Quantcast
RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher


Au lieu d’attaquer Wikileaks, il faut corriger ce que l’organisation a révélé (Stars and Stripes)

Note du traducteur : Cet article présente deux intérêts. 1) Il a été publié par le magazine de l’armée US. 2) Il date de 2011.

L’ancien ministre de la Défense Robert Gates avait raison lorsqu’il a dit que les révélations de Wikileaks étaient "embarrassantes" et "gênantes". Une telle évaluation – comme pour tant d’autres représentants du gouvernement – résulte de l’ampleur du non-dit.

Car ces révélations ne sont pas seulement embarrassantes. Elles contiennent aussi des preuves d’actions et de politiques gouvernementales qui constituent un abus de pouvoir et qui violent les normes internationales en matière de droits de la personne auxquelles nous, Américains, sommes attachés.

Par exemple, grâce aux informations provenant des documents de WikiLeaks, le public est maintenant au courant de "FRAGO 242" - un ordre officiel de ne pas signaler les preuves d’abus de prisonniers par les forces de sécurité irakiennes. Cette politique viole la Convention des Nations Unies contre la torture, ratifiée par le Congrès en 1994. Le traité exige explicitement que les allégations de traitements cruels ou inhumains fassent l’objet d’une enquête et d’actions pour les faire cesser.

Ces derniers jours, WikiLeaks a publié des câbles qui montrent que des responsables gouvernementaux ont aidé à dissimuler l’exécution odieuse de membres de la famille de combattants présumés en Irak. Le lieu des meurtres - dont l’exécution de deux enfants et de trois nourrissons - fut pulvérisé plus tard par une attaque aérienne de la coalition.

Pris dans leur ensemble, les documents montrent une tendance à dissimuler les abus commis tant par les forces US que par les forces de la coalition. L’information révélée par WikiLeaks est donc un outil d’une importance cruciale pour ceux qui cherchent à faire respecter les normes fondamentales des droits de l’homme et la conduite professionnelle des forces militaires US.

Ces révélations remettent également en cause notre système de classification. Bien que le soldat Bradley Manning n’ait pas encore été traduit en justice, le président Barack Obama a déclaré publiquement que l’ancien analyste du renseignement de l’armée américaine avait "enfreint la loi" en envoyant ces informations confidentielles à WikiLeaks.

De nombreux civils - et un nombre surprenant de militaires - ignorent que ce système de classification n’est fondé sur aucune loi adoptée par le Congrès. En fait, tout l’édifice qui permet l’utilisation de la classification repose uniquement sur des décrets qui ont été renouvelés et modifiés par différents présidents. La capacité de restreindre l’accès du public à l’information est essentiellement une affirmation du pouvoir exécutif qui n’est pas soumise à un contrôle.

Cependant, selon la politique de classification des documents gouvernementaux de M. Obama (décret 13526), il existe plusieurs situations dans lesquelles l’information gouvernementale ne doit jamais être classifiée. Le gouvernement ne peut pas utiliser les procédures de classification "pour dissimuler des violations de la loi, des inefficacités ou des erreurs administratives ; pour éviter d’embarrasser une personne, une organisation ou un organisme... ou pour empêcher ou retarder la divulgation de renseignements qui ne nécessitent pas une protection dans l’intérêt de la sécurité nationale".

Les responsables de l’administration n’ont fourni aucune preuve que ces révélations de WikiLeaks ont porté atteinte à notre sécurité nationale. Ils ont toutefois reconnu que certains documents sont personnellement et professionnellement embarrassants.

Mais ils continuent d’agir comme s’il n’existait aucune preuve d’un comportement illégal ou contraire à l’éthique.

Si les conversations en ligne attribuées à Manning sont exactes, il semble que le "tournant" qu’il a lui-même décrit est survenu lorsque son propre commandant a refusé de reconnaître clairement la preuve d’un abus de pouvoir. D’après ces conversations, Manning dit qu’on lui a demandé d’enquêter sur 15 universitaires irakiens qui avaient été interrogés par les forces de sécurité irakiennes, pour le crime d’avoir prétendument imprimé de la "littérature anti-irakienne".

Après avoir fait traduire les documents, Manning s’est rendu compte qu’il s’agissait en fait d’un article intitulé "Où est passé l’argent ?" qui dénonçait la corruption au sein du cabinet du Premier ministre Nouri al-Maliki. Le commandant de Manning aurait dit à Manning de "la fermer" et de trouver comment faire entrer plus de prisonniers. Le message était clair : il ne pouvait pas se fier à la chaîne de commandement pour traiter les preuves d’actes répréhensibles.

