RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher
Lendemain d’élections européennes

Pousser les réflexions pour y voir plus clair !

Depuis dimanche, chacun s’efforce de comprendre ce qui s’est passé. Avec raison si possible. Que Clémentine Autain, députée de France Insoumise s’interroge, rien de plus normal. Qu’elle le fasse publiquement, pourquoi pas ? Mais tirer à boulets rouges contre le mouvement, sans aucun recul, avec violence témoigne davantage d’une volonté de dénigrer que de construire.

Elle accuse la FI d’avoir érigé des murs plutôt que de créer des passerelles entre les partis de gauche (socialistes, communistes, hamonistes, écologistes). C’est nier les réalités. Le PCF à son congrès a affirmé sa stratégie d’avoir un candidat à chaque élection pour faire entendre la voix communiste. C’est son choix. Hamon et son groupe Générations ont fait de même. Le parti EELV souhaitait profiter de cette élection pour rebâtir une force écologiste autonome ni à droite, ni à gauche. Le PS et Place Publique visait à devenir le pôle central de regroupement de la gauche. Dont acte. Ce n’est pas la FI qui a empêché quoi que ce soit. Chacun a pris ses responsabilités et doit en tirer les leçons amères.

Et la FI me direz-vous ? Sa stratégie de rassemblement du peuple a été élaborée et approuvée par des dizaines de milliers de militants qui ont établi son programme. Ils ont proposé leurs candidats à la commission dont une moitié des participants ont été tirés au sort. Cette commission a élaboré la liste définitive et placé Manon Aubry, non membre du mouvement, à la tête de la liste insoumise. Je n’ai pas entendu Clémentine en critiquer le contenu, le contenant ni la manière d’y être parvenu. Alors, prenons le temps de repérer les obstacles qui nous ont empêché de parvenir au succès et essayons ensemble de trouver les remèdes. Cette stratégie s’oppose à la stratégie de reconstruction d’une gauche factice qui a démobilisé puis écoeuré les électeurs et les militants. Le rassemblements de sigles sans aucune forces réelles ne peut susciter d’empathie, c’est voué à l’échec. L’union de la gauche que certains regrettent de voir disparaître est en fait un cadre étroit, minoritaire, sans avenir. La question que nous devons résoudre demeure le large rassemblement populaire majoritaire qui permettra au peuple la reprise en main de sa destinée. Dans ce mouvement, chacun a naturellement sa place, les 7 millions de voix du premier tour de la présidentielle en sont un socle qu’il nous faut remettre en mouvement pour y agréger de nouvelles forces jusqu’à obtenir une majorité électorale. En ce sens, nous avons échoué aux européennes. Nous n’avons pas capté les fruits de la colère, du mécontentement, de la crise sociale, économique, écologique et politique.

Bien sûr, d’autres diront que les médias, les tenants du capital, les oligarques et le pouvoir ont semé des embûches, travesti la réalité, manipulé les sondages, agité l’épouvantail lepéniste, menti, matraqué leurs idées et leur idéologie. Tout cela est vrai mais il n’empêche que les résultats sont là, implacables. Le Pen recule. Bien que siphonnant les voix de droite, Macron ne réussit pas son pari, arriver en tête du scrutin et élargir sa base de consentement. Les deux sont en échec mais la FI n’engrange pas les résultats espérés alors que les écologistes, prenant appui sur les manifs pour le climat, s’en sortent mieux. Il serait erroné de rendre Mélenchon le seul responsable d’une telle déconvenue dont la complexité éclate aux yeux de tous.

Je pose quelques questions dans le débat. Pourquoi les quartiers populaires demeurent abstentionnistes ? Pourquoi le mouvement des gilets jaunes, ayant l’appui massif de la population, n’a pas davantage marqué l’opposition à Macron et à Le Pen ? Pourtant nous observons un frémissement avec le déplacement de près de 8% d’électeurs en plus. Ce mouvement n’y est pas étranger. Et les jeunes ? Pourquoi ces nouveaux électeurs ont rejoint EELV plutôt que la FI alors que le programme FI est plus écologiste et qu’EELV a par le passé montré son irrésolution, ses compromissions, ses trahisons écologistes. Ce n’est pas aussi simple pour trouver les réponses.

