.
(L’article est suivi d’un « Complément » : « Le FN et les droits des travailleurs » avec une belle photo du beau château des Le Pen). LGS Des électeurs : « On va voter Front National. Ce sont les seuls qu’on n’a jamais essayés ». Faux ! Sans aller chercher dans un passé lointain, voyons comment le FN a géré les villes que les électeurs français lui ont confiées ces dernières années pour en faire ce qu’il appelait fièrement « des laboratoires du FN ». Arrêtons-nous à ce qu’il advint à Vitrolles, (...)
40 
Comment Cuba révèle toute la médiocrité de l’Occident
Il y a des sujets qui sont aux journalistes ce que les récifs sont aux marins : à éviter. Une fois repérés et cartographiés, les routes de l’information les contourneront systématiquement et sans se poser de questions. Et si d’aventure un voyageur imprudent se décidait à entrer dans une de ces zones en ignorant les panneaux avec des têtes de mort, et en revenait indemne, on dira qu’il a simplement eu de la chance ou qu’il est fou - ou les deux à la fois. Pour ce voyageur-là, il n’y aura pas de défilé (...)
43 
"Un système meurtrier est en train de se créer sous nos yeux" (Republik)
Une allégation de viol inventée et des preuves fabriquées en Suède, la pression du Royaume-Uni pour ne pas abandonner l’affaire, un juge partial, la détention dans une prison de sécurité maximale, la torture psychologique - et bientôt l’extradition vers les États-Unis, où il pourrait être condamné à 175 ans de prison pour avoir dénoncé des crimes de guerre. Pour la première fois, le rapporteur spécial des Nations unies sur la torture, Nils Melzer, parle en détail des conclusions explosives de son enquête sur (...)
11 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.