Cet incident serait cohérent avec d’autres révélations qui ont depuis émergé des câbles diplomatiques de WikiLeaks. Plusieurs câbles diplomatiques s’inquiètent de la politisation des forces de sécurité d’al-Maliki, qu’il utilise pour réprimer ses opposants politiques.

En juillet, la Croix-Rouge et un groupe de parlementaires irakiens ont demandé qu’une enquête soit ouverte sur un présumé centre de torture dirigé par l’une des unités d’élite d’al-Maliki dans la zone verte de Bagdad. Le même mois, l’Inspecteur général spécial pour la reconstruction de l’Iraq a publié un rapport dans lequel il signalait la disparition de plus de 17 milliards de dollars de fonds.

L’habitude d’ignorer ou de dissimuler des preuves évidentes d’abus est devenue si courante que, pour beaucoup, cela semble maintenant normal. Mais prétendre que les problèmes n’existent pas ne les fera pas disparaître.

Un récent rapport du Conseil de l’Europe, qui réunit la Commission européenne des droits de l’homme, a déclaré que le " manque de transparence " actuel des institutions occidentales de sécurité et de renseignement ne laisse d’autre choix au public que de compter sur les lanceurs d’alerte pour tenir les gouvernements responsables.

Au lieu de punir et de faire taire des lanceurs d’alerte présumés comme Manning pour avoir révélé des vérités qui dérangent, nous devrions saluer leur courage pour défendre ce qui est juste.

C’est tout ce qu’on devrait demander à n’importe quel Américain.

Ann Wright

Ann Wright a pris sa retraite en tant que colonel de réserve de l’armée américaine après 29 ans de service et a ensuite servi en tant que diplomate US dans neuf pays et ambassadeur adjoint dans quatre ambassades des États-Unis. Elle est membre du conseil consultatif du Bradley Manning Support Network. En 2003 elle a démissionné du Département d’Etat des Etats-Unis par opposition à la guerre en Irak

Traduction "ne tirez pas sur le messager" par VD pour le Grand Soir avec probablement toutes les fautes et coquilles habituelles

»» https://www.stripes.com/instead-of-attacking-wikileaks-fix-what-it-exp...
URL de cet article 34965
   
Même Thème
La traque des lanceurs d’alerte
Stéphanie Gibaud
Préface de Julian Assange Les lanceurs d’alerte défrayent l’actualité depuis une dizaine d’années. Edward Snowden, Chelsea Manning et Julian Assange sont révélateurs des méthodes utilisées pour faire craquer ceux qui ont le courage de parler des dysfonctionnements et des dérives de notre société. Pourtant, ces héros sont devenus des parias. Leur vie est un enfer. Snowden est réfugié en Russie, Assange dans une ambassade, Manning était en prison, Stéphanie Gibaud et bien d’autres sont dans une situation (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

« Partout où l’antisémitisme n’existe pas, le sionisme le fabrique »


« SIN EMBARGO » - Paroles cubaines sur le blocus (et le reste aussi) - Préambule - 1/13
PREAMBULE « Un microphone ? Hum... » Ca y’est, deux jours à la Havane et je commence à me sentir comme un fucking Chevalier de la Table Ronde à la recherche du Graal. Oui, j’ai besoin d’un microphone, avec une petite prise, pour le brancher là. « Tu veux acheter un microphone ? » Ben oui, à peine arrivé, le mien est tombé en panne, alors j’ai besoin d’un microphone. « Oui, oui, je comprends. Un microphone... ». Je suis dans un centre culturel. Un grand centre culturel. J’ai l’impression de voir des (...)
L’UNESCO et le «  symposium international sur la liberté d’expression » : entre instrumentalisation et nouvelle croisade (il fallait le voir pour le croire)
Le 26 janvier 2011, la presse Cubaine a annoncé l’homologation du premier vaccin thérapeutique au monde contre les stades avancés du cancer du poumon. Vous n’en avez pas entendu parler. Soit la presse cubaine ment, soit notre presse, jouissant de sa liberté d’expression légendaire, a décidé de ne pas vous en parler. (1) Le même jour, à l’initiative de la délégation suédoise à l’UNESCO, s’est tenu au siège de l’organisation à Paris un colloque international intitulé « Symposium international sur la liberté (...)
18 
Reporters Sans Frontières, la liberté de la presse et mon hamster à moi.
Sur le site du magazine états-unien The Nation on trouve l’information suivante : Le 27 juillet 2004, lors de la convention du Parti Démocrate qui se tenait à Boston, les trois principales chaînes de télévision hertziennes des Etats-Unis - ABC, NBC et CBS - n’ont diffusé AUCUNE information sur le déroulement de la convention ce jour-là . Pas une image, pas un seul commentaire sur un événement politique majeur à quelques mois des élections présidentielles aux Etats-Unis. Pour la première fois de (...)
21 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.