Nous devrons examiner les comportements électoraux de la classe ouvrière et des salariés qui cette fois-ci ne se sont pas sentis concernés. Le PCF qui a centré sa campagne sur cette catégorie sociale s’est cassé les dents lui aussi. Ce n’est pas la faute à Merluche ! Dans beaucoup de municipalités à direction communiste, les résultats de la FI sont plus qu’encourageants. A méditer tranquillement. J’ai essayé de tracer des pistes, des études plus détaillées vont nous fournir des éléments nouveaux. Ayons la volonté commune d’étudier ensemble ce qui s’est produit pour enrichir nos réflexions et surtout notre action pour en finir avec ce système monarchique qui bloque la société. A la lumière de ce grand mouvement gilets jaunes, puisons les aspirations démocratiques qui vont rassembler au delà de notre pré carré. L’union que nous souhaitons va bien au delà de ce qui a été dans le passé et qui a échoué. L’union que nous voulons, c’est le rassemblement qui englobe les gens de gauche et largement celles et ceux qui n’en sont pas, qui ne s’en reconnaissent pas. Un grand chantier vient de s’ouvrir. Ensemble travaillons-y. Le chemin sera rude mais il sera !

URL de cet article 34964
  

En finir avec l’eurolibéralisme - Bernard Cassen (dir.) - Mille et Une Nuits, 2008.
Bernard GENSANE
Il s’agit là d’un court ouvrage collectif, très dense, publié suite à un colloque organisé par Mémoire des luttes et la revue Utopie critique à l’université Paris 8 en juin 2008, sous la direction de Bernard Cassen, fondateur et ancien président d’ATTAC, à qui, on s’en souvient, le "non" au référendum de 2005 doit beaucoup. La thèse centrale de cet ouvrage est que l’« Europe » est, et a toujours été, une machine à libéraliser, au-dessus des peuples, contre les peuples. Dans "La fracture démocratique", (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

L’histoire de toute société jusqu’à nos jours n’a été que l’histoire de luttes de classes.

Karl Marx

Appel de Paris pour Julian Assange
Julian Assange est un journaliste australien en prison. En prison pour avoir rempli sa mission de journaliste. Julian Assange a fondé WikiLeaks en 2006 pour permettre à des lanceurs d’alerte de faire fuiter des documents d’intérêt public. C’est ainsi qu’en 2010, grâce à la lanceuse d’alerte Chelsea Manning, WikiLeaks a fait œuvre de journalisme, notamment en fournissant des preuves de crimes de guerre commis par l’armée américaine en Irak et en Afghanistan. Les médias du monde entier ont utilisé ces (...)
17 
L’UNESCO et le «  symposium international sur la liberté d’expression » : entre instrumentalisation et nouvelle croisade (il fallait le voir pour le croire)
Le 26 janvier 2011, la presse Cubaine a annoncé l’homologation du premier vaccin thérapeutique au monde contre les stades avancés du cancer du poumon. Vous n’en avez pas entendu parler. Soit la presse cubaine ment, soit notre presse, jouissant de sa liberté d’expression légendaire, a décidé de ne pas vous en parler. (1) Le même jour, à l’initiative de la délégation suédoise à l’UNESCO, s’est tenu au siège de l’organisation à Paris un colloque international intitulé « Symposium international sur la liberté (...)
19 
Hier, j’ai surpris France Télécom semant des graines de suicide.
Didier Lombard, ex-PDG de FT, a été mis en examen pour harcèlement moral dans l’enquête sur la vague de suicides dans son entreprise. C’est le moment de republier sur le sujet un article du Grand Soir datant de 2009 et toujours d’actualité. Les suicides à France Télécom ne sont pas une mode qui déferle, mais une éclosion de graines empoisonnées, semées depuis des décennies. Dans les années 80/90, j’étais ergonome dans une grande direction de France Télécom délocalisée de Paris à Blagnac, près de Toulouse. (...)
69 